Cine Borat

17 avril 2014

David Fincher tend un piège à Ben Affleck

Cela faisait depuis 2011 que l'ami David n'avait pas touché au cinéma. Dans un premier temps, il était parti sur un gros projet, une sorte de prequelle à 20 000 lieues sous les mers pour Disney en 3D et avec un gros budget des familles alignant les 200 millions de $ et plus. Dans un premier temps, Brad Pitt était prévu au casting comme c'était plus ou moins le cas sur The girl with the dragon tattoo. Puis Channing Tatum a pris sa place. Le mieux était donc qu'une star puisse faire rentabiliser le budget. Le film devait alors se tourner en Australie pour payer de moindres coûts. Le projet tombe alors à l'eau (humour!), pas aidé par les flops successifs de John Carter d'Andrew Stanton et The Lone Ranger de Gore Verbinski. Pour les suites de Millenium, ce n'est pas mieux puisque Fincher voulant faire un dyptique (légitime en soit) mais fut bloqué par les chiffres jugés décevants par Sony de The girl with the dragon tattoo. Là encore il est toujours question de gros sous et de direction artistique, puisque Fincher se refuse à ne pas avoir le contrôle absolu sur le film. Entretemps, il y a eu aussi un projet de biopic improbable sur Steve Jobs et surtout la série House of cards qu'il produit et dont il a réalisé le pilote.

Gone girl

Ce qui lui a permis de s'occuper un peu et d'enchaîner assez rapidement avec Gone Girl. Plus minimaliste, moins grandiloquent et signant une nouvelle fois un pacte avec le diable avec la Fox qui lui a fait tellement de mal sur Alien 3 (besoin de répéter les faits?) et même Fight Club. Le casting comme le tournage se sont fait assez rapidement, Fincher devant faire avec l'engagement de Ben Affleck sur Batman VS Superman de Zack Snyder. Pour le reste du casting, on retrouve Rosamund Pike, Missi Pyle, Neil Patrick Harris, Tyler Perry, Casey Wilson, Patrick Fugit (que l'on avait vraiment oublié depuis Presque célèbre) et Emily Ratajkowski (I know you want it dear reader...). La bande-annonce se veut une multitude de plans entre passé et présent, se mélangeant à l'image de la première bande-annonce de son précédent film. Affleck et Pike jouent un couple unis et s'aiment. Enfin, en apparence puisque quand elle disparaît, des zones d'ombre le concernant vont ressortir et l'étau va commencer à se resserrer autour du mari. D'autant que la maison est pleine d'indices (un string rouge ce qui concorderait avec la miss Ratajkowski jouant logiquement la maîtresse d'Affleck; une trace de sang, une table en verre brisé). 

Gone Girl : Affiche

On voit également que l'affaire va être surmédiatisée au point que le mari ne va plus pouvoir vivre normalement. Quant à sa femme, l'avant-dernier plan tout comme la couverture d'Entertainment Weekly nous confirment qu'elle est bel et bien morte. Reste à savoir qui l'a tuer. L'engrenage du personnage principal n'est pas sans nous rappeler The game où Michael Douglas se retrouvait manipulé par tout le monde jusqu'au point de non-retour. Reste à voir si Fincher sera aussi ingénieux qu'en 1997. Peut être qu'en mari suspecté du meurtre, Ben Affleck réussira enfin à convaincre définitivement ses détracteurs, d'autant que même A la merveille de Terrence Malick n'aurait pas réussi cela. Plus de deux ans avant d'incarner Batman, cela ne lui fera pas de mal. Gone Girl sortira le 8 octobre prochain.


16 avril 2014

Noël macabre dans le Stalag 17

600full-stalag-17-poster

genre: drame
année: 1953
durée: 2 heures

L'histoire: Durant la Deuxième Guerre mondiale dans le Stalag 17, deux prisonniers tentent de s'évader mais sont abattus. De plus, les Allemands découvrent l'existence du tunnel où tous les prisonniers devaient s'évader. Il y a donc un traître parmi les détenus... Sefton, un officier magouilleur et adepte du marché noir, est soupçonné.       

la critique d'Alice In Oliver:

Inutile de présenter Billy Wilder, dont la carrière de réalisateur commence en 1934, avec Mauvaise Graine. On lui doit de nombreux classiques du cinéma, entre autres, Boulevard du Crépuscule, Sept ans de réflexion, La scandaleuse de Berlin ou encore Certains l'aiment chaud.
Vient également s'ajouter le trop méconnu Stalag 17, sorti en 1953. Attention, il ne s'agit pas non plus d'une rareté, d'un film introuvable ou encore d'un grand classique du noble Septième Art. C'est juste un très bon film ! C'est déjà pas mal... Le long-métrage est aussi l'adaptation d'une pièce de théâtre de Donald Bevan et Edmund Trzcinski.

Au niveau de la distribution, Stalag 17 réunit William Holden, Don Taylor, Otto Preminger, Robert Strauss, Harvey Lembeck, Richard Erdman et Peter Graves. Pour l'anecdote, les producteurs du film attaqueront en procès les scénaristes de la série télévisée Papa Schultz.
En effet, ils considèrent que la série n'est finalement qu'une adaptation de Stalag 17. Pourtant, ce sont les scénaristes qui remporteront le procès, la faute à la présence d'un sergent du nom de Schultz dans le film. Pour le rôle de Sefton, interprété pa William Holden, plusieurs grands acteurs seront approchés, notamment Charles Bronson et Kirk Douglas.

 

images

 

 

Stalag 17 fut également l'un des plus grands succès de la carrière de Billy Wilder. Alors qu'il s'attendait à recevoir une grosse part des bénéfices du film, les comptables du studio lui ont annoncé qu'étant donné que son dernier film, Le Gouffre aux Chimères tourné en 1951, avait perdu de l'argent, l'argent perdu serait soustrait de sa part aux bénéfices de son nouveau film. 
Wilder quitta peu de temps après la Paramount. Ce qui marque immédiatement à la vision de Stalag 17, c'est ce décalage entre l'humour apparent du film et la tragédie à venir. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! 

Un Noël macabre s’annonce dans le Stalag 17, camps de prisonniers américains sur les bords du Danube. Depuis longtemps déjà, l’atmosphère est tendue : un traître caché dans la baraque 4 fournit des informations au commandant du camps sur tous les plans d’évasion de ses camarades prisonniers. Deux soldats ont même été abattus alors qu’ils sortaient du tunnel qu’ils avaient creusé. 
Les soupçons se portent tout naturellement sur la personne du Lieutenant Sefton, un opportuniste qui réussit à s’enrichir malgré sa captivité. Sefton joue cavalier seul, parvenant sans manquer d’audace à soutirer le moindre des biens à ses camarades.

 

sjff_03_img1136

 

 

Il parie même sur les échecs répétés de chaque tentative d’évasion. Une nuit, où plus que jamais, il apparaît comme le coupable idéal, ses compagnons le tabassent. Humilié et pressé de reprendre paisiblement son activité lucrative, il décide de mener lui-même l’enquête. 
A force de patience et de détermination, il réussit à démasquer le coupable, le fait abattre et s’évade en compagnie du plus fortuné de tous ses compagnons. Clairement, Stalag 17 n'est pas un portrait très élogieux du soldat américain, loin de là. Au contraire, le film dénature complètement le mythe du héros américain triomphant de la Seconde Guerre Mondiale et du nazisme.

En résumé, dans Stalag 17, il n'y a aucun héros ni aucun personnage à sauver. Même le héros principal de l'histoire, donc Sefton, est un personnage individualiste, égoïste et combinard, qui va devoir faire cavalier seul pour s'en sortir. A partir de là, le film fonctionne comme un huis clos souvent oppressant et à la précision chirurgicale. Enfin, Billy Wilder peut s'appuyer sur une distribution en or, William Holden en tête. Toutefois, le réalisateur n'oublie jamais ses seconds rôles. 
Bref, un très bon film de genre, assez atypique en fin de compte, puisque le long-métrage oscille entre la comédie dramatique, le film de prison et le drame de guerre.

15 avril 2014

Torok, le lutin monstrueux

TROLL

genre: fantastique
année: 1986
durée: 1h35

L'histoire: Un méchant roi troll à la recherche d'un anneau mystique, envahit un appartement de San Francisco où une puissante sorcière vit.  

la critique d'Alice In Oliver:

Au milieu des années 1980, le film Gremlins de Joe Dante devient la nouvelle référence du cinéma fantastique, en sachant que le long-métrage mélange également la comédie et le genre horrifique. L'énorme succès de Gremlins au cinéma influence de nombreux avatars avec des bestioles venues de nulle part. C'est par exemple le cas de Critters ou encore de Ghoulies.
Vient également s'ajouter Troll, réalisé par John Carl Buechler en 1986. Tout comme Gremlins, Critters et Ghoulies, Troll connaîtra plusieurs épisodes.

Néanmoins, les deux nouveaux chapitres n'entretiennent aucun rapport avec ce premier opus. Il semblerait même que Troll 2 et Troll 3 ne soient pas véritablement des suites. En tout cas, les fans du premier opus renient en bloc les deux suites réalisées. Oui, Troll premier du nom est bien une série B fantastique. Contre toute attente, le film rencontrera un joli succès en vidéo.
Toutefois, aujourd'hui, Troll fait partie de ces nanars sympathiques confinés dans l'oubli. En l'occurrence, la suite, donc Troll 2, est classée parmi les 100 plus mauvais films jamais réalisés. C'est surtout ce second chapitre que l'on retient (surtout pour sa médiocrité).

 

troll-troll

 

Que les choses soient claires: ce premier épisode ne lui est guère supérieur. Toujours est-il que les producteurs américains parleront d'un remake vers la fin des années 2000. Heureusement, le projet finira dans la case "poubelle". Ouf, on l'a échappé belle ! Pour le reste, le scénario est de facture classique et se résume en deux petites lignes, en écrivant au marqueur sur un timbre-poste. 
Attention, SPOILERS ! La petite Windy Potter qui vient d’emménager avec sa famille dans un nouvel immeuble se trouve nez a nez avec Torok un Troll. 

Celui-ci utilise la petite pour prendre son apparence et transformer les habitants de l’immeuble en créatures. Tout comme Gremlins, Troll mélange plusieurs genres: le fantastique, l'épouvante et le film familial. Rien de bien méchant ici. Seule petite différence: le long-métrage a un petit air d'heroic fantasy, la faute revenant à son lutin monstrueux de service, donc Torok.
C'est lui l'attraction principale du film. Il s'agit en réalité d'un sorcier aux pouvoirs maléfiques qui s'emparent de l'esprit des humains. Très vite, Torok devient de plus en plus dangereux et incontrôlable.

 

Troll

 

Bref, le scénario a un sérieux air de déjà-vu. Toujours est-il que le manque de moyens se fait furieusement sentir. Si le maquillage de Torok est plutôt réussi, les effets spéciaux sont au mieux ringards et complètement dépassés. Au mieux, cette petite série B fantastique provoque quelques rictus imbéciles. Toutefois, dans l'ensemble, les séquences de magie (noire) sont assez répétitives.
Troll n'est donc pas le gros nanar annoncé. Pour les "nanardeurs" avertis, on leur conseillera davantage la suite (donc je le répète, Troll 2), beaucoup plus fun et drôle que son prédécesseur. Enfin, l'interprétation est franchement lamentable. Ne parlons même pas des dialogues ! 
Bref, pas étonnant que cette série B soit aujourd'hui reléguée dans les oubliettes...

Cuvée horriblement musicale

Dans la Cave de Borat, nous avions souvent parlé de séries des années 90 mais rarement de cas particuliers ou tout du moins aussi loin que je m'en souvienne. Nous allons faire aujourd'hui une exception en évoquant le cas Glee. Depuis quelques temps où je suis tombé dessus, je me fais un plaisir masochiste à regarder l'épisode quotidien de W9 histoire d'avoir de la moelle à aborder. Car quand on prend une série en cours, on se dit parfois qu'il vaudrait mieux revenir en arrière. C'est ce que j'avais fait en me retapant entièrement la première saison de Lost après l'avoir pris en coup de vent sur TF1 (je n'étais pas trop série à cette époque, n'ayant pas trop envie de m'investir dans les séries, ce qui a évidemment changé comme vous le savez). Mais avec Glee je n'en ai pas le besoin ou tout du moins les trames précédantes sont tellement évoquées au cours des épisodes que j'ai pu voir que je savais déjà à quoi m'attendre. Qui plus est des sites comme Allociné en font suffisament la publicité dans leurs rayons "news" que le phénomène Glee ne m'a pas laissé de marbre. Tout du moins d'une certaine manière car cette série respire au combien l'indifférence chez votre interlocuteur, si ce n'est comme dit plus haut un pur plaisir masochiste (et non coupable pour le coup) digne de tout nanardeur qui se respecte. Car ne l'oubliez pas chers lecteurs, vous n'êtes pas à la première série à passer à la moulinette Borat dans sa célèbre cave. 

Glee : Photo Amber Riley, Chris Colfer, Cory Monteith, Dianna Agron, Jane Lynch

Vous vous souvenez des séries ringardes des années 90 se déroulant inlassablement dans un lycée où il ne se passe jamais rien? Cela tombe bien c'est là où se déroule Glee! Crée par un Ryan Murphy voulant probablement faire une pause café, pause tendresse entre la charcutée Nip/Tuk et l'anthologie American Horror Story, Glee dure désormais cinq saisons et au vue de ses audiences au ras des paquerettes (dernier score connu: 2,61 millions de téléspectateurs pour une chaîne network comme Fox). A vrai dire, si j'ai vraiment commencé à me concentrer sur cette série vers les vacances de février dernier, c'est après avoir entendu le massacre de certaines chansons sur le net par les interprètes de la série. Quand j'ai entendu les massacres successifs de Don't stop believing (déjà si vous n'aimez pas le glam rock vous n'êtes pas dans la merde, imaginez à la sauce djeuns) ou de Bohemian's rhapsody (là c'était le coup de grâce, le genre d'ignominie ne devant pas exister). Certaines choses allaient bien dans l'épisode Saturday night glee-ver mais d'autres comme la chanson phare est une catastrophe, pas aidé par le timbre limite junéville et semblant être retouché de Matthew Morrison, le prof qui est à la tête du Glee club! Une vraie rigolade involontaire.

Mais pire encore, les mauvaises chansons sont souvent encore pire sous l'égide de Glee et notamment le numéro sur Britney Spears. Une fille est à ça de déprimer? Elle chante Everytime. Elle est folle amoureuse? Allez hop Crazy! Et quand elle ne fout plus rien? Gimme more! Plus inattendu on ne fait pas et c'est comme cela systèmatiquement dans cette série. Autre exemple, entendu rien qu'hier une reprise de Mamma mia qui s'avère peut être aussi minable que celle du film (qui plus est avec du hula hop), une autre quelque peu correct de Heroes de David Bowie (même si l'orchestration en prend un coup), une reprise terriblement molle d'Against all odds ou le massacre de Old time rock and roll devenant ici une vulgaire chanson pop où l'un des ahuris se trémousse à la manière de Tom Cruise dans Risky Business mais sans le charme. J'ai également rigolé par la manière dont était amené certaines chansons comme Unchained melody. En effet, dans l'épisode Comme au cinéma de la saison 4, les personnages sont amenés à revisiter certaines scènes cultes avec la musique qui va avec et évidemment il a bien fallu faire Ghost.

Ainsi comme le personnage de Marley est amoureuse de deux mecs, elle fait de la potterie avec les deux! On ne l'a pas vu venir celle-là! Tout ceci est bien artificiel d'autant que la plupart des chansons sont enregistrées en studio et n'ont finalement plus rien d'un show vu que tout est trafiqué. C'est vraiment dommage d'autant qu'à chaque fois c'est vraiment les violons quand c'est dramatique et quand c'est joyeux, c'est sourire colgate pour tout le monde! Il y a vraiment moyen de faire un show un peu plus humble et de montrer plus naturellement les acteurs en train de chanter, parce qu'à certains moments, quand on les voit en plein lycée en train de chanter à tue tête comme si de rien était, il y a vraiment de quoi rire. Je dois bien avouer que plusieurs fois j'ai préféré arrêter le massacre sur Youtube devant tant d'horreur auditive. Encore mieux, dans Glee on a droit à tous les stéréotypes des show pour teenagers: les pleureuses de service (Rachel Berry a la palme), les garces, les homosexuels de tout bord (donc aussi bien gars que fille), le quaterback, le forniqueur, les divas, les idiots, l'handicapé, la friquée débile, les profs qui en tiennent une couche... Tout le monde passe à la casserole et pas de la meilleure des manières.

Je vais prendre l'exemple de Kurt, homosexuel tellement éphéminé vulgairement qu'il en devient agaçant surtout que le personnage est inintéressant au possible. Au contraire, Blaine est vraiment sympathique et on comprend pourquoi il est mis plus en avant. Ensuite, on peut vraiment se poser des questions quand on voit la bêtise des personnages. Ensuite il faut bien dire que la série devait soi-disant se renouveller dès la saison 4 avec de nouveaux personnages. Sauf que ce sont soit des clones (Marley ressemble beaucoup à Rachel en se lamentant systèmatiquement sur son sort) soit des personnages transparents au possible ne faisant pas oublier les précédents en place qui sont ironiquement toujours très présents, alors que la plupart ont leur diplôme depuis la fin de la saison 3! Cherchez l'erreur. Même le personnage de Sue Sylvester a fini par rentrer dans le droit chemin. Sans compter que tout le monde, il est beau tout le monde il est gentil. eLe pire étant peut être de voir des guests comme Jeff Goldblum, Kate Hudson, Katey Segal ou Shirley McClaine débarquer dans pareille entreprise. Glee est tellement deven!u un argument marketing qu'ils en sont venus à faire une tournée mondiale avec film de la tournée diffusé partout dans le monde. Par ailleurs, je dois remercier W9 pour sa merveilleuse diffusion de la série.

Ainsi durant le mois de mars, les mêmes épisodes étaient rediffusés d'une semaine à l'autre, qui plus est en mélangeant les épisodes, certains étant de la saison 4 d'autres de la saison 3, voire encore mieux de vous laisser en plan quand un personnage est à ça de passer à la casserole. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas vu autant de malhonnêté d'une chaîne lors de la diffusion... enfin si mais pas pendant que je regardais une série. En résultes, une série pour le moins poussive et surtout une des pires comédies-musicales de tous les temps. On aurait tord de ne blâmer que les High School Musical. Allez à la semaine prochaine!

Posté par borat8 à 10:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 avril 2014

Ben Laden chez les zombies

zombie global attack

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 2012
durée: 1h35

L'histoire: Dusty se rend en Afghanistan pour retrouver Derek, son frère disparu, un théoricien de la conspiration persuadé qu’Oussama Ben Laden est encore en vie. Arrivé sur les lieux, elle rencontre des agents des forces spéciales et apprend que son frère n’était finalement pas si fou que ça : revenu d’entre les morts, Oussama Ben Laden est sur le point de conquérir le monde avec son armée de zombies.         

la critique d'Alice In Oliver:

Non, vous ne rêvez pas: c'est bien Ben Laden et ses acolytes qui apparaissent sur l'affiche de Zombies Global Attack, réalisé par John Lyde en 2012. Cela fait déjà un certain nombre d'années que le genre zombie peine réellement à se renouveler. Certes, certains réalisateurs ont joué lar carte de la comédie et de la parodie, comme par exemple le surprenant Shaun of the Dead.
Seul problème, les comédies "zombiesques" (je viens d'inventer le terme...) sont devenues tellement courantes que le spectateur a fini par faire une overdose. John Lyde tente donc d'apporter un peu de sang neuf.

Désormais, les morts vivants se trouvent en Afghanistan et l'armée américaine doit lutter contre un ennemi inattendu: le cadavre vivant de Ben Laden entouré de ses sbires (eux aussi morts) et affamés de chair humaine. Certes, présenté comme cela, Zombies Global Attack s'apparente à un très gros nanar en devenir. En l'occurrence, le film est bel et bien un nanar, mais un nanar assez décevant (j'y reviendrai...). Le scénario est pour le moins idiot.
Attention, SPOILERS ! Dusty se rend en Afghanistan pour retrouver Derek, son frère disparu, un théoricien de la conspiration persuadé qu’Oussama Ben Laden est encore en vie.

