Ile_de_la_terreur_Island_of_Terror_1966_1

Genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
Année: 1966
durée: 1h30

L'histoire: Sur une île isolée, le Docteur Phillips est sur le point d'inventer une médication contre le cancer. Un de ses confrères, le Docteur Stanley vient lui rendre visite, mais ne trouve que des corps entièrement désossés.

La critique d'Alice In Oliver:

Terence Fisher est un immense réalisateur, qui signera un grand nombre de classiques pour la Hammer, une société de production, surtout réputée pour ces nombreuses péloches horrifiques de qualité.
Parmi les grands crus de Terence Fisher, on pourra citer La Malédiction des Pharaons, La Revanche de Frankenstein, le Chien des Baskerville, le Retour de Frankenstein ou encore Dracula, prince des Ténèbres.
Et encore, je pourrais citer d'autres exemples...

L'île de la Terreur est un film d'horreur réalisé pour le compte de la Hammer. Certes, c'est loin d'être le meilleur cru de Terence Fisher.
Attention, SPOILERS ! Sur une île isolée, le Docteur Phillips mène des expériences dans le plus grand secret, le but étant de trouver un vaccin contre le cancer. Pour cela, le scientifique travaille sur un nouveau type de cellules.
Mais très vite, l'expérience dérape et le chercheur crée involontairement des monstres voraces et sanguinaires.
Des meurtres horribles ont lieu. Certains cadavres atrocement mutilés sont retrouvés par la police.

ile_terreur

Un médecin et ami de Phillips, le Docteur Stanley (Peter Cushing) arrive sur les lieux et découvre des créatures terrifiantes, gluantes et dotées de têtes de serpent. Rien de particulier à signaler si ce n'est une thématique très présente dans les productions de la Hammer, à savoir une science dépassée par sa propre découverte, et donnant lieu à de véritables abominations de la nature.

Au niveau des acteurs, pas grand chose à signaler non plus, si ce n'est la prestation plutôt moyenne de Peter Cushing, visiblement peu motivé par ce film horrifique, un peu trop terne pour susciter une réelle adhésion.
Toutefois, ne boudons pas notre plaisir. Les créatures de service sont plutôt réussies et le film de Fisher délivre largement la marchandise en terme d'horreur, d'angoisse et de tension. Sympathique mais dispensable.