2027. La Terre est dans un chaos total: pas un seul enfant n'est né depuis 18 ans et la plus jeune personne au monde vient de mourir; les émigrés sont maltraités par les militaires et mis dans des camps; les organisations et attentats terroristes s'accumulent... Theo a perdu foi en son monde. Un jour, son ex-femme, devenue chef de terroristes, vient le voir pour une requête: prendre sous son aile une femme enceinte...

Affiche française. United International Pictures (UIP)

En 2006, Alfonso Cuaron, réputé pour le troisième volet des aventures d'Harry Potter, signait Les fils de l'homme, film très ambitieux qui se prendra un gros vent lors de sa sortie en salles. Malgré deux récompenses au Festival de Venise (dont une pour le réalisateur) et des critiques élogieuses, le film ne marcha pas et passera inaperçu. De plus, pas d'Oscars malgré trois nominations (meilleur scénario adapté notamment). Pareil aux Baftas où il n'obtena que des prix techniques. Le film devra attendre sa sortie DVD pour se refaire une véritable réputation. Cette dernière s'acroit au fil des années mais niveau grand public, ce n'est toujours pas le cas malheureusement. On y croise tout de même Clive Owen, Julianne Moore, Michael Caine, Chiwetel Ejiofor, Claire Hope Ashitey, Charlie Hunnam, Peter Mullan, Pam Ferris, Danny Huston et Oana Pellea. Ce n'est pas rien pour un film de ce calibre. Dès les premières minutes, on est fixé.

Clive Owen. United International Pictures (UIP)

Nous sommes face à un film d'anticipation très pessimiste rappelant légèrement L'armée des 12 singes et inévitablement son original La jetée dans cette tonalité. Le garçon le plus jeune du monde vient de mourir assassiné. C'est là que nous faisons la connaissance de Theo, venant acheter un café. A peine est-il sorti que la boutique explose. Une séquence assez choquante du fait qu'elle arrive comme un cheveu sur la soupe et donc encore plus surprenante. Il semblerait que des groupuscules terroristes se sont insérés si bien dans la société que ce genre d'attentats s'avère fréquents tuant des milliers de personnes sur son passage. Ce qui rappelle indéniablement les méfaits d'Al QuaÏda et de son ancien chef Ousamma Ben Laden. Par ailleurs, le cinéaste, avec une phrase, évoque le 11/09. Pas de doute que le réalisateur laisse planer le fantôme de ce jour funeste dans l'atmosphère du métrage.

Clive Owen et Julianne Moore. United International Pictures (UIP)

Pour contrebalancer cela, les villes sont sécurisés par des militaires. Difficile de ne pas les voir. Puis Cuaron nous montre le destin des émigrés. Autant dire que notre monde est devenu encore plus raciste et persécuteur avec son prochain. Les émigrés finissent dans des camps alors qu'ils ressortent de l'Enfer. Une réalité dramatique mais finalement très actuelle (voir la politique de sécurité du nain préféré des français). C'est d'ailleurs cela qui fait la force de ce film, son réalisme percutant. On apprend également que les femmes sont devenues stériles. Un fait incroyable qui condamne l'Homme dans sa chute, ne pouvant plus procréer. Un enchaînement de situation évoqué en un quart d'heure. Un tel condensé d'informations dévoilé en si peu de temps, cela impose le respect. Mais les convictions de Theo vont se heurter à une réalité improbable: une jeune femme enceinte. Après la mort de son ex-femme, il fera tout pour protéger la jeune fille. Car ceux qui étaient censé l'aider veulent sa mort.

Michael Caine et Clive Owen. United International Pictures (UIP)

Sans compter qu'il ne faut absolument pas montrer la grossesse de la fille, sous peine d'isolement (elle n'est pas anglaise) ou d'adoption d'enfants (racistes comme ils sont, les autorités risquent de donner le bébé à une famille de blancs). Un véritable parcours du combattant pour cet homme ordinaire. Le film donne lieu à des scènes monumentales de tension. Le passage de l'atentat d'abord, mais aussi la scène de la course poursuite particulièrement halletante et violente n'imposant aucun répis. Mais la grande scène du film est la bataille finale, où Theo peut se prendre une balle ou un explosif à tous moments. Un plan séquence impressionnant de justesse et ne lachant jamais le spectateur. Clive Owen trouve certainement le meilleur rôle de sa carrière (et loin des films bourrins comme Sin City et Shoot'em up), touchant dans la peau de ce sauveur de l'humanité ayant le fardeau de n'avoir pas su garder sa femme. Moore et Caine, en quelques séquences, livrent de bonnes performances.

Clive Owen, Peter Mullan, Pam Ferris et Claire-Hope Ashitey. United International Pictures (UIP)

Un chef d'oeuvre d'anticipation qui commence sérieusement à devenir culte.