 

zombies-global-attack-01-500x281

 

Arrivé sur les lieux, elle rencontre des agents des forces spéciales et apprend que son frère n’était finalement pas si fou que ça : revenu d’entre les morts, Oussama Ben Laden est sur le point de conquérir le monde avec son armée de zombies. Indéniablement, Zombies Global Attack est un petit "OFNI" (objet filmique non identifié) et se démarque par son originalité.
Hélas, ce petit nanar horrifique sans le sou peine réellement à exploiter son idée de départ. Pire encore, sur la forme, Zombies Global Attack est un film d'horreur de facture classique. Au niveau de la mise en scène, le long-métrage fonctionne un peu comme un jeu vidéo.

Ce sont donc des militaires qui sont mis à l'épreuve, et plus ils progressent, plus ils se rapprochent évidemment de la tannière de Ben Laden. Au niveau des effets spéciaux, pas de surprises non plus. Le film a recours aux bons vieux effets numériques qui tâchent et qui piquent les yeux.
C'est par exemple le cas lorsque le sang gicle à l'écran. Certes, l'effet est toujours amusant mais se révèle vite agaçant au bout d'un moment. En revanche, un vrai travail a été réalisé au niveau des maquillages. Même remarque concernant la photographie, tout simplement irréprochable. Oui, malgré son concept débile, Zombies Global Attack possède de réelles qualités (assez minces, il faut bien le dire).

 

20144446

 

En résumé, on nage entre le vrai film d'horreur et le nanar totalement assumé. En ce sens, Zombies Global Attack est bel et bien un mauvais film sympathique. Néanmoins, et je le répète, il reste vraiment décevant. La faute revient surtout aux principaux protagonistes.
En l'occurrence, nos héros sont des militaires, mais ce sont aussi des "playmates" et des mannequins sortis tout droit d'un magazine de mode. Enfin, l'interprétation est loin d'être irréprochable. Elle est même particulièrement médiocre. Par conséquent, difficile de se passionner pour ses héros lisses et sans charisme et pour leurs aventures. Bref, ce petit nanar séduira sans doute les fans acharnés du genre. Les autres seront priés de passer leur chemin.

 


ZOMBIES GLOBAL ATTACK - Trailer par Factoris-Films

Posté par Alice In Oliver à 12:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



La Marvelverse se diversifie

Quatrième et dernier volet de cette série d'articles sur la Marvel Cinematic Universe avec les oeuvres futures comme les séries.

La Phase 2 se termine et la Phase 3 se prépare...

Les Gardiens de la Galaxie : Couverture magazine

 

Concept-art pour Les Gardiens de la galaxie.

Les Gardiens de la galaxie de James Gunn termineront la Phase 2 avant l'apothéose Avengers 2 et même si des éléments rattacheront les différents projets (on pense aussi bien aux sphères évoquées à la fin de Thor The Dark World qu'à Thanos qui referra son apparition normalement), le film devrait avoir une identité bien propre. Déjà d'un point de vue visuel et plus que les Thor (2011, 2013), le film devrait ardemment misé sur le space opera dans les grandes largeurs avec armes, batailles aériennes en pleine atmosphère, Star Lord en mode Han Solo et un univers bourré d'excentricités au point de mettre en scène un raton-laveur survitaminé à la gachette facile et un arbre qui lui sert de garde du corps! Le concept-art ci-dessus représente même nos héros dans une sorte de cantine littéralement en hommage à Star Wars de George Lucas. Lucas est également présent dans les influences de Gunn avec Les aventuriers de l'arche perdue (1980), cité moult fois par interview et dans la bande-annonce où Star Lord échange la sphère dans un point particulier avant de devoir fuir de manière explosive: "(Ce film) a une place très importante dans ma vie, et nous avons beaucoup analysé sa séquence d'ouverture au moment de tourner la nôtre. Mais ironiquement, la première ébauche du script signée Nicole Perlman rendait déjà hommage à Indiana Jones. Les Gardiens de la galaxie a été pensé dès le départ comme un divertissement dans la droite lignée des films que Spielberg et Lucas nous ont donné à la fin des 70's et au début des 80's" *.

The Avengers: Age of Ultron : Photo

The Avengers: Age of Ultron : Photo

The Avengers: Age of Ultron : Photo

Concept-arts pour Avengers 2.

Reste à voir si les promesses évoquées dans la bande-annonce seront bien visibles le 13 août, d'autant qu'il s'agit peut être du film le plus ambitieux de la Marvelverse, compte tenu de sa recherche visuelle et son ton décalé et moins sérieux. Nettement moins le cas d'Avengers 2: Age of Ultron, conclusion réalisée par Joss Whedon de la Phase 2 qui se terminera donc en mai 2015. Comme le suggère le titre, Ultron sera le grand méchant du film et sera doublé par James Spader. Si dans les comics, il s'agit d'une création d'Hank Pym, soit Ant Man, étant donné qu'il ne sera présenté que lors de la Phase 3, la version cinéma fera de Tony Stark son créateur ce qui s'avère tout aussi plausible. Stark perdrait donc le contrôle de sa création et cela pourrait avoir des conséquences sur les différents Mark (les modèles d'armures d'Iron Man) ainsi que sur le système Jarvis. On peut même spéculer qu'Ultron sera une version améliorée de Jarvis. Par ailleurs, il a été annoncé que Paul Bettany, doubleur de Jarvis, deviendrait Vision robot construit par Ultron et se rebellera de son influence en devenant un membre des Avengers. Vous l'aurez bien compris, la Marvel cherche à installer certains personnages apparemment secondaires de son bestiaire, ce qui fut le cas dans la Phase 2 avec Faucon (Anthony Mackie) ou les jumeaux Lensherr (Elisabeth Olsen, Aaron Johnson) dans Captain America The Winter Soldier (2014), ces derniers dépasseront le statut de guests. 

avengers 2

avengers-2 

Concept-arts pour Avengers 2

Le Baron Struker (Thomas Kretschmann) sera également de la partie tout comme War Machine (Don Cheadle) en plus des différents Avengers, ce qui sera une première pour ce dernier n'étant jamais mentionné dans Avengers (2012). Joss Whedon se serait donc donné les moyens de ses ambitions et n'aura déjà plus le problème de rassembler les cocos. Maintenant qu'ils sont rassemblés, ils peuvent interragir et les récits peuvent être un peu plus ambitieux. Kevin Feige a par ailleurs précisé qu'"une partie du plaisir d'Avengers : Age of Ultron a été de se dire, vous avez eu une autre aventure Iron Man, une autre aventure Thor, une autre aventure Captain, mais vous n'avez pas revu le Goliath vert. Alors c'était important pour les personnages que vous n'avez pas revus -Hulk étant l'un d'eux, comme Hawkeye- car Ultron va y remédier. Ils ont des rôles très importants dans Age of Ultron."** En revanche, Samuel L Jackson est plus sceptique en ce qui concerne le personnage de Nick Fury: "Je ne fais pas grand chose, je pense. C'est un autre de ces films 'des gens qui ont des pouvoirs se battent contre des gens qui ont des pouvoirs'. Il n'y a pas grand chose que je puisse faire excepté tirer." On peut également se poser la même chose sur Black Widow (Scarlett Johansson) dans le même genre de cas. Réponse le 29 avril 2015.

Concept-art pour Ant Man.

Quelques mois plus tard suivra le début de la Phase 3 avec Ant Man. Prévu depuis au moins 2011, Edgar Wright avait demandé à Marvel de le laisser faire The World's end (2013) avant pour faire honneur à son producteur , atteint d'un cancer et l'ayant toujours soutenu depuis Shaun of the dead (2004). C'est ainsi qu'Ant Man est devenu un des projets en amont de la Phase 3 et projet inédit comparé à ceux déjà prévus à savoir Captain America 3 et Thor 3. La première bonne nouvelle est que le script est signé de Wright lui-même et Joe Cornish tout comme James Gunn a écrit Les gardiens de la galaxie. Ensuite, le script devrait s'amuser avec les différentes identités du super-héros (au nombre de trois dans la mythologie Marvel) avec les personnages de Scott Lang et Hank Pym. Dans les comics, Lang est un électricien volant pour subvenir aux besoins de sa fille le costume de Pym. Lang sera incarné par Paul Rudd, l'amoureux de Phoebe dans Friends et maître-étalon de l'écurie Judd Apatow et Pym par Michael Douglas. Au vue du sujet, de ses acteurs et de son réalisateur, le film devrait jouer sur la comédie super-héroïque ce qui ne serait pas un mal à condition de bien aborder un personnage aussi louffoque.

Ant-Man : Photo

Concept-art pour Ant Man.

En sachant que Patrick Wilson (Watchmen), Michael Pena (Collision), Corey Stoll (House of cards), Matt Gerald (déjà présent dans le court Longue vie au roi où l'on retrouvait le Mandarin) et Evangeline Lilly (The Hobbit) serait également de la partie de ce film qui sortira le 5 août 2015. L'avenir est plus flou pour Captain America 3qui sera toujours réalisé par les frères Russo et dont la date est déjà fixée au 6 mai 2016. Ce qui va être un combat de titans entre blockbuster puisque Batman VS Superman de Zack Snyder sortira le même jour. C'est peut être la première fois qu'un film Marvel et un film DC Comics se font face le même jour et autant dire qu'il y a un qui va passer à la casserole mais lequel? Thor 3 est encore en balbutiement même s'il est confirmé, à la différence d'Iron Man 4 dont la rumeur est tombé la semaine dernière. Il n'est pas trop étonnant que la Phase 3 ne soit pas encore complète ou tout du moins planifiée. En revanche, Kevin Feige amuse constamment la galerie avec ses prévisions multiples et souvent farfelues allant de 2021 à 2028! Par ailleurs, le projet Docteur Strange serait de plus en plus prévu et la Marvel serait en train de chercher des réalisateurs possibles et il y a aussi la rumeur Johnny Depp pour l'incarner. Ce serait l'un des projets en vue qui serait parmi les préférés de Feige. Un spin-off sur Black Widow est souvent remis sur le tapis tout comme un film sur la Panthère noire, autre super-héros afro-américain phare de la Marvel. Wait and see...

La Marvel s'attaque aux séries

Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. : Photo

Suite au succès d'Avengers (2012), la Marvel a cherché à se partager un peu plus sur différents médias et principalement la télévision. La première étape fut Agents of Shield diffusée depuis septembre dernier sur ABC. Il s'agit de la première série Marvel depuis L'incroyable Hulk, mais l'époque n'est plus la même. Le câble est passé par là, les audiences sont moins spectaculaires qu'autrefois sur les networks et surtout on peine à comprendre pourquoi la Marvel a privilégié l'antenne de Disney (ABC en fait partie) qui est une network au câble où elle aurait eu plus de libertés. Proximité indéniablement mais rappelons que Joss Whedon, également aux commandes de cette série, s'était plus d'une fois fait avoir pour les networks que ce soit avec la Fox pour Dollhouse (diffusée à la sauvette durant deux saisons) et Firefly (diffusée n'importe comment et n'importe quand) ou la WB avec Buffy contre les vampires (qui avait fini sur le câble avec UPN) et Angel (supprimée à cause d'un manque cruel de communication). Ensuite, il est ironique de voir que DC Comics s'en sort bien mieux sur ce point que ce soit avec Smallville qui quoi qu'on pense a tout de même durer deux saison ou la série Arrow qui s'est imposé assez rapidement avec de multiples bonnes critiques. Ce qui n'est pas le cas d'Agents of Shield depuis ses débuts. 

Photo Clark Gregg, Jaimie Alexander

Pas aidé par un manque cruel de personnages connus (Clark Gregg ressuscite en agent Coulson), la série n''a cessé d'essayer de mettre en scène des caméos histoire de trouver le public de la Marvel Cinematic Universe. Sauf qu'en général, cela ne concerne jamais les Avengers et ce sont toujours des seconds-rôles. Nick Fury a beau être apparu dès le second épisode, ce n'était qu'un guest de passage. Idem pour Cobie Smulders déjà bien occupé par le tournage de Captain America The Winter Soldier (2014) et surtout le final d'How I met your mother. Quant à Jaime Alexander, on peut vraiment parler de fond de tiroir car le personnage de Thor est vraiment un très lointain second-rôle. Pas de quoi s'enflammer donc. Pareil pour l'apparition de Bill Paxton et Amy Acker (collaboratrice de longue date de Joss Whedon), la révélation au sujet du personnage de J August Richards (idem) qui serait le cyborg Deathlok ou l'engagement récent d'Adrian Pasdar dans le rôle du major Glenn Talbot, ennemi notable de Bruce Banner. Mais le pire vient surtout des audiences de la série qui sont réellement décevantes pour une série de ce type et ne parvient pas réellement à être stable. En deux semaines, la série est ainsi passée de 11,9 millions de téléspectateurs à 8,4. 

Photo Clark Gregg, Cobie Smulders

La semaine suivante c'était 7,79 et la série est restée dans les 7 millions durant plusieurs semaines avant de se relancer à 9,3 pour ensuite faire un vrai bide à 5,93 (les fêtes de noël surement) pour remonter à 6,62 et repartir en dessous des 6 millions et le dernier score est encore pire avec 4,91 millions de téléspectateurs. Des chiffres qui sont pour le moins catastrophiques et qui amèneront probablement à une annulation évidente, d'autant que la série est particulièrement chère. Un nouveau ratage télévisuel pour Whedon, cinq ans après l'annulation de Dollhouse. Pendant plusieurs années, Guillermo Del Toro a essayé de mettre en place une série servant de véhicule à Hulk, mais le projet Avengers a plus ou moins tout fait capoté. D'autant que le réalisateur de Pacific rim voulait surtout rendre hommage à la série de Bill Bixby. D'ailleurs à la question de savoir si le projet était annulé, Kevin Feige était plutôt évasif: "Non, pas du tout, nous tentons toujours de mener le projet à terme (...). Mais rien n'est totalement sûr pour l'instant, et aucune date de tournage n'est encore prévue..." 4 Par contre, la Marvel mise beaucoup sur les Defenders, groupe de super-héros qui comprendra Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage et Iron Fist. Pour le premier, cela faisait un moment que la Marvel comptait reprendre les droits à la Fox, incapable de faire un reboot et ce malgré les atouts Joe Carnahan ou David Slade.

Il y aura donc quatre séries avant une autre réunissant les quatre héros. Pour Daredevil, ce n'est clairement pas un mal de le revoir que ce soit au cinéma ou en série même si j'ai bien du mal à le voir en héros sur le long terme. Massacré dans le film de Mark Steven Johnson avec un Ben Affleck tout bouffi dans son costume, le héros aveugle a bien besoin de se revenir en forme. Jessica Jones est une détective privée ancienne super-héroïne issue du comic-book de Brian Michael Bendis Alias (rien à voir avec la série de JJ Abrams qui a ironiquement commencé sur la même période!) et elle tomba enceinte de Luke Cage qui est génétiquement modifié. Pendant plusieurs années, ce héros a été convoité par la Marvel et le plus vieux projet remonte à celui de John Singleton avec Tyrese Gibson. On ne s'étonnerait pas que les deux séries les mettant en scène s'entrecroisent histoire de donner lieu à une romance. Iron Fist fut convoité pendant longtemps aussi pour le cinéma avec un projet avec Ray Park (Dark Maul dans La menace fantôme et le Crapaud dans X Men) et s'impose comme un adepte des arts-martiaux au coup de poing spécial. 

Pour l'instant ce ne sont que des projets mais ils seront mis en place par Netflix pour 2015, cette chaîne de partage sur le net qui vous permet de voir toute une saison en une seule fois. Pour vous faire une idée, c'est là que David Fincher a mis en place la série House of cards avec Kevin Spacey. Donc déjà un peu plus de libertés graphiques que sur une network. Plus sûr, le projet de mini-série autour de l'agent Carter (Hailee Atwell) serait prévu d'être tourné pour juin prochain. Wait and see...

 


 

* Propos recueillis dans Mad Movies numéro 273 (Avril 2014).

** http://www.ecranlarge.com/article-details-27954.php

*** http://www.ecranlarge.com/article-details-27916.php

4 Propos recueillis dans Pop corn numéro 5 (avril-mai 2014).

Autres sources: http://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=11400.html

13 avril 2014

"Dogs Of Hell"

dogsofhell-rottweiller-aff

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 1982
durée: 1h30

L'histoire: Une meute de rottweilers, élevés et entraînés par l'armée américaine à tuer des hommes, s'échappent lors d'un transport. Ils vont rapidement arriver à Lake Lure, une petite communauté montagnarde. Des cadavres atrocement mutilés vont être découverts et le shérif local va alors tenter d'arrêter ces tueurs enragés.       

la critique d'Alice In Oliver:

Certes, le thème des chiens tueurs et vengeurs n'est pas forcément le genre de prédilection du cinéma horrifique. Toutefois, on relève quelques films de genre, souvent peu recommandables, entre autres, Les Dobermans reviennent, Les Chiens Fous, Cujo, Max le meilleur ami de l'homme, Dressé pour Tuer, The Breed ou encore Wilderness. Le meilleur film de genre (et de loin) se nomme tout simplement Baxter, réalisé par un français (cocorico !), un certain Jérôme Boivin.
Vient également s'ajouter Rotweiler, les chiens de l'enfer de Worth Keeter et sorti en 1982. Le film est également connu sous le nom de Dogs Of Hell (c'est aussi son titre original).

Bien des années plus tard, le réalisateur, Brian Yuzna signera lui aussi un film d'horreur avec des rottweilers. Son nom ? Tout simplement Rottweiler ! Mais le film de Yuzna n'est pas un remake de celui de Worth Keeter. L'affiche de Rottweiler: les chiens de l'enfer a le mérite de prévenir.
En gros, vous allez voir des rottweilers enragés et ils ont furieusement la dalle ! Ils crèvent clairement d'envie de tuer. Certes, l'affiche est ultra racoleuse et annonce un nanar en devenir. Hélas, Rottweiler: les chiens de l'enfer ne tient jamais les promesses annoncées. C'est juste un très gros navet, franchement pénible à regarder, mais j'y reviendrai.

 

Au niveau de la distribution, on ne trouve aucun acteur connu: Earn Owensby, Bill Gribble, Robert Bloodworth, Kathy Hasty et Ed Lillard font donc partie du casting. Sincèrement, si quelqu'un connaît l'un de ses acteurs, merci de me téléphoner de toute urgence !
Pour le reste, Rottweiler: les chiens de l'enfer est un film d'horreur méconnu et introuvable en dvd (peut-être en zone 1 et encore...). Néanmoins, le long-métrage est disponible en entier et en version originale non sous-titrée sur Youtube, donc avis aux amateurs et pour ceux qui auraient vraiment envie de se faire suer.

 

rottweiler1



Quant au scénario, il est de facture classique. Attention, SPOILERS ! Une meute de rottweilers, élevés et entraînés par l'armée américaine à tuer des hommes, s'échappent lors d'un transport. Ils vont rapidement arriver à Lake Lure, une petite communauté montagnarde. 
Des cadavres atrocement mutilés vont être découverts et le shérif local va alors tenter d'arrêter ces tueurs enragés. Contre toute attente, les attaques de nos chers canidés enragés sont rares, très rares, trop rares... Bref, elles sont vraiment rares, quoi ! Je répète volontairement le mot "rare" parce qu'encore une fois, elles sont rarissimes !

Oui, l'introduction du film est plutôt prometteuse: un pauvre "gusse" est dévoré par un rotteiler de service. Toutefois, le réalisateur, Worth Keeter, se garde bien de montrer le moindre chien à l'écran. Il faudra donc attendre au moins quarante bonne minutes avant de voir le premier cabot à l'écran !
Ensuite, le film fonctionne un peu comme une enquête policière. Les habitants d'une petite communauté se demandent qui peut être responsable de toutes ces morts, hélas invisibles sur cette pellicule du pauvre. Cependant, dans son dernier quart d'heure, le film s'accélère un peu (mais pas beaucoup, hein...). Les rottweilers apparaissent réellement à l'écran !
Hélas, les séquences d'agression animales se déroulent presque exclusivement dans le noir, si bien que l'on ne voit strictement rien, mais alors que dalle ! Bref, et vous l'avez compris, Rottweiler: les chiens de l'enfer se révèle extrêmement décevant. Certes, on n'attendait pas grand chose de ce genre de film, mais au moins un peu d'action, de gore et de sang.
Malheureusement, et vous l'avez compris, le film de Worth Keeter ne tient jamais les promesses annoncées.

