shoot_em_up

genre: action (interdit aux - 12 ans)
année: 2007
Durée: 1h30

l'histoire: Smith, un homme mystérieux, intervient en pleine fusillade, aide un enfant à naître et le sauve d'une bande de tueurs. Le nouveau-né est la cible d'une puissante organisation, décidée à effacer toute trace de son existence grâce à Hertz et à son armée de sbires. 

la critique d'Alice In Oliver:

Etonnant qu'une production aussi grotesque ait pu attirer un tel trio d'acteurs, à savoir Clive Owen, Monicca Bellucci et Paul Giamatti.
Mais ne l'oublions pas, même les grands acteurs ont besoin de manger à la fin du mois. Autre possibilité, Michael Davis est un pote et un mec vachement sympa. Par conséquent, on accepte son nouveau film, histoire de lui faire plaisir.
En résulte Shoot'Em Up, réalisé en 2007.

Le scénario est quasiment inexistant. Attention, SPOILERS ! Smith, un homme au passé mystérieux, intervient dans une fusillade.
Pendant qu'il massacre des dizaines de voyous, Smith parvient également à faire accoucher une jeune femme.
La jeune mère décède et Smith se voit affublé d'un moutard braillard. Cette petite séquence, qui se veut dantesque (mais qui ne l'est évidemment pas), est l'introduction du film.

shoot

La suite ? Smith doit affronter une armée de voyous, commandée par un certain Hertz (Paul Giamatti), un gangster sadique, prêt à tout pour éliminer le bambin.
Pour Smith, il faut à tout prix protéger le bébé. Il fait alors appel aux services d'une prostituée (Monicca Bellucci).
A partir de là, Shoot'Em Up enchaîne les courses poursuites et les séquences de tuerie les plus improbables.

Certes, au niveau action, le film de Michael Davis délivre largement la marchandise, en sachant que l'intérêt principal repose surtout sur son héros de service, donc, Smith. Ce dernier bouffe des carottes, bastonne tout le monde, massacre ses adversaires dans un tourbillon de balles, le tout sur une musique hard rock et heavy metal. Dit comme cela, la formule de Shoot'Em Up paraît alléchante.

shoot_em_up_4

Pourtant, à force de jouer la carte de la démesure, ce petit film d'action finit par agacer. Visiblement, Michael Davis veut aussi prouver qu'il sait utiliser sa caméra, d'où la sensation de regarder un film assez prétentieux sur la forme.
Pour le reste, Clive Owen remplit assez bien ses fonctions, mais les autres personnages sont assez quelconques.
Par exemple, Monicca Bellucci ne sert à rien et Paul Giamatti cabotine dans la peau d'un bad guy psychopathe et intello.
Après, certains détracteurs pourront crier au film fun et décérébré. Mais au moment du générique de fin, on se dit tout de même: "qu'est-ce que c'était nul !"