Luke, Leia, Chewbacca, R2D2 et C3P0 partent délivrés Han Solo, de sa situation de statue, chez Jabba le hutt...

En 1983, George Lucas décide de clore sa trilogie, avec Le retour du jedi (auparavant La revanche du jedi, mais Lucas ne voyait pas de revanche, dans l'histoire), réalisé par Richard Marquand. Mark Hamill, Carrie Fisher, Harrison Ford (bien que réticent au départ), David Prowse, James Earle Jones, Anthony Daniels, Kenny Baker, Billy Dee Williams, Frank Oz, Peter Mayhew, Alec Guiness et Ian McDiarmid rempilent; et Sebastian Shaw et Warwick Davis apparaissent. Ce dernier volet finit la saga, par un énième succès.

Je le considère comme le meilleur de la série, ce qui n'est qu'un avis personnel; étant donné que c'est le moins apprécié de la trilogie originelle. On y découvre les Ewoks, petites boules de poils et cousins des wookies (qui auront, par ailleurs, quelques aventures nanardesque par la suite) et la mort des 2 méchants emblématiques de la saga: Dark Vador et Palpatine.

Harrison Ford, Carrie Fisher et Peter Mayhew. Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

 

Un épisode bourré d'action, avec la poursuite sur la planète des Ewoks; la bataille finale contre l'Etoile Noire; et pour finir la bagarre sur Tatouine, qui ouvre le bal. La fin est remplie de suspense, car faites en 3 parties: Luke et son père; Lando et le Falcon Millenium; et Han Solo et les Ewoks. De quoi faire attendre un dénouement simple, car le bien triomphe du mal, mais efficace.

Billy Dee Williams. Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

 

On y apprend enfin, que Leia est la soeur de Luke et on finit par revoir la tronche de balafré de Vador, en la personne de Shaw. Ce qui n'a pas plu à Prowse, interprète physique du personnage. On assiste aussi à la mort imminente du grand maître Yoda. Mais il y a un détail polémique, inséré en 2004, pour la sortie DVD de la trilogie: on y voit Hayden Christensen à la place de Sebastian Shaw. Un détail inutile, car Dark Vador est comme tout le monde: il vieillit!

David Prowse et Mark Hamill. Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

 

Un final en apothéose, pour l'une des plus grandes sagas de science fiction.

La critique d'Alice In Oliver:

Star Wars Episode 6: Le Retour du Jedi, réalisé par Richard Marquand en 1983, marque la fin de la seconde trilogie, et donc, des aventures de Luke Skywalker et de ses amis. Après un premier épisode dantesque et un second volet particulièrement noir et pessimiste, George Lucas a bien l'intention de finir en beauté.
Cette fois-ci, finies les velléités du précédent chapitre. Clairement, George Lucas et Richard Marquand abandonnent la tonalité sombre de L'Empire Contre-Attaque pour renouer avec la tonalité naïve du premier opus.

Le but est clairement d'infantiliser le public avec un épisode qui ressemble davantage à un Walt Disney. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard, George Lucas modifiera le scénario. En l'espace de quelques années, Star Wars a conquis des millions de fans à travers le monde. Le phénomène est en marche et cartonne à travers de nouvelles gammes de jouets. A la base, le script prévoyait la mort d'Han Solo (Harrison Ford).

Toutefois, George Lucas craint que le décès de son héros ait des conséquences néfastes sur la vente des figurines.
De ce fait, le scénario est en partie réécrit. Donc, pas de surprise au compteur. Rassurez-vous: Luke Skywalker, nouveau chevalier Jedi, sauve tout le monde et terrasse les forces du mal. Certes, le jeune guerrier prodige connaîtra moult péripéties.

C'est d'ailleurs le début du film qui commence par la libération d'Han Solo, prisonnier du terrible Jabba le Hutt.
Pour le reste, Le Retour du Jedi contient de nombreuses séquences impressionnantes. Par exemple, comment ne pas citer la poursuite en spider bike en pleine forêt, ou encore le duel final entre Luke Skywalker et Dark Vador ?

Ce sixième chapitre est donc suffisamment rythmé pour que l'on ne s'ennuie jamais. Toutefois, c'est sans aucun doute le volet le moins intéressant de cette trilogie. Encore une fois, le film est destiné à séduire le plus grand nombre.
Donc, n'attendez pas d'enjeux dramatiques ou de surprises de taille. A cela, rajoutez quelques boules poilues, en l'occurrence, les Ewoks, et vous obtenez un film qui s'adresse prioritairement aux jeunes enfants.
Personnellement, je ne suis pas un grand fan du Retour du Jedi. Mais ne boudons pas notre plaisir: la magie opère encore, et c'est bien là l'essentiel.