Posté par Alice In Oliver à 13:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

La Marvelverse gagne en épaisseur

Troisième volet des dessous de la Marvel Cinematic Universe avec la phase 2 présentée avec les films déjà sortis.

Iron Man 3: Shane Black is back!

Iron Man 3 : Affiche

Bien avant la sortie d'Avengers (2012), les différents films de la Phase 1 furent annoncés et finalement pas grand chose de nouveau, puisqu'en dehors des Gardiens de la galaxie de James Gunn, tous sont des suites. Preuve en est avec cet Iron Man 3 (2013), quatrième film à mettre en scène le personnage de Tony Stark. Mais curieusement, avec la Phase 2, la Marvel semble vouloir réparer ses erreurs. Déjà moins de tâcherons aux commandes et plus de réalisateurs qui ont fait de la qualité. Sur Iron Man 3, les producteurs tout comme Robert Downey Jr ont amené Shane Black à la réalisation avec des arguments bétons. Pour le réalisateur, c'est l'occasion de retrouver une grosse production, seize ans après le flop retentissant d'Au revoir, à jamais de Renny Harlin (1997). Après des années de ruine au point de louer sa maison pour le tournage d'X Files (*), il était revenu sur le devant de la scène avec Kiss kiss bang bang (2005) où il sortait lui aussi Robert Downey Jr de sa déchéance. Il n'était donc pas étonnant que l'acteur fasse appel à l'un de ceux qui lui a fait relevé la pente. Mais ce qui frappe principalement avec Iron Man 3 c'est qu'il s'agit d'un vrai film de son réalisateur. 

Iron Man 3 : Photo

L'arme fatale 5?

Même s'il a eu quelques restrictions (cf La Marvelverse au commencement ou encore les rajouts pour les co-producteurs chinois qui seraient de la propagande merveilleuse), le réalisateur garde ses thèmes phares et ses automatismes d'écriture qui font que l'on retrouve le style du scénariste de L'arme fatale (1987). Personnage tourmenté par des faits précédents (Tony Stark traumatisé depuis son passage dans l'autre monde, comme Riggs dans le film de Richard Donner); fusillade à l'hélicoptère devant chez lui (explosion de sa villa quand la caravane de Riggs, décidemment, se faisait exploser sa caravane dans L'arme fatale 2); un enfant qui aide le héros en facheuse position (Ty Simpkins remplaçant Danielle Harris du Dernier samaritain ou Austin O'Brien de Last action hero); un méchant qui en cache un autre (le Mandarin sert de façade à Aldrich Killian comme l'Eventreur pour Benedict dans Last action hero); le buddy movie avec l'homme blanc et l'afro-américain (autrefois Riggs et Murtaugh ou le duo Bruce Willis-Damon Wayans, voici le duo d'action Iron Man-War Machine); le héros isolé de son habituel élément (Jack Slater sortait de son film quand Tony Stark se retrouve en pleine Amérique profonde); et bien évidemment de grosses scènes d'action.

Iron Man 3 : Affiche

On pense aussi bien au climax totalement bourrin ou à la scène de l'avion particulièrement déjanté dans son genre (même Iron Man tue des gens en étant cool), sans compter les gunfights sacrément foufou. Il est donc loin le temps où il fallait attendre les dernières minutes pour avoir un semblant d'action et encore ce n'était pas convaincant du tout. Comme le prouvait la séquence avec Iron Monger et l'autre encore plus expédiée avec Whisplash. Cela permet en plus au réalisateur de retrouver l'action bourrine d'antan qui a fait son succès et c'est le genre que les spectateurs des années 80-90 se souviennent encore aujourd'hui avec nostalgie. C'est dorénavant le cas de celui des années 2010. On restera néanmoins très sceptique sur le personnage du Mandarin, surtout quand on voit le court-métrage pour les bonus de Thor: The Dark World, confirmant la bêtise du twist en question. Pour le reste et ce malgré des rumeurs d'Iron man 4, ce troisième volet semble terminer l'arc narratif du personnage qui ne semble pas avoir tout dit, mais tout du moins il semblerait que le principal a été dit sur le personnage. Tout du moins avant Avengers 2 qui devrait faire la part belle sur le personnage de Tony Stark. 

Thor The Dark World: Un petit bon en avant

Thor : Le Monde des ténèbres : Affiche

Le film de Kenneth Branagh n'avait convaincu grand monde, en revanche le personnage de Loki semble plaire et le personnage de Thor a gagné en intérêt dans Avengers (2012). Comme il fait partie des personnages ayant eu leur film dans la Phase 1, il était donc logique de le voir revenir durant la Phase 2. Pourtant rien ne s'est passé comme prévu lors de la production, premiers couacs depuis Iron Man 2(2010). Dès le départ, rien ne va puisque Kenneth Branagh ne reprend pas son rôle de réalisateur, préférant Jack Ryan. Patty Jenkins (Monsters) est appelée selon le voeu de Natalie Portman qui joue Jane Forster, mais rapidement la réalisatrice doit faire face à des divergences scénaristiques avec la Marvel et les scénaristes. Elle quitte alors le navire et si elle n'avait pas un contrat sur plusieurs fims, Portman aurait fait de même en soutien avec Jenkins. Puis ce fut autour du méchant initial, Mads Mikkelsen, de claquer la porte préfèrant (à juste titre) la série Hannibal, laissant la place à Chistopher Eccleston. Les ennuis continueront lorsque des rumeurs évoquent des désaccords drastiques entre le réalisateur Alan Taylor (Game of thrones pour citer son plus bel ouvrage) et la Marvel. 

Thor : Le Monde des ténèbres : Photo Chris Hemsworth, Tom Hiddleston

Si les rumeurs seront immédiatement démenties (encore heureux), il n'en reste pas moins que les coulisses semblent contenir une sale ambiance y compris dans des points a priori mineur comme la musique. Carter Burwell, compositeur majeur pour les films des frères Coen, se voit donc remercier, Kevin Feige préférant Bryan Tyler, déjà compositeur sur Iron Man 3. Autant prendre les habitués après tout, quitte à lui faire faire une musique hyper formatée et déjà entendue des tonnes de fois. A cela rajoutez les fameux reshoots en plus (qui plus est trois mois avant sa sortie!) qui deviennent une merveilleuse habitude (dont une scène post-générique qui sert juste de bisou entre Chris Hemsworth et Elsa Pataky sa femme qui remplace Natalie Portman, trop occupée sur un tournage!) et vous obtiendrez une production particulièrement chaotique qui se reflète jusque dans son montage. Ainsi les reshoots se ressentent notamment dans les passages terriens puisque beaucoup de scènes semblent rajoutées et s'avèrent particulièrement inutiles. On pense notamment aux scènes avec Chris O'Dowd qui ne servent absolument à rien, pas même une quelconque amourette avec Natalie Portman qui semble être l'effet voulu. 

Thor : Le Monde des ténèbres : Affiche

Sans compter la plupart des scènes de Kat Dennings des propres aveux de l'actrice: "Bon, je ne sais pas quel sera le montage final, mais oui, j'ai tourné plus de scène. (...) Et on va faire quelques reshoots, donc je devrais en effet être plus visible" **. Vu la pauvreté du personnage, sorte de mauvais gimmick comique, on se demande où était l'intérêt des reshoots d'autant que le personnage ne sert réellement à rien. Mieux, le montage montre deux fois la même scène à savoir Stellan Skarsgard à poil en Islande ou je ne sais où, la première fois directement à la télé, la deuxième montrant Kat Dennings et son collègue le regardant à la télé avec un laps de temps d'au moins quinze-vingt minutes! Cherchez l'erreur. Il reste toutefois que ce Thor: The dark world est bien plus amusant que le premier, jouant habillement sur l'aspect heroic fantasy totalement absent du premier volet. Les batailles sont également plus soignées, Taylor ne venant pas de la série Game of thrones pour rien et décime même Asgard le temps d'une séquence  De plus, c'est l'occasion de voir un road-movie amusant entre Thor et Loki. On notera tout de même un méchant de pacotille auquel Mads Mikkelsen n'aurait pas servi à grand chose. Reste un film tout de même assez moyen, non aidée par une production calamiteuse. Le grand monument fantasy de Marvel peut encore attendre. 

Captain America The Winter Soldier: Le Captain en pleine crise politique

Captain America, le soldat de l'hiver : Photo Chris Evans

Durant longtemps le parent pauvre de la Phase 2, Captain America The Winter Soldier (2014) est devenu finalement le meilleur film de la Phase 2 jusqu'à maintenant. Pourtant le choix des frères Russo n'apparaissait dans un premier lieu pas crédible, faiseur de comédies et pas forcément le genre que l'on verrait dans une aussi grosse production. De plus, un film Captain America une fois dans les années 2000 n'était pas forcément un cru très excitant (l'auteur de ces lignes l'était bien plus pour les films ci-dessus ou Les gardiens de la galaxie). Il est donc toujours amusant de se tromper. The Winter Soldier s'impose comme une bonne alternative à la série Agent of Shield qui joue aussi sur les affaires de l'agence très spéciale du gouvernement ricain. Ainsi, toute l'intrigue ne comprend que le Shield et se focalise donc sur les relations entre le Captain et l'agenc pour laquelle il travaille. Pour accompagner le Captain, Black Widow (toujours en absence de film à son nom, malgré qu'il soit fréquemment évoqué) est de retour tout comme Nick Fury tout deux absents depuis Avengers (2012). L'occasion de voir un peu plus ces personnages en action et beaucoup moins en faire-valoir. 

Captain America, le soldat de l'hiver : Photo Chris Evans

C'est tout l'aspect intéressant de ce second volet puisque Nick Fury est au centre de toutes les conversations et ce même quand il n'est pas présent à l'écran, permettant une poursuite particulièrement explosive et bourrine. Surtout le personnage montre qu'il a davantage en commun avec le Captain que n'importe qui. Ce sont tous les deux d'anciens soldats qui ont survécu à une mort certaine (Steve Rogers à l'hibernation, Nick Fury à la perte de son oeil) et ayant plus ou moins un même sens de la justice. Quant à Black Widow, le personnage étonne par son efficacité, elle qui ne servait que de vulgaire porte-flingue depuis Iron Man 2 (2010). Là, elle sert réellement d'associée à Captain America, le suivant dans son enquête au point de faire un vrai duo. Dans Avengers, c'était Hulk dorénavant on sait que son association avec Steve Rogers est toute aussi explosive. A cela, rajoutez le Faucon qui fait sa première apparition au cinéma. Membre récurrent des Avengers dans les comics, un des premiers super-héros afro-américain avec Luke Cage et connu pour ses ailes, le personnage est ainsi modernisé à la sauce Marvelverse. Militaire ayant servi en Irak et depuis à la retraite, il reprend du service aux côtés du Captain avec des ailes mécaniques attachées à un harnet.

Captain America, le soldat de l'hiver : Affiche

Assez amusantes, ses scènes de vol fonctionnent prouvant tout le potentiel possible du personnage. D'autant qu'Anthony Mackie est vraiment à l'aise avec le personnage et on a hâte de voir ce que cela va donner sur le long terme. Pour ce qui est du long terme, le récit renvoie aux films des années 70 avec espionnage, coup d'Etat, organisation corrompue, complots... Il n'est donc pas étonnant que Robert Redford ait été convaincu par le script, lui-même ayant été au coeur de cette époque avec les films Les trois jours du condor et Les hommes du président. Le film se permet même de faire diverses transitions avec certains films à venir, Avengers 2: Age of Ultron en tête avec l'apparition de divers personnages qui auront droit à un temps de présence divers par la suite. Notamment un baron nazi incarné par Thomas Kretschmann, un Soldat de l'hiver qui risque de retrouver rapidement la mémoire et des jumeaux qui risquent de livrer de beaux moments dans la conclusion de la Phase 2. Ce Captain America: The Winter Soldier s'impose donc comme essentiel pour tout fan de la Marvel Cinematic Universe et annonce le meilleur pour la suite.


 

* http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/L-histoire-secrete-de-Shane-Black-De-Au-revoir-a-jamais-a-Kiss-Kiss-Bang-Bang-les-annees-noires-3719256) 

** Propos recueillis dans: http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Trois-mois-avant-sa-sortie-Thor-2-a-besoin-de-reshoots-3810799

Autre source: http://www.allocine.fr/film/fichefilm-193108/secrets-tournage/

12 avril 2014

Sommaire de T à chiffres

T

Le tableau
Tais-Toi !
Taken
Take Shelter
Tamara

 Le Tambour
Tango et Cash
Taram et le chaudron magique
Tarantula !
Tarzan

 Tarzan Korkusuz Adam
Tatie Danielle
Le Tatoué
Taxi, Taxi 2, Taxi 3, Taxi 4, New York Taxi

 Taxidermie
Taxi Driver
TC 2000

Tchao Pantin
Team America

Ted
Tell Tale

Témoin Muet
T'Empêches Tout le Monde de Dormir !
Les temps modernes

Tendre Dracula
Le Terminal
Terminator, Terminator 2:Le jugement dernier, Terminator 3:Le soulèvement des machines, Terminator Renaissance
Terminator 2 Spectres A Venise
Terror Trap

 Le Testament d'Orphée
Tetsuo The Iron Man Tetsuo The Bullet Man
Thank you for smoking
The Thaw

There Will Be Blood
The ThingThe Thing (2011)
Thirteen
This is it
Thor, Thor The Dark World
 Thriller-A Cruel Picture
Tigerland
Le Tigre Sort Ses Griffes

Tin Toy
Titan AE
Titanic
Titanic 2
Titeuf le film
Toi et Moi... Et Duprée
Tokyo Godfathers
Tokyo Girl Cop
La Tombe
Le tombeau des lucioles
Le Tombeur de ces Demoiselles
Tombstone
Tom et Jerry Les Meilleures Courses Poursuites

Tonnerre de Feu
Tonnerre sous les tropiques
Les Tontons Flingueurs
Toolbox Murders
Tootsie
Top Gun
Les tortues ninjaLes tortues ninja 2Les tortues ninja 3TMNT
Torture
The Tortured
The Torturer
Total Recall,  Total Recall(2012)
Touchez pas au Grisbi
La tour infernale
Tout ce qui brille

 Tout le monde il est beau Tout le monde est gentil
The town
The Toxic Avenger
Toy Story, Toy Story 2, Toy Story 3

Traffic
Train
Training day
Trainspotting
Traitement de Choc
Trance
Transformers, Transformers 2 la revanche, Transformers 3 la face cachée de la Lune
Le transperceneige (film)
Le transporteur, Le transporteur 2, Le transporteur 3
La Traque des Nazis
La Traversée de Paris

La traversée du temps
The Tree of Life
Tremors 2
Le trésor de la lampe perdue
Triangle
Le Triangle du Diable

Troie
Troll 2

The Troll Hunter
Tron Legacy
True Grit
True Lies
The Truman Show
Tucker
Les Tueurs de L'Espace
Tueurs nes
The Tunnel
Tu Peux Garder Un Secret

 Turbo
Turistas
Turkish Bruce Lee
Turkish Jaws
Turkish Rambo
Turkish Rocky
Turkish Star Trek
Turkish Star Wars, Turkish Star Wars 2
Turkish Superman
Twilight chapitre 1 fascination
, Twilight chapitre 2 tentation, Twilight chapitre 3 Hésitation
Twin Peaks Fire walk with me

U

Ultra Vixens
Un Air de Famille
Un amour de coccinelleLe nouvel amour de coccinelle, La coccinelle à Monte Carlo, La Coccinelle Revient
Un Chien Andalou
Undead Or Alive
Un Drôle de Paroissien

Une Balle dans la Tête
Une Epoque Formidable
Une Femme Disparaît
Une histoire vraie
Une Vie Moins Ordinaire
Un fauteuil pour deux

Un Flic
Un Flic A La Maternelle
Un Homme et son Chien
Un Indien Dans La Ville
Universal Soldier
Un jour sans fin
Un Justicier Dans La Ville 2Le Justicier de New York Le Justicier Braque les Dealers
Un long dimanche de fiançailles
Un monde parfait

Un monstre à Paris
Un Nommé Cable Hogue

Un Papillon Sur L'Epaule
Un poisson nommé Wanda

Un Prince A New York
Un prophète
Un Seul Deviendra Invincible 2, Un Seul Deviendra Invincible 3
Un Taxi Pour Tobrouk

The Untold Story
Un Tramway Nommé Désir
The Underdog Knight
L'Univers et ses MystèresA la recherche d'amas cosmiques, L'Etoile de la Mort, Guerres SpatialesPulsars et QuasarsDix moyens de détruire la Terre, Tombés de L'Espace, Une Autre Terre, Stopper L'Armageddon, Sexe Dans L'Espace, Au Bord de l'espace, Phénomènes Cosmiques, Visages Extraterrestres, La Vitesse de la Lumière, La Fin de la Terre, Saturne et ses Anneaux, A la recherche de la vie extra-terrestre, Le Soleil L'Etoile Mystérieuse, Eclipse Totale, Sept Merveilles du Système SolaireEnergie ExtrêmeTempête MagnétiqueUnivers LiquideVivre dans l'espaceLe Jour Où La Lune MourutMars Nouveaux Indices, Science Fiction Fait Scientifique, Matière Noire et Energie Sombre, Le secret des sondes spatiales, Voyage dans le Temps
Unstoppable
Unthinkable
Urban Legend
Urotsukidoji La Légende du Démon

V

V pour vendetta
Vacances à Hawaï
La Vache et le Prisonnier
Vahsi Kan
Valentine's day

Valhalla Rising Le Guerrier Silencieux
La Vallée
La Vallée de Gwagi
Valse avec Bachir
La Valse des Pantins

Les valseuses
Vampires
Vampires (2010)
Vampire vous avez dit vampire?, Vampire vous avez dit vampire 2, Fright night
Van Helsing
Le Veilleur de Nuit
Vendredi 13, Vendredi 13 chapitre 8 L'Ultime Retour, Jason Va En Enfer,  Jason X
La Vengeance de l'Aigle

 
La verite si je mens, La verite si je mens 2, La vérité si je mens 3
Versus L'Ultime Guerrier
Very Bad TripVery Bad Trip 2


The Victim
Vidocq
La vie de Brian
La Vie des Autres
La Vie Est Belle (1948)La Vie Est Belle
La vie est un long fleuve tranquille

 Vie et Légende d'Anne Frank
Viens Chez Moi J'Habite Chez Une Copine
La Vierge de Nuremberg
La Vie Secrète de Jeffrey Dahmer
Le Vieux Fusil

Vijayendra Varma-Power of an Indian
Le Village des Ombres
Vincent
The Vindicator

Violette Nozière
Vipère Au PoingVipère Au Poing (2004)
Virgin Suicides
Les Virtuoses
Virus Cannibale


Les Visiteurs
Visitor Q
Vol 93
Vol au dessus d'un nid de coucou
Volcano

Le Voleur d'Arc En Ciel
Volt
Volteface
Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine
Voyage Au Bout de L'Enfer

Voyage au centre de la Terre
Le voyage de Chihiro
Le Voyage Fantastique
Les Voyages de Gulliver (1939)
Le Voyeur

W

Waking Sleeping Beauty
The Wall (album et film)
Wallace et Gromit Une grande excursion, Wallace et Gromit Un Mauvais Pantalon, Wallace et Gromit Rasé de près, Wallace et Gromit Le mystère du lapin-garou

Wall-e
Wall Street, Wall Street 2: L'argent ne dort jamais
Wanted choisis ton destin
The Ward
WarGames
Warrior
Wasabi
Watchmen

Waterworld
Wayne's World, Wayne's World 2
Welcome to the Jungle
Wendigo
When we were kings
Where The Dead Go To Die 

The White Zombie
Wilderness
Wild Wild West
Willow
W. L'Improbable Président
Wolf Creek
Wolfman
World Trade Center
World War Z
The Wrestler
Wyvern

X

X Men, X Men 2, X Men 3 l'affrontement final, X Men Origins Wolverine, X Men First Class The Wolverine
XXXXXX 2 The Next Level

