M-Popper-et-ses-Pingouins

genre: film pour enfants
année: 2011
durée: 1h35

l'histoire: Enfant, Tommy Popper attendait impatiemment les occasions de parler par radio à son père, un explorateur toujours parti aux quatres coins du monde. Des années plus tard, Popper est devenu promoteur immobilier. Sa réussite lui a coûté sa vie de couple. Divorcé, il ne voit plus ses enfants qu'un week-end sur deux. Mais lorsqu'un matin, il reçoit l'ultime cadeau de son père décédé, un pingouin vivant, sa vie bascule.

la critique d'Alice In Oliver:

Et non, Jim Carrey n'est plus l'acteur bankable qui triomphait dans les années 90. Désormais, le comédien fait figure de petit has been qui tente tant bien que mal de survivre. Jim Carrey doit donc se contenter de films alimentaires.
Preuve en est avec Mr. Popper et ses Pingouins, réalisé par Mark Waters en 2011. A croire que l'acteur a vraiment la dalle pour sombrer dans une bouserie pareille. Viennent également s'ajouter Carla Gugino et Angela Lansbury.

Comme l'indique le titre de ce gros nanar, il s'agit bel et bien de pingouin. Pour les effets spéciaux du film, les concepteurs auront recours à des animatroniques et aux images de synthèse. Mais de vrais manchots seront également utilisés pour certaines séquences. Pour que les pingouins puissent suivre Jim Carrey dans ses déplacements, l'acteur se baladera avec des sardines dans les poches.
Voilà autant d'anecdotes passionnantes qui ont le mérite d'annoncer la couleur ou plutôt l'odeur (je vous laisse deviner laquelle...).

Mr P-pingouins-1

Le scénario multiplie les clichés et les caricatures habituelles. Attention, SPOILERS ! Enfant, Tommy Popper parlait par radio avec son père, un explorateur.
Hélas, ce dernier est décédé et Tommy ne s'est jamais remis de cette perte douloureuse. Aujourd'hui, Mr Popper est promoteur immobilier.
Certes, ce dernier a réussi sa carrière professionnelle mais pas sa vie de famille. Divorcé, il ne voit que ses deux enfants (un mouflet et une adolescente en manque de mec) un week-end sur deux.

Mr Popper entretient des relations difficiles avec son ex-épouse et sa fille pleurnicharde et faussement rebelle. Qu'à cela ne tienne, un jour, il reçoit un ultime cadeau de son père, en l'occurrence, un pingouin.
Bientôt, ce sont plusieurs manchots qui s'invitent dans son appartement luxueux. Dans un premier temps, Mr Popper a bien du mal à tenir ces nouveaux arrivants.
Les manchots accumulent les bêtises: partie de douche dans l'appartement, glissades et roulades sur la moquette font partie du menu fretin.

Mister-Popper-et-ses-pingouins

En guise de gag, il faudra se contenter de manchots qui défèquent sur le visage de Jim Carrey. Ce qui est sensé faire rire.
Encore une fois, l'acteur n'est là que pour s'en prendre plein la tronche. Jim Carrey se fait donc voler la vedette par les pingouins de service.
Mais peu importe, grâce à ces animaux venus du froid, Mr Popper va retrouver une certaine confiance auprès de sa famille.

Sa fille et son ex-épouse se rapprochent de lui. Mais évidemment, rien ne va se dérouler comme prévu. Suite à une série de quiproquos, les pingouins seront obligés de quitter leur nouvel habitat. Direction le zoo !
Bref, c'est le scénario habituel. Inutile de préciser que cela ne vole pas bien haut. Quant à Jim Carrey, ce dernier est en mode cabotinage.
Il faudra donc supporter l'acteur dans une partie de danse ou plutôt de claquettes avec des manchots insupportables.
D'ailleurs, les oiseaux de malheur assurent largement le spectacle: ils braillent, pètent, courent dans tous les sens et se torchent le derche (non ça, ils ne le font pas mais bon...).
Je vous laisse imaginer deux secondes la catastrophe ! Mais sincèrement, comment peut-on aimer un film pareil ?


MR. POPPER ET SES PINGOUINS : BANDE-ANNONCE VOST HD