On le sait depuis plusieurs années, le mois de décembre est privilégié par les pontes du marketing hollywoodien pour diffuser de nouvelles bandes-annonces. Depuis le début du mois, nous avons eu:

  • une troisième bande-annonce beaucoup trop explicative de Batman V Superman Dawn of Justice de Zack Snyder. D'autant plus que la précédente était déjà bien complète. (https://www.youtube.com/watch?v=OjVk0d9h6o8)
  • les premières images du nouveau Shane Black, The Nice Guys. Soit l'une des plus grosses attentes de votre cher Borat. (https://www.youtube.com/watch?v=Ihb8vCrj2kc)
  • une première bande-annonce pour The legend of Tarzan de David Yates qui commençait sérieusement à sentir le development hell (plus de nouvelles depuis plusieurs mois). Un peu de King Kong de Peter Jackson (2005), beaucoup de cgi et très peu d'intérêt. (https://www.youtube.com/watch?v=CuZfah3O4qw)
  • X Men Apocalypse de Bryan Singer dévoile enfin ses premières images (excepté celles du Comic Con dont certains plans resurgissent), confortant l'idée d'un bon cru à venir (certains diront non, tant pis). (https://www.youtube.com/watch?v=wzEaNggp5WI)
  • un teaser très introductif pour Le bon gros géant de Steven Spielberg. (https://www.youtube.com/watch?v=xBq7rfUiEQs)
  • un teaser pour Kubo and the two strings où les studios Laika (Coraline, ParaNorman) semblent s'être merveilleusement imprégné de la culture asiatique. (https://www.youtube.com/watch?v=7S1F8VJZgrk)
  • le premier trailer de TMNT 2 qui devrait être aussi sobre que son aîné. Au programme: Megan Fox shootée comme dans une publicité Victoria's secret; les plans de traviole toujours là; des explosions partout; Tyler Perry en scientifique lourdingue (ceux qui ne connaissent pas Madea, abstenez-vous); des vaisseaux semblant sortir de Transformers 3... Reste Rocksteady et Bebop qui devraient titiller l'intérêt des rares fans encore restants. (https://www.youtube.com/watch?v=HeaugHGd1Kw)
  • le trailer du remake de Martyrs produit par Jason "je produis des films à 5 millions mais j'ai besoin de 20 millions de $ pour la pub" Blum. En sachant que cette bande-annonce évoque quasiment tout le film jusqu'au troisième acte (c'est ça quand on a vu l'original, on repère tout). (https://www.youtube.com/watch?v=whLR-LWitPc)
  • le teaser totalement vide des Animaux fantastiques de David Yates, spin-off improbable de la saga Harry Potter. (https://www.youtube.com/watch?v=DQFZ1oRJ43I)

Mais il y a deux vidéos que votre cher Borat souhaite évoquer en particulier. Une positive, l'autre négative, dans les deux cas deux sequelles et grosses productions estivales de 2016. Commençons avec la plus proche. Comme on le sait, Hollywood essaye de faire revenir n'importe quel film ou saga par tous les moyens: remake, reboot, préquelle, sequelles tardives, spin-off ou encore entrequel. Néanmoins il arrive parfois que des films sortent à la manière d'anniversaire improbable, histoire de susciter l'événement. On a connu ça avec Halloween 20 ans après de Steve Miner (1997), on aura droit à Independence Day Resurgence le 27 juillet prochain. Vingt ans après le nanar/navet (c'est selon) patriotique de Roland Emmerich, voilà que ce dernier revient sur le film qui a fait explosé sa carrière (même si Stargate y avait déjà grandement contribué). Tout d'abord annoncé comme un dyptique (!), Independence Day Resurgence ne sera finalement qu'un et sans Will Smith, ce dernier étant trop gourmand comme très souvent. Dommage car l'acteur aurait bien eu besoin de ce genre de retour pour renflouer ses caisses, tout comme Bad Boys 3 qu'il ne fera que produire.

