4fantastiques01

genre: fantastique
année: 2006
durée: 1h30

l'histoire: Alors que Mr Fantastic et la femme invisible vont bientôt se marier, le mystérieux Surfeur d'Argent surgit de l'espace et provoque d'étranges phénomènes sur la Terre. Rapidement, les 4 Fantastiques vont découvrir le dessein secret de cet être aux pouvoirs surprenants.

la critique d'Alice In Oliver:

Les 4 Fantastiques restent encore aujourd'hui des super héros populaires, probablement autant que les Spiderman, Batman et X-Men.
Il était donc logique de porter un jour ou l'autre leurs aventures sur grand écran. Après une première tentative ratée (et fauchée) en 1994, par l'intermédiaire de Roger Corman, les studios hollywoodiens décident de mettre l'argent sur la table pour une première aventure signée Tim Story.

Certes, le film remportera un certains succès au box-office mais sera démolie par les critiques, sans compter certains fans, qui évoquent une adaptation assez fade. Conscient des nombreux défauts du premier opus, Tim Story veut gommer les erreurs et réaliser une suite plus ambitieuse, intitulée Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent.

4-fantastiques-et-le-surfer-d-argent_1

Malheureusement, ce nouvel épisode se révèle être encore plus médiocre que son prédécesseur. Une fois encore, cette nouvelle aventure est gâchée par notre quatre super héros de service, interprétés par quatre acteurs indigents, fades, quelconques et transparents. Mention spéciale à Jessica Alba, certes très belle, mais aussi vide que son personnage (la femme invisible).
Mais il ne faudrait pas non plus oublier ce pauvre Chris Evans, condamné à jouer les zippos de service (la torche humaine).

Doug Jones dans Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent

 

Quant à l'histoire, elle manque également de profondeur. Finalement, l'intrigue se concentre assez peu sur son personnage principal, à savoir le Surfer d'Argent, de loin le meilleur acteur du film !
Seul souci, et il est de taille, le Surfer d'Argent n'est qu'une animation en images de synthèse. Pourtant, c'est bel et bien lui qui sauve le film de la catastrophe annoncée.

Au niveau du graphisme et du design, le Surfer d'Argent n'est pas sans rappeler le T-1000 dans Terminator 2. C'est un personnage torturé et mélancolique, condamné à détruire la Terre s'il veut sauver sa planète.
Malheureusement, Tim Story passe à côté de ce protagoniste, bien plus intéressant que les quatre ahuris de service.

Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent Un revenant!

 

Quant au film lui-même, on frôle souvent le désastre, certaines séquences confinant au ridicule. Par exemple, comment ne pas citer le moment où Mr Fantastic danse dans une boîte de nuit en compagnie de quelques blondasses ?
Même remarque pour la Chose, étrangement inexistante dans ce second chapitre. Bref, un très mauvais film qui évite le zéro pointé grâce à son atout principal. Toutefois, les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent reste une bien piètre adaptation.

La critique de Borat

L'annonce d'un nouveau Fantastic Four n'a pas fait l'unanimité surtout au vue du médiocre premier volet. Pourtant le film avait eu son petit succès et dans sa nullité, Tim Story et ses six principaux acteurs (oui même Julian McMahon pourtant soi-disant mort revient) reviennent faire un tour de piste. Pour ce volet, il s'agit de faire dans l'inédit en prenant comme principal atout le Surfer d'argent, un autre super-héros de la Marvel. Pour cela, l'équipe des effets-spéciaux opte pour la motion capture déjà à l'origine des facéties d'Andy Serkis dans Le Seigneur des anneaux et King Kong. Pour l'incarner physiquement, Doug Jones est pris. Un inconnu de nom mais si on vous dit qu'il est l'acteur transformiste fétiche de Guillermo Del Toro, vous devriez comprendre qu'il est l'interprète physique d'Abe Sapiens dans les Hellboy ou du Faune du Labyrinthe de Pan. Un acteur habitué aux maquillages intensifs. C'est le meilleur personnage du film d'ailleurs mais Story préfère toujours nous faire chier avec une équipe de bas étage.

4F "Jessica t'es contente de jouer dans cette bouse?! -Surtout contente d'enlever cette putain de perruque de merde et ces choses qui me brûlent les yeux!"

Les personnages ont toujours un traitement aussi lamentable, à part peut être la Torche un peu plus consciente de ses responsabilités et moins pénible. Quant à la Chose, elle est complètement laissé de côté et ne parlons même pas des autres. Notamment Jessica Alba enlaidie par une perruque blonde affreuse et des lentilles bleues. Mais pourquooooooooooooooooooooooooooooiiiiiii????! Telle est la question que le pauvre Borat s'est posé longuement en voyant la tronche de la belle Jessica dans ce machin. Et autant dire qu'il est déçu. Sans compter que les SFX ne sont une nouvelle fois pas à la hauteur à l'image de ce que deviennent les personnages une fois que Johnny Storm les touche, suite au contact du Surfer. Susan Storm se déplace telle une baudruche; la Chose est contente parce qu'elle retrouve son côté humain et la Torche chouine de se retrouver avec un corps de pierre. Tant de questions très intéressantes dont Story semble raffoler au détriment du spectateur déjà bien énervé. Comme je le disais, le Surfer s'avère être le personnage le plus fascinant.

En effet, il s'agit d'un être condamné à devoir chercher des planètes en vue de les donner en pature à Galactus. Ce dernier se nourrie des planètes et asseoit sa réputation dans l'univers. En sachant que le Surfer a laissé celle qu'il aime sur sa planète et que son positionnement final mettra fin à ses espoirs de retour chez lui. Malheureusement et il faut bien l'avouer, il aurait mieux value au Surfer de se retrouver dans un vrai projet l'entourant (on conseille vivement la Marvel de le faire, en vue peut être de l'insérer dans un volet de la d'ores et déjà annoncée franchise Avengers) que dans ce ramassis de blockbuster pas ambitieux pour deux sous. Il n'y a qu'à voir ce que Story fait de Galactus. Alors qu'il est un véritable titan dans les comics, ce n'est qu'une vulgaire poussière d'étoiles dans le film! Une véritable honte prouvant encore une fois le nombrilisme de Story. Outre cet affront, Story ose montrer une séquence ultra-ridicule où Mr Fantastic danse avec deux blondasses en plein enterrement de vie de garçon! D'ailleurs, la Fox semble tellement emballer par le résultat qu'un reboot est prévu. Par contre, d'ici qu'ils s'y mettent...

Un film encore plus lamentable que son prédescesseur et dont le principal argument est un second couteau.


LES 4 FANTASTIQUES ET LE SURFEUR D'ARGENT - Bande Annonce