seventyfive-aff

genre: horreur, slasher(interdit aux - 12 ans)
année: 2007
durée: 1h35

l'histoire: Invités par une personnalité à venir passer le week-end dans un manoir isolé, des étudiants s'amusent à faire des blagues téléphoniques pour passer le temps. Mais un coup de fil de trop les amène à entrer en contact avec un psychopathe.

la critique d'Alice In Oliver:

Indéniablement, les sagas Scream, Souviens-toi l'été dernier et Urban Legend ont marqué les esprits. C'est le cas de 7venty 5ive, réalisé par Brian Hooks et Deon Taylor en 2007, dont c'est le premier film.
Clairement, on sent que les deux acolytes ont baigné dans les slashers des années 90.

7eventy%205ive1

Au niveau du scénario, rien de bien nouveau. On retrouve à nouveau des jeunes étudiants insouciants, qui s'amusent à faire des canulars téléphoniques. Jusqu'au jour où ils entrent en contact avec un psychopathe, maniaque de la machette, et prêt à en découdre directement chez eux.
Evidemment, l'arrivée brutale de ce corquemitaine n'a rien du hasard et vient trouver ses sources dans un passé tragique et obscur.

Vous l'avez donc compris: 7venty 5ive est un énième ersatz de Scream. Seul problème, et il est de taille, Brian Hooks et Deon Taylor ne sont pas Wes Craven, d'où le sentiment de se retrouver devant une série B horrifique nullarde et franchement risible à force d'accumuler les clichés.
Ne parlons même pas des personnages, totalement inintéressants, lisses et transparents.

7eventy%205ive4

Même chose pour les séquences de meurtres, certes, nombreuses mais sans intérêt, les deux réalisateurs étant incapables de distiller la moindre tension dans ce slasher de seconde zone. Même la révélation finale est ridicule.
Difficile alors de savoir ce qui a pu attirer Rutger Hauer (dans un rôle très secondaire) dans ce slasher. Mais chacun le sait: les fins de mois sont parfois difficiles.