Voilà enfin de vraies images d'Interstellar! Quelques mois après Gravity, la Warner remet le couvert avec un nouveau film spatial qui s'annonce toujours plus fouillé, n'oubliant pas qu'il s'agit du studio qui avait produit le 2001 du maître Kubrick. Initialement prévu pour Steven Spielberg, Interstellar a été récupéré par Christopher Nolan, d'autant que son frère Jonathan était déjà au scénario sous Spielby. Du teaser, nous n'avions retenu que quelques plans, la plupart des images venant d'images d'archives de la NASA narrées par Matthew McConaughey. Néanmoins, le discours pessimiste de l'acteur récemment oscarisé et les rares plans du film donnaient des indices. On voyait des cultures de maïs détruites voire en flamme. Or, il semblait que ce soit la principale cause d'un probable voyage dans l'Espace et notamment à la recherche de trou de ver, sujet d'étude de Kip Thorne sur lequel se base ce film. La nouvelle bande-annonce confirme cela de manière radicale. Sur un morceau de la bande-originale de V pour Vendetta de Dario Marianelli, les images nous montrent des cultures dont la pauvreté devient alarmante pour l'Homme (car à l'origine de notre nourriture) et surtout des rafales de poussières engendrant perte de visibilité et asphixie si vous n'avez pas de masques ou lunettes spéciales. 

Interstellar : Affiche

Mais surtout la science ne semble pas trouver d'alternative terrestres. Le discours de David Oyelowo s'adressant à McConaughey semble confirmer cela: "Le monde a assez d'ingénieurs comme ça. Il ne manque ni d'avions, ni de téléviseurs. Mais de nourritures." Un nouveau voyage spatiale est mis en place par le scientifique incarné par Michael Caine. Le but de la mission est clairement dévoilé par ses dires: "Nous ne sommes pas censés sauvé le monde. Nous sommes censés le quitter." Des paroles délicates qui ont le mérite d'intriguer, car s'il advenait que ces événements puissent arriver, est-ce que l'Homme serait en proie à partir de sa Terre natale pour l'immensité de l'Espace? Le film Wall-e d'Andrew Stanton avait déjà montré cela avec des hommes cloîtrés dans un vaisseau pendant qu'un petit robot (les autres sont tous passés à la casserole) s'occupait de nettoyer une Terre complètement dégueulasse. Interstellar semble néanmoins plus radical puisqu'il s'agit ni plus, ni moins que d'une mission de la dernière chance pour la race humaine afin d'éviter son extinction. Le héros est un scientifique et père de famille incarné par McConaughey et ce dernier va s'embarquer dans un voyage spatial qui risque de l'emmener loin dans les frontières de l'Espace et risque de l'éloigner pour toujours de ses enfants.

D'ailleurs le personnage de Caine s'avère assez cynique en disant "Allez-y. Sauvez les". En peu de temps, cette bande-annonce montre la puissance émotionnelle du personnage de McConaughey. C'est avant tout un père de famille avant d'être un scientifique et quand on lui propose cette mission, il pense automatiquement à ses enfants. Car il ne les reverra probablement jamais, à cause de ces trous de ver où l'espace-temps sera peut être différent d'un espace à un autre. S'il s'embarque dans cette mission, c'est pour que ses enfants puissent avoir un avenir, pas pour sauver la Terre et c'est peut être la différence qui fera de ce film un vrai film émotionnel. Evidemment, alors en pleine post-production, Nolan ne dévoile pas encore la richesse visuelle de son voyage spatiale, en restant au début. Mais quel début! On voit les caissons hydroliques servant à garder nos astronautes en hibernation, mais surtout le premier trou de verre se situant près de Saturne. Le plan caméra embarqué sur le vaisseau est tout simplement superbe, annonçant un voyage à sensations fortes. Interstellar sortira le 5 novembre prochain.