Barney Ross et son équipe sont engagés pour tuer un dictateur et s'occuper d'un agent corrompu de la CIA...

Ah les années 80, ses films d'action souvent bourrins (au pif: Commando, Piège de cristal, L'arme fatale...), ses acteurs mythiques... Sylvester Stallone connais ça pour en avoir été l'un des symboles. Après avoir conclue admirablement les sagas qui l'ont rendu célèbre (soit Rocky et Rambo), il décide de rendre un vaillant hommage au genre et certainement le film le plus burné de tous les temps, avec Expendables. Pour son casting, il a pris à la fois de vieux briscards et des nouveaux venus.

Jet Li, Dolph Lundgren et Sylvester Stallone. Metropolitan FilmExport

Soit Jason Statham, Jet Li (Jackie Chan aurait été pressenti), Dolph Lundgren (Jean Claude Van Damme devait être à sa place, mais ne voulait pas se faire casser la gueule par Jet Li. Fallait vraiment être con!), Terry Crews (Wesley Snipes ne pouvait sortir du territoire; Forest Whitaker est partit, lorsque le tournage fut repoussé; et 50 Cent ne parraissait pas crédible, selon les internautes), le catcheur Steve Austin, Mickey Rourke, Eric Roberts (un temps Ben Kingsley) et Randy Couture. Avec également Charisma Carpenter, David Zayas, Giselle Itié et évidemment les apparitions de Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger (qui a tourné lors de son jour de congés et gratos).

Sylvester Stallone. Metropolitan FilmExport

Autant dire du lourd, pour un film d'action. A noter que, Steven Seagal (qui a de gros problèmes avec Nu Image, productrice du film), Chuck Norris (bon, là c'est pas bien grave, hein?) et Kurt Russell (argh!) ont également décliné l'offre. Les première séquence mettent dans l'ambiance. Ainsi, des preneurs d'otage somaliens vont se faire massacrer, par nos Expendables. Le pire? Ce bon vieux Lundgren, qui dégomme du somalien au fusil à pompe! Mort à l'arrivée immédiatement. Vous pensiez qu'à plus de 60 ans, notre bon vieux Sly allait se reposer? Que nenni. Il court, dégomme, bastonne... Il est vraiment incroyable.

Sylvester Stallone, Jet Li, Randy Couture, Terry Crews et Jason Statham. Metropolitan FilmExport

Et comme on l'avait déjà vu sur John Rambo, il sait filmer l'action. On se croirait sur un vrai champ bataille. Mais surtout Expendables est surtout un excellent film d'action, fait comme un film des années 80. Ce qui donne un aspect jubilatoire, que l'on ressent de moins en moins dans les films d'action d'aujourd'hui. Et surtout, donne largement la marchandise. On aura droit à une course poursuite dantesque; un affrontement entre Li et Lundgren assez fendard; un autre entre Statham et le copain de sa petite copine sur un terrain de basket (faut pas toucher à la copine, sinon ça va chier!); une explosion monumentale d'un port; ou encore un final explosif, avec son lot de tueries et explosions.

Eric Roberts et Giselle Itié. Metropolitan FilmExport

A noter également, un mémorable combat entre Stallone et l'immense Austin. Les acteurs ne cabotinent pas et sont vraiment bons. Certaines scènes sont vraiment hilarantes, comme le discours de Jet Li ("je suis petit, donc j'ai une grande blessure") et le caméo de Schwarzy et Willis (grand moment, avec notre bon Arnold qui se fout de la gueule de Sly; et Willis qui n'avait jamais été aussi menaçant); d'autres émouvant, comme le discours de Rourke (c'est un peu sa vie finalement). La bande son avec du rock a plein tube est très bonne et puis comment refuser The boys are back in town de Thin Lizzy en générique?

Du grand film d'action.

La critique d'Alice In Oliver:

On en revient toujours au cas de Sylvester Stallone. Au tout début de sa carrière, l'acteur connaît la galère et accepte même de tourner un film érotique pour payer ses fins de mois. Toutefois, Stallone parvient à s'imposer dans le rôle de Rocky Balboa et triomphe au cinéma. Sylvester Stallone est enfin reconnu et s'impose comme l'action man des années 80. Hélas, l'acteur connaît également des moments difficiles.
L'échec de Rambo 3 l'amène à revoir sa carrière. Stallone s'essaie alors à la comédie et devient un has-been.
Les années 90 seront difficiles même si on note quelques exceptions. Pourtant, vers le milieu des années 2000, Stallone rebondit en annonçant l'ultime retour de Rambo et Rocky, ses deux personnages fétiches.

Avec John Rambo et Rocky Balboa, Sylvester Stallone est revenu au premier plan. Mieux encore, ces deux nouveaux films ont totalement conquis les fans.
Lorsque Stallone annonce qu'il va réaliser et jouer dans Expendanbles: Unité Spéciale, tout le monde a envie de croire à son projet, d'autant plus que ce nouveau film réunit toutes les stars du cinéma d'action des années 80 et 90: Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Randy Couture, Steve Austin, Terry Crews et Mickey Rourke, en sachant que Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger effectuent une petite apparition.
A ce casting haut en couleurs, viennent s'ajouter Eric Roberts et Charisma Carpenter.

D'ailleurs, la distribution du film fera l'objet de nombreuses rumeurs. Par exemple, Jean-Claude Van Damme, Chuck Norris, Kurt Russell, Steven Seagal, Wesley Snipes et Danny Trejo seront approchés, mais tous ces acteurs déclineront l'invitation pour différentes raisons. Pour les fans du cinéma d'action, Expendables réalise un vieux fantasme, à savoir réunir tous les action man de notre enfance et adolescence.
Vous en aviez rêvé ? Sylvester Stallone l'a fait !

Maintenant, reste à tenir les promesses annoncées, d'autant plus que Expendables a fait le buzz sur le net pendant plusieurs mois.
Sur le papier, Expendables est un film qui fait rêver. Il s'agit avant tout d'un hommage au cinéma d'action des années 80.
Malheureusement, sur l'écran, le résultat s'avère réellement décevant.

Certes, Stallone sort l'artillerie lourde. Hélas, l'acteur/réalisateur a bien du mal à exploiter les différents action man en présence.
En vérité, Expendables se concentre davantage sur le duo Sylvester Stallone/Jason Statham, les autres figurants faisant office de simples faire-valoir, condamnés à cabotiner et à intervenir en début et en fin de film.

Quant au scénario, cela ne semble pas être le gros souci de l'ami Stallone. Sans compter les brèves apparitions de Bruce Willis et d'Arnold Schwarzenegger qui ne servent strictement à rien. Bref, Expendables ressemble un peu à la foire à tout des action man. Les grands noms du cinéma d'action sont présents.
En même temps, après la séance, on se demande quelle est leur véritable utilité dans le film... Au final, Expendables n'existe qu'à travers ses séquences d'action certes burnées, mais finalement stériles, à l'image finalement de cette entreprise en forme de nanar et de pétard mouillé, qui ravira probablement des fans conquis à l'avance.
En vérité, Expendables doit surtout son succès au buzz sur internet et à la nostalgie qu'il suscite, via son casting démesuré.
Sinon, c'est tout ? Oui, c'est tout.