Y

Yamakasi
Y A-T-Il Un Exorciste Pour Sauver Le Monde 
Y a t-il un pilote dans l'avion
Les Yeux de Julia
Les Yeux du Désir
You're next

Z

Z
Zero Dark Thirty
Zidane Un Portrait Du XXIème Siècle
La Zizanie
Zodiac
Zombi 3

 
Zombie Diaries 2
Zombie Holocaust
Zombie Honeymoon
Zombie Lover
Zombies Anonymous
Zombies Of Mass Destruction
Zookeeper
Zontar La Chose de Vénus

Chiffres

Deux heures moins le quart avant JC
Les Deux Visages de Christie
Two Lovers
3 Enfants Dans Le Désordre
3H10 Pour Yuma

 
Trois Jours A Vivre 2
3 Mighty Men
3 Zéros
Les 4 FantastiquesLes 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent

 Quatre Garçons dans le Vent
Quatre mariages et un enterrement
La quatrième dimension le film
Five Across The Eyes

Le cinquième élément
La 7ème Cible
Les 7 Grands Maîtres de Shaolin
Les 7 Momies
Les sept samouraisLes sept mercenaires
7venty 5ive
8 mm
Le Huitième Jour
Neuf mois ferme
Les 10 Commandements
Les 12 Salopards

 Twelve years a slave
Le 13eme guerrier
21 Jump Street
La 25ème heure
28 jours plus tard, 28 semaines plus tard
30 Jours de Nuit 2
La 36ème Chambre de Shaolin
36 Quai des Orfèvres
40 ans toujours puceau
99 F
100 Feet

 100 Tears
Les 101 dalmatiens
127 heures
187 Code Meurtre

300,  
Les Quatre Cents Coups

1001 pattes
1941
1984 (Anderson), 1984 (Radford)
2001 L'Odyssée de L'Espace

2001 Maniacs 2001 Maniacs Field Of Screams
2012
2012 Supernova
2019 Après la Chute de New-York
10000

Posté par borat8 à 20:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire de P à S

P

Le Pacha
Pacific rim
Le pacte des loups
Le Pacte du Sang
Pain and gain
Pale Rider

Panic Room
Panic Sur Florida Beach
La Panthère Rose, Quand l'inspecteur s'emmêle, Le retour de la Panthère Rose, Quand la Panthère Rose s'emmêle, La malédiction de la Panthère Rose, A la recherche de la Panthère Rose
Paperman
Papillon
Paprika
Papy Fait de la Résistance
Paranoiak
Paranormal ActivityParanormal Activity 3

ParaNorman
Pardonnez-Moi
Le Parfum Histoire D'Un Meurtrier
Le Pari
Paris
Paris by Night of the Living Dead

Paris Je T'Aime
Le ParrainLe Parrain-2ème partie, Le Parrain 3
Partly Cloudy
The Party
Partysaurus Rex
Pas de printemps pour Marnie

 La Passion de Jeanne d'Arc
La Passion du Christ
Patrick
Paul
Payback
Paycheck
Pearl Harbor
Pearl Jam Twenty
Peggy Sue s'est mariée
Pendez-Les Haut Et Court


People
Les Pépées font la loi
Percy Jackson le voleur de foudre

Perdus dans l'Espace
Le Père Noël Contre Les Martiens
Perfect blue
Le Péril Jeune
Persepolis

 Persona
Peter et Elliott le dragon
Peter Pan
La Petite Boutique des Horreurs
La petite sirene
Petit Massacre Entre Amis
Les petits mouchoirs
Le Petit Vampire
Le petit dinosaure et la vallée des merveilles
Le Peuple de l'Enfer
Peur Bleue

 Peur sur la Ville
Phantom Of The Paradise
Phantoms
Le Phare du Bout du Monde
Phenomena
Philadelphia
Philosophy of a Knife
Phone game
Pi
Piège à Hong Kong
Piege de cristal, 58 minutes pour vivre, Une journee en enfer, Die Hard 4 retour en enferDie Hard 5 

Piège Mortel à Hawaï, Return to the Savage Beach
Pinocchio
Le Pion
Piranha 2 Les Tueurs Volants, Piranha 3D
Les Pirates bons à rien mauvais en tout
Pirates des CaraÏbes: La malédiction du Black Pearl, Le secret du coffre maudit, Jusqu'au bout du monde, La fontaine de Jouvence
La Piscine
Pitch Black, Les chroniques de Riddick Riddick Dead Man Stalking

The Place beyond the pines
La plage
Plan 9 From Outer Space
La planete au tresor
La planète des singes (1968), Le secret de la Planète des singes, Les évadés de la Planète des singes, La Conquête de la Planète des Singes, La planète des singes(2001), La Planète des Singes Les Origines
La Planète Fantôme
Planète Interdite
Platoon
Le plus beau métier du monde
Pocahontas
Point Break
Pokémon le film
Le Pôle express
Police Academy

Police Fédérale Los Angeles
Polisse
Poltergeist
Pompoko

 Le Pont (2008)
Le Pont de la Rivière Kwaï
Pontypool
Ponyo sur la falaise
Porcherie
Porco Rosso
Braddock Portés Disparus 3

Poséidon
Possession
Postal
Postman
The Poughkeepsie Tapes

 Pouic-Pouic
Pour 100 Briques T'As Plus Rien !
Pour Qui Sonne Le Glas
Pour une poignee de dollars, Et pour quelques dollars de plus, Le bon la brute et le truand
Predator, Predator 2, Predators
Predictions
Prends Ta Rolls... Et Va Pointer !
Presque celebre
Le prestige

Presto
Présumé Coupable
Prête-Moi Ta Main
Pretty Woman
Primal
Primale
Le prince d'Egypte
Prince des Ténèbres

Prince of Persia les sables du temps
La princesse et la grenouille
Princesse Mononoké
Priscilla folle du désert
Prison (1988)
Prisoners
Prisonniers du temps

 Le professeur FoldingueLa famille Foldingue
Le professionnel
P.R.O.F.S
Le Projet Blair Witch
Projet X
Les promesses de l'ombre

Promotion canapé
Le Proviseur
Psychose
Public Enemies
Le Pull-Over Rouge
Pulp Fiction
The Punisher (1989), The PunisherPunisher War Zone

 Purana Mandir
Purple Rain
Push
Pusher, Pusher 2Pusher 3
Python

Q

Le Quai des Brumes
Quand l'Embryon Part Braconner
Quand les aigles attaquent
Quand les Dinosaures Dominaient le Monde

Quand les nazis filmaient les ghettos
Queen Kong
Que la Bête Meure
Qui veut la peau de Roger Rabbit?
Quizz Show

R

The Rage
La Rage du Tigre
Raging Bull
The Raid
Rain Man
Les Raisins de la Colère

Les Râleurs Font Leur Beurre
Rambo, Rambo II La mission, Rambo III, John Rambo
Rampage
Rango
Rashomon
Raspoutine Le Moine Fou
Ratatouille

Ratman
Razorback
Real Steel
Re-Animator
Rebecca
Rec, Rec 2
Red Red 2
Redline

 
Red's dream
Red Water
The Reef
Regain
La Règle du Jeu

 La reine des neiges
La releve
Rencontres du Troisième Type
Renaissance
Le Repaire du Ver Blanc
Reportages de Guerre Diviser Pour Régner

 Reptilicus
Les Reptiliens
Requiem for a dream
Requiem pour un massacre

Les Rescapés de Sobibor
Rescue Dawn
Resident Evil, Resident Evil Apocalypse, Resident Evil ExtinctionResident Evil Afterlife
Resurrection County
La Revanche de la Créature

 Retour à la fac
Le Retour des Morts-Vivants
Retour vers le futur, Retour vers le futur 2, Retour vers le futur 3
Retroactive
La Revanche de Pinocchio
La Revanche des Mortes Vivantes
La Révolte des Triffides
Les Révoltés de l'An 2000

Ricky Bobby roi des circuits
Le rideau dechire
Les Ripoux
Risky Business
Le Rite
Les rivieres pourpres, Les rivières pourpres 2
road trip
Robin des Bois
Robin des Bois prince des voleurs
Robin Hood
Robocop, Robocop 2, Robocop 3
Le Robot des Glaces, L'histoire de Trunks
Robot Jox
Robot Monster
Robots 2000 Odyssée Sous-Marine
Robo Vampire
Robowar
Rock (1996)
Rock academy
Rock Aliens

Rock of ages
Rocky,  Rocky 2, Rocky 3 l'oeil du tigreRocky 4, Rocky 5Rocky Balboa
Le Roi des Cons

Le Roi Lion
Les rois du désert

Les Rois Mages
Rollerball (1975), Rollerball(2002)
Roméo et Juliette
Les Rongeurs de l'Apocalypse
Rosemary's Baby
R.O.T.O.R.


La Route
La route d'Eldorado
Rox et Rouky
Le royaume de Ga'Hoole-la legende des gardiens
Rubber
Rue Barbare
La Ruée Vers L'Or
Les Runaways
Running Man
Rush

S

Sacré Graal
Sacré Robin des Bois
Le Sadique à la Tronçonneuse
Sailor et Lula

Le Saint (1997)
Le Saint de Manhattan
Le salaire de la peur
Salo ou les 120 Journées de Sodome
Saludos Amigos, Les trois caballeros
Salvage
Samuraï Cop
Samourais

 San Antonio
Sanctum
Santa Sangre
Sarkozy vampire des médias
Sars Wars Bangkok Zombie Crisis
Saute mouton
Sauvez Willy

Savages
Savulun Battal Gazi Geliyor
Saw
Saw 2Saw 3Saw 4Saw 5Saw 6 
Scanners, Scanners 2
Scarface
Scary Movie, Scary Movie 2, Scary Movie 3, Scary Movie 4 Scary Movie 5

 Le Schpountz
Les Schtroumpfs
La Science des Rêves

Scooby doo, Scooby doo 2
Scott Pilgrim vs the world
Scourge
Scrapbook
Scream, Scream 2, Scream 3, Scream 4
The secret

Le Secret de Kelly-Anne
Le secret de la pyramide
Le Secret du Lac Salé
The Secret life of Walter Mitty

 La Secte Sans Nom
Sectes Enfants Sous Emprise
Le Seigneur des anneaux, Le Seigneur des anneaux (1978), The Hobbit: Un voyage inattenduLa désolation de Smaug
Le sens de la vie
Le Sens du Devoir
Les sentiers de la perdition
Le Septième Voyage de Sinbad
Serial Noceurs

Série Noire 
Le Serpent

Serpico
Se Souvenir des Belles Choses
Seul au monde
Seven
Sexcrimes, Sexcrimes 2
Shadow
Shakma
Shank
Shaolin Contre Mantis

 Shark Attack-Alerte Aux Requins, Shark Attack 3
Shark In Venice
Sharktopus
Shark Zone
Shaun of the dead
She Creature
Sheitan

 Shérif Fais-Moi Peur
Sherlock Holmes
Sherlock Holmes Attaque L'Orient-Express
Shine a light
Shining
Shoah

Shocking Asia
Shoot'Em Up
Showgirls
Shrek, Shrek 2, Shrek le troisième, Shrek 4 il était une fin 
Shutter Island
Sidekicks
Signes
Le Silence des Agneaux, Hannibal, Hannibal Lecter Les Origines du Mal
Le Silence Qui Tue
Silent Hill

Silent Running
Les Simpson Le Film
Sin City
The Skeptic
Slaughtered Vomit Dolls
Sleepy Hollow
Slice
Slugs

Small Fry
Small Soldiers
Snake eyes
Snuff 102
The Social Network
La soif du mal

Soldier
Soleil Rouge
Soleil Vert
Solitaire

Someone's Knocking At The Door
Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama
SOS Fantomes, SOS Fantomes 2
La Soupe Aux Choux
Source Code
La souris
Les Sous-Doués passent le bac
Sous le Signe du Scorpion
Le sous sol de la peur
Southland Tales
South Park le film
Space Cowboys
Space Jam


Spanish Movie
Spartacus
Spartatouille
Spawn
Speed 2 Cap sur le Danger
Speed Racer
Spider Man, Spider Man 2, Spider Man 3, The Amazing Spider man
Spiders
Spider Web
Spirit l'etalon des plaines
Spirit Trap
Splice

Spring Breakers
St Jacques La Mecques

Stag Night
Stake Land
Stalingrad

 
Stand By Me
Starcrash Le Choc des Etoiles
Star Runners Les Convoyeurs de L'Espace
Star Trek le filmStar Trek II La colère de Khan Star Trek III A la recherche de Spock, Star Trek IV Retour sur TerreStar Trek V L'ultime frontièreStar Trek VI Terre InconnueStar Trek Premier contactStar Trek Star Trek Into darkness
Star Wars-episode I la menace fantôme, Star Wars-episode II l'attaque des clones, Star Wars The Clone Wars, Star Wars-episode III la revanche des sith, Star Wars-episode IV la guerre des étoiles, Star Wars-episode V l'empire contre attaque, Star Wars-episode VI le retour du jedi Star Wars Holiday Special

 
Stargate
Starko
Starman
Starship TroopersStarship Troopers 2
Starsky et Hutch
Star Trek 
Stauffenberg L'Attentat
Story of Ricky
La stratégie Ender

Street Dance 2
Street Fighter
Streetfighter La Rage de Vaincre
Strike Commando, Strike Commando 2
Striptease
Stuck Insitinct de Survie
Sucker Punch
Sueurs froides
Sugarland Express
Sulfures

Summer Wars
Sunshine
Super (2011)
Super 8

Supercroc

Superflic Se Déchaîne
Supergrave
Super Heros Movie
Superman (1978)Superman 2Superman 3, Superman 4, Superman ReturnsMan of steel

,
Super Mario Bros

Super Noël, Hyper Noël
Super Shark
Supervixens
Sur la piste du Marsupilami
Sur la route de Madison
Sur mes levres
Le survivant
Survivant(s)
Les Survivants

Les Survivants de L'Infini
Surviving Evil
Suspiria
Sweeney Todd le diabolique barbier de Fleet Street
Sweet Sixteen
Le Syndicat du Crime, Le Syndicat du Crime 2Le Syndicat du Crime 3

Posté par borat8 à 20:46 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire de G à J

G

Gacy
Gainsbourg(vie heroique)

Galaxy Quest
The Game

Gandahar
Gandhi
Gangs of New York
Gangster Squad
Garou-Garou Le Passe Muraille
The Gate 2

Gatsby le magnifique (2013)
Gazon maudit
Le géant de fer
Le Gendarme de Saint-Tropez, Le Gendarme Se Marie, Le Gendarme et les ExtraterrestresLe Gendarme A New YorkLe Gendarme En BaladeLe Gendarme et les Gendarmettes

Génération Perdue
George de la jungle
Get Carter
Ghost
Ghost Dog
Ghost in the shellInnocence
Ghost RiderGhost Rider 2
Ghosts of Mars
The Ghost Writer
Ghoulies 2, Ghoulies 3
The Giant Claw
GI Joe
The Gingerdead Man

 The Girl Next Door (2007)
The Girl with the dragon tattoo
Gladiator
Glen or Glenda

 Goal 2 la consécration
Godspeed
Godzilla (1954)Le Retour de Godzilla, Godzilla Vs Megalon, Godzilla
Goemon The Freedom Fighter
Goldorak contre Great Mazinger
Gomorra
Good Morning England
Les Goonies
Gorgo

Goshu le Violoncelliste
Le Goût des Autres
Grace
Le Grand Bazar
Le Grand Blond Avec Une Chaussure Noire
Le Grand Chemin
La grande course autour du monde

Les Grandes Gueules
Les Grandes Vacances
La Grande Vadrouille
Le Grand Restaurant
Le Grand Sommeil
Le Grand Tournoi
Gran Torino

 Gravity
The Green Elephant
Green Lantern
Green Zone
Gremlins, Gremlins 2 la nouvelle generation
The Grey
Greystoke La Légende de Tarzan

Les griffes de la nuit, La Revanche de Freddy, Les Griffes du Cauchemar, Freddy chapitre 5 L'Enfant du Cauchemar, Freddy 6 L'Ultime Cauchemar, Freddy 7 Freddy Sort de la Nuit
Le Grinch
Grindhouse
La Guerre des Boutons (1961), La Guerre des Boutons (2011)
La guerre des mondes(1954), La guerre des mondes(2005)
La guerre des Rose
Les Guerriers de la Nuit
Guinea Pig: Flowers of Flesh and Blood, Devil's Experiment


H

La Haine
Halloween, Halloween 2, Halloween 3, Halloween 4Halloween 5, Halloween 6Halloween 20 Ans Après, Halloween Resurrection, Halloween (2007), Halloween 2 (2008)
Hancock
Hanuman and the Five Kamen Riders

Happiness Therapy
Happy Feet
Hard Rock Zombies
Harpoon

Harry Potter A L'Ecole des Sorciers, Harry Potter et la Chambre des Secrets, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Harry Potter et la coupe de feu; Harry Potter et l'ordre du phénixHarry Potter et le prince de sang mêlé, Harry Potter et les reliques de la mort
Hatchet 2
Haute Sécurité
Haute Tension
Heartless
Heartstopper
Heat
HellboyHellboy 2 les legions d'or maudites

Hell Comes To Frogtown
Hell Driver
 Hellraiser 3
The Help

 
Hercule
Hercule A New York
Hercule et Sherlock
Hereafter
Les Héritiers du Docteur Mengele

Héroïnes
Héros
Hibernatus
Hidden, Hidden 2
Hierro

High Fidelity

Highlander, Highlander Le Retour, Highlander 3, Highlander EndgameHighlander The Source

High School Musical (saga)
Highwaymen La Poursuite Infernale
Histeria

Hitcher
Hitman

 Hitman le Cobra
Hobo with a Shotgun
The Hole
Hollow man
L'Homme-Araignée, La Riposte de l'Homme-Araignée
L'Homme de l'Ouest

 L'homme de Rio
L'homme des hautes plaines
L'Homme des Vallées Perdues
L'homme orchestre
L'Homme Puma
L'Homme Qui Murmurait A L'Oreille Des Chevaux
L'Homme Qui Rétrécit

La Honte de la Jungle
Hook
Hope and Glory
La horde
La Horde Sauvage
Horribilis
Horror Cannibal, Horror Cannibal 2
Hors de controle
Hors la loi
Horton
The host
HostelHostel Chapitre 2 
Hôtel du plaisir pour SS

 Hôtel Rwanda
Hot Fuzz
Hot Shots !
House of Bones
Howard the duck
Hugo Cabret
HulkL'incroyable Hulk
Humains

Hunger games Hunger games L'embrasement
Hurlements, Hurlements 2
Hush en route vers l'enfer
Hyper Tension 2
Hypnose
Hysterical

I

 I comme Icare
Il Etait Une Fois Le Bronx
Il Etait Une Fois Dans L'OuestIl était une fois en Amérique
Il Etait Une Fois En Chine, Il Etait Une Fois En Chine 3
Il Etait Une Fois Le Cosmos
Il Était Une Fois... Louis de Funès
Il faut sauver le soldat Ryan


L'Île de la Terreur
L'Île des Morts-Vivants
L'Île Inconnue
L'Île Mystérieuse

L'Illusionniste
I love you Phillip Morris
Ils
Ilsa la Tigresse du Goulag
Ils sont fous ces sorciers

 L'immortel
Les immortels
L'impasse
Impitoyable
The Impossible

 L'Impossible Monsieur Pipelet
Incassable
Inception
L'inconnu du Nord Express
Les incorruptibles
L'incroyable voyage 2 à San Francisco

 Incubus (1966)
Independence Day
L'Indestructible

Les Indestructibles
Indigenes

L'Inévitable Catastrophe
Infection
Les Infidèles
Les infiltres

 The Informant
Inglourious Basterds
Innocent Blood
Insane
Insanitarium
Inseminoid
Inside Man
Insidious

 The Island
L'Inspecteur Harry, Magnum Force, L'Inspecteur ne Renonce Jamais, Le Retour de l'Inspecteur Harry, L'Inspecteur Harry Est La Dernière Cible 
Inspecteur La Bavure

 International Guerillas
Intolérance
Into The Wild
Intouchables

L'invasion des profanateurs de sépultures, L'Invasion des Profanateurs, Body Snatchers, Invasion (2007)
Invasion Los Angeles
L'Invasion vient de Mars
Invictus
The Invisible Man

I Robot
Iron Man, Iron Man 2, The Invincible Iron Man Iron Man 3
Irréversible
I Spit On Your Grave (1978)I Spit On Your Grave 2
It Came From Hollywood
It Waits

J

J'ai Rencontré Le Diable
Jackass 3D
Jack Brooks Tueur de Monstres
The Jacket
Jack FrostJack Frost (1996)
Jackie Brown
Jack le chasseur de géants
Jack L'Eventreur Partie 1, Jack L'Eventreur Partie 2
Jackpot

Jack Reacher
James Bond:  James Bond contre Dr No, Bons baisers de RussieGoldfinger, Opération tonnerre, On ne vit que deux foisCasino Royale (1967), Au service secret de sa Majesté, Les diamants sont éternelsVivre et laisser mourirL'homme au pistolet d'orL'espion qui m'aimait, MoonrakerRien que pour vos yeux, OctopussyJamais plus jamais, Dangereusement Vôtre, Tuer n'est pas jouer, Permis de tuer, GoldenEyeDemain ne meurt jamaisLe monde ne suffit pas, Meurs un autre jour, Casino Royale, Quantum of Solace, Skyfall
James et la pêche géante
Le Jardin du Mal
Jarhead
Jason et les Argonautes
JCVD
Jean de Florette, Manon des Sources
Jean-Philippe
J Edgar
Jennifer's body

Jerry Maguire
Je Suis Moche et J'Emballe

Je suis timide mais je me soigne
Je suis une légende
La Jetée

Le Jeu de la Mort
Jeu D'Enfant
, Chucky 3

 Jeune et jolie
La Jeune Fille et la Mort
La Jeunesse Sous Hitler, La Jeunesse Sous Hitler Episode 3La Jeunesse Sous Hitler Episode 4, La Jeunesse Sous Hitler Episode 5
Jeux Interdits
je Vais Bien Ne T'En Fais Pas

J'irai Cracher Sur Vos Tombes
John Carter
Johnny S'En Va-T-En Guerre
John Wayne et les Cowboys
Le Joli Coeur
Josey Wales hors la loi
Josie et les pussycats
Le joueur d'échec
Le jour d'apres
Le Jour de la Bête

Jour et Nuit
Le Journal d'Anne Frank
Le Jour Où La Terre S'Arrêta
Le Jour Où La Terre S'Arrêta (2008)
Jours de tonnerre
Judge DreddDredd
Le Juge et l'Assassin
Jugement A Nuremberg
Jumeaux
Jurassic Park, Le monde perdu-Jurassic Park, Jurassic Park 3
Jurassic Shark
Jusqu'en enfer

Posté par borat8 à 20:36 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire de D à F

D

D4 Mortal Unit
La dame en noir
Damien La Malédiction 2
Danger Diabolik !

