Deadpool traverse une mauvaise passe et Russell pourrait bien être la lumière au bout du tunnel. Manque de bol, un certain Cable venu du futur veut le tuer...

D2

Si l'on revient il y a un an, l'avenir de la franchise X Men (2000-) était tout tracé. The New Mutants de Josh Boone aurait dû sortir en avril dernier, Deadpool 2 (David Leitch, 2018) devait prendre la suite en juin et enfin X Men : Dark Phoenix, premier long-métrage de Simon Kinberg, aurait dû fermer la porte en novembre prochain. Sauf qu'absolument rien ne s'est passé comme prévu. Le réalisateur de Nos étoiles contraires a toujours évoqué The New Mutants comme un film d'horreur chez les mutants, le teaser diffusé en octobre dernier allant d'ailleurs dans ce sens. Mais visiblement la Fox n'en voulait pas et c'est en le marketant ainsi (et à la suite de mauvaises projections-test où évidemment le film ne faisait pas peur) que les exécutifs se sont rendus compte que l'intention de base de Boone était logique. D'où un retournage qui a décalé le film de plus d'un an (il doit sortir en août 2019). Au vue de sa promotion inexistante jusqu'à présent, on se doutait que la séquelle d'X Men Apocalypse (Bryan Singer, 2016) n'allait pas tarder à enchaîner les reshoots.

Magik et Cannonball

Phenix

The New Mutants et Dark Phoenix, des films qui se font attendre.

Ce qui s'est confirmé par un report là aussi de quelques mois (il sortira finalement en février 2019). Deadpool 2 est donc le seul film estampillé X Men sur les trois prévus qui sort finalement en 2018. Cela aurait pu être tout, mais entretemps il y a eu ce tremblement de terre, ce typhon sur la mer, ce grand coup de tonnerre qui a tout bouleversé. Disney s'est posé en racheteur de la Fox en décembre dernier pour une enveloppe estimée à environ 52 milliards de dollars. Une transaction qui fait un peu peur quand on voit la somme, mais aussi quand on pense qu'un studio historique en vient à être racheté par un autre. Qui possède Marvel. Qui est la maison d'édition des X Men, mais qui n'a pas les droits pour Disney et donc les exploiter au cinéma. Le contrat n'est pas signé, mais au bout d'un moment la question de savoir si la Fox va être dirigée par des gens de Disney ou que le studio restera indépendant malgré l'acquisition arrivera tôt ou tard. 

X

Tout ça dans le Marvel Cinematic Universe, cela risquerait d'être un peu beaucoup.

Encore plus dans le cas présent puisque la Fox détient les X Men, les Fantastic Four et le Silver Surfer. Des personnages qui pourraient se retrouver dans le Marvel Cinematic Universe (2008-) à l'avenir. Ou rester dans un univers propre. Les suppositions vont bon train depuis décembre et on ne saura le fond des choses que l'an prochain, notamment après la sortie d'Avengers 4 des frères Russo. C'est dans un climat d'incertitude pour la franchise que sort Deadpool 2, essayant de rester cohérent dans un univers qui s'est formé petit à petit, en particulier depuis que Bryan Singer est revenu sur la franchise en 2011. L'univers a trouvé une certaine continuité à travers une nouvelle timeline et Deadpool 2 joue pleinement là-dessus. (attention spoilers) Le futur dans lequel évolue Cable (Josh Brolin) peut très bien être celui de Logan (2017) et pour cause, Deadpool 2 continue à s'intéresser aux méfaits d'Essex Corporation entrevus dès Apocalypse et concrétisés par le film de James Mangold. 

