Un requin sévit sur les plages d'une station balnéaire, engendrant la chasse de ce requin si gourmand...

JAWS5CRUELJAWSDVDCOVER[1]

La dernière fois que je vous ai parlé du génial, du monumental, du génialissime maître du bis Bruno Mattei, c'était il y a fort longtemps pour Virus Cannibale. Entre-temps, mon cher Olivier vous a délivré quelques chroniques fantastiques allant de la science-fiction (Robowar avec Reb Brown qui gueule) au film d'action (Strike commando avec Reb Brown... qui gueule!) en passant par l'horreur (Zombi 3 avec des zombies qui beuglent!). On ne présente donc plus ce pape de la daube dans ces colonnes et voici donc venu Cruel Jaws ou Les dents de la mer 5, datant de 1995. Et oui, vous l'auriez bien compris, Nono le zeddard a encore été voir chez le voisin en pastichant le film de Steven Spielberg. En sachant que le film a été réalisé un an après le lamentable numéro quatre de la saga de Bruce le requin. Par chance, je ne l'ai pas vu sur internet mais sur le câble, Ciné + Frisson faisant dans le film de requin en ce moment (Shark 3D et Peur bleue étaient également au programme ce mois-ci) et en version française. Autant dire que pour ce genre de nanar, la VF est primordiale pour rajouter une dose nanardeuse à l'ensemble. Et comme ce genre de films est rare sur le paf, voir de la bonne série Z en pleine journée est une priorité à elle toute seule. Comme à son habitude, Nono le zeddard a utilisé un pseudo, William Snyder, ce qui est assez étonnant, le coco utilisant plutôt Vincent Dawn.

crueljaws02 L'une des premières victimes, autant dire que le maquillage ne manque pas de gueule...

L'amigo Mattei est toujours aussi roublard même quand il s'agit de montrer des requins. Ayant autant de budget qu'à son habitude (soit deux francs six sous pour être gentil), l'ami Mattei nous refile ses bons vieux stock-shots qu'il a toujours sous la main, histoire de garder des sous pour le grand manitou, le grand requin. A quoi on les remarque? Tout simplement la qualité d'images absolument lamentable des stock-shots. Si le film a quelques poussières (ce qui est normal, on n'est pas chez Spielberg non plus), les stock-shots en sont bourrés et les inserts s'avèrent d'un grossier pas possible. Par exemple, les bonhommes ont beau tirer, les stock-shots montrent un requin invincible et qui ne prend (évidemment) jamais rien. Le requin par ailleurs est une véritable merveille quand il apparaît. En fait, il se pourrait que ce soit un requin fait en bois ou tout du moins encore moins crédible que le requin des Dents de la mer qui s'avérait pour le moins inefficace plus d'une fois sur le tournage. Mieux, le requin est une vraie épave ambulante. Preuve en est avec l'image ci-dessous. Plus le requin s'éloigne plus il sombre dans l'eau. Le Titanic selon Bruno Mattei! Dommage qu'il est trop souvent remplacé par des stock-shots, car la rigolade est bien mémorable.

crueljaws09 Une manière comme une autre de sombrer...

Mais là où le film atteint des sommets c'est dans ses personnages absolument merveilleux, pas aidés par des acteurs au charisme de poulpe déséché (oui j'insiste). Ainsi, nous avons d'abord le scientifique qui revient dans sa ville natale, ville natale où il retrouve ses amis qui vont bientôt être en faillite à cause d'un vilain richard. Alors nous avons le sosie officielle d'Hulk Hogan, une petite fille handicapée à cause d'un accident (et qui a toujours le bon mot à dire au mauvais moment! Bon on va dire que c'est parce que c'est une gosse) et un bellâtre qui sort avec la fille du vilain richard. Vilain richard qui est évidemment la caricature en encore plus excentrique du maire dans Jaws. Vilain richard qui a également un fils qui, dans un geste limite incestueux, ne veut pas qu'on touche à sa soeur (il tabasse le bellâtre et dans un élan romanesque, menace de "lui faire bouffer ses couilles"!). Tête de con qui a une autre tête de con comme copain. Accessoirement, le scientifique a aussi une copine qui l'envoie chier vu qu'il ne veut pas aller à une fête. Grâce à la magie du doublage, elle nous assortira d'une merveilleuse réplique: "Tu veux me faire plaisir: va dans un immeuble, monte sur le toit et jette toi y!" Si ce n'est pas mignon! Mais encore mieux, à peine ceci dit, elle se fait plus ou moins tringler dans la mer avec... Tête de con, qui ne l'oublions pas est le fils du rival des potes du scientifique! C'est là que le film devient plus rigolo. 

crueljaws7[1] Une grande menace arrive... enfin je crois!

Evidemment, l'ami Nono ne lésinera pas sur quelques plans nichons et string comme à son habitude. Le meilleur moment vient justement dans la mort de Tête de con et ses amis. Une véritable rigolade en puissance qui nous fait regretter la mort de Nono, tant son talent pour la nanardise nous manque. Tête de con tire sur le requin alors qu'un de ses camarades tend de la viande (pour être raccord avec le stock-shot, c'est plus pratique) et le requin finit par faire bouger le bâton, entraînant Tête de con à l'eau pour le festin du siècle. Mais ses camarades s'avèrent encore plus stupides puisque la fille lance de l'essence sur le requin, mais l'autre âne baté qui l'accompagne ramène un pistolet de détresse. Or, essence + fusée éclairante = explosion! Je vous ai signalé les stock-shots foireux, mais par souci de budget, Nono fait également des économies dans son montage au point de faire dans le nawak le plus total. La copine du scientifique sauve la petite de l'eau alors que le requin arrive. La caméra montre la fille essayant de monter et paf, on se retrouve la nuit avec une ambulance débarquant à l'hôpital! Ce genre de  montage arrive assez souvent et donne au film un rendu cartoonesque jouissif au possible, mais totalement involontaire. La VF est déjà magnifique, mais la post-synchronisation est également une merveille. Ici, le dialogue va trop vite au point que le bonhomme est encore en train de bouger ses lèvres quand la voix a fini sa phrase! Signalons également que Nono reprend une musique de John Williams qui n'est pas celle de Jaws comme on aurait pu s'en douter, mais de Star Wars!

Une honte pour Les dents de la mer, un bonheur pour les nanardeurs.

PS: Le film en entier en VO. Sinon vous pouvez le voir sur Canalsat sur Ciné + frisson pour les chanceux.