Danny the dog
Dans la brume electrique
Dans la ligne de mire
Dans La Peau De John Malkovich

Dans l'eau... Qui fait des bulles !
Dans les Griffes du Vampire
La Danza de la Realidad
Daredevil
Dark City
Dark Country

The darkest hour
DarkmanDarkman 2Darkman 3
Dark Shadows
Darling
D.A.R.Y.L.

Da Vinci Code
Daylight
Day Of The Animals
De battre mon coeur s'est arrêté
Dead Girl
The Deadly Spawn
Dead Man's Shoes
Dead Meat

Dead or Alive
The Dead Outside
Dead Silence
Dead Zone
Death Bell
Death Note
Death Sentence


Death Warrior
Décapité
La déchirure

Deep Evil Menace Extraterrestre

Deep Impact
Defendor
Déjà vu
De l'autre côté du périph
Délivrance
De L'Ombre A La Lumière
De Mein Kampf A L'Holocauste L'histoire du Nazisme
Dementia 13
Demineurs
Les Demoiselles de Rochefort
Demolition Man

Demons
Le Dentiste
Le Dentiste 2
Les dents de la mer, Les dents de la mer 3, Les dents de la mer 4 La Revanche,  Cruel Jaws (Les dents de la mer 5)
De Nuremberg à Nuremberg
Le dernier des mohicans
La Dernière Femme sur Terre
La Dernière Maison sur la Gauche (1972), La Dernière Maison sur la Gauche (2009)
Le dernier exorcisme
Le Dernier Pour La Route
Le Dernier Roi D'Ecosse

Le dernier samaritain
Le dernier tango de Paris
De rouille et d'os
The descendants
The Descent, The Descent Part 2

 Desperate Living
Des Serpents Dans L'Avion
Destination Finale, Destination Finale 2, Destination Finale 5
Des Zombies dans l'avion

Détective Dee
Détour Mortel 3
Détour Mortel 4
Devil
The Devil Inside
Devil Seed
Le Diable S'Habille En Prada

 La Dialectique Peut-Elle Casser Des Briques
Le Dictateur
The Dictator
Didier
Digby le plus grand chien du monde

Digimon le film
Digital Man
Le diner de cons
Dingo et Max

Dinocroc
Dinosaure
Dinosaur From The Deep
Dinoshark
Dirty Dancing
Disaster Movie

 Disco
Le discours d'un roi
Disjoncte
District 9
Django Unchained
Djinns
Dobermann
Dr Jerry et Mister Love

 Doghouse
Dogma
Dog Pound
Domino

Don Camillo MonseigneurDon Camillo En Russie
Donkey Punch
Dolly Dearest
Donnant Donnant
Donnie Darko
Don't Be Afraid of the Dark
Don't Look Up
Doom

Dorothy
Double Détente
Double Team
Dracula (1992)

Dracula mort et heureux de l'être
Dragon Ball The Magic Begins, Dragonball Evolution
Dragon L'Histoire de Bruce Lee
Dragons
Dragons Forever
Dread

 Dreamcatcher
Dream Home
Drive
Driven
Le drole de noel de Scrooge
Duel
Dumb et Dumber
Dumbo
Dune
Dupont Lajoie
Dying Breed

E

Eaux Sauvages
Easy rider
Ebola Syndrome
Echec et Mort
L'échelle de Jacob
L'échine du diable


Eden Lake

Ed Wood
Edward aux mains d'argent
Eegah
L'effaceur
L'Effet Papillon

 
Elephant Man
L'elite de Brooklyn
Elle Est Trop Bien
Elmer Le Remue Méninges

El Topo

 Elysium
Emmanuelle, La Revanche d'Emmanuelle
L'Emmerdeur (2008)
L'Emmurée Vivante
Empire du soleil
En cloque mode d'emploiThis is 40
L'Enfant Sauvage

 Les enfants loups Ame et Yuki
L'Enfer des Zombies
L'enfer du dimanche
Ennemi d'Etat 
Ennemis Rapprochés

En QuarantaineEn Quarantaine 2
Entre les murs
L'epreuve de force
Eragon
Eraserhead
Erin Brockovich seule contre tous
Espace Détente
Esprits Rebelles

 L'esquive
Essential Killing
Esther
L'Etalon Italien
L'Eté Meurtrier
Eternal sunshine and the spotless mind
ET l'extraterrestre
L'Etrange Créature du Lac Noir
L'etrange histoire de Benjamin Button
L'étrange noel de monsieur Jack
L'Etrangleur de Boston
L'Eventreur de New York
L'Evadé d'Alcatraz
Les Evades

 
Evil Bong
Evil Dead, Evil Dead 2, Evil Dead 3-L'armee des tenebres The Evil Dead 

 
Exam
Excalibur
Excalibur l'épée magique
Exorcismus
L'exorciste, L'Exorciste 2 L'Hérétique, L'Exorciste 3L'Exorciste Au Commencement

 L'expansion de l'univers est-elle infinie
Expendables, Expendables 2
The Experiment
Exterminator
L'Extra Terrestre
Extra Terrien
Eyes Wide Shut

F

Le fabuleux destin d'Amelie Poulain
Face A La Mort, Face A La Mort 2, Face A La Mort 3
The Faculty
Fahrenheit 451
La Faille
Faites Sauter La Banque
La Famille AddamsLes Valeurs de la Famille Addams
Fanboys

Fanfan la tulipe (2003)
Fantasia, Fantasia 2000
The Fantastic Four
Fantastic Mr Fox
Le Fantastique Homme Colosse
Fantômas, Fantômas Se Déchaîne, Fantômas contre Scotland Yard

Le Fantôme de l'Opéra (1925)
Le Fantôme du Bengale
Fantomes contre fantomes
Fargo
Fast and Furious,  2 Fast 2 FuriousFast and Furious Tokyo DriftFast and Furious 4,  Fast and Furious 5Fast and Furious 6
Fatale
Faster Pussycat ! Kill ! Kill !
Les Faucheurs

 Faust-Une Légende Allemande
FeastFeast 2
Les Feebles
Felon
la Femme Guêpe
La Femme du Boulanger
Les Femmes de ses Rêves
Fenetre sur cour

 La Ferme de la Terreur
La ferme se rebelle
Festen
Fido
Fievel et le nouveau monde
Fight Club
Fighter
La Fille du Puisatier
Les fils de l'homme
Le Fils de Rambow
Final Fantasy Les créatures de l'esprit

La fin des temps
The First Men in the Moon
Fitzcarraldo
Flash Gordon

Le Fléau
Le flic de Beverly Hills, Le flic de Beverly Hills 2Le flic de Beverly Hills 3
Le flic de San Francisco

Flic Ou Zombie
Flight
Flight Plan
Flubber
The Flying Saucer

Fog
La Folie des Grandeurs
Folle d'Elle
La folle journée de Ferris Bueller
Forever Young
Forrest Gump
For the birds

Fortunat
Le Fou de Guerre
The Fountain
Fous d'Irene
Les Fous du Stade
Les Français L'Amour et le Sexe Les Préliminaires et les Positio

Frankenhooker

Frankenstein (1931)
Frankenstein s'est échappéL'Empreinte de Frankenstein
Frankenweenie, Frankenweenie (2012)
Frayeurs
Freaks La Monstrueuse Parade
Freddy Contre Jason
Le Frelon vert (2010)
French Connection


Frères de Sang
Frissons D'Outre Tombe
Fritz The Cat
From Hell

From Paris with love
Frontière(s)
Fucking Kassovitz

Le fugitif
Les Fugitifs
Full Contact
Full Metal Jacket
The Full Monty
Funérailles D'Enfer
Funny Games, Funny Games U.S.
Funny People
La Fureur de Vaincre, Fist of Legend La Nouvelle Fureur de Vaincre
La Fureur de Vivre
La Fureur du Dragon 
Furyo

Posté par borat8 à 20:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire de A à C

A

 A Bout de Souffle
A bout portant
A la Recherche du Bonheur
A L'Est D'Eden
A L'Intérieur

A Louer
A Propos d'Henry
A Serbian Film
A toute epreuve
Abandonnée
L'Abime des Morts Vivants
Abominable
Abyss
Les Accusés
Ace Ventura detective chiens et chats, Ace Ventura en Afrique
Across the Universe

 
Adieu Poulet
L'Adversaire
L'Affaire Dominici
Affamés
Les affranchis

After.Life
L'agence tous risques
A.I.
Aigle de Fer
L'Aile Ou La Cuisse

Ainsi Va La Vie Hommage A Annie Girardot
Air Force One

Akira
Aladdin, Le retour de Jafar, Aladdin et le roi des voleurs
Alarme Fatale
Albator le film
Ali

Ali Baba et les 40 Voleurs
Alice au pays des merveilles(Disney), Alice au pays des merveilles(Burton)
Alien, Aliens, Alien 3, Alien la resurrectionPrometheus
Alien 2 Le Monstre Attaque
Alien Abduction Night Skies
Alienator

 Alien Cargo
Alien Invaders
Alien VS Alien
Alien Versus Ninja
Alien VS Predator, Alien VS Predator Requiem
All the boys love Mandy Lane
Allumeuses !

Always
Amadeus
L'amant
Amen
Amer
Amer Béton
L'américain
The American
American Beauty
American Gangster
American History X

 
American Ninja 
American PieAmerican Pie 2American Pie 3
American Psycho, American Psycho 2
American Trip

 
Amistad
Amityville La Maison du DiableAmityville 2 Le Possédé, Amityville (2005)
L'Amour Extra Large

L'Amour Violé
Anaconda Le Prédateur
Anastasia
Les Anges Gardiens
Animal kingdom
Anna M.
Anonymous


Antarctic Journal
Antichrist
Apocalypse 2024
Apocalypse now(redux)

Apocalypto
Apollo 13
Appelez-Moi Dave
Apportez-Moi La Tête D'Alfredo Garcia
L'apprentie sorciere
Arac Attack
Argo
Les aristochats
Armageddon


L'arme fatale, L'arme fatale 2, L'arme fatale 3, L'arme fatale 4
L'armee des 12 singes
L'armee des morts
L'Armée des Ombres
L'arnacoeur
Arrete moi si tu peux
Arrête Ou Ma Mère Va Tirer !
The Arrival

Arthur et les minimoys
The Artist
L'As des As
L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
Les associés
Astérix Le GauloisAsterix et Cleopatre, Les 12 travaux d'Asterix, Astérix et le Coup du Menhir, Astérix et les Vikings, Astérix et Obélix contre César, Astérix et Obélix: Mission Cléopatre, Asterix aux jeux olympiquesAstérix et Obélix: Au service de sa majesté
Atlantide l'empire perdu
Atome La Clé du Cosmos
Atome Le Clash des Titans
Atome L'Illusion de la Réalité
Atomic College

Attack From Space
Attack of the Puppet People
L'attaque de la Moussaka Géante
L'Attaque des Sangsues Géantes
Au-Delà du Réel
L'auberge espagnole, Les poupees russesCasse tête chinois
L'Auberge Rouge (2007)

L'aube rouge, L'aube rouge (2009)
Au Coeur de la Voie Lactée
August Underground, August Underground Mordum, August Underground Penance
Au Nom de Tous les Miens
Au nom du père
Au Revoir Les Enfants

 Auschwitz Premiers Témoignages
Austin PowersL'espion qui m'a tirée, Goldmember
Autant en emporte le vent
Les Autres
Aux Portes de l'Enfer
Avalon

L'Avare
Avatar
Avengers
L'Aventure C'Est L'Aventure
L'aventure intérieure

Les aventures de Bernard et Bianca, Bernard et Bianca au pays des kangourous
Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin
Les Aventures de Pinocchio
Les Aventures de Rabbi Jacob
Les aventures de Tintin-Le secret de la Licorne
Les aventures du Baron de Munchausen
Les Aventures D'Un Homme Invisible

Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc Sec
Les aventuriers de l'arche perdue, Indiana Jones et le temple maudit, Indiana Jones et la derniere croisade, Indiana Jones et le royaume du crane de cristal
Les Aventuriers du Système Solaire
L'Aveu
L'Avion de L'Apocalypse
Azur et Asmar

B

Babel
Babe le cochon devenu berger, Babe un cochon dans la ville
Lady Blood
Babylon AD
Baby Sitting Jack Jack

Bad BoysBad Boys 2
Bad Guys
Badi
Bad Lieutenant, Bad Lieutenant Escale à la Nouvelle-Orléans
Bad Taste
Bad Teacher
Le baiser mortel du dragon

Bait
Balada Triste De Trompeta
Bambi
Bangkok Adrenaline

Bangkok Haunted
Banglar King Kong
Bang Rajan 2
Banlieue 13

Les banlieusards
Barbie La Magie de la Mode
Barb Wire
Barry Lyndon

Basic Instinct, Basic Instinct 2
Basil detective prive
Basket Case
La Bataille d'Angleterre

La Bataille de Stalingrad
Batman, Batman le defi, Batman Forever, Batman et Robin, Batman Begins, The Dark Knight, The Dark Knight Rises, Batman contre le fantôme masqué, Subzero, Superman Batman Apocalypse, Batman Under The Red Hood
Bats 2 La Nuit des Chauves-Souris
Battle Los Angeles
Battle Royale, Battle Royale 2 Requiem
Battleship


Le Bazaar de L'Epouvante
Bear
Le Beau-Père
Les beaux gosses
Bedevilled
Beetlejuice
Begotten
Beignets de Tomates Vertes

La Belle Américaine
La belle au bois dormant
La Belle et la Bête (1946)La belle et la bete (1991),  
La belle et le clochard
Ben-Hur
Beowulf
Bernie (film)

 
La Bête de la Caverne Hantée
La Bête Humaine
Les Bidasses S'En Vont En Guerre, Le Retour des Bidasses en Folie
Bienvenue à Gattaca
Bienvenue à Zombieland
Bienvenue Chez Les Ch'tis
Big
Big Boss

Big Fish
Big Mamma 3
Birdy
Bitch Slap
Bitten
Black Book
Black Christmas (1974)
Black Death

Black Past
Black Rain
Black Swan
Black Water
Blade (1997)Blade 2Blade Trinity
Blade Runner
Blair Witch 2 Le Livre des Ombres
Blanche Neige et les 7 nains Blanche Neige le plus horrible des contesMirror mirror Blanche Neige et le chasseur
Blindness
Le Blob Danger Planétaire, Le Blob
Blood Creek
Blood Feast
Blood Freak
Bloodsport 2, Bloodsport 3 Bloodsport 4 The Dark Kumite
Blow out
Blue Holocaust
Blue Jasmine
Les Blues Brothers
Blue Valentine
Blue Velvet

Bodyguard
Boire et déboires
Le Bonheur Est Dans Le Pré
Le Bon La Brute et le Cinglé
Boogie Nights
Borat (le film, pas moi)

Borderland
Le Bossu de Notre Dame
Boudu
Bouge !
Le boulet
Bound
The Box
Braindead
The Brain Eaters
Le Bras de la Vengeance

Brave
Braveheart
Brazil
Brazilian Star Wars
Breakfast Club
Bronson
Les Bronzés, Les Bronzés font du ski, Les Bronzés 3
Brothers
Bruce Lee et ses Mains d'Acier


Bruce Lee L'Homme et sa Légende
Bruce Tout-puissant, Evan Tout-Puissant
Bruce Lee Vs Gay Power
Bruiser
BTK
Bubbles Galore
Le bûcher des vanités
Buried
Burn-e
The Butcher (2007)

C

C'est Arrivé Près de Chez Vous
La cabane dans les bois

Le Cabinet du Docteur Caligari
Ca-Il Est Revenu
Caligula
Calme Blanc
Camille redouble
The campaign
Camping
Le canardeur
Cannibal Ferox
Cannibal HolocaustCannibal Holocaust 2
Le Capitaine Cosmos
Capone
Captain America (1979), Captain America (1990), Captain America First Avenger Capitaine Fracasse


Captifs
Captivity
Cargo
Carnage
Carnage(2011)
Les Carnets Secrets de Nuremberg
Carnival of Souls

Carnosaur, Carnosaur 2, Carnosaur 3
Carrie au Bal du Diable
Cars, Cars 2
Casablanca
Casino
Casper

Catwoman
Le Caveau de la Terreur
Caved In
Le Cave Se Rebiffe
Cendrillon
Le Cercle Des Poètes Disparus
Le cercle-The RingLe cercle-The Ring 2

Certains l'aiment chaud
Le Cerveau
Le Cerveau de la Planète Arous
Le Cerveau Qui Ne Voulait Pas Mourir
Ces Garçons Qui Venaient du Brésil
La chair et le sang
The Challenge

Chambre 1408
La Chambre des Morts
Chantons Sous La Pluie
Charlie et la chocolaterie
Charlie mon héros
Les Charlots contre Dracula
Les Charlots en Folie A Nous Quatre Cardinal !
Les Charlots Font L'Espagne
The Chaser
Le château ambulant
Le chateau dans le ciel
Le chateau de Cagliostro

 Le Château de la Terreur
Chatroom
Chérie j'ai rétréci les gosses, Chérie J'Ai Agrandi Le BébéChérie nous avons été rétrécis
Cherry 2000
Cheval de guerre
La Chèvre
Chicken Little
Chicken Run
Chien de flic
Le Chien des Baskerville
Les Chiens de Paille
Le Chinois, Le Chinois Se Déchaîne


