05 mai 2017

Aucune guerre ne peut l'arrêter

Emprisonné depuis les violences survenues dans une petite villes des Etats-Unis, John Rambo est libéré par le colonel Trautman pour retrouver des soldats prisonniers au Vietnam... Initialement, le vétéran de la Guerre du Vietnam John Rambo devait se suicider dans le scénario du film First Blood (Ted Kotcheff, 1982). Sylvester Stallone avait fini par ne pas le faire, souhaitant donner un peu d'espoir à un personnage qui n'en a plus. Ce qui amene les producteurs Mario Kassar et Andrew G Vajna à produire une suite. Ils mettent le... [Lire la suite]

17 août 2016

Le Spartiate contre le Phénix

genre: science fiction, actionannée: 1993durée: 1h55 l'histoire: En voulant arrêter en 1996 Simon Phoenix, le sergent John Spartan se rend coupable d'un homicide et est condamné à l'hibernation, tout comme Phoenix. Ce dernier s'évade en 2032 et se révèle totalement incontrôlable. Seule chance de l'arrêter: ressusciter Spartan. la critique d'Alice In Oliver: Certes, au milieu des années 90, la carrière de Sylvester Stallone est toujours sur le déclin. L'acteur hésite encore entre les comédies et les films d'action bêtes et... [Lire la suite]
10 avril 2016

Cuvée Bis #5

Cette semaine, la Cavee de Borat va naviguer dans les années 80 et particulièrement sous le signe du rat. La Scala a consacré une Nuit du bis à nos chers rongeurs amateurs de ratatouille le 25 mars dernier. Tout d'abord en projetant Quenottes de Pascal Thiébaux et Gil Pinheiro, Grand-prix du court-métrage au dernier Festival de Gérardmer (voir Cuvée vosgienne #2), puis First Blood de Ted Kotcheff (1982) et Les rats de Manhattan de Bruno Mattei (1984). Si dans le premier long, les rats sont de courtes durées (à peine le temps... [Lire la suite]
22 janvier 2016

Un nouveau Creed entre dans la légende

Adonis n'a jamais connu son père et décide d'embrasser le métier de son père: boxeur. Tout simplement parce que son père n'est autre qu'Apollo Creed... Rocky Balboa est Sylvester Stallone. Si John Rambo reste son autre personnage indispensable, le personnage n'est pas autant ancré dans l'histoire de l'acteur que l'Etalon Italien. Rocky c'est Sly, le petit monté tout en haut dans son milieu (la boxe / le cinéma), traversant même des turbulences évitables (Rocky IV et ses élans reaganiens) et des chutes vertigineuses (Rocky V... [Lire la suite]
27 novembre 2014

Cuvée Rocky class hero

Dans la Cave de Borat, on aime bien certains acteurs. Il y a quelques temps, je faisais honneur au plus grand des barbares, le plus criminel des cyborgs, le dernier action hero, le chasseur de Predator... ce bon vieux Arnold Schwarzenegger dit Schwarzy pour les intimes. A l'aube de la sortie d'Expendables 3, j'aurais très bien pu me fader d'un hommage virulant envers une bande qui sent un peu trop la naphtaline (désolé pour certains que j'aime bien comme les amis Dolphie, Harrison, Melou, Wesley et autres Transporteurs, mais le film... [Lire la suite]
Posté par borat8 à 10:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 septembre 2014

Les Papyables feraient mieux de prendre leur retraite

Barney Ross laisse ses potes de côté pour engager des jeunes, afin de liquider un de ses anciens associés... Il est tout de même impressionnant de se dire ça: Borat a vu Expendables 3 avant The Raid 2 (cela a été rattrapé ce week-end et j'en suis bien content!). C'est dramatique mais pourtant c'est bel et bien le cas. Par contre, je l'ai vu en streaming ce qui n'a pas arangé les finances d'un Expendables 3 qui en avait bien besoin. Promotion indéniable, passage surmédiatisé à Cannes avec notamment un tank en guest, mais public... [Lire la suite]

14 septembre 2014

Même Jason Statham a ses limites

Un ancien agent des stupéfiants se retrouve dans une bourgade paumé où les habitants s'avèrent plutôt hostiles... A l'heure où l'amigo fait le pitre dans le dernier Expendables, revenons sur un des meilleurs films de Jason Statham ce qui est tout de même rare. L'ami Jason est un acteur sympathique, savant taper au bon endroit mais se retrouvant toujours dans de mauvais films. Dommage car le coco a un certain potentiel en homme d'action et dans tous ses films, il a toujours fait ses cascades lui-même. En soi, Statham a toujours été... [Lire la suite]
03 mars 2013

Jusqu'au bout du Yorkshire !

Genre: comédiedurée: 1h25année: 1992 L'histoire: La mère du détective Joe Bomowski rend visite à son fils. Elle nettoie le linge et les fenêtres et a décidé de s'attaquer à la rue. La critique d'Alice In Oliver: Inutile de revenir sur la longue léthargie cinématographique de Sylvester Stallone, qui commencera avec Rambo 3.Mécontent de la qualité de ce troisième volet, Stallone décide d'abandonner les armes du guerrier et les rôles de boxeur musclé.Tout comme Schwarzy, il choisit de changer son image en sévissant dans des... [Lire la suite]
17 septembre 2012

On ne touche pas Chuck Norris, on le supplie de le toucher

Barney Ross et son équipe reprennent du service pour venger un des leurs... Expendables avait étonné par ses chiffres carrément étonnant pour son lot de vieux briscards. Preuve que c'est avec les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. Mais le résultat manquait d'un quelque chose et n'était pas aidé par des effets spéciaux douteux. Ce second volet était donc attendu au tourmant, peut être trop d'ailleurs. Mais ce sont aussi les risques du métier. Expendables 2 n'est donc pas le grand revival des eighties, période si chère à... [Lire la suite]
19 août 2012

Stallone sort l'artillerie lourde pour Walter Hill

A peine la bande-annonce du nouveau film de Schwarzy débarque sur la toile que son pote Sylvester sort la sienne. Comme le Governator, Stallone ne s'est pas entouré de n'importe qui pour son retour après l'aventure Expendables. Ironiquement, son réalisateur a tourné avec l'autrichien il y a quelques décennies sur Double détente. Vous aurez bien reconnu Walter Hill, revenu récemment sur le devant de la scène grâce à Prometheus (comme pour tous les volets de la saga Alien, il garda le poste de producteur) et réalisateur célèbre pour 48... [Lire la suite]