D2 3

Si le futur de Cable n'est pas assez précis pour savoir s'il se situe après Logan, les événements évoqués dans le présent sont suffisament correspondants aux films réalisés depuis Deadpool (Tim Miller, 2016). Ici pas encore de nourritures et boissons qui rendent malades les mutants au point qu'ils soient en voie d'extinction, mais des centres pour mutants confectionnés par Essex dans le but de faire des expériences sur eux ou de les emprisonner s'ils font des actes criminels. Le début de la fin. Si Mr Sinister (mutant qui dirige Essex) n'est toujours pas dévoilé ni évoqué clairement, sa présence sur la franchise devient de plus en plus forte et The New Mutants risque fort d'y faire allusion ou de le mettre en scène (c'est la rumeur en tous cas), car le centre d'internement où semble être les personnages ressemblent à celui où vit Russell (Julian Dennison) comme au centre d'expérimentation vu dans Logan. Comme quoi les films Deadpool ne sont pas si intemporels que certains voudraient le faire croire, y compris par des caméos plutôt amusants au vue du prochain X Men.

D2 4

Reste que les origines de Cable ne sont pas vraiment évoquées, tout du moins celles liées à sa naissance (dans les comics, ses parents sont Jean Grey et Scott Summers et Sinister est lié à cette naissance). Deadpool 2 se situant dans une autre temporalité et vu le chic des scénaristes de relancer des choses qui n'ont pas été faites sous le joug de Singer, une nouvelle version de Juggernaut est également réalisée. Sauf que là on lorgne davantage vers la version Deadpool de Colossus, à savoir un personnage globalement constitué en CGI. Il n'en reste pas moins une version plus amusante et bourrine du personnage, éloignée du traitement complètement anecdotique de The last stand (Brett Ratner, 2006). Les paradoxes temporels sont globalement évoqués dans la dernière partie, Deadpool (Ryan Reynolds) voulant changer le cours de l'histoire notamment à des fins personnels. 

D2 5

Ce qui confirme que les Deadpool sont des films plutôt romantiques (retrouver l'être aimé dans tous les sens du terme). C'est aussi l'occasion de se payer un merveilleux gag autour d'un film tristement célèbre de la franchise, dont Deadpool se charge de le rayer définitivement de la carte (encore merci). Deadpool 2 est également l'occasion de construire les X Force, ce groupe de mutants similaire aux X Men. On peut se demander l'utilité d'avoir gaspiller de l'argent dans des plans montrant des personnages dans les bandes-annonces pour finalement ne pas les utiliser dans le montage final. Enfin si, pour la bonne blague. Dommage au vue du potentiel du groupe qui finalement est inexploité. Au contraire de Domino dont le pouvoir est la chance. Dit comme ça, cela n'a pas grand intérêt mais quand le personnage montre tout le potentiel de l'expression "avoir le cul bordé de nouilles" (aucun rapport avec une émission de C8), cela n'en est que plus amusant lors des scènes d'action.

D2 6

D'autant que Zazie Beetz dégage un charme fou en incarnant le personnage. Quant à Cable, c'est un méchant sans en être un et Josh Brolin se révèle assez charismatique dans le rôle. A voir ce que nous réserve la X Force prochainement, un film autour étant toujours prévu à l'heure actuelle. Pour le reste, le film reprend la formule de son aîné, Ryan Reynolds faisant le show à condition évidemment que vous adhérez à la chose. Il reprend même le principe du générique à crédits foireux pour un pur délire à la James Bond où Céline Dion se rajoute à la fête. (fin des spoilers) Contrairement à Tim Miller dont c'était le premier film, David Leitch est un réalisateur déjà bien ancré dans le cinéma d'action puisqu'en dehors de ses réalisations (John Wick et Atomic Blonde), il fut longtemps cascadeur. Dès lors, le film peut compter sur des scènes d'action plutôt amusantes et en grand nombre. On peut toutefois reprocher certains effets-spéciaux un peu cheap au regard du budget fixé cette fois à 110 millions de dollars. 

Negasonic Teenage Warhead (2)

Une séquelle un peu plus écrite, reposant moins sur deux grosses scènes et permettant de continuer une intrigue commune aux autres films de la franchise depuis l'Apocalypse 80's.