Chloé

Le choc des titans(1981), Le choc des titans(2010)La colère des titans
Chopper
Les Choristes

La Chose à Deux Têtes
La Chose D'Un Autre Monde
Christine
Christmas Evil
Chromosome 3
Chronicle
C.H.U.D.
La chute de Berlin
La chute du faucon noir

Le cirque
La cite de la peur
Citizen Kane

Le Clandestin
Class 1984
Les clefs de bagnole
Le Clitoris ce cher inconnu
Clones

Cloud Atlas
Cloverfield
Les Clowns Tueurs Venus D'Ailleurs

Le Cobaye, Le Cobaye 2
Cobra le film

Cocktail

Coco
Cold Prey 2
, Cold Prey 3
Collateral
The Collector, The Collection

La Colline A Des Yeux, La Colline A Des Yeux 2
Colombiana

Le Colosse de Rhodes
The Colossus of New York
Coluche L'histoire d'un mec

Combats de Maître
Commando

 Comment se faire virer de l'hosto
Les Compères
La Comtesse
Conan le barbare, Conan Le Destructeur, Kalidor La Légende du Tasliman, Conan (2011)
Confession d'une accro du shopping

 The conjuring
La Conquête

Contagion
Les Contes de Terremer
Les Contes de la Nuit
Le Continent des Hommes-Poissons

Le Continent Oublié
Control

 Le convoyeur
Copland

Coquin de printemps

Coraline

Le Corbeau
La corde

Le Corniaud

Cosmopolis
La couleur pourpre
The counselor
Coup de tete

 Coup de Torchon
Coups Pour Coups

La Course A la Mort de l'An 2000
La course au jouet 
Cours Privé
Cowboys and Aliens
Cowboy Bebop le film
Le Crabe Tambour

 Cradle Of Fear
Le crapaud et le maître d'école
Crash
The Crawling Eye

C.R.A.Z.Y
Crazy Heart
Crazy Kung-Fu
Crazy stupid love
Creance de sang
La Création

 Créatures célestes
Creepozoids
Creepshow
Le Cri du Hibou
Le crime etait presque parfait
La Crise
Critters, Critters 2, Critters 3, Critters 4
Crocodile 2
Crocodile Dundee
The CrowThe Crow 3 Salvation
Cruising

Crying Freeman
Cube Zero
La Cuisine Au Beurre
Cujo
Cyborg
Cyborg Conquest

 
Cyclone (1978)
Cyrano de Bergerac

Posté par borat8 à 20:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire des séries, livres et jeux

Série TV

La quatrième dimension saison 1

 American Horror Story saison 1

AngelAngel saison 1 

 

Batman:  Batman Naissance D'Une Légende

Boardwalk Empire:  Boardwalk empire saison 1Boardwalk empire saison 2 Boardwalk empire saison 3

  (intégrale)

 

Buffy contre les vampires: Buffy contre les vampires saison 1Buffy contre les vampires saison 2, Buffy contre les vampires saison 3,  Buffy contre les vampires saison 4, Buffy contre les vampires saison 5Buffy contre les vampires saison 6Buffy contre les vampires saison 7

Code Quantum

 (pilote)

Cowboy Bebop

Dead Set

Les Envahisseurs

Fringe: Fringe saison 1, Fringe saison 2, Fringe saison 3, Fringe saison 4 Fringe saison 5

Game of thrones saison 1

La gifle

Hannibal (série)

Heroes saison 1

 

Métal Hurlant Chronicles

Mildred Pierce

Le Muppet Show

The Pacific

Parade's end

Les piliers de la terre

Pokemon

Rambo Le Dessin Animé (pilote)

Robocop la série (pilote)

Rome

Sarah Connor's Chronicles

Les Simpson: Les Simpson saison 1, Les Simpson saison 2, Les Simpson saison 3, Les Simpson saison 4,  Homer Like A Rolling Stone

Sons of anarchy:  Sons of anarchy saison 1Sons of anarchy saison 2 Sons of anarchy saison 3

South Park:  Cartman a une sonde anale, Volcano (South Park), South Park Is Gay

Star Wars Clone Wars

Top of the lake

Twin Peaks (série)

Under the dome

The Walking Dead: The Walking Dead pilote, The Walking Dead saison 1

Livres

Batman Year one

Le bleu est une couleur chaude

The Crow (livre)

The Dark Knight Returns

Dragon Ball (manga)

GTO

Happy Rock

L'homme sans peur

Je suis une légende (roman)

The Killing Joke

Moins que zéro

Tintin: Tintin au pays des sovietsTintin au CongoTintin en Amerique, Les cigares du PharaonLe lotus bleu

Le transperceneige (BD)

Ultimatum

Un long halloween

Wanted

Wolverine Origins

20th Century Boys

Jeux-vidéo

007: Quitte ou double, Blood Stone 

Call of Duty: Call of Duty Modern Warfare 2 Call of Duty Black OpsCall of Duty Black Ops 2 

Dead Island

Dead Space

Donald Qui est PK

Duke Nukem Forever

Gears of war, Gears of war 2, Gears of war 3

GTA: GTA San AndreasGTA IVGTA Episodes from Liberty City, GTA V

Halo 4

Hitman Blood Money,  Hitman Absolution

Luigi's mansion 2

Magical Mirror starring Mickey Mouse

Mario Kart Double Dash

Max Payne 3

New Super Mario Bros

Rayman Origins

Red Dead Redemption

SOS Fantomes le jeu

Taxi 3 le jeu

Titeuf le jeu Titeuf Mega Compet

Tomb Raider (2013)

Uncharted 2

Yoshi's island

Dossiers cinéma

Marvel Cinematic Universe:

Hayao Miyazaki:

Dune: L'épice au commencement

La terreur surgit du désert (bonus du film Tarantula !)

La volupté du Shaw Bis (bonus du film Super Inframan)

Walt Disney: 

Robocop: la quête identitaire

Steven Spielberg:

 

 

11 avril 2014

"Black Eagle"

623603affiche_L_Arme_absolue_Black_Eagle_1988_1

genre: action
année: 1988
durée: 1h30

L'histoire: Les restes d'un bombardier abattu lors d'une mission punitive au Moyen-Orient contre une base terroriste dorment paisiblement quelque part dans la mer Méditerranée. A son bord l'objet de toutes les convoitises, un système hautement perfectionné pour que les missiles ne ratent jamais leur but. La C.I.A. et le K.G.B. envoient chacun leur meilleur agent pour s'emparer du précieux objet.       

la critique d'Alice In Oliver:

En 1986, Jean-Claude Van Damme tient enfin un second rôle, en l'occurrence un combattant soviétique, dans Karate Tiger. L'acteur belge se fait enfin remarquer et obtient le droit de jouer à nouveau un bad guy (et encore un soviétique) dans L'Arme Absolue, connu également sous le nom de Black Eagle (c'est le titre original), et réalisé par Eric Karson en 1988.
Le film sort juste avant Bloodsport, qui permettra à Jean-Claude Van Damme (JCVD) de passer du statut de petit inconnu à celui de star. En l'occurrence, L'Arme Absolue ne fait pas spécialement partie des plus grandes réussites de JCVD.

Son intérêt ? Tout comme Karate Tiger, il permet de voir l'acteur belge dans la peau d'un méchant. Ca n'arrivera quasiment plus par la suite, sauf dans The Expendables 2. Au niveau de la distribution, pas grand chose à signaler nons plus, si ce n'est la présence de Sho Kosugi dans le rôle de l'invincible ninja Ken Tani. C'est lui aussi qui est la star du film.
Hélas, Sho Kosugi se fait voler la vedette par JCVD dans cette petite série B d'action ô combien inoffensive, mais qui permet déjà d'apprécier les qualités martiales de l'acteur belge. Quant au scénario, il est de facture classique.

 

haut

 

Attention, SPOILERS ! Les restes d'un bombardier abattu lors d'une mission punitive au Moyen-Orient contre une base terroriste dorment paisiblement quelque part dans la mer Mediterranée. A son bord l'objet de toutes les convoitises, un système hautement perfectionné pour que les missiles ne ratent jamais leur but. La C.I.A. et le K.G.B. envoient chacun leur meilleur agent pour s'emparer du précieux objet. En vérité, le scénario de L'Arme Absolue n'est qu'un prétexte à toute une série de bastons et d'explosions. Dès le départ, la confrontation entre Sho Kosugi et JCVD est attendue au tournant.
Malheureusement, il faudra patienter jusqu'à la fin du film pour assister à ce combat d'experts en arts martiaux.

Avant cela, il faut bien reconnaître que l'on s'ennuie ferme. Malgré la présence de JCVD, par ailleurs affublé d'un accent russe à coucher dehors, L'Arme Absolue ne parvient jamais à passionner et/ou à retenir l'attention. Ensuite, malgré ses compétences athlétiques, Sho Kosugi est assez peu charismatique. Toutefois, à sa décharge, son personnage manque d'épaisseur, tout comme le scénario du film. La réalisation soporifique d'Eric Karson y est aussi pour quelque chose.
Il est d'ailleurs amusant de constater à quel point L'Arme Absolue ressemble à toutes ces séries B d'action que JCVD tournera par la suite, au moment où l'acteur deviendra un has-been.

 

811031_665x245x665-245q90otop50

 

Il s'agit donc d'un long-métrage assez obscur dans la filmographie de JCVD et sincèrement, la star ne doit pas se vanter d'une telle casserole tous les jours. En même temps, à l'époque, JCVD cherchait à se faire connaître et à trouver sa place aux Etats-Unis.
Au moins, L'Arme Absolue lui permettra de se faire remarquer. D'ailleurs, le film en profite pour montrer l'acteur torse nu ou encore faire le grand écart... Hélas, L'Arme Absolue suscite au mieux un ennui poli. Le film n'a même pas le charme d'un bon vieux nanar et n'est rien d'autre qu'un sérieux navet dans les règles. Que dire de plus ?

Le tournant de la Marvelverse

Deuxième volet sur le Marvel Cinematic Universe, s'attardant sur la Phase 1 dans ses grandes largeurs.

Iron Man 2: Un ratage total

Iron Man 2 : affiche Jon Favreau

Marvel Studio comprend enfin l'intérêt du projet Avengers et pour se faire cherche à faire des liens directs. Pour se faire, le personnage de Black Widow est rajouté dans le film Iron Man 2 (2010). A cela rajoutez la présence de Nick Fury toujours incarné par Samuel L Jackson, histoire de garder un oeil sur l'ensemble et insérer le Shield au centre des discussions. En fait, on peut voir Iron Man 2 comme un énorme objet de transition en vue d'Avengers. A partir de ce film, la Marvel lancera différents personnages et ce même dans des films qui ne sont pas à leur effigie. On pense aussi bien à Black Widow (Scarlett Johansson) qu'à Hawkeye (Jeremy Renner). Comme dit plus haut, le Shield entre définitivement en contact avec Tony Stark, d'autant que ce dernier possède le bouclier de Captain America. Ainsi, Tony Stark n'est pas jugé assez mûr pour le projet "Avengers", mais le sera finalement par le miracle du super-héroïsme. Black Widow ne servira pas à grand chose dans l'intrigue si ce n'est faire quelques pirouettes en tenue moulante. A cela rajoutez une séquence post-générique où l'Agent Coulson (Clark Gregg) retrouve un marteau nommé Mjolnir au Nouveau Mexique et ce bon vieux Rhodes devenant enfin War Machine avec mitrailleuse dans le dos qui va avec. Mais c'est surtout de l'intérieur qu'Iron Man 2 dégénère, le tournage annonçant plus ou moins la catastrophe à venir.

Iron Man 2 : affiche Jon Favreau

Whisplash un méchant qui aime les coups de fouet.

Si le fait que Jon Favreau ne rempilera pas pour un troisième volet annonce la couleur, les acteurs Mickey Rourke et Terrence Howard en rajouteront une bonne grosse couche sur le bordel que fut le production de ce film. Le premier joue Whisplash, le méchant aux laceaux électriques; le second est l'ancien interprète de James Rhodes l'ami militaire de Tony Stark. Le premier n'y allé pas de mains mortes pour décrire le calvaire du réalisateur: "J'essaie de trouver les moments où (le méchant) n'est pas le cliché habituel du salopard et c'est très dur. Dans Iron Man, ce n'était pas le cas. Mais dans Iron Man 2, Marvel a cherché à casser les couilles de Jon Favreau, ils ont gagné, et ils voulaient un méchant basique. Mon jeu, et toutes les choses subtiles que j'essayais de faire passer, tout ça s'est retrouvé par terre, putain." * Le second est beaucoup plus cinglant, compte tenu qu'il fut viré de manière peu scrupuleuse et remplacé à la va-vite par Don Cheadle: "(Robert Downey Jr et moi) avions signé un contrat pour 3 films. On a signé ces contrats bien en amont. Un certain montant pour le premier, un certain pour le second. Et pour le troisième… Ils sont venus me voir pour le second et m’ont dit : 'Nous te paierons 1/8 de ce que nous avions convenu contractuellement avec toi car nous pensons que ce second film aura du succès avec ou sans toi'. Donc j’ai appelé mon ami que j’avais aidé à obtenir le boulot (en l'occurence Robert Downey Jr -NDB) et il ne m’a pas rappelé pendant 3 mois" **.

 Iron Man 2 : affiche Jon Favreau

Black Widow, une héroïne qui ne sert pas à grand chose.

Ceci n'est pas un scoop, le renvoi de Terence Howard ayant fait beaucoup de vague, mais la politique de la Marvel se montre bel et bien à travers ces deux réactions. D'un côté, Mickey Rourke montre l'impuissance du réalisateur face à une Marvel imposante et qui contrôle tout; de l'autre, un renvoi excessif qui montre bien le visage terriblement impitoyable que peut avoir Hollywood quand elle est face à un élément perturbateur. Pour le reste, Iron Man 2 est probablement le plus gros ratage de la Marvel Cinematic Universe qui ne raconte finalement rien et accumule les mauvais moments. C'est uniquement un film avec plein d'effets-spéciaux, fait à la va-vite, avec un premier méchant russe avec tout le cliché qui va avec (introduction dans un appartement délabré et dégueulasse que l'on croirait sorti de la Guerre Froide), un autre marchand d'armes totalement anecdotique, une scène à Monaco tape à l'oeil où une voiture banale slalome entre les bolides de Formule 1 de manière normale; où un méchant se fait exploser en laissant trente secondes aux héros pour s'en sortir (humour!), une bande-originale vendue à prix d'or estampillée AC/DC mais n'est en fait qu'un vulgaire best-of du groupe et où les scènes d'action attendues pour le climax s'avèrent finalement dignes d'une cinématique de jeu-vidéo.

Iron Man 2 : photo Jon Favreau, Sam Rockwell 

Sam Rockwell réduit à faire le cake à Hollywood.

Le plus dramatique étant que ce film est le seul à évoquer réellement dans la trilogie les troubles alcooliques et la probable dépression post-traumatique de Tony Stark. Sauf que Jon Favreau n'a pas la possibilité de le faire corectement ou alors n'en a pas la carure. Ainsi pendant un moment, Tony se lamente sur son sort, chouine beaucoup sur le fait que son appareil cardiaque se dégrade, se met à picoller et là ce n'est que du bonheur puisque notre ami pisse dans son armure, se bat avec War Machine dans la villa le tout sur Robot Rock des Daft Punk. On en a vu des scènes foireuses dans l'imagerie Marvel (et notamment Howard the Duck), mais là on est dans le palmarès. Reste qu'Iron Man 2 sera un succès indéniable (plus de 623 millions de dollars de recettes) et ce malgré un accueil critique absolument catastrophique. 

Thor: un dieu qui peine à convaincre

Thor : Photo Chris Hemsworth, Kenneth Branagh

Un an après Iron Man 2 qui dévoilait son marteau en plein Nouveau-Mexique, voici venir Thor le dieu nordique du tonnerre qui est peut être la meilleure "création" de Jack Kirby. Le dessinateur phare de la Marvel (qui a subi l'un des plus beaux bashings de l'histoire des comics avec le duo Siegel-Shuster) avait crée une vraie mythologie à propos de ce personnage. Thor défiait son père Odin par une grande arrogance et se voyait banir sur Terre. Il était alors rendu amnésique et devenait Don Blake,un docteur amnésique qui tombera vite amoureux de l'infirmière Jane Forster. Mais en retrouvant Mjolnir son célèbre marteau, il retrouve la mémoire et devient un véritable héros. Très difficile à adapter en raison de son aspect mythologique, Thor reste pas moins un bel exemple de fantasy pour le cinéma ce qui permettrait à la Marvel de toucher un public similaire au Seigneur des anneaux et donc éloigné de celui des super-héros habituel. Néanmoins, si c'est le cas de sa suite, Thor de Kenneth Branagh ne s'attarde pas longtemps sur la fantasy. En fait, elle ne comprend que le début véritablement. En sachant que le personnage avait déjà été adapté à la télévision sous les traits de Eric Alan Kramer dans le téléfilm Le retour de l'incroyable Hulk, téléfilm faisant suite à la série culte.

 Thor : Photo Kenneth Branagh

Des décors qui sentent le toc. 

Par ailleurs, le choix d'Idris Elba pour le dieu Heimdall fit très polémique à la sortie du film en raison de sa couleur de peau. En effet, The council of conservative citizens a très mal vécu de voir un homme afro-américain jouer un dieu nordique sous prétexte qu'il n'est pas blanc. En revanche, un autre personnage joué par un asiatique ne semblait pas les avoir embêter. Branagh n'était pourtant pas le premier sur l'affaire et celui qui était le plus intéressé n'est autre que Sam Raimi. Juste après Darkman (1990), le réalisateur contacte Stan Lee et la Fox mais le studio n'est absolument pas convaincu et le projet meurt réellement en 1997, avant que Sony reprenne l'affaire avec David S Goyer aux commandes avant qu'il ne se désiste en 2005. Le réalisateur du récent The Ryan Initiative est finalement contacté afin d'insuffler un peu de charme shakespearien au dieu nordique. Sauf qu'Asgard comme les autres mondes sont boursouflés par la grandiloquence de ses effets-spéciaux au point que les décors ne ressemblent pas à grand chose et ont des formes cubiques à faire peur. 

Thor : Photo Kenneth Branagh, Tom Hiddleston

Mais là où le bat blesse c'est principalement dans la caractérisation du personnage de Thor (Chris Hemsworth) qui fait horriblement peur. Au début du film, il nous est montré comme particulièrement vantard et arrogant mais jamais réellement charismatique. Puis une fois sur Terre il est toujours identique à lui-même (pas d'amnésie donc) et comme il est impuissant, il se décide d'être gentil pour gagner l'amour de Jane Forster qui devient ici une scientifique s'interessant aux étoiles. Ce n'est seulement qu'à la fin qu'il devient noble sans que l'on ne sache trop pourquoi. Quand au personnage de Loki (Tom Hiddleston), il est tout bonnement agaçant et on voit que le réalisateur ne sait pas comment s'en servir. L'un des autres points faibles est bien évidemment la partie se situant sur Terre, censé être drôle et décalé mais au contraire plus qu'agaçante et inutile. Ce même constat apparaîtra dans le second opus avec un peu plus de nuance. Par ailleurs, les personnages humains n'aident pas non plus, les personnages de Natalie Portman, Kat Dennings et Stellan Skarsgaard ne servant absolument à rien dans l'histoire. N'oublions pas non plus le Destructeur qui ressemble comme deux gouttes d'eau au robot Gort du Jour où la Terre s'arrêta (1951) et avec le même rayon lumineux. 

La Marvel continue à placer des points pour Avengers en mettant en scène pour la première fois en scène Hawkeye incarné par Jeremy Renner, le célèbre archer complice de Black Widow; l'agent Coulson (Clark Gregg) est de la partie aussi tout comme le Shield et la scène post-générique montre le personnage de Skarsgaard manipulé par Loki alors que Nick Fury (Samuel L Jackson) lui parle du cube cosmique, cette arme qui aura un certain sens pour l'opus suivant de ce que l'on appelait désormais la Phase 1 de la Marvel Cinematic Universe.

