Cine Borat

30 octobre 2014

La Marvelverse se diversifie (ou pas)

Quatrième et dernier volet de cette série d'articles sur la Marvel Cinematic Universe avec les oeuvres futures comme les séries.

La Phase 2 se termine et la Phase 3 se prépare...

The Avengers: Age of Ultron : Photo

The Avengers: Age of Ultron : Photo

Concept-arts représentant Quicksilver (Aaron Johnson) et Scarlet Witch (Elisabeth Olsen) pour Avengers 2.

Après Les gardiens de la galaxie de James Gunn, voici un nouveau film nettement moins ambitieux avec Avengers 2: Age of Ultron, conclusion réalisée par Joss Whedon de la Phase 2 qui se terminera donc en mai 2015. Comme le suggère le titre, Ultron sera le grand méchant du film et sera doublé par James Spader. Si dans les comics, il s'agit d'une création d'Hank Pym, soit Ant Man, étant donné qu'il ne sera présenté que lors de la Phase 3, la version cinéma fera de Tony Stark son créateur ce qui s'avère tout aussi plausible. Stark perdrait donc le contrôle de sa création et cela pourrait avoir des conséquences sur les différents Mark (les modèles d'armures d'Iron Man) ainsi que sur le système Jarvis. On peut même spéculer qu'Ultron sera une version améliorée de Jarvis. Par ailleurs, il a été annoncé que Paul Bettany, doubleur de Jarvis, deviendrait Vision robot construit par Ultron et se rebellera de son influence en devenant un membre des Avengers. Vous l'aurez bien compris, la Marvel cherche à installer certains personnages apparemment secondaires de son bestiaire, ce qui fut le cas dans la Phase 2 avec Faucon (Anthony Mackie) ou les jumeaux Lensherr (Elisabeth Olsen, Aaron Johnson) dans Captain America The Winter Soldier (2014), ces derniers dépasseront le statut de guests. 

The Avengers: Age of Ultron : Photo

Avengers 2 (affiche géante concept-art)

Concept-art et première affiche extra-large pour Avengers 2

Le Baron Struker (Thomas Kretschmann) sera également de la partie tout comme War Machine (Don Cheadle) en plus des différents Avengers, ce qui sera une première pour ce dernier n'étant jamais mentionné dans Avengers (2012). Joss Whedon se serait donc donné les moyens de ses ambitions et n'aura déjà plus le problème de rassembler les cocos. Maintenant qu'ils sont rassemblés, ils peuvent interragir et les récits peuvent être un peu plus ambitieux. Kevin Feige a par ailleurs précisé qu'"une partie du plaisir d'Avengers : Age of Ultron a été de se dire, vous avez eu une autre aventure Iron Man, une autre aventure Thor, une autre aventure Captain, mais vous n'avez pas revu le Goliath vert. Alors c'était important pour les personnages que vous n'avez pas revus -Hulk étant l'un d'eux, comme Hawkeye- car Ultron va y remédier. Ils ont des rôles très importants dans Age of Ultron."* En revanche, Samuel L Jackson est plus sceptique en ce qui concerne le personnage de Nick Fury: "Je ne fais pas grand chose, je pense. C'est un autre de ces films 'des gens qui ont des pouvoirs se battent contre des gens qui ont des pouvoirs'. Il n'y a pas grand chose que je puisse faire excepté tirer." On peut également se poser la même chose sur Black Widow (Scarlett Johansson) dans le même genre de cas.

 

