triangle

genre: fantastique
année: 2009
durée: 1h40

l'histoire: Perdus dans le Triangle des Bermudes, les passagers d'un bateau chavirent et rejoignent un navire abandonné.

La critique d'Alice In Oliver:

EIl y a des films comme ça... Des petites productions qui passent totalement inaperçues, n'ayant pas le droit aux égards de la machine Hollywood, et condamnées à une sortie directe en dvd.
Triangle, le nouveau film de Christopher Smith, réalisé en 2009, est de ceux-là. Nul doute que ce film fantastique va s'inscrire parmi les oeuvres cultes en devenir.

En même temps, Christopher Smith n'en est pas à son premier coup d'essai puisque le cinéaste s'était déjà fait remarquer avec Severance, Creep, et plus récemment, Black Death. Indéniablement, Christopher Smith est le réalisateur anglais du moment, avec un certain Edgar Wright.
Avec Triangle, Christopher Smith varie les plaisirs et signe un film surprenant, qui oscille entre fantastique, voyage dans le temps via une boucle temporelle insaisissable, slasher, thriller voire épouvante.

triangle_2009_xl_01--film-A

Au niveau des influences, la montée en puissance de Triangle n'est pas sans rappeler (par certains aspects) Shining, de Stanley Kubrick.
Pour cela, Christopher Smith signe une première partie doucement mélancolique, sa caméra se focalisant sur son héroïne principale, Jess (Melissa George).
Attention, SPOILERS !

Jess est une jeune mère célibataire qui élève seule son enfant, et décide de passer le week-end avec un groupe d'amis sur un yacth.
Malheureusement, le bateau est victime d'une tempête et nos héros trouvent alors refuge sur un paquebot abandonné.
A partir de ces différents éléments, le film semble nous raconter le mythe de Sisyphe, condamné par les dieux à répéter sans cesse la même tâche.

triangle_smith_pic3

Dans Triangle, Jess est également poursuivie par cette malédiction. Elle aussi se retrouve condamnée à convaincre ses amis qu'ils ont effectué un saut dans le temps, et que les choses se répètent inéluctablement et indéfiniment.
Mieux encore, Christopher Smith s'amuse avec certains détails et ses différents protagonistes.

En vérité, Triangle est un petit coup de génie, Christopher Smith n'hésitant pas à jouer avec la psychologie de son héroïne principale.
De ce fait, cette boucle temporelle qui se répète sans cesse, finira par révéler les failles et les cicatrices personnelles de Jess lors d'un ultime rebondissement. Ici, la notion d'espace et de temps, ainsi que les liens qui les rattachent, tiennent une place prépondérante.
Voilà donc une excellente péloche fantastique qui exploite à fond son concept et qui nécessitera probablement une seconde vision.
Une future référence du genre ? Sans aucun doute !

La critique de Borat

Christopher Smith n'a décidemment pas de chance en France. Ses films ont deux destins finalement similaires: soit ils sortent dans une certaine indifférence (Creep et Severance), soit ils se retrouvent DTV faute d'un distributeur capable de mettre du fric pour le mettre en salles (Black Death). Triangle fait partie de la seconde catégorie. Trainant sa réputation de festival en festival (dont la dernière édition de Gérardmer où il a reçu le Prix du meilleur inédit DVD) et ne parvenant jamais à trouver preneur pour passer en salles, il a fini dans les bacs en juin dernier. Ce qui prouve bien l'incompétence de notre distribution française, capable de sortir un Inception en grande pompe et un film pas plus compliqué dans les oubliettes du DTV. Une réalité qui touche nombre de films intéressants dont ce cru datant tout de même de 2009. 

Christopher Smith donne le rôle principal à Melissa George, une actrice qui n'avait pas donné lieu à de grandes prestations jusqu'à maintenant (son meilleur rôle restait celui d'une prostituée dans Dark City et cela revient à 1998!). L'anglais compte bien changer les choses en lui donnant un rôle en or qu'on est pas prêt d'oublier. Ceux qui ont vu le film comprendront peut être cette allusion. Le film commence simplement avec une bande partant en mer. Une personne se distingue, à savoir Jess une mère faisant tout pour son enfant autiste. Une occasion de se dégager du quotidien. Puis nos amis finissent dans une tempête les amenant vers un bâteau. Une petite visite s'impose jusqu'à l'inévitable. Le film prend alors une tournure vraiment intéressante et fascinante. 

(Attention spoilers) Notre héroÏne se retrouve dans une boucle temporelle dû à un élément dramatique si traumatisant qu'elle ne cesse de revivre cet évènement. Une sorte de Jour sans fin sans le rire et happy end. Même si on connaît le déclancheur, Smith se garde quelques mystères et ne verse jamais dans le gore facile. Bref, s'il y a moments violents, ce n'est pas par pure envie de charcuterie comme l'ont adorés les producteurs de Saw mais au service d'un réel scénario. Le but inlassable de Jess est de retrouver son fils quitte à tuer. Une héroÏne à multiple facettes et pouvant dégénérer à tout moments. Un personnage dont Melissa George incarne superbement, jamais ridicule et même poignante rien que par cette fin et ce travelling sur les restes du crash est d'une somptuosité morbide et l'accident spectaculaire.

Un drame horrifique à multiples facettes et poignant dans son dénouement. 


Triangle - Trailer / Bande-Annonce #2 [VO]