Captain America: de la propagande à un héros de guerre

Captain America : First Avenger : photo Joe Johnston

Rien de plus casse-gueule que de vouloir adapter Captain America. Preuve en avec le téléfilm avec Reb Brown qui balançait comme un imbécile son bouclier comme un boomerang ou le film d'Albert Pyun de 1990 dont on préfère ne pas se souvenir également. Alors pour les Avengers,  il fallait bien le sortir de son glaçon pour lui donner des origines fracassantes. Pour le personnage principal, Chris Evans pose plutôt problème pour les fans. Beaucoup se souviennent encore de sa pitoyable prestation en Johnny Storm dans les deux Fantastic Four de Tim Story (2005, 2007). D'ailleurs, les films n'emballant personne (pas même les cadres du studio), la Fox décide de ne pas donner de troisième volet et de privilégier le reboot. Chris Evans est libéré de tout possible contrat pour un autre bien plus long et lucratif. Mais l'acteur n'a pas réellement confirmé son talent depuis Sunshine de Danny Boyle (2007). Cela tombe bien puisque l'acteur veut en découdre et le prouvera plus d'une fois depuis la sortie du film (on pense notamment à Snowpiercer de Bong Joon-ho). A la réalisation, Joe Johnston fait peut être moins classe que Kenneth Branagh mais niveau grosse production à effets-spéciaux, il s'avère bien plus crédible.

Captain America : First Avenger : affiche

Réalisateur de machines à box-office comme Jumanji (1996) et Jurassic Park 3 (2001), l'ancien protégé de Steven Spielberg avait déjà taté du super-héros vintage avec Rocketeer (1990), production Disney qui n'avait pas des masses marcher où Jennifer Connelly était partagé entre le pétaradant Billy Campbell et le très méchant Timothy Dalton. Il se retrouve dans le même genre d'ambiance avec Captain America: The first avenger où il ajoute quelques éléments de serials qui ne sont pas sans rappeler Les aventuriers de l'arche perdue (1980). Tout y est d'ailleurs: un macguffin (le fameux cube cosmique susnommé servant à fabriquer des armes aux nazis), des nazis (on y revient toujours, c'est de bonne guerre), un héros charismatique (Steve Rogers un jeune homme rachitique devenant un super-héros grâce à un serum tout en restant humble), un sidekick féminin (Peggy Carter aka Hailey Atwell), un sidekick masculin (Bucky Barnes aka Sebastian Stan, bien moins jeune que le personnage concerné), un méchant machiavélique voulant conquérir le monde (Hugo Weaving comme souvent excellent en méchant de service), un mentor (le docteur incarné par Stanley Tucci) et un supérieur qui a de la bouteille (Tommy Lee Jones parfait).

Captain America : First Avenger : photo Hayley Atwell, Joe Johnston 

Un véritable film d'aventure où Joe Johnston se fait plaisir, ne laissant aucune excentricité (plus d'un effet-spécial se ressent, peut être un peu trop au point de donner lieu à un look parfois kitsch) de côté et surtout ne fait jamais dans la propagande dégueulasse auxquelle on pouvait craindre. Justement, le réalisateur préfère la mettre en scène dans sa démesure, montrant un héros ne supportant pas de ne pas agir alors que ses camarades se battent au front et ne servant que de vulgaire instrument pour que l'armée engage de nouvelles recrues. Si Captain America: The first avenger est un excellent film d'aventure, le montage voulant à tout prix rattacher ce film à Avengers (alors en tournage), le début du film montre la découverte du glaçon contenant le Captain. Totalement inutile et ne permettant plus l'effet de surprise pour les non-initiés. Désormais, le spectateur sait que Captain America a hiberné et donc que le reste sera prévisible. Bien dommage d'autant que le final est plutôt excellent, montrant un Steve Rogers découvrant les buildings avec une amertume certaine évoquant qu'il a raté son rendez-vous avec la miss Carter. Un dernier plan terriblement mélancolique pour le meilleur personnage de la Marvel Cinematic Universe, tout du moins le plus régulier au fil des films.

Avengers: la consécration de Marvel

Avengers : Photo

Initialement, l'idée de batir le filon Avengers vient d'une histoire de concurence. En effet, en 2007 George Miller est parti pour faire Justice League avec Armie Hammer en Batman (Christian Bale ne voulant pas y être associer), Jay Baruchel en méchant, Adam Brody en Flash, Hugh Keays Byrne en Martian Manhunter, Common en Green Lantern (pas encore question du film de Martin Campbell), DJ Cotrona en Superman (il n'était pas encore question du reboot de Zack Snyder et hors de question de reprendre Brandon Routh), Megan Gale en Wonder Woman, Santiago Cabrera en Aquaman ou Teresa Palmer en Talia Al Guhl (à la place de... comment le dire pour ceux qui n'ont toujours pas vu TDKR? Celle qui joue mal la morte). Le projet était tout chaud avant que la grève des scénaristes ne brise complètement le film, ne pouvant attendre d'être tourné. **** L'occasion rêvée pour Marvel de lancer leur Avengers, libéré de la concurence de Justice League tout en instaurant leur line-up au fil des années avec la Phase 1. Tous les personnages du groupe en devenir ont eu leurs films respectifs ou étaient dans un d'entre eux: Captain America, Iron Man, Hulk, Thor, Black Widow et Hawkeye. Sans compter Nick Fury, l'agent Coulson et Loki. 

Avengers : Photo

A cela rajoutez Cobie Smulders qui joue l'agent Maria Hill. Pour le personnage de Hulk, le cas est plus particulier, la brouille entre Edward Norton et la Marvel durant la production de L'incroyable Hulk (2008) ayant coûter la place de l'acteur, remplacé à vitesse grand V par Mark Ruffalo. A la réalisation, la Marvel engage Joss Whedon, figure phare de la télévision avec Buffy contre les vampires et Angel à son actif et seulement le film Serenity à son actif. Dès son annonce, le réalisateur s'est investi sur les différents films de la Phase 1 et particulièrement sur Thor et Captain America afin de les relier à Avengers. Le défi est donc d'autant plus grand pour le réalisateur qui doit prendre en compte un budget de plus de 200 millions de $ et surtout savoir assembler différents héros qui ne se sont quasiment jamais rencontrés et se baser sur leurs précédentes aventures. Captain America est sous l'influence du Shield, Iron Man est dans la confidence, Bruce Banner est toujours dans l'exil, Thor cherche toujours Loki tout en repensant à Jane Foster... L'autre défi est aussi que tout le monde ait sa place propre et malheureusement certains ont bien du mal à la montrer. On pense dans un premier à Black Widow qui ne sert pas à grand chose sinon comme porte-flingue, idem pour Nick Fury.

Avengers : Photo

Quant à Hawkeye, sa ridicule apparition dans Thor (2011) n'a pas permis au personnage de se faire une place et n'est donc qu'un second couteau malgré un potentiel certain dans l'action. En revanche certains personnages étonnent et particulièrement Iron Man et Thor. Le premier ne servait qu'à cabotiner et n'était quasiment jamais montrer en action ou alors de manière très limitée. Ce n'est pas le cas ici où le personnage est au centre de l'action et fait même l'un des actes héroïques notables du film (le passage dans l'autre monde). On voit même enfin le potentiel du personnage en pleine action et il était vraiment temps. Pour le second, Chris Hemsworth gagne en charisme et devient un vrai combattant. L'autre bonne surprise reste Hulk qui ressemble beaucoup à son interprète sobre et donne lieu à un beau lot de séquences spectaculaires et maîtrisées. Reste un scénario qui peine quand même sérieusement à convaincre, que n'importe quel tâcheron aurait pu réaliser et jouant beaucoup sur la carte de l'action. Il en faut parfois plus au spectateur pour être convaincu. Il en reste tout de même un divertissement honnête qui ouvre une nouvelle phase où Thanos (présent dans la scène post-générique) pourrait jouer un rôle à venir et où Joss Whedon s'est imposé comme le roi du pétrôle en faisant d'Avengers le troisième plus gros succès de tous les temps (tout du moins sans l'inflation et avec la 3D).


 

* Propos recueillis sur: http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Mickey-Rourke-sur-Iron-Man-2-Marvel-cherchait-a-casser-les-c-es-de-Jon-Favreau-2982700

** Propos recueillis sur: http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Terrence-Howard-accuse-Robert-Downey-Jr-pour-son-remplacement-dans-Iron-Man-2-3889130

*** http://fr.wikipedia.org/wiki/Thor_(film)

**** http://reviewer.lavoixdunord.fr/fr/cinema/actualites/89644/justice-league-les-super-heros-du-film-annule-de-george-miller-reunis-photos/

10 avril 2014

Le jeu du roi

red room

genre: horreur, gore, trash (interdit aux - 18 ans)
année: 1999
durée: 1h10

L'histoire: Quatre personnes se retrouvent enfermées dans une pièce, surveillées par micros et caméras, pour jouer au « jeu du roi ». Le principe ? Celui qui tire la carte du roi propose une épreuve à un ou deux autres joueurs, la personne qui refuse le défi étant éliminée. L’enjeu ? Dix millions de Yen pour le vainqueur.          

la critique d'Alice In Oliver:

Indéniablement, l'avenir du cinéma horrifique se situe davantage en Asie et chez nos voisins allemands et espagnols. En tout cas, il ne se situe pas en France, c'est une certitude ! En l'occurrence, Red Room est un film japonais, réalisé par Daisuke Yamanouchi en 1999.
Au niveau de ses influences, difficile de situer le même Red Room. Il s'agit d'une sorte de mixe assez bizarre entre la série des Guinea Pig (mais en beaucoup plus réussi) et les films de la catégorie 3. Si vous êtes un amateur du genre, Red Room devrait logiquement satisfaire vos exigences en matière de gore et de délires sanguinaires.

D'ailleurs, Red Room est tellement violent qu'il n'est même pas sorti en dvd zone 2. Toutefois, le film est trouvable en zone 1. Il est disponible en entier et en version originale sous-titrée en anglais sur YouTube. Le long-métrage a aussi écopé d'une interdiction aux moins de 18 ans. 
Certes, on ne voit pas de séquences de pénétration, mais le film flirte volontairement avec la pornographie. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! Quatre personnes se retrouvent enfermées dans une pièce, surveillées par micros et caméras, pour jouer au « jeu du roi ».

 

red_room_3

 

 

Le principe ? Celui qui tire la carte du roi propose une épreuve à un ou deux autres joueurs, la personne qui refuse le défi étant éliminée. L’enjeu ? Dix millions de Yen pour le vainqueur. Isowa et Masako Togashi sont venus en couple, pour tenter d’éponger les dettes de monsieur. Lui est un homme timide, refoulé, qui se confond en excuse pour tenter de faire passer la pilule de sa faiblesse. 
Elle est insultante, dominatrice, et menace de décimer sa famille, leurs trois enfants compris, en cas de défaite. Qu’importe, les deux autres participantes, Hiromi, agressive, et la belle Kanako Yoshino , qui se refuse à justifier sa présence, sont bien décidées à gagner elles aussi.

Certes, présenté comme cela, le scénario de Red Room est de facture classique. Pourtant, c'est le traitement opéré par Daisuke Yamanouchi qui fait toute la différence. Sur la forme, bien qu'il soit apparenté à un jeu particulièrement sadique, Red Room reste avant tout un huis clos sordide. Dès les premières minutes, le film a le mérite de présenter les hostilités.
Pour gagner dix millions de yen, quatre candidats se défient via des épreuves de plus en plus difficiles et le plus souvent à consonance sexuelles. C'est par ailleurs l'introduction du film qui nous montre deux jeunes femmes s'embrasser langoureusement.

 

red_room_4

 

Très vite, et vous vous en doutez, les épreuves se corsent et deviennent de plus en plus sadiques et perverses. A partir de là, Red Room n'a qu'un seul et unique but: mettre les nerfs du spectateur à rude épreuve. En l'occurrence, le long-métrage remplit largement son office.
En résumé, Daisuke Yamanouchi ne nous épargne rien: fellation et castration, jet d'urine, yeux étirpés et arrachés... Tout un programme pour un véritable festival de gore, le tout dans une ambiance totalement déjantée et parfois à la limite de l'expérimental. Bien sûr, certains détracteurs pourront éventuellement se demander ce que cherche à démontrer le film.

En l'occurrence, Red Room ne délivre aucun message ni aucune critique sociale. Néanmoins, le film interroge sur notre côté voyeur et malsain. En ce sens, Red Room apparaît comme un film unique, d'une courte durée (à peine une heure et dix minutes de bobine), mais qui délivre largement la marchandise. Conscient qu'il possède un concept en "or" (façon de parler...), Daisuke Yamanouchi réalisera même une suite, donc Red Room 2, mais impossible de vous dire ce qu'elle vaut concrètement puisque je ne l'ai as vu. En l'état, ce premier Red Room reste un véritable OFNI (objet filmique non identifié) dans son genre et s'adresse aussi à un public particulièrement averti.

Posté par Alice In Oliver à 12:52 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

La Marvelverse au commencement

La Marvel Cinematic Universe casse la baraque au point de faire peur à ses rares concurrents que ce soit la Warner qui possède les droits d'adaptation de DC Comics ou même ceux qui sont en coproduction avec Marvel comme la Fox et Sony. A l'heure où Captain America: The Winter Soldier fait un tabac au box-office, l'occasion était de revenir en long en large et en travers sur la naissance de la Marvel Cinematic Universe qui a été crée depuis 2008. Et cela bien évidemment sur plusieurs articles.

La Marvel au cinéma avant 2008

Dès les années 70, la Marvel cherche à adapter ses comics et notamment un en particulier: Spider-man. Ce sera via une série tv qui sera diffusé en Europe par deux films pour le moins misérables et le mot est faible. Les rares téléfilms de Captain America (dont un avec l'innénarable Reb Brown!) n'aide pas et seul la télévision semble aider la Marvel à s'imposer un minimum que ce soit avec des séries animées (on pense à celles des années 90 avec Hulk, Spider-man, les X Men, Iron Man, les Fantastic Four, les Avengers et même She-Hulk!) ou la série L'incroyable Hulk qui se concluera par trois téléfilms (dont deux avec Thor et Daredevil). Les premiers films viennent ironiquement de héros mineurs à savoir Howard the duck et Punisher. Le premier n'implique pas trop la Marvel bien contente de se débarasser d'un héros dont elle ne sait que faire, qui plus est produit par un George Lucas qui se serait bien passé de l'énorme bide de ce nanar délirant et au héros pour le moins cochon pour une production enfantine. Le second est un ratage évident réalisé par Mark Goldblatt, pas aidé par un Dolph Lundgren aussi charismatique qu'un AK-47 (il faut bien comparer avec ce qui est comparable), une intrigue foireuse sous fond d'enlèvement d'enfants et finalement une banale bande d'exploitation. Marvel continue sa descente des années 90 avec un nouveau ratage avec le Fantastic Four produit par Roger Corman en 1994, production juste faite par Constantin film pour garder les droits en passe d'aller chez la Fox ce qui finira par arriver. 

Punisher : Affiche

ça commençait mal...

A ce moment, la Marvel est en passe d'aller clairement vers la banqueroute, beaucoup de talents ont quitté le navire, les studios ne se bousculent pas pour les droits en raison de la complexité des productions (le Spider-man de James Cameron passera à la trappe à cause de problèmes de droits entre la Cannon et la Fox) et il faudra bien un Avi Arad pour sauver le navire de la faillite. C'est grâce à lui que la Marvel va se développer au cinéma et ce dès 1998 avec le succès de Blade de Stephen Norrington, lui aussi héros mineur de la Marvel voire encore plus que le Punisher, qui est une coproduction avec la New Line Cinema (ce sera également le cas des deux suites). Ce sera ensuite la Fox avec les X Men (depuis 2000), Daredevil (un ratage en 2003 et puis les droits qui repartent) et les Fantastic Four (deux films entre 2005 et 2008 et un reboot pour 2015); Sony avec les Spider-man (depuis 2002) et les Ghost Rider (entre 2007 et 2012); Lionsgate (les deux derniers Punisher avant que les droits ne repartent une fois de plus chez Marvel); et Universal (avec Hulk). Voyant qu'ils n'ont pas l'avantage face aux gros studios, les pontes de la Marvel et notamment un certain Kevin Feige décident de prendre du recul par rapport aux studios en faisant leurs propres films en indépendant. Première étape en 2008....

Blade : photo Stephen Norrington, Wesley Snipes

Celui qui a sauvé la Marvel.

Iron Man: le film de l'indépendance

Iron Man : Photo Jon Favreau, Robert Downey Jr.

Cela faisait très longtemps que la Marvel cherchait à adapter le personnage de Tony Stark. Stuart Gordon se dit intéressé au début des années 90, la Fox, Universal et New Line Cinema se passent la main; Tom Cruise et Nicolas Cage se disent intéressé mais rien ne se fait en deux décennies. Ce sera finalement en indépendant (tout du moins avec le distributeur Paramount) qu'Iron Man prendra vie. Aux commandes, un réalisateur pour le moins débutant ou tout du moins plus connu pour être acteur à savoir Jon Favreau. Rien n'est moins rassurant quand on se souvient du ratage de Zathura (2005). Rien de bien rassurant mais le réalisateur semble confiant dans son film et la Marvel, malgré les risques, aussi. Pour le rôle principal, ce ne sera finalement pas l'ami Tom subissant à cette époque un beau bashing médiatique mais un autre laissé pour compte, un certain Robert Downey Jr. Enfant terrible d'Hollywood tombé en désuétude à force d'excès d'alcool et de drogue, beaucoup le disait irrécupérable. Pourtant, l'acteur remonte la pente avec plusieurs films dont Good night and good luck de George Clooney (2005), Kiss kiss bang bang de Shane Black (2005) ou Zodiac de David Fincher (2007) et son parcours est ironiquement similaire à celui de Tony Stark. 

Iron Man : Photo Jon Favreau, Robert Downey Jr.

Comme lui, il a fallu une traversée du désert (l'un par l'alcool et la drogue et de multiples séjours en rehab, l'autre en étant kidnappé par des soldats vietnamiens alors qu'il était sur le terrain pour vendre des armes) avant la renaissance (l'un grâce à sa persévérance à retrouver des rôles majeurs, l'autre en devenant l'un des principaux héros publiques de la Marvel). Pour le grand méchant du film, ce sera finalement Iron Monger autre ennemi en combinaison métallique et ancien collaborateur de Stark incarné par Jeff Bridges. Ce dernier ne sortira pas forcément grandi de l'expérience: "Ils n’avaient pas de scénario (…) on se ramenait pour tourner des grosses scènes et là, on ne savait pas ce que l’on devait dire. (…) alors on appelait les scénaristes en leur demandant s’ils avaient quelques idées à nous soumettre. Pendant ce temps-là, l’équipe tapait du pied, en attendant qu’on commence à tourner. (...) On avait les pontes de Marvel au téléphone qui nous répétaient : 'Non, vous ne pouvez pas dire ça!'. On pourrait penser que sur un film à 200 millions de dollars, ça serait moins la merde, mais non. La raison à cela? Ils se sont mis trop de pression: ils avaient une date de sortie avant même d’avoir un scénario." * Rien de très rassurant dans les propos de l'ami Bridges et il n'est pas rare qu'il ait tort.

Iron Man : Photo Jon Favreau, Robert Downey Jr.

Clairement on voit par ces propos que c'est surtout la Marvel qui a la main mise sur tout et ce n'est que le commencement, d'autres rouages ressortiront par médias interposés. Ce genre de problème apparaît notamment par un manque d'action durant le film, tout du moins Iron Man n'est pas très souvent en action et se retrouve seulement dans deux grosses scènes. Le trauma est également vite expédié pour pouvoir montrer Tony Stark en mode rédemption. D'ailleurs, dès le premier volet l'alcool et la drogue sont vite expédiés voire pas du tout évoquer pour garder un public adolescent. Même constat par la suite, Shane Black disant même cela lors de la promotion du troisième volet: "Par rapport à la boisson, je crois que les studios nous ont simplement demandé de décrire Tony Stark comme étant une sorte d'industriel et de mec un peu fou, parfois même mauvais, mais l'alcoolisme de son personnage ne devait pas être montré. Je comprends leur point de vue." ** Pareil pour la scène de climax que l'on peut qualifier de raté, l'action étant totalement expédiée en plus de n'avoir pas de réels enjeu. Dommage car le film est pétri de bonnes intentions et veut à tout prix contextualiser le conflit afghan avec des terroristes prenant les armes de ceux qui les vendent sans même qu'ils s'en rendent compte.

