Captain-America-first-avenger-film-trailer

genre: super héros, fantastique, action
année: 2011
durée: 2h05

l'histoire: Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en super soldat, connu sous le nom de Captain America. Mais il devra affronter la diabolique organisation Hydra, dirigée par Red Skull.

la critique d'Alice In Oliver:

Pas évident de porter sur grand écran un super héros tel que Captain America. Certes, le cinéma tentera bien quelques adaptations.
Malheureusement, les deux versions (celles de 1979 et de 1989) sont d'affreux nanars méconnus du grand public.
Captain America sera donc relegué au second plan parmi les super héros oubliés.

En même temps, c'est un personnage difficile à adapter, d'autant plus que son costume, incroyablement kitsch, ne plaide guère en sa faveur.
Pourtant, Joe Johnston décide de se lancer dans l'aventure et réalise Captain America First Avenger.
Inutile de préciser que le cinéaste est attendu au tournant, mais Joe Johnson a déjà fait ses preuves derrière la caméra, avec Jurassic Park 3 et le remake de The Wolfman.

captain A

Bilan des comptes: Joe Johnston est un cinéaste compétent, mais ses précédentes oeuvres n'ont pas convaincu tout le monde.
Ensuite, depuis quelques années, les adaptations de super héros sont nombreuses et la concurrence est rude, d'autant plus que Captain America First Avenger doit partager l'affiche avec Green Lantern.

Enfin, le personnage de Steve Rogers, alias Captain America, ne semble pas correspondre à l'image du super héros actuel, tel les Iron Man ou X-Men, des protagonistes qui appartiennent à notre société moderne.
Steve Rogers est un soldat de la Seconde Guerre Mondiale, un patriote qui a foi en son pays. Voilà un portrait peu accrocheur...

Captain_AmericaThe_First_Avenger_la_critique_2

Pourtant, Joe Johnston réussit son pari et parvient à rendre son personnage attachant. Pour cela, le cinéaste prend son temps pour planter le décor, présenter les origines du militaires et les différents enjeux qui l'entourent.
A partir de ces différents éléments, Joe Johnston mélange habilement action, aventure, guerre et humour.

Sincèrement, la formule opère même si on regrettera un début un peu longuet. Toutefois, la plus grand surprise du film se nomme Chris Evan, un acteur habitué aux rôles de super héros, puisqu'on avait pu le voir dans les 4 Fantastiques et sa suite. Visiblement, l'interprète semble plus à l'aise dans son costume étoilé que sous les flammes de la Torche Humaine.
Toujours est-il que l'acteur parvient à rendre son personnage crédible et attachant. Après, le scénario est de facture classique.
Mais encore une fois, l'ensemble se tient parfaitement. On en vient presque à fermer les yeux sur les nombreux élans patriotiques de cette péloche made in Hollywood.

captain-america-2011-13221-547738590

En même temps, Joe Johnston se veut fidèle à l'esprit du comics d'origine et ne prend pas le public pour un imbécile.
Un exemple que devrait suivre certains réalisateurs fans de blockbusters écervelés. N'est-ce pas Michael Bay ?
Désormais, Iron Man a un nouveau concurrent et un adversaire digne de nom.

La critique de Borat

En absence de réels concurents adverses (Green Lantern, aussi ambitieux a t-il été, s'est bien ramassé), la Marvel a reigné en maître sur le box office. Ainsi, pas moins de trois productions disposés en France à quelques moins d'intervalle ont débarqué sur nos écrans. D'abord Thor de Kenneth Branagh que je n'ai pas envie de voir et qui est inutile vu que son méchant sera également celui d'Avengers. Puis le superbe X Men: First Class de Matthew Vaughn et enfin le Captain America de Joe Johnston. Si le second est exclu du lot car c'est la Fox qui est derrière, les autres sont des productions maisons faites dans le seul but de mettre sur pied Avengers, film qui regroupera Thor (Chris Hemsworth), Captain America, Iron Man (Robert Downey Jr), Hulk (Mark Ruffalo remplaçant Edward Norton décidemment pas en odeur de sainteté avec la Marvel), la Veuve Noire (Scarlett Johansson), Nick Fury (Samuel L Jackson) et Oeil de Faucon (Jeremy Renner).

