Après une petite interlude spéciale Halloween, nous revoilà parti pour entrer dans le monde des Minikeums et notamment dans ses programmes. Le premier de notre nouveau lot est la série Extreme ghostbusters. Ce n'est pas le premier essai de Sony pour ressuscité la saga phare crée par Harold Ramis et Dan Aykroyd. Entre 1986 et 1991 avait été produit une première série basé sur SOS Fantômes, où l'on retrouvait tous les personnages phares des deux films d'Ivan Reitman. Extreme ghostbusters sera la seconde et dernière série de la saga, avant le jeu-vidéo de 2009 chroniqué dans ces colonnes. En tous cas, des suites bien plus logiques dans leurs conceptions (l'animation permet de ne pas faire vieillir les personnages ou tout du moins d'éviter les contrats mirobolants et les crises d'égos) qu'un troisième volet qui est devenu une véritable arlésienne voire une véritable plaisanterie. Si Dan Aykroyd est peut être le seul à y croire, Bill Murray non. D'ailleurs, ce dernier aurait plus d'une fois dit que les scripts donnés étaient mauvais. En attendant cela semble être le cas puisque l'éventuel SOS Fantômes 3 n'est toujours pas en production. Mais revenons à la seconde série crée en 1997.

Elle nous présente le personnage d'Egon (incarné autrefois par Ramis et désormais un blond à queue de cheval!) alors en pleine recherche de nouveaux membres pour SOS Fantômes à la suite d'une nouvelle évasion. Pour les nouveaux personnages, on trouve un handicapé en fauteuil roulant fort en gueule, un punk pas mieux, un afro-américain et une jeune femme type gothique. Au niveau du look, la série se veut plutôt adulte même si elle garde un ton rigolard dans la traque des fantômes. J'aime particulièrement le générique, version énervée de la chanson de Ray Parker Jr. Continuons maintenant avec une série que je n'aimais pas, Batman la relève. Le principe était pourtant sympathique et reprenait plus ou moins la trame de The Dark Knight Returns de Frank Miller. A savoir un vieux Bruce Wayne laissant sa place à un jeune homme dont le père a été tué. Un nouveau costume plus moderne mais surtout plus risible pour une série qui ne m'a jamais fasciné. Déjà parce que d'après ce que j'ai lu, le final de la série partirait dans tous les sens (en gros, le nouveau Batman est le fils artificiel de Wayne!) et graphiquement, la série n'était pas grandiose. Pourtant on y retrouvait le génial Bruce Timm derrière, lui qui avait crée la série animée Batman avec un succès mérité.

Dès le générique hyper-clippesque, on sentait qu'on était très loin de la grandeur de la série de 1993 (qui est enfin sorti en intégrale). Par ailleurs, elle ne semble pas avoir marqué des masses mais les autres séries Batman n'ont pas convaincu non plus. D'abord celle de 2005 qui restait dans la thématique de Batman Begins (à savoir revenir aux débuts de cape crusader) et la nouvelle qui semble d'une rare laideur. Dans un tout autre genre, nous avions Angela Anaconda produite entre 1999 et 2002. Comme South Park, l'animation était minimaliste et reposait sur des personnages semblant être réalisés en petites coupures de magazines! Néanmoins, rien à voir avec les aventures graveleuses de Cartman et ses potes. Il s'agit ni plus, ni moins des aventures d'une gamine de dix ans, en proie avec une blonde et ayant des amis pour le moins peu futés. Vraisemblablement, la série serait pour le moins détestée notamment à cause de son look étrange pour une série animée pour jeunes. Mais personellement cela ne me dérange pas et j'en ai un agréable souvenir. 

Je finirais sur l'adaptation de la BD phare de Franquin, Le Marsupilami. Les scénaristes ont basé la série sur plusieurs histoires, montrant aussi bien le quotidien du Marsu que les humains les croisant. Parmi eux, un certain Mr Backalive cherchant à tout prix à exterminer le Marsu et sa famille. Assez rapidement, on découvrait la famille Marsu avec la femme particulièrement jalouse et ses trois petits Bibu, Bobo et Baba. Tout du moins, c'est comme cela qu'il les présente. Ses aventures menaient souvent l'animal dans des endroits très loin de sa jungle tropical que ce soit dans un hôpital, en ville ou même en voiture. La série originale s'en sortait particulièrement bien, ce qui ne sera pas le cas par la suite. Les autres saisons seront très guimauves et portés sur les humains, laissant le Marsu en total second-rôle. Par ailleurs, le générique était signé Charlelie Couture et avait des paroles assez naïves. Il est loin celui qui faisait les paroles françaises de Toy Story et cela se ressent notamment par sa voix pas forcément en grande forme. Allez à la semaine prochaine!