laplagesanglante

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 1981
durée: 1h20 

l'histoire: Sur une plage de Californie. L'ambiance est calme et le chef de la brigade portuaire, Harry Caulder, commence sa tournée matinale lorsqu'un terrible cri venu de la plage encore déserte le fait sursauter: sa voisine Ruth est aspirée par une force maléfique sous le sable et disparaît sans aucune trace. Catherine, la fille de Ruth, autrefois liée avec Harry, se rend en ville pour suivre l'enquête qui s'annonce difficile. Mais le mystère s'amplifie lorsque surviennent deux nouvelles agressions.

la critique d'Alice In Oliver:

A tort, La Plage Sanglante, réalisé par Jeffrey Bloom en 1981, est souvent confondu avec La Baie Sanglante de Mario Bava. Toutefois, en dehors de leur intitulé et du fait qu'ils appartiennent tous les deux au genre horrifique, les deux films n'entretiennent aucun rapport.
Evidemment, La Plage Sanglante s'inspire d'un autre film très célèbre et qui est sorti en 1974. Vous ne devinez toujours pas ? Allez, un nouvel indice: ce film est réalisé par Steven Spielberg. Il s'agit bien sûr des Dents de la Mer. Ce n'est pas une nouvelle: le long-métrage de "Spielby" va inspirer de nombreux avatars, la plupart du temps avec des requins moisis.

Cependant, dès le début des années 1980, le public commence déjà sérieusement à se lasser de tous ces ersatz des Dents de la Mer qui ne parviennent pas à renouveler le genre. Certaines séries B tentent alors de se démarquer. C'est par exemple le cas de Piranhas de Joe Date en 1978.
Le milieu aquatique peut donc être largement exploité à condition de varier les hostilités. Et ce qu'a parfaitement compris Jeffrey Bloom. D'une certaine façon, La Plage Sanglante aurait pu également s'intituler "Les Dents de la Plage". Nul doute que cette bisserie a probablement inspiré la saga Tremors qui sortira quelques années plus tard.

 

20048270

 

Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario, de facture classique en l'occurrence. Attention, SPOILERS ! Sur une plage de Californie. L'ambiance est calme et le chef de la brigade portuaire, Harry Caulder, commence sa tournée matinale lorsqu'un terrible cri venu de la plage encore déserte le fait sursauter: sa voisine Ruth est aspirée par une force maléfique sous le sable et disparaît sans aucune trace. Catherine, la fille de Ruth, autrefois liée avec Harry, se rend en ville pour suivre l'enquête qui s'annonce difficile. Mais le mystère s'amplifie lorsque surviennent deux nouvelles agressions.
Au niveau de la distribution, Les Dents de la Pla... pardon, La Plage Sanglante réunit John Saxon, David Huffman, Marianna Hill, Burt Young et Darrell Fetty.

On retrouve donc quelques habitués du cinéma bis, entre autres John Saxon et Burt Young, des acteurs certes sympathiques, mais qui sont surtout ici pour payer leurs impôts. Ensuite, la présence de Jeffrey Bloom derrière la caméra n'a rien de rassurante.
Le réalisateur a surtout signé des épisodes de série pour la télévision. Clairement, il n'y a pas grand chose à retenir de sa filmographie. Cette fois-ci, les attaques ne se situent pas sous la mer mais sous la terre, et plus précisément sous le sable ensoleillé d'un coin paumé de la Californie. Certes, très vite, le film a le mérite de présenter les hostilités via une première agression "animale".

 

blood-beach-3

 

Toutefois, le rythme ralentit progressivement. Le scénario est pour le moins bancal et peine réellement à passionner sur la durée. Curieux que La Plage Sanglante soit parfois considéré comme un petit classique du cinéma bis. Au mieux, le film de Jeffrey Bloom n'est rien d'autre qu'un petit nanar, toutefois assez amusant à regarder à cause de son aspect vieillot, complètement "ringardos" et dépassé.
Sur la forme, La Plage Sanglante ne parvient jamais à décoller et même à nous transporter. Indéniablement, le long-métrage a bien souffert du poids des années et l'interprétation, bien que correcte (enfin, on a vu pire...), ne sauve pas cette série B horrifique d'un ennui poli. Tout juste un nanar, et encore...