Les Avengers vont devoir faire face aux frasques de Tony Stark...

Avengers 2 (affiche géante concept-art)

Plus scénariste que réalisateur, Joss Whedon s'est retrouvé en 2012 avec un projet très imposant et charnière pour Marvel Studios: celui de réunir ses héros exploités dans cinq films auparavant à savoir Iron Man, Hulk, Black Widow, Thor, Hawkeye et Captain America. Succès colossal (on parle de plus d'un milliard de $ de recettes) et voici Joss Whedon créateur de séries dézinguées par les chaînes de télé (Angel supprimée par CW ne sachant pas quoi en faire, Firefly et Dollhouse sacrifiées par la Fox) devenir le big boss du Marvel Cinematic Universe. Le réalisateur participe activement à la Phase 2 et lance la misérable série Agents of Shield pour ABC. Si la série ne fait plus du tout d'audience, elle garde un certain statut auprès du public (par la publicité, son impact possible dans le MCU mais aussi auprès des jeunes) lui permettant de rester en place (cela aurait été une série bien moins chère et plus ambitieuse, elle aurait été supprimée dès la première saison). Et évidemment, Whedon se retrouve à la réalisation du second film réunissant la totalité des Avengers, Age of Ultron. Dès le départ, le réalisateur se trouve avec une difficulté: dans les comics, Ultron est une création d'Hank Pym aka le premier Ant Man. Or, ce personnage ne sera introduit que dans le dernier film de la Phase 2 du MCU sous les traits de Michael Douglas. Etant donné les difficultés supplémentaires du projet aujourd'hui avec Peyton Reed aux commandes, c'est finalement Tony Stark (Robert Downey Jr) qui sera à l'origine du robot impartial doublé par James Spader. Avengers : Age of Ultron arrive également à un moment charnière dans le MCU.

Avengers : L'ère d'Ultron : Photo Jeremy Renner

(attention spoilers) Suite aux événements de Captain America: The Winter Soldier des frères Russo, le SHIELD est en pièce suite à une infiltration massive de l'Hydra (organisation fasciste créée sur les restes du nazisme) et les rares pièces parvenant à sauver les meubles sont les Avengers, Nick Fury (Samuel L Jackson) et Maria Hill (Cobie Smulders). C'est donc dans un contexte noir que les personnages doivent faire face et la scène d'ouverture y va franco en dégommant de l'Hydra au petit-déjeuner. Même si on imagine bien que l'Hydra finira par revenir et certainement avec le Baron Zemo (qui sera incarné par Daniel Brühl) dans Captain America: Civil War l'an prochain, on peut dire que l'utilisation de l'organisation est limitée ici à du bourrinage sans queue, ni tête n'ayons pas peur des mots. ça pète, ça explose, Hulk (Mark Ruffalo) dégomme un tank, Iron Man explose des bonhommes, Captain America (Chris Evans) balance son bouclier, Hawkeye (Jeremy Renner) tire à l'arc, Black Widow (Scarlett Johansson) au pistolet... On ne peut pas dire que l'on fait dans le subtil mais c'est aussi à cela que l'on s'attend en regardant un film de ce genre, et bien plus que sur les autres films de la Phase 2. Surtout que quand on voit le premier film de Whedon, il faut bien avouer que l'on connaît la chanson. (fin des spoilers) Puis tout s'accélère très rapidement, même trop rapidement. ça piccole, Stan Lee balance son mythique "excelsior" et à peine Ultron crée c'est déjà le bordel. On a bien du mal à croire que le cheminement est aussi rapide ou en tous cas, le montage ne le met pas en valeur. On a l'impression qu'il faut tout montrer tout de suite, histoire de pouvoir enchaîner sur le reste.

Avengers : L'ère d'Ultron : Photo

A la rigueur pourquoi pas? Sauf que par la suite une excursion bien ricaine va durer très longtemps en comparaison. Pas que cela ne soit pas bénéfique à certains personnages (Hawkeye en est la preuve la plus flagrante), mais il aurait mieux fallu mettre en place Ultron plus lentement mais surement. Pareil pour le passage en Afrique du Sud avec Andy Serkis. Si le combat entre Iron Man et Hulk s'avère intéressant, tout ce qui se déroule avant avec Ultron et Serkis ne sert absolument à rien et ne sert qu'à introduire Serkis dans l'univers du MCU puisqu'il pourrait revenir dans Black Panther. Il est donc d'autant plus abérrant que certains spectateurs demandent à une version longue, étant donné que le film ne développe pas assez son début de film, mais accumule les longueurs par la suite par des scènes trop longues ou inutiles. Sinon comme pour le premier film, Whedon mise sur un mélange épique et d'humour, ce qui marche assez souvent (les passages en rapport avec le Mjolnir valent leur pesant de cacahuètes, comme un running gag) ou s'avère peu subtil (faut voir Bruce Banner tombant la tête dans le décolleté de Black Widow! L'humour à la Marvel comme souvent bien gras!). Le dernier quart d'heure est évidemment constitué de bourrinage en puissance, mais la mise en scène ne change pas de beaucoup de blockbusters même si Whedon s'en sort pas mal. Preuve en est ce plan-séquence à 360° avec tous les héros en action plus ou moins utilisé dans Avengers pour tous les avoir dans le champ.

