azur_et_asmar_2

genre: dessin animé
année: 2006
durée: 1h40

l'histoire: Elevés comme deux frères, Azur, blond aux yeux bleus, fils du châtelain, et Asmar, brun aux yeux noirs, fils de la nourrice, sont séparés. Devenus grands, ils partent chacun à la recherche de la fée des Djinns.

la critique d'Alice In Oliver:

Michel Ocelot s'est déjà taillé une certaine réputation grâce à Kirikou et la sorcière , un dessin animé qui créera la surprise dans les salles de cinéma et sur le marché de la vidéo.
Ce qui poussera le réalisateur à signer une suite totalement inutile, Kirikou et les bêtes sauvages, quelques années plus tard.
Avec Azur et Asmar, sorti en 2006, Michel Ocelot sait qu'il est attendu au tournant.

Sur le fond, Azur et Asmar ressemble donc à une sorte de conte philosophique sur la tolérance et la différence. Au final, Michel Ocelot se montre fidèle à lui-même.
Plus que jamais, les longs métrages animés de Michel Ocelot offrent un dépaysement total et changent un peu des productions habituelles.
Vous pouvez donc oublier Dreamworks, Pixar et le monde merveilleux de Walt Disney.

Comme l'indique le titre du film, Azur et Asmar se concentre évidemment sur l'histoire de ses deux protagonistes principaux.
Attention, SPOILERS ! Azur et Asmar grandissent ensemble, élevés par une nourrice comme deux frères. Dès le plus jeune âge, ces deux garçons sont en concurrence.
Mais le père d'Azur renvoie la nourrice et le fils de cette dernière, Asmar. La nourrice et Asmar repartent donc dans leur pays.

Les années passent. Azur a bien grandi, il est devenu un beau jeune homme. Il quitte alors son paternel pour retrouver sa nourrice qu'il n'a jamais oubliée.
Il atterrit alors sur un territoire inconnu: il comprend à peine le langage local et ses immenses yeux bleus semblent faire fuir la population locale, le bleu étant synonyme de grand malheur.
Mais Azur tient enfin sa chance: il rencontre un mendiant, un certain Crapoux, voleur à ses heures perdues.
Après toute une série de péripéties, Azur retrouve enfin sa nourrice et celui qu'il considère comme son frère, Asmar. Mais ce dernier voue une certaine haine à son frère.
Débute alors la seconde partie du dessin animé. Azur et Asmar partent chacun de leur côté à la recherche de la fée des djinns.
Le long-métrage animé prend alors les allures d'un conte philosophique sur fond de voyage initiatique.

Difficile d'évoquer Azur et Asmar sans dévoiler les grandes lignes de l'histoire. Toujours est-il que ce film d'animation se distinque par sa grande beauté visuelle, des décors somptueux et des couleurs de toute beauté. C'est vraiment un dessin animé plaisant à regarder.
Nul doute qu'Azur et Asma ravira à la fois le jeune et le grand public. On regrettera peut-être un film un poil trop sérieux, l'humour étant plutôt absent de ce long-métrage.
Ensuite, le happy end final est un peu hors sujet, surtout au regard de la tonalité (parfois assez sombre) de ce dessin animé.
Mais ne boudons pas notre plaisir, après les aventures de Kirikou, Michel Ocelot confirme les espoirs placés en lui avec ce nouveau dessin animé, aussi beau que passionnant.