Skeeter-972964680-large

 

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 1993
durée: 1h35

l'histoire: Des déchets toxiques sont enterrés dans le désert, non loin d'une petite ville. Alors que l'eau semble contaminée et que le bétail disparaît progressivement, la ville subit l'attaque de moustiques géants, contaminés eux-aussi par les produits toxiques.     

La critique d'Alice In Oliver:

Les moustiques géants et buveurs de sang ont déjà fait leur apparition au cinéma, notamment avec Mosquito, un gros nanar horrifique, plus ou moins connu par les amateurs du cinéma bis. Mais un autre film, cette fois-ci totalement méconnu, parle lui aussi d'une invasion de moustiques mutants. Son nom ? Skeeter, réalisé par Clark Brandon en 1993.
Au niveau de la distribution, pas grand-chose à signaler: tous les acteurs sont de joyeux inconnus. Seul Charles Napier fait figure d'exception. Son nom ne vous dit absolument rien ? Pourtant, Charles Napier jouera dans de nombreux films de Russ Meyer dans les années 1970.

On le retrouve donc dans Skeeter et dans un rôle assez secondaire, histoire de payer ses impôts à la fin du mois ! Pour le reste, l'affiche du film mérite qu'on s'y attarde quelques minutes. En effet, l'affiche de Skeeter brille surtout par sa laideur mais a le mérite de présenter les hostilités, puisqu'on y voit le dessin d'un moustique horrible et doté de grands yeux rouges.
En l'occurrence, les moustiques de Skeeter sont plutôt discrets dans le film. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! Des déchets toxiques sont enterrés dans le désert, non loin d'une petite ville.

 

skeeter2

 

 

Alors que l'eau semble contaminée et que le bétail disparaît progressivement, la ville subit l'attaque de moustiques géants, contaminés eux-aussi par les produits toxiques. A la lecture de l'histoire, on pourrait se dire que Skeeter contient un vrai message écologique puisqu'il est question de pollution et plus précisément de produits nucléaires qui transforment de petits moustiques en monstres assoiffés de sang humain. Pourtant, Skeeter n'a pas de telles prétentions et abandonne très vite la thématique "écolo" pour se concentrer sur des personnages peu charismatiques.
Dans un premier temps, ce sont deux shérifs qui mènent l'enquête sur d'étranges disparitions.

Il faudra donc se contenter d'un flic queutard (ce bon vieux Charles Napier) et de son acolyte bibendum. Durant leurs investigations, ils sont confrontés à la population locale mais aussi à d'anciens "peaux rouges" qui tentent de se faire accepter dans la petite communauté.
Et puis il y a aussi le héros du film, une sorte de bellâtre qui soupçonne très vite nos chers moustiques d'être à l'origine des meurtres. Bref, Clark Brandon (je le rappelle, c'est le réalisateur du film) prend son temps pour planter le décor et ses personnages. Que les choses soient claires: on se fait un peu suer durant presque une heure.

 

skeeter7

 

Il faudra donc patienter un long moment avant de voir plusieurs... pardon... un seul moustique moisi débarquer à l'écran. Et on comprend mieux pourquoi. En gros, Skeeter doit composer avec un budget très limité, soit la totalité d'un SMIC Albanais. Ici, les producteurs n'ont pas les moyens de montrer des nuées d'insectes à l'écran. A ce sujet, les déplacements et les mouvements de nos moustiques ne sont guère convaincants. C'est d'ailleurs ce qui saute immédiatement aux yeux: les moustiques de service sont incroyablement statiques ! Bref, en quelques mots: on tient là un sérieux nanar qui brille surtout par ses effets spéciaux médiocres et un scénario ridicule.
Toutefois, dans le même genre, on lui préférera tout de même Mosquito, un nanar lui aussi, mais qui se montre beaucoup plus fun et surtout beaucoup plus généreux.