Afficher l'image d'origine

Jeff Goldblum, Bill Pullman, Vivica A Fox, Judd Hirsch et même Brent Spiner (alors qu'il est quelque peu décédé dans le film initial...) seront en revanche de ce film anniversaire symbolique. Au cours des années, Roland Emmerich a souvent évoqué qu'Independence Day était une sorte de parodie, une grosse vanne sur l'Amérique et ses clichés. Ce qui peut toujours prêter à sourire lorsque l'on voit avec quelle outrance le film original joue avec les poncifs (le chien, le drapeau, l'armée, le président, le discours du président, la rédemption...). Avec la bande-annonce de cette séquelle tardive, la rigolade semble partir en cacahuète devant beaucoup desérieux. Certes l'ami Jeff est toujours en mode alarme ("j'en ai marre d'avoir toujours raison" disait-il en 1993) ce qui peut prêter à sourire, mais le ton est tellement premier degré que cela peut en devenir... drôle. Jugez plutôt: nos chers ricains  citoyens du monde entier se sont préparés à une possible invasion depuis 1996. Alors ils ont décidé d'utiliser la technologie alien pour les contrecarrer comme d'établir une base sur la Lune. Sauf qu'évidemment nous sommes dans une suite, donc plus de moyens (200 millions de $ de budget) et la notion "bigger and louder" présente dans quasiment toutes les suites (Phil Lord et Chris s'en étaient notamment amusé dans 22 Jump Street). Donc les aliens reviennnent avec des vaisseaux plus gros face à des humains qui ont plus d'avions! 

De même, la musique joue énormément sur le pessimisme ambiant, dans le même style que ce que nous offre régulièrement les compositeurs de Remote Control Production. On s'amuse également du retour des personnages initiaux. Vivica A Fox essaye de trouver un hélico, son fils est pilote de chasse comme son beau-père (Jessie Usher), Judd Hirsch fait du bateau, Pullman passe pour un parano en pleine fumée quand sa fille (Maika Monroe) s'entiche d'un pilote (Liam Hemsworth). De même, on peut s'amuser de voir la jeune Joey King avec une veste en jean aux couleurs des USA ou William Fichtner face à l'apocalypse ("I don't wanna clone my eyes..."); comme voir des plans lorgnant sur 2012 et Starship Troopers de Paul Verhoeven (1997). Mais le meilleur vient de la réutilisation du discours du président Pullman, qui ne fait que rajouter une couche à une bande-annonce qui amuse déjà bien certains détracteurs de l'original. Bien moins putassier, voici venir le troisième volet des aventures parallèles du Captain Kirk! JJ Abrams étant pris dans d'autres couloirs du space-opera, il fut un temps où Roberto Orci, scénariste des deux derniers opus, en soit le réalisateur. Ce qui fait toujours peur quand un scénariste n'a jamais réalisé de film et qu'il est aussi irrégulier (exemple: The Amazing Spider man 2 l'an dernier).

Star Trek Beyond (photo)

Quittant le poste fin 2014, c'est Justin Lin réalisateur d'une bonne partie des Fast and Furious (du troisième au sixième) qui s'y colle. Ce n'est pas forcément mieux mais sur les deux derniers films qu'il a réalisé, on pouvait noter des efforts certains pour proposer des divertissements amusants à regarder et réalisés correctement. Simon Pegg s'investit d'autant plus qu'il est scénariste aux côtés de Doug Jung. On le sait désormais, les membres de l'USS Enterprise vont devoir effectuer leur mission des cinq ans, donc revenir à la routine de la série télévisée de Gene Roddenberry. Le teaser se veut assez simple, allant à l'essentiel tout en évoquant partiellement l'histoire. Le Captain Kirk et son équipage sont attaqués par des créatures menées par Idris Elba et se crashent sur une planète hostile, où ils semblent obtenir une alliée de choc (Sofia Boutella). Semblant prendre le contrepied d'Into darkness (2013) qui était très sombre, Star Trek Beyond pourrait être une nouvelle aventure fun, une histoire d'aventure comme on en retrouvait par exemple sous l'ère Next Generation (allant de Generations à Nemesis). Preuve en est le choix de la musique de ce teaser qui n'est autre que Sabotage des Beastie Boys, déjà utilisée par JJ Abrams dans Star Trek (2009). Les membres de l'Enterprise sont disséminés un peu partout, McCoy laissé seul (Karl Urban), Scotty (Pegg) se prenant pour Tom Cruise et le Captain fait de la moto entre deux téléportations! 

Star Trek Beyond (photo) (2)

Peut être que Beyond manquera d'enjeux, surtout après deux films portés sur la reconstruction de l'univers Star Trek. Mais ce genre d'opus plus fun est aussi nécessaire afin que la franchise puisse perdurer sur la longueur. Ce qui a souvent été péjoratif sur la saga, faute de scénarios à la hauteur. A voir mais avec un teaser aussi jouissif, il y a de quoi attendre le 24 août tranquillement.