1973. Susie Salmon est une jeune fille de 14 ans, tuée et violée par un de ses voisins. Depuis un monde entre la Terre et le paradis, elle voit ce que devient sa famille, mais aussi son tueur...

Paramount Pictures France

Adapté d'un roman d'Alice Sebold, Lovely Bones de Peter Jackson a eu de nombreux problèmes, avant et après sa sortie. Prévu dans le rôle du père, Ryan Gosling sera évincé par la Paramount, pour Mark Wahlberg, plus bankable. Tourné fin 2007- début 2008, le film est prévu pour avril 2009, puis automne, janvier 2010, et finalement le 10 février chez nous. Et ce n'est pas tout, le film rapportera très peu, à cause d'une diffusion minimaliste. Sans compter, le peu de Blu Ray disponibles, au profit d'un DVD vierge de bonus à 20 euros (!!!).

Mark Wahlberg et Saoirse Ronan. Paramount Pictures France

Autant dire que le dernier film de Jackson n'a pas eu de bol. On retrouve derrière sa caméra, Saoirse Ronan, Wahlberg, Rachel Weisz, Susan Sarandon, Stanley Tucci, Michael Imperioli, Rose Mclver, Carolyn Dando et Reece Ritchie. Lovely Bones n'est pas un des meilleurs films du néo-zélandais, notamment à cause d'une certaine longueur. Le film est assez lent et dure quand même 2h15.

Saoirse Ronan et Reece Ritchie. Paramount Pictures France

Mais si on enlève ce détail, c'est très bon. Les acteurs s'en sortent très bien. Ronan est excellente en jeune fille partie bien trop vite; Tucci glaçant en pédophile récidiviste; Sarandon est jouissive en grand mère de tous les excès; et même Wahlberg  en père effondré et déterminé à retrouver l'assassin de sa fille. Jackson prend son temps pour présenter son héroïne et sa famille conblée.

Stanley Tucci. Paramount Pictures France

Malheureusement, la mort de la petite aura des conséquences. La mère est sous le choc et partira; le père enquête à la place des flics, jusqu'à se faire tabasser par des jeunes, le prenant pour un violeur (le personnage de Tucci avait tout prévu); la grand mère revient, foutant un certain boxon dans la maison; et la soeur devient, peu à peu, une femme. La vision du paradis est magnifique. En BR, la qualité de l'image est monumental. De plus, certains événements du monde réel se reflète dans le paradis.

Saoirse Ronan. Paramount Pictures France

Après, certains auront du mal avec les couleurs, mais dans l'ensemble, Weta a encore fait du bon travail. La quête de vérité est intéressante et le spectateur ne saura que très tard (dans une séquence relatant les sévices du pédophile) le sort morbide de Susie. Cette dernière est d'ailleurs très attachante. Finalement, le tueur aura droit à un sort tout aussi horrible que ses victimes.

Mark Wahlberg. Paramount Pictures France

Si ce n'est pas un Jackson mémorable, Lovely Bones reste un beau film sur le deuil, avec des acteurs convainquant.

La critique d'Alice In Oliver:

Ce n'est pas la première fois que Peter Jackson s'attaque au drame fantastique. Bien avant Lovely Bones, Peter Jackson avait déjà signé le trop méconnu Créatures Célestes. D'ailleurs, les deux films entretiennent de nombreux points commun.
Encore une fois, Peter Jackson réalise un film ambitieux, qui pourrait s'apparenter à un journal intime post-mortem.
Dans Lovely Bones, l'héroïne, Susie Salmon, 14 ans, est assassinée par un de ses voisins.

La jeune adolescente est alors condamnée à regarder la police piétiner dans son enquête, le criminel continuant de sévir et de s'attaquer à des jeunes filles dans la toute impunité. A partir de là, Peter Jackson alterne les passages entre le monde réel et l'au-delà. Indéniablement, les séquences se déroulant dans le monde des morts sont les plus réussies, en sachant que Peter Jackson multiplie les symboles.
Ici, la dimension fantasmatique autour de la mort, du deuil et de la perte d'un être cher tient une place prépondérante.

Plus que jamais, Lovely Bones s'articule autour du point de vue de Susie (Saoirse Ronan), largement décontenancée par la situation et condamnée à voir sa famille souffrir et se briser inéluctablement.
Sur ce dernier point, Lovely Bones n'est pas toujours convaincant. Certes, ce drame fantastique aborde de nombreuses thématiques passionnantes: l'impuissance face à une situation aussi horrible, l'incapacité à agir et un décès devenu tabou, chaque membre de la famille s'étant réfugié dans le silence, voire la fuite.
C'est par exemple le cas de la mère de Susie, qui décide de partir du domicile conjugual.

Quant au père (Mark Wahlberg), il s'est mis en tête de retrouver un meurtrier insaisissable. De son côté, le fantôme de Susie est condamné à regarder le monde réel sans pouvoir intervenir.
C'est aussi ce dernier point qui rend Lovely Bones terriblement frustrant. De ce fait, les passages montrant Susie dans le monde réel ne sont pas toujours pertinents. Clairement, on sent que Peter Jackson hésite à faire intervenir son héroïne, sans pour autant approfondir les sentiments que sa mort suscite auprès de son entourage.

Au final, Lovely Bones en déconcertera plus d'un. C'est un drame fantastique très lent qui divise les fans du réalisateur sur la Toile.
Ensuite, Lovely Bones pâtit de nombreuses longueurs. En résumé, le film aurait gagné à durer 20 bonnes minutes de moins.
Enfin, la prestation des acteurs est assez inégale. Si Saoirse Ronan livre une excellente composition, on n'en dira pas autant de ce pauvre Mark Wahlberg, toujours aussi inexpressif, monolithique et incapable d'apporter la moindre tonalité dramatique à son personnage.