La bande-annonce postée il y a quelques jours n'est pas super rassurante. Il faut bien dire qu'en dehors du choc entre Iron Man (ou Ultron contrôlant Iron Man?) et Hulk particulièrement jouissif et virulant niveau actions, on ne retient pas forcément grand chose de la bande-annonce. A part peut être que nos Avengers vont devoir faire face à une menace bien plus destructrice que les vulgaires aliens commandés par Loki dans le premier Avengers et qu'ils vont devoir se cloitrer pour mieux dégommer l'armée d'Ultron (James Spader charismatique rien que par sa voix). Peut être que les Avengers se séparont sur cet opus pour mieux anticiper Captain America 3? Réponse le 29 avril 2015. Quelques mois plus tard suivra le début de la Phase 3 avec Ant Man. Prévu depuis au moins 2011, Edgar Wright avait demandé à Marvel de le laisser faire The World's end (2013) avant pour faire honneur à son producteur , atteint d'un cancer et l'ayant toujours soutenu depuis Shaun of the dead (2004). C'est ainsi qu'Ant Man est vite devenu un des projets en amont de la Phase 3 et projet inédit comparé à ceux déjà prévus à savoir Captain America: Civil War et Thor: Ragnarok. La première bonne nouvelle était que le script soit signé de Wright lui-même et Joe Cornish tout comme James Gunn a écrit Les gardiens de la galaxie (2014).

Ant-Man : Photo

Concept-art pour Ant Man.

Ensuite, le script devrait s'amuser avec les différentes identités du super-héros (au nombre de trois dans la mythologie Marvel) avec les personnages de Scott Lang et Hank Pym. Dans les comics, Lang est un électricien volant pour subvenir aux besoins de sa fille le costume de Pym. Lang sera incarné par Paul Rudd, l'amoureux de Phoebe dans Friends et maître-étalon de l'écurie Judd Apatow et Pym par Michael Douglas. Au vue du sujet, de ses acteurs et de son réalisateur, le film devait jouer sur la comédie super-héroïque ce qui ne serait pas un mal à condition de bien aborder un personnage aussi loufoque. En sachant que Patrick Wilson (Watchmen), Michael Pena (Collision), Corey Stoll (qui sera le méchant Yellowjacket), Matt Gerald (déjà présent dans le court Longue vie au roi où l'on retrouvait le Mandarin) et Evangeline Lilly (qui jouera la fille de Douglas) sont engagés également. Malheureusement tout change fin mai 2014 et le coupable est encore une fois la Marvel. Selon le Latino Review, le studio a demandé il y a trois mois des réécritures à Wright sous le prétexte de la moralité de l'histoire (rien n'est dit mais on pense immédiatement au côté voleur du héros mais aussi à l'humour de Wright qui, tout comme celui de James Gunn, n'a rien de vraiment très gentillet) et aussi de pouvoir insérer des héros de la Marvel. Bien.

Concept-art pour Ant Man.

 

Wright et Cornish se mettent au travail tout simplement, mais de nouveau les hauts pontes du studio trouvent les retouches insuffisantes et des script-doctors ont été envoyé pour retoucher le script. Soit le grand fléau des productions Marvel. C'est une pratique qui a eu lieu sur la plupart des films de la firme, qui agace plus d'un fan de comics et surtout qui nuie aux films. On a vu ça notamment sur les deux premiers Iron Man ou les Thor. En recevant le script, Edgar Wright aurait définitivement claqué la porte pour un film qu'il tenait en main depuis 2006. Soit une éternité où la Marvel aurait pu tenir rigueur, en évitant des réécritures de dernière minute avant un tournage éminent. La situation est d'autant plus incompréhensible que Kevin Feige, producteur très influent des films de la Marvel Cinematic Universe, soutenait Wright depuis le début de l'entreprise. Le pire étant également qu'il y avait une grosse attente autour d'un film Marvel réalisé par le réalisateur de Shaun of the dead, Hot fuzz et Scott Pilgrim, bien plus que pour un film des frères Russo ou Jon Favreau. D'autant plus depuis la bande démo dont les concept-art ci-dessus en sont tirés. D'autant que le nom du réalisateur le remplaçant n'aide pas à faire passer la pillule.