Après, malgré le fait qu'il veut jouer la folie des grandeurs en prenant des airs de Howard Hugues, Downey Jr cabotinne beaucoup trop et ce côté cabot a trop d'importance au point de faire oublier que le mec a failli mourir. La même année que The Dark Knight, Iron Man fracasse lui aussi le box-office avec plus de 585 millions de recettes totales. Par ailleurs, la banale séquence post-générique qui aurait pu être une grosse blague va prendre une ampleur inattendue. Tony Stark a la visite de Nick Fury (Samuel L Jackson dont la tête servait de modèle à la version Ultimates du personnage) qui vient lui parler d'un gros projet: les Avengers. Une goutte d'eau qui fait déborder le vase alors qu'absolument rien n'est prévu. A ce moment, Marvel Studios ne pense même pas à développer certains personnages autres qu'Iron Man et Hulk, ce dernier apparaissant la même année sous une autre forme. 

L'incroyable Hulk: retour à la case départ

L'Incroyable Hulk : Photo

Quand L'incroyable Hulk sort à l'été 2008, il sort d'un grand nombre de problèmes internes et le mot est faible. Mais pour cela il faut revenir en 2003. Si Hulk d'Ang Lee a marché correctement (plus de 245 millions de $ de recettes pour un budget de 135), les critiques sont tellement catastrophiques que cela en devient gênant. Ang Lee a voulu faire trop personnel, sa vision n'en deviendra que plus marginale et le spectateur y perdra beaucoup, d'autant que l'ensemble était quand même très confus. Universal essayera pendant plusieurs années de repasser derrière le film d'Ang Lee, mais c'est finalement Marvel Studios qui passe derrière. Pour le coup, Universal ne s'occupera que de la distribution ce qui n'empêchera pas le studio d'avoir son mot à dire et L'incroyable Hulk d'enchaîner les polémiques à commencer par le scénario quasi-entièrement par l'acteur Edward Norton qui incaarne le héros principal. Sauf qu'au final il n'y a que Zak Penn qui est crédité au générique. Vraisemblablement, un problème avec les syndicats mais petit à petit ce manque de respect vis à vis d'un acteur connu pour son perfectionisme attira les tabloïds, ce qui n'a pas arrangé la promotion.

L'Incroyable Hulk : Photo Edward Norton

 

Mais mieux, beaucoup d'éléments furent modifiés afin que le film soit davantage commercial. La scène d'ouverture en est la preuve. Banals flashbacks servant de générique histoire de dire que ce film est une sequelle, tout en laissant tomber la mythologie d'Ang Lee au cinéma, la scène d'intro initiale n'a strictement rien à voir. Elle montre un Bruce Banner s'exilant dans les hautes montagnes afin de se suicider. Sauf que Bruce Banner laisse sa place à Hulk et déclenche une avalanche. Une scène quelque peu dérangeante qui semble plaire à Marvel comme le disait Louis Letterier, réalisateur des Transporteurs et Danny the dog faisant son baptème du feu hors de l'écurie Luc Besson. "Je voulais commencer comme ça, annoncer un film sombre. Marvel me défendait, mais c'est Universal qui s'occupait des ventes internationales. C'était une scène importante pour moi, pour montrer l'omniprésence de Hulk dans la vie de Banner. C'est un monstre, mais il va le protéger de lui-même. L'avantage des films américains, c'est de pouvoir faire des scènes d'action spectaculaires, utiliser des effets-spéciaux, travailler avec de grandes stars. L'inconvénient, c'est qu'à la fin, on montre le film à un public qui veut toujours voir à peu près la même chose. (...) Et les studios ne sont parfois pas assez courageux. (...) Sur mon film, le studio ne voulait pas prendre de risques." ***

L'Incroyable Hulk : Photo

D'autres scènes coupées sont visibles sur le DVD collector et le BR à raison d'une quarantaine de minutes contre plus de soixante-dix initialement prévues. Des dialogues entre le personnage Leonard Sampson petit-ami de Betty Ross étaient visibles dans les bandes-annonces mais pas dans le montage cinéma. Ce personnage est assez important dans la mythologie de Hulk puisqu'il est l'un des rares à bien connaître Bruce Banner. Reste que dans le montage salle, le personnage n'a clairement aucun intérêt. D'après Letterier, ce serait à cause de cette coupe qu'il y aurait eu "ce contentieux entre les studios et Edward (Norton)" ***. Des difficultés internes que Louis Letterier retrouvera une nouvelle fois avec Le choc des titans (2010), autre grosse production où la Warner lui réservera quelques surprises de taille. Au final, on ne retiendra de L'incroyable Hulk qu'un gros film d'action bourrin qui n'exploite jamais réellement son potentiel. Faute d'une direction artistique dégradée par les studios, le film y perd et ne montre son ampleur que rarement. Seul Edward Norton est réellement à fond dans son rôle, totalement impliqué et sa représentation en synthèse de Hulk est largement plus potable que celle gigantesque d'Eric Bana. 

L'Incroyable Hulk : Photo William Hurt

Le méchant du film, à savoir l'Abomination, est décrit comme un méchant de série B soit le bon vieux soldat jaloux d'un gringalet. Autant dire que même le cinéma d'exploitation en a fait le tour et Tim Roth peut faire ce qu'il veut cela ne passe pas. On regrette même le look reptilien de l'Abomination délaissé pour une colonne vertébrale ressortant du dos. Reste que l'affontement final vaut son pesant de cacahuète et est un beau moment de destruction massive comme n'importe quel tâcheron bien formé aurait pu le faire. D'autant que ce cru a vraiment du mal à s'introduire dans ce que l'on va appeler la phase 1 de la Marvel Cinematic Universe. Encore une fois, la Marvel sort un bon vieux caméo avec Robert Downey Jr voulant rassembler les Avengers et s'entretenant avec un Commandant Ross (William Hurt) bourré au whisky. Une scène anodine qui prendra désormais tout son sens. La Marvel est prête à se lancer dans ce qui ne sera plus une vanne pour personne: le projet Avengers. Il s'agira désormais d'introduire différents personnages avant le grand final. Mais L'incroyable Hulk ne se marie pas très bien avec la phase 1, puisqu'il est très peu synchrone avec les événements. Ainsi, Ross n'apparaîtra jamais ailleurs que dans ce film alors que son pouvoir le fait rencontrer Tony Stark et donc serait en lien avec le Shield. Lien d'autant plus hasardeux et casse-tête que Bruce Banner reviendra sous une autre tête. Mais cela est une autre histoire...


 

* Propos recueillis de: http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Iron-Man-Jeff-Bridges-denonce-un-tournage-en-totale-improvisation-!-2145433

** Propos recueillis de: http://cinema.jeuxactu.com/news-cinema-iron-man-3-pourquoi-tony-stark-n-est-pas-alcoolique-20401.htm

*** Propos recueillis dans Mad Movies numéro 257 (novembre 2012).

09 avril 2014

"Fukkatsu No Hi"

virus_1981,1

genre: science fiction, catastrophe, post-apocalyptique (interdit aux - 12 ans)
année: 1980
durée: 2h35

L'histoire: En 1982, un virus mortel extermine la totalité de l'humanité, seuls les habitants des bases internationales situées en Antarctique sont épargnés par la contamination. Tandis que les survivants s’organisent, ils apprennent qu’un séisme menace de déclencher les tirs nucléaires automatisés dont l'Antartique est une des cibles.         

la critique d'Alice In Oliver:

Certes, le nom de Virus, également connu sous le titre original de Fukkatsu no hi, ce qui signifie littéralement "Le jour de la résurrection", et réalisé par Kinji Fukasaku en 1980, ne doit pas vous évoquer grand chose. Pourtant, avec un budget de 16 millions de dollars, Virus fut, au moment de sa sortie, le film japonais le plus cher jamais réalisé.
Hélas, Virus fut néanmoins un échec malgré son budget colossal. Bien qu'il fut projeté lors de séances spéciales aux États-Unis, il ne fut pas réellement distribué en salles. Il fut directement vendu aux chaines de télévision à péage, dans une version coupée ramenée à 108 minutes, alors que le film original en compte 48 de plus.

C'est cette version, amputée de 30 % de son contenu et nettement inférieure à l'originale, qui est la plus connue et la plus diffusée à la télévision. On peut donc parler non seulement de bide commercial, mais aussi de film maudit. Reste à savoir si Virus est bel et bien la purge annoncée.
La réponse est négative. C'est même un bon film de genre malgré tout de même de sérieux défauts et de nombreuses incohérences scénaristiques. En tout cas, Virus est un film "attachant", réalisé, produit et écrit avec la sueur et les couilles d'un réalisateur (donc je le rappelle, Kinji Fukasaku) totalement investi derrière sa caméra. 

 

affiche-virus-day-of-resurrection-1980-2

 

En 1978, la production de Fukkatsu No Hi démarre enfin. Le producteur, Haruki Kadokawa, souhaite que ce film soit un évènement et pour y parvenir, il souhaite réunir toute une galerie de stars, notamment américaines. En résumé, Virus a bien l'intention de séduire en dehors de ses frontières.
Au niveau de la distribution, le long-métrage réunit Masao Kusakari, Bo Svenson, George Kennedy, Robert Vaughn, Olivia Hussey, Glenn Ford, Henry Silva et Chuck Connors. Malgré une réédition en dvd en 2002, le film est aujourd'hui tombé dans l'oubli. Toutefois, le long-métrage de Kinji Fukasaku possède un grand nombre de fans. Certains parlent même d'un film culte et d'un véritable classique du cinéma.

A défaut d'être un chef d'oeuvre en devenir et/ou tardif, Virus est (je le répète) un bon film de genre. Malgré ses nombreux défauts, le scénario du film reste intéressant voire même passionnant à analyser. Attention, SPOILERS ! En 1982, un virus mortel échappé d’un laboratoire secret d’armes biologiques, le MM88, extermine la totalité de l’humanité, à l’exception des scientifiques et techniciens des bases de l’Antarctique, épargnés du cataclysme par les températures polaires trop basses pour que le virus y soit actif. Les survivants s’organisent alors autour de la station américaine Palmer et tentent de recréer une société.

 

Virus

 

 

Mais un nouveau menace les attend. Dans la folie des derniers jours, le système de défense ARS (Automated Reaction System) a été activé par les Etats Unis, et un séisme majeur au large de Washington risque de l’enclencher. Le monde connaîtra alors une nouvelle apocalypse, nucléaire cette fois-ci, lorsque la riposte automatisée des deux blocs américain et soviétique entrera en jeu ! 
La base Palmer serait même sur la liste des cibles visées par la riposte russe… Décidés à tenter le tout pour le tout, nos survivants envoient un sous-marin jusqu’à Washington pour une mission-suicide afin de désactiver le système ARS.

Les deux volontaires pour cette excursion en zone contaminée reçoivent également une dose d’un vaccin expérimental contre le MM88. Tous les espoirs de nos survivants reposent donc désormais sur eux. Le film se divise en plusieurs sections bien distinctes.
Dans la première, le long-métrage se concentre sur l'épidémie galopante provoquée par un virus mutant (donc le MM88), sorte de grippe italienne, qui se nourrit des nombreuses infections connues de notre environnement. Aucun antidote n'existe. Chaque jour, des millions de personnes meurent. L'humanité est donc condamnée à périr. Le film en profite alors pour dénoncer les apprentis sorciers de notre temps avec un parallèle sur la Guerre Froide.

 

virus-dc3a9bat

 

Dans un premier temps, ce sont les russes qui sont soupçonnés. Pourtant, ce sont bien les américains qui sont à l'origine de cette nouvelle arme bactériologique qui a donc échappé à leur contrôle. Seule solution, vivre en Antarctique. Le virus est inoffensif à des températures basses et extrêmes.
C'est la seconde partie du film. Finalement, les survivants ne se comptent que par quelques centaines. Désormais, ils doivent apprendre à vivre en communauté dans un milieu froid, désertique et hostile. Parallèlement, ils recherchent toujours un moyen de revenir à la "Terre Promise". Certains scientifiques continuent de travailler à l'élaboration d'un antidote.

Bien des années après le cataclysme, la Terre est morte... ou presque... C'est aussi à ce moment-là que le spectre de la Guerre Froide refait surface. C'est la troisième partie du film. Désormais, les rares survivants doivent faire face à une nouvelle menace: la guerre nucléaire, activée en cas d'attaque russe ou américaine. Leur base, située en Antarctique, fait hélas partie des points stratégiques et menacés par les bombes nucléaires. Deux personnes sont donc sélectionnées pour retourner à Washington et désactiver le système de défense. C'est la quatrième partie du film.
Malheureusement, nos deux héros arrivent trop tard et la bombe explose. Pour le héros principal, c'est un long périple pour la survie qui commence. C'est la cinquième et la dernière partie du film.

 

virus-02

 

Vous l'avez donc compris: Virus possède son lot de rebondissements, la plupart du temps, totalement rocambolesques. Sur la forme, Virus ressemble à un brouillon et à une sorte de fourre-tout filmique souvent incohérent. A cela, s'ajoute une histoire d'amour peu passionnante et franchement tirée par les cheveux, à l'image de cet happy-end improbable.
Pourtant, sur le fond, Virus est loin d'être inintéressant. Certes, l'Humanité est condamnée à sa perte, mais les fondements de son héritage sont basés sur la destruction, la peur, le chaos, le nucléaire et l'angoisse de la bombe. Virus est donc un film particulièrement pessimiste qui aborde de nombreuses pistes de réflexion. Personnellement, et malgré (encore une fois) ses nombreux défauts, c'est un film que j'aime bien.

08 avril 2014

"Ne vous laissez pas impressionner, continuez !"

jeu de la mort 2010

genre: émission télévisée, expérimental
année: 2010
durée: 1h35

Synopsis: Jusqu'où peut aller la télévision ? Ce programme reproduit  l'expérience scientifique de Milgram. Tout se déroule comme dans un véritable jeu télé. Un décor, une animatrice, et des candidats, qui ne sont au courant de rien. Les règles sont simples: envoyer des décharges électriques des plus en plus fortes (jusqu'à la mort) à un autre candidat.        

la critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, Le Jeu de la Mort est un documentaire de téléréalité qui a été diffusé sur la chaîne France 2 en 2010. Téléréalité ? France 2 ? Avouez que cela ne donne pas très envie de découvrir cette fausse émission télévisée qui tient davantage du genre expérimental.
Pourtant, Le Jeu de la Mort est un véritable choc et finalement un "film" coup de poing. A la base, Le Jeu de la Mort s'inspire d'une expérience de Stanley Milgram qui s'est déroulée au début des années 1960 dans un laboratoire de l’université de Yale. Cette expérience va également inspirer le cinéma, notamment avec I comme Icare d'Henri Verneuil et avec Yves Montand.

Le but de cette expérience ? Vérifier jusqu'où va la soumission à l'autorité d'un individu. Le but du Jeu de la Mort est donc exactement le même, à quelques différences près. En effet, Le Jeu de la Mort pose une autre question: jusqu'où peut aller la télévision ?
Est-ce que l'on assistera un jour ou l'autre à la mise à mort d'une personne sur nos écrans ? Là où l'expérience de Milgram se déroulait dans un laboratoire, Le Jeu de la Mort se déroule sur un plateau de télévision avec un public (qui n'est pas tenu au courant de l'expérience), des vrais candidats et une victime, en l'occurrence un acteur.

 

534056-le-jeu-de-la-mort-diffuse-en-mars-2010-637x0-1

 

Après un entretien avec le (faux) producteur de l'émission télévisée, les candidats participent au jeu. Le but est simple: à chaque mauvaise réponse de la victime, le but est de délivrer un choc électrique à cette dernière. Le voltage est indiqué par l'animatrice télé, qui fait donc figure d'autorité: "Ne vous laissez pas impressionner, continuez !". Evidemment, la victime en question (encore une fois, un acteur) ne reçoit pas de chocs électriques. Néanmoins, à chaque choc délivré, celui-ci s'exprime, crie, hurle et peut même supplier le candidat d'arrêter. Tout dépend aussi de la puissance du choc envoyé.
Les résultats de l'expérience sont effrayants.

Dans l'expérience de Milgram, 62% des individus étaient allés jusqu'au bout de l'expérience. Dans Le Jeu de la Mort, le chiffre atteint 81%. En résumé, 81% des candidats vont jusque la mise à la mort de la victime et obéissent ainsi à l'autorité. Toutefois, il est nécessaire d'apporter quelques précisions. Comme je l'ai déjà souligné, contrairement à l'expérience de Milgram, Le Jeu de la Mort ne se déroule pas dans un laboratoire mais sur un plateau télévisé.
Le candidat n'est pas tout seul. Un public est présent autour de lui et l'autorité est présente physiquement sur le plateau. Dans l'expérience de Milgram, l'autorité était une voix qui ordonnait les ordres...

 

article_1703-MED-JEUMORT

 

Tous ces facteurs ont probablement une influence sur le résultat final, donc je le rappelle, 81%. Ensuite, il est intéressant d'observer les mécanismes qui se mettent en place chez les différents candidats, ainsi que les moyens utilisés par l'autorité pour se faire entendre et respecter.
Une fois le jeu terminé, les candidats sont invités par le (faux) producteur qui leur explique le but de cette expérience grandeur nature. Parmi eux, certains n'ont visiblement pas marché. Oui, ils sont allés jusqu'au bout, mais sans pour autant marcher dans la supercherie: en résumé, la télévision ne peut pas mettre à mort un individu. Toutefois, aucun d'entre eux n'a soulevé lar supercherie durant le jeu. 

Ils ont tout de même obéi aux ordres. Ces candidats ont donc utilisé le déni comme mécanisme de défense. C'est à partir du quatrième choc (80 volts) que tous les candidats (sans exception) émettent un rire devant la situation. Là aussi, il s'agit d'un mécanisme de défense afin de diminuer une tension. Il existe donc une véritable contradiction entre ce rire et la réalité de la situation.
En gros, plus le candidat progresse dans le jeu, plus la mise à mort de la victime apparaît comme évidente. Ce qui est inacceptable pour le candidat: de ce fait, il va mettre en place un certain nombre de stratégies et de mécanismes de défense. 

 

Le-Jeu-de-la-mort-le-documentaire-electro-choc-de-France-2_w670_h372

 

A partir de 320 volts, qui est aussi le début de la zone extrême, les candidats parlent davantage et contestent de plus en plus l'autorité. Est-il nécessaire de continuer ? Ils se posent des questions sur le bien fondé et le sens de l'émission. Là aussi, il s'agit d'un mécanisme de défense. 
Dans ce cas précis, l'autorité utilise une première injonction (que j'ai déjà citée): "Ne vous laissez pas impressionner, continuez !". Dans la majorité des cas, les candidats poursuivent et acceptent de délivrer un choc électrique. Rares sont ceux qui contestent réellement l'autorité. Ce qui pose une nouvelle question: vont-ils faire preuve de désobéissance à une autorité dite "légitime" ? 

L'air de rien, la désobéissance est un processus très difficile, car l'individu doit assumer jusqu'au bout son refus. Il prend le risque d'être réprimandé voire même d'être puni par l'autorité. Ce qui provoque chez lui une grande détresse psychologique. Ces candidats utilisent alors plusieurs stratégies: la négociation, l'opposition, le désaccord ou vont tenter de raisonner l'autorité, hélas sans succès. 
Après cette expérience, les candidats ont tous fait part d'une grande solitude face à la situation. Malgré la présence du public, les candidats se retrouvent seuls face à eux-mêmes. Certes, le procédé mis en place par cette fausse émission est assez discutable. Néanmoins, ce "film" expérimental reste très intéressant. Finalement, nous sommes tous conditionnés depuis l'enfance à obéir à une autorité légitime, dans un premier temps parentale, puis ensuite étatique. 
La contester signifie prendre un risque et s'exposer à l'avertissement voire même à la punition de cette même autorité, finalement plus forte que l'individu lui-même. C'est aussi ce qu'il faut retenir de notre propre histoire et aussi des dictatures qui nous ont gouvernés. Face à la pression exercée par une autorité de plus en plus forte et légitime, les individus, dans leur grande majorité, obéissent et se soumettent. 



Fin »