Hank McCoy, mutant bleu et bestial au gouvernement, découvre qu'un remède à la mutation a été trouvé. De plus, Jean Grey revient à la vie et se révèle très destructive...

2005 Twentieth Century Fox

Suite au nouveau succès dû au second opus,un X Men 3 s'impose. Surtout que les intrigues laissées en suspens dans le 2,sont des plus alléchantes.Sauf que Brian Singer quitte le navire pour réaliser Superman Returns,qui sortira d'ailleurs la même année que le 3;et ça,ça le fout mal.Matthew Vaughn est alors choisit.

Rebecca Romijn. 2005 Twentieth Century FoxMystique, championne du saut en hauteur.

Le réalisateur de Layer Cake et des futurs Stardust et Kick Ass,aurait écrit un scénario très sombre mais très bon,d'après les fans.La Fox n'a rien voulu entendre et choisira cette tache de Brett Ratner,réalisateur des sympathiques Rush Hour(et après du catastrophique n°3).Ce qui ne veut pas dire qu'il est capable de reprendre une saga.

Ben Foster. 2005 Twentieth Century Fox

Et c'est bien le triste constat que l'on voit,en voyant X Men: L'affrontement final(quel titre,franchement). Les images étaient pourtant alléchantes,les nouveaux personnages tout autant,les idées pas mal.Mais le problème,c'est que Ratner ne va jamais au bout des choses.Un ratage de première,qui fait mal au ventre.X Men 2 présageait dans sa fin beaucoup plus de choses interessantes.

Halle Berry et Hugh Jackman. 2005 Twentieth Century Fox-Qu'est ce qu'on fait Halle?-Ben,je crois qu'on va cachetonner.

Wolverine est montré comme un gros chat,qui râle de temps en temps. Mais ou est passé la bête virile des précédants films?On se pose bien la question.Tornade revient au rang d'outsiders, Xavier et Cyclope passent à la trappe;pareil pour Mystique,Malicia ou Diablo.Les nouveaux personnages ne servent à rien,à l'instar d'un Angel invisible,une Shadowcat qui doit se cacher,un Fauve sans saveur,ou un Fléau qui ne sert à rien.
Ian McKellen semble cabotiner en Magneto et le retour de Jean Grey est vraiment inutile.Le scénario n'est jamais passionant et pour le fan des mutants,la déception sera énorme.

Halle Berry. 2005 Twentieth Century FoxLe vent l'emportera(air connu).

Un troisième volet decevant,voire carrément naveteux.

La critique d'Alice In Oliver:

Après un premier volet sympathique et plutôt efficace, puis, un second épisode qui tenait enfin toutes ses promesses, ce troisième chapitre, intitulé X-Men L'Affrontement Final, était évidemment attendu au tournant.
Oui mais voilà, ce troisième opus marque un tournant dans la trilogie. Bryan Singer, fan de la première heure du comics, n'est plus de la partie.
Les producteurs ont la mauvaise idée de le remplacer par ce tâcheron de Brett Ratner.

Inutile de le préciser, mais ce changement va avoir de graves répercussions sur cet épisode, censé clore les aventures des super héros mutants.
Conscient du travail fourni par Singer sur les deux précédents volets, Brett Ratner se contente de poursuivre l'oeuvre du cinéaste, mais sans jamais y apporter la moindre touche personnelle.

En vérité, X-Men L'Affrontement Final reprend donc les choses là où elles s'étaient arrêtées dans le second volet. Jean Grey n'est plus de la partie.
L'équipe du Professeur Xavier a bien du mal à se remettre de sa disparition, en particulier Wolverine et Cyclope.
Qu'à cela ne tienne, Jean Grey refait son apparition mais la jeune femme a bien changé, prenant l'identité du Phénix, un mutant ultra-puissant, et décimant tout sur son passage.

Parallèllement, la société pharmaceutique Worthington a mis au point un « vaccin » permettant aux mutants de renoncer à leurs pouvoirs.
Pour la première fois de leur histoire, un choix s'offre à eux : conserver leurs caractéristiques uniques mais également la méfiance de l'humanité, ou bien abandonner leurs pouvoirs et devenir des êtres humains normaux.
Magneto y voit une menace pour l'existence des mutants et décide de détruire la société pharmaceutique. Pour cela, le mutant est aidé par ses sbires, et il est bientôt rejoint par Phénix elle-même.

De leur côté, l'école du Professeur Xavier se doit d'éviter une nouvelle catastrophe et doit à tout prix lutter contre Magneto et sa petite équipe, le but étant évidemment d'éviter une guerre entre les humains et les mutants.
Vous l'avez donc compris: les enjeux de ce troisième chapitre sont complexes et nombreux. Inutile de le dire: Brett Ratner passe presque totalement à côté de son sujet, expédiant la mort de plusieurs personnages importants.
Au hasard, on citera la fin de Cyclope lors d'une petite séquence de quelques secondes.

En suite, Brett Ratner passe également à travers son scénario, et notamment, à côté de Phénix, réduisant la mutante à une simple entité destructrice.
En résumé, vous pouvez oublier la réalisation et la mise en scène de Bryan Singer, qui avait au moins le mérite de s'attarder sur la psychologie des différents mutants en présence. Visiblement, Brett Ratner n'a pas envie de s'ennuyer avec ses personnages, les massacrant ou non selon son bon plaisir, et/ou par l'intermédiaire de dialogues idiots et sortis tout droit d'une mauvaise sitcom.
Oui, une sitcom... Tel est le terme qui convient le mieux à ce troisième opus, évidemment décevant mais également médiocre.
La saga aura bien du mal à s'en remettre. Preuve en est avec le chapitre qui viendra par la suite, X-Men Origins: Wolverine, encore plus mauvais que ce troisième épisode.