Avengers : L'ère d'Ultron : Photo

Si vous voulez vraiment une séquence spectaculaire c'est bien celle entre Iron Man et Hulk, véritable moment jouissif où Banner déchaîné se retrouve face à un Stark pince sans rire (ce qui peut devenir un peu soulant par moments). Pour ce qui est de Quicksilver (Aaron Johnson), comme on pouvait s'y attendre, Whedon reprend le principe de ralentis de Bryan Singer dans Days of future past. Il fallait s'y attendre. Evidemment, Age of Ultron sent les prémices de Civil War, Thor Ragnarok et même Infinity War (le temps d'un caméo évidemment remarqué) à plein nez. Stark et Steve Rodgers semblent avoir de plus en plus de mal à s'entendre sur un grand nombre de points, preuve en est lors de l'arrivée de Vision. Quant à Thor (Chris Hemsworth), il est bien possible qu'un drame à Asgard puisse avoir lieu dans son troisième film à son effigie. On sent des tensions permanentes chez chacun et on sent qu'il va y avoir une explosion. Mais laquelle? Même si Civil War sera différent du récit initial (il n'y aura pas de Nitro ni de génocide mais sait-on jamais...), il y a fort à parier que les clans Rogers et Stark risquent de se mettre sur la tronche dans un New York en plein chaos et si Spider-man apparaît il y a fort à parier qu'il sera l'élément perturbateur du film (rappelons que dans la saga Peter Parker passe du clan Stark à celui de Cap). A voir en 2016. Quant aux personnages secondaires, ils sont un peu mieux développés. On avait senti une évolution chez Black Widow dans The Winter Soldier, on découvre le temps de visions insufflées par Scarlet Witch (Elizabeth Olsen) un passé assez trouble et violent. 

Avengers : L'ère d'Ultron : Photo Chris Evans, Chris Hemsworth

Sans compter que le personnage montre enfin de vrais signes de féminité, ce qui n'est pas un mal et lui donne une fragilité intéressante. Il était vraiment temps au bout de quatre films que le personnage évolue un petit peu, quitte à l'aborder d'un gros blockbuster avec ses camarades plutôt que dans un film individuel. Quicksilver est sympathique mais bien moins amusant que dans le dernier film de Singer, ce dont on pouvait s'y attendre. En revanche, Scarlet Witch est bien mieux utilisée, au moins pour ses visions. Celle de Captain America est assez mélancolique, permettant de voir encore une fois à quel point Rogers est un homme d'un autre temps et se retrouvant sans cesse à faire référence au passé. Même si son utilisation ne lui permet pas d'être encore une pleine femme d'action, ses pouvoirs sont assez bien utilisés dans l'ensemble. Hawkeye évolue quelque peu, se retrouvant enfin avec une utilisation émotionnelle à la limite parfois du fou-rire (faut voir Renner parlant tout seul pour s'en rendre compte!). Ce qui le rend déjà un peu moins monolithique que d'habitude. Quant à Hulk, il est évident que Marvel ne sait pas quoi faire avec les droits alors ils en profitent pour miser sur lui dans les Avengers. Autant dire que le personnage est toujours bien représenté, bien aidé par un Mark Ruffalo qui assure une nouvelle fois dans un personnage toujours assez complexe à aborder. Quant à Vision (Paul Bettany) il apporte une bonne surprise à la fois charismatique et mystérieux. Ultron laissera sur notre faim, plus menaçant par les hordes de robots qu'il envoie sur les robots que par le personnage lui-même. On ne comprend pas non plus très bien son but. On trouvera également agréable de voir certains personnages introduits dans la Phase 2 faisant leur apparition, même pour peu de temps à l'écran. Cela permet une cohésion dans le MCU. La musique de Bryan Tyler en revanche sent fort le réchauffé et peine à suivre le beau score d'Alan Silvestri.

Avengers : L'ère d'Ultron : Photo Aaron Taylor-Johnson

Un nouvel opus divertissant voire un peu plus scénarisé que son aîné, malgré des défauts notables par-ci, par-là.