Des scientifiques découvrent un cratère où se trouve une multitude de races extraterrestres. Sauf que quand elles sortent du cratère, il va bien falloir les récupérer...

Evolution : Affiche Ivan Reitman

Il est fou de voir à quel point un réalisateur peut tomber aussi bas dans la nullité, au point de se demander si ses meilleurs films ne furent pas des accidents ou qu'il était trop bien entouré. C'est indéniablement ce que l'on peut penser de la filmographie d'Ivan Reitman. Durant la décennie 1979-89, il met en scène différents scripts à succès du regretté Harold Ramis (allant de Meetballs à Ghostbusters) et Arnold Schwarzenegger dans son unique bonne comédie (certains diront "et encore"). Puis patatra, il enchaîne daube sur daube à commencer par Un flic à la maternelle et cela se confirmera sur Evolution. Sorti à l'été 2001, le film est un flop et ce malgré quelques vedettes à l'affiche: David Duchovny (pensant vainement qu'il s'émanciperait d'X Files), Orlando Jones (actuellement dans la série Sleepy Hollow), Julianne Moore, Ted Levine, Dan Aykroyd et Seann William Scott. Le tout produit par un Steven Spielberg vraisemblablement peu au courant du contenu réel du film (rappelons quand même qu'il est producteur exécutif des Transformers). En apparence, Evolution peut sembler sympathique.

Evolution : Photo David Duchovny, Ivan Reitman, Julianne Moore, Orlando Jones

En gros, il s'agit d''un Ghostbusters version alien": deux scientifiques font la connaissance d'un jeune homme ayant perdu sa maison suite à la chute d'une météorite. Cette dernière va alors délivrer plusieurs sortes de vies extraterrestres. Comme je me fis à un fait d'armes de Reitman, il se trouve que quelques bébêtes s'échappent et nos trois accolytes de devoir sauver les meubles pendant que l'armée se tourne les pouces. Changez Bill Murray, Aykroyd, Ramis et Ernie Hudson par Duchovny, Jones et Scott; mettez l'armée casse-pied à la place de William Artherton et la mairie; et les aliens à la place des fantômes et vous aurez une certaine idée du recyclage qu'opère Reitman. C'est quasiment la même chose mais dans un coin paumé! Il y a même une sorte de masquotte à la Bouffe-tout! Reste que dit comme cela, Evolution peut encore être sympa. Sauf qu'en plus du recyclage, le reste ne suit pas. Le film essaye de compenser son manque d'inédit de son script par des gags, ce que doit faire une comédie pour être drôle. Manque de bol là aussi, puisque le film s'embourbe dans les gags pour le moins lourds voire pitoyables. 

Evolution : Photo David Duchovny, Ivan Reitman, Julianne Moore

Ainsi toute une séquence nous montre un moustique-alien se dépatouillant dans le corps de Jones. On a déjà vu ça et même dans un film aussi mainstream que La Momie de Stephen Sommers. Sauf que là on tutoie l'ami Popaul avec un moustique qui aime pomper (oh!) et que l'on ressort par le cul dans une délivrance incroyable. Amis poètes bonsoir. Même chose pour le personnage de Julianne Moore, cliché merveilleusement gauche de la femme à côté de ses pompes et se ramassant sur le cul. Un cliché qui ferait exploser une féministe tant on tient une description pas loin de la misogynie la plus bête. On retiendra également que le personnage de Scott en tient lui aussi une belle couche. Il s'agit du parfait cul-terreux qui accumule les conneries à un point mémorable. En bon sidekick comique, il en fait des tonnes et malheureusement pour lui comme pour nous cela ne marche jamais. L'un de ses plus beaux moments de bravoure reste le massacre (le mot est faible) de Space Oddity de David Bowie. Mais là où Evolution atteint des sommets c'est dans son indécence à faire de la publicité à peine voilée en la faisant passer pour un élément du film.

Evolution : Photo David Duchovny, Ivan Reitman, Orlando Jones, Seann William Scott

On avait déjà vu ça avec FedEx dans Seul au monde de Robert Zemeckis ou Coca Cola dans Pearl Harbor, voici donc venir le merveilleux shampoing Head and Shoulders. Voici donc que le monde est sauvé des extraterrestres grâce à un shampoing révolutionnaire et mis en avant durant tout le film. Une campagne de pub qui fera autant rire de par son racolage que grincer des dents face à son opportunisme. On admirera aussi la subtilité de la dernière scène où Duchovny et Moore se bouffe la gueule avant d'aller dans le camion de pompier pour faire "pinpon" (désolé pour la subtilité, mais avec pareil exemple, je ne suis pas aidé). Dans mon souvenir, il me semble que Reitman ressort même le plan dit "de la vitre" de Titanic. Pour ce qui est des acteurs, pas de quoi se fouler la rate. Duchovny confirme qu'en dehors de Mulder il n'a jamais convaincu grand monde, jouant toujours le mec qui cause beaucoup et agit peu. Ses deux collègues peinent à faire rire; Moore se dépatouille avec un vrai "rôle de merde", semblant se retrouver là pour payer ses précieux impôts. Quant au reste, on peut dire qu'Aykroyd vient pour faire plaisir à son pote. Les aliens sont corrects même s'ils n'ont rien d'innovant. A noter que pour les suicidaires, une série animée avait été réalisé et diffusé sur M6. Pas bon dans mon souvenir et mettait très en avant le personnage de Scott alors que bon, on s'en foutait pas mal dans le film.

Evolution : Photo David Duchovny, Ivan Reitman, Julianne Moore, Orlando Jones, Seann William Scott

Un film déjà pas très original qui se révèle aussi creux que publicitaire à mort.