Ant Man (affiche concept-art)

 

Il s'agira de Peyton Reed, réalisateur du très bof Yes man et des pitoyables La rupture et American Girls. Un autre niveau et beaucoup plus maléable que Wright, même si Feige à l'art du faux-cul de première à vanter les louanges de Reed comme quoi il aurait tant voulu faire les Fantastic Four avec lui en 2005, mais que ça ne s'est pas fait. On aurait tendance à lui dire que cela n'aurait pas été franchement mieux. Reste que le script sera remanié par Adam McKay qui n'est pas le premier tocard venu (c'est lui qui a rendu Will Ferrell célèbre avec des films comme Ron Burgundy et sa suite ou Ricky Bobby). De plus, pile poil avant sa présentation au Comic-Con, Patrick Wilson part du projet faute de temps tout comme sont mis hors circuit par les récentes réécritures Matt Gerald et Kevin Weisman, dont les personnages ont totalement disparu du script. Par ailleurs, Paul Rudd a avoué avoir réécrit le script avec McKay par la même occasion, engendrant une réécriture de plus. La sortie est confirmée pour le 5 août 2015 mais clairement l'envie est vraiment moindre.  Marvel a frappé un grand coup cette semaine en annonçant tous les projets de la Phase 3 du Marvel Cinematic Universe. En voici un petit tableau:

Marvel Cinematic Universe phase 3

En sachant qu'il manque Les gardiens de la galaxie 2 (non présenté sur ce tableau) bel et bien confirmé pour mai 2017, confirmant que Marvel va construire son univers de space-opera. La présentation s'est avérée gargantuesque car les projets alors flous se sont un peu plus dévoilés et on remarque surtout au moins trois films avec des univers et personnages inédits. Commençons dans l'ordre. Après Ant Man, Captain America prendra les rènes pour un troisième volet forcément attendu (on parle du héros qui a aligné le plus de bons films depuis le début du Marvel Cinematic Universe) d'autant plus qu'il se nomme Civil War. Pour ceux qui connaissent un peu les comics, Civil War est un grande saga combinant plusieurs super-héros voire plusieurs séries au nom de super-héros signée Mark Millar. Iron Man veut que le nom des super-héros de l'univers Marvel soit identifié pour éviter toute complication. Il a dans ses alliés Red Richards et Spider-man ce dernier reniant Stark par la suite. Mais Captain America n'est pas du même avis. Engendre une guerre dont le combat final risque d'être purement et simplement fatal. Si Marvel Studios ne peut utiliser certains personnages, l'optique d'un conflit entre Steve Rodgers et Tony Stark, deux symboles forts des Avengers risque d'être un grand moment dans la saga. On s'étonne même que ce ne soit pas un Avengers 2 ou 3. Le film sera réalisé par les frères Russo et sortira pour mai 2016.

Dessin de Civil War, inspiration du prochain film Captain America.

Viendra ensuite Docteur Strange pour novembre 2016. Le film sera réalisé par Scott Derrickson ce qui n'est pas forcément rassurant quand on connaît son CV (s'il se serait refait une santé avec Sinister, n'oublions pas qu'il est l'auteur du sinistre remake du Jour où la Terre s'arrêta). Il est désormais certain que ce sera Benedict Cumberbatch dans le rôle de Strange, choix très intéressant quand on sait les qualités d'acteur du coco. On sait également que le film ne sera pas une histoire d'origines, changeant radicalement avec la politique initiale de Marvel. En tous cas, voilà un univers sortant une nouvelle fois du film de super-héros, Strange est le maître des arts mystiques et n'ayant donc rien d'un super-héros. En soi le physique de Cumberbatch lui va comme un gant. Thor Ragnarok suivra en juillet 2017 et on ne sait rien du film. Ragnarok évoque un robot ressemblant à Thor crée par Tony Stark dans la période Civil War, mais cela peut être tout à fait autre chose au royaume d'Asgard bien évidemment. Voici venir un nouveau projet inédit avec Black Panther en novembre 2017. Un projet annoncé depuis quelques temps, voire qui revient assez souvent. Même Stan Lee en parlait dans des interviews. Voici donc un super-héros venant d'Afrique, prince du Wakanda.

Docteur Strange, un projet de plus en plus avancé.

Un homme prenant le costume de la Panthère Noire afin de préserver son royaume des ennemis potentiels et notamment surnaturels voulant mettre la main sur le vibranium, métal pouvant absorber les vibrations et presque aussi puissant que l'adamantium. L'acteur choisi pour l'incarner est trouvé et il s'agira de Chadwick Boseman qui a récemment incarné James Brown dans le biopic