Captain America - The First Avenger sur CineMovies.fr

Un projet qui ne m'excite pas plus que cela et encore moins face à The Dark Knight Rises que j'attends depuis trois ans. En bref, depuis le premier Iron Man, la Marvel nous mêne en bateau à coup de caméos aussi inutiles que chiants et films de transition pénible (les Iron Man passant complètement à côté des troubles de son héros, laissant Downey Jr en roue libre). Après son retour flamboyant avec Wolfman, on avait peur que Joe Johnston reparte sur orbite avec un film hyper patriotique et dont on n'apprendrait rien. Surtout, il fallait éviter que le film ne soit un nanar tel que le film de 1991, très connu malgré que la firme de Spider man veut l'oublier (tout comme Fantastic Four, les Spidey des années 70 ou le Punisher avec Dolph Lundgren). Rien de tout cela finalement. Certes le fan de comics que je suis connaissait évidemment la fin, mais le film réussi à transcender cela.

Captain America - The First Avenger sur CineMovies.fr

Déjà Johnston peut s'appuyer sur un casting de qualité: Chris Evans (qui commence à devenir intéressant depuis Sunshine), Haylee Artwell, Hugo Weaving (déjà présent dans Wolfman), Tommy Lee Jones, Stanley Tucci, Dominic Cooper, Sebastian Stan, Toby Jones, Neal McDonough et Samuel L Jackson le temps d'un caméo. Pourtant le film commence assez mal vu que l'on découvre Captain America dans les glaces dès les premières minutes! Une idée débile étant donné qu'elle enlève tout suspense quant à la fin du métrage. Une erreur de montage inévitablement. Dès lors, le reste est un véritable flashback revenant au début de l'engagement des USA dans la Seconde Guerre Mondiale. Steve Rogers est un gringalet mince au possible et ayant le sens du devoir. C'est d'ailleurs pour cela qu'il veut s'engager dans l'armée.

Captain America - The First Avenger sur CineMovies.fr

Il faudra attendre qu'un docteur le mette dans le programme de Super-soldat pour être engagé. Via ce processus, Steve devient un grand gaillard et avec une resistance décuplée, mais l'homme reste le même. On peut donc s'attendre à un héros pro-ricain de première et inévitablement à un message propagantiste au possible. Que nenni! Quand le réalisateur nous sort des techniques de propagande c'est pour mieux critiquer ce genre de pratiques, plus ridicules qu'autre chose. C'est d'ailleurs ce que pense Steve sur le terrain, uniquement là pour faire le show à défaut d'être au front. Pour cela, Steve va devoir faire ses preuves. Evans trouve ici un rôle attachant et charismatique, faisant oublier ses sinistres prestations dans les deux Fantastic Four. Le film peut aussi compter sur un méchant de qualité, à savoir Crâne rouge.

Certainement l'ennemi le plus connu du comic book avec Hitler en personne! Un nazi lui aussi super-soldat mais dont la peau s'est détériorée et possédant un trésor pouvant augmenter la puissance de ses armes et devenir le Führer à lui tout seul. Weaving trouve un énième rôle de méchant qui lui va à merveille. Johnston sait marier espionnage, film de guerre et d'aventure et on voit que le bonhomme vient de l'écurie Spielberg. D'ailleurs, il n'est pas étonnant que Johnston se référence souvent aux Aventuriers de l'arche perdue. Jones et Tucci livrent également de bonnes prestations et pourtant on pouvait craindre que le premier cabotinne. C'est d'ailleurs lui qui sortira la meilleure réplique du métrage, à savoir celle sorti peu après que Rogers ait obtenu un baiser de sa bien-aimée "Moi j'embrasse pas". On regrettera tout de même des SFX trop visibles à de nombreux moments, rendant parfois le film artificiel.

Une adaptation divertissante et fidèle aux origines du personnage.


Captain America : Bande annonce francaise