Comme vous le savez, la Cave de Borat s'intéresse à divers événements où se rend son initiateur le casse-pied Borat. Lors du week-end des 9 et 10 mai derniers, il s'est rendu dans le village en face du sien (une route, deux villages qui se séparent, la vie quoi). Des lieux qu'il connaît vu que c'est là qu'il était en centre-aéré durant de très longues années. Mais pour quoi? Tout simplement la quatrième édition du Rayon Vert, convention de bandes-dessinées avec conférences, stands d'achats et dédicaces. Je n'avais pu y aller les années précédentes et notamment par le manque de communication. Mais cette fois-ci, le Borat y a été et il a des choses à vous dire. Même pas entré que vous êtes accueillis par des planches plantées dans la végétation. 

039

034

 

035

036

037

 

047

 

048

 

046

 

045

040

 

044

043

 

042

 

041

 

038

049

 

050

051

052

053

 

054

055

056

057

 

La mise en bouche à base de planches et de bulles étant revigorantes, lançons-nous dans le vif du sujet avec les stands extérieurs. Des stands remplis à foison de BD à acheter, certaines à des prix attractifs (car d'occasion et ça c'est beau!). C'est ainsi que je suis tombé sur un numéro cocasse où le Punisher fait équipe avec Wolverine pour 4 euros. Puis je suis allé à une conférence sympathique au détriment d'être instructive sur l'évolution des super-héros au fil du temps. Quand on en sait un petit peu sur le sujet, on s'attend à tous les passages. Comme que les super-héros viennent de la mythologie puis du pulp, que Captain America est un produit de propagande, que les super-héros ne se vendaient plus trop après la guerre, que le regain d'intérêt est venu avec Marvel, que les 70's et 80's furent très sombres et politisées ou que les moeurs changent aussi dans les comics (que ce soit la religion ou le mariage gay). On pouvait observer aussi quelques BD d'élèves du lycée St Exupéry avec des personnages historiques. Sans compter quelques Strange et autres en expositions (les enfants des 80's comprendront de quoi je parle), donnant lieu à un parfait souffle de nostalgie. Moi-même j'en ai encore quelques uns dans ma très chère Cave (mais ne le dites pas sur tous les toits!).

 

058

059

060

061

086

 

087

098

100

101

 

066

074

 

Puis vint le moment évident de... faire la queue. Ou plutôt la file car je vous sens coquins aujourd'hui mes lecteurs. Vous aimez les
ampoules? Check! Vous aimez les gens qui viennent en groupe? No check! Car c'est bien le plus malheureux, certains voyant qu'il y a accès libre se croient tout permis. Je n'ai par exemple pas pu avoir de dédicace de la part de Stéphane Roux car des gens du même groupe accaparaient tout le stand, empêchant des gens seuls comme moi de profiter pleinement de la convention. Deux cas évidents: un mec se met dans une file, un ami le rejoint et je me retrouve derrière avec leurs gosses juste derrière moi. Tout ça pour avoir des dédicaces en plus. Le second est encore plus beau. Le bonhomme fait la même file que moi la veille pendant que sa femme est dans la file de Roux. On est d'accord que le mec est sûr d'avoir sa dédicace? Que nenni le lendemain il fait la queue chez Roux alors que sa femme a déjà une dédicace. Mec paye un peu ton respect. C'est donc à cause de visiteurs aussi véreux et égoïstes que j'ai fait deux heures de queue pour rien. Face à l'abondance de gens, le dessinateur ne peut faire autrement que de prendre des noms de personnes bien placées devant et en sachant qu'il est comme tout le monde: au bout d'un moment il en a marre. Le pire étant bien évidemment que ces gens ne sont même pas des jeunes mais des personnes ayant passé les 40-50 ans. Et après on dit qu'une certaine jeunesse est mal élevée...

106

 

Ce qui ne m'a heureusement pas empêché d'avoir quelques dédicaces par ci, par là. Que ce soit Julien Telo, dessinateur sur la série Elric; Stéphane Perger, dessinateur de la BD Complot mais également sur Avengers origins (où il s'est occupé de l'opus sur Vision); du réalisateur Laurent Witz, auteur de Mr Hublot Oscar du meilleur court-métrage animé en 2014; Jean Depelley, journaliste au défunt Metaluna; et Xavier Fournier, journaliste à Comic Box et auteur du livre Super-héros: Une histoire française (acheté il y a quelques mois et franchement intéressant dans son recensement). L'occasion parfois de taper un peu la discut. Fournier m'a évoqué la périlleuse histoire de Comic Box, partant d'une fanzine de trois ans avant un arrêt prématuré. Puis suite à l'impulsion d'un hors-série de Mad Movies nommé ainsi, le magazine a été relancé. Un hors-série qui m'avait définitivement lancé dans l'aventure des comics et de lire mes premières pages d'Hellblaizer. Je me souviens d'avoir quelques opus de ce magazine, notamment un où l'on voyait le Joker en tenue de boucher face à Batou. Une longue discussion avec Laurent Witz évoquant notamment la technique due à différents logiciels comme du travail d'animation. L'occasion de râler aussi du laxisme des Césars qui vraisemblablement l'ont oublié par deux fois (2014 donc quand il a eu l'Oscar et 2015) et d'évoquer quelques nouveaux projets, notamment un court-métrage de genre qui devrait arriver d'ici la fin de l'année.

092

095

 

Quant à Depelley ce fut l'occasion de parler de Metaluna. Quelques peu amer, le journaliste qui a participé aux deux époques du magazine (la sienne puis celle avec Jean Pierre Putters) est notamment revenu sur le magazine. Notamment son aspect foutraque. Une diversité certes mais qui aller parfois un peu trop dans tous les sens. Mélanger la scène musicale hard-rock/métal avec le cinéma n'étant parfois pas souvent à l'avantage du magazine. Mais il y avait une certaine sympathie qui faisait qu'on l'achète à chaque fois. Surtout quand on voit que depuis le départ de Putters et Rurik Sallé et notamment depuis la nouvelle formule, Mad Movies peine sérieusement à convaincre. Depelley revint également sur la fin du magazine, notamment via un volet financé en crowfunding sur le porno qui ne l'a non seulement pas convaincu, mais fut synonyme de point de non-retour. Faire un numéro uniquement consacré à cela ne l'a pas forcément convaincu. Deux bons petits jours à passer dans cette convention, d'autant qu'il a fait un agréable de beau temps. De quoi lire un peu en sirotant des cocktails dans le jardin. Si ce n'est pas beau. Allez à la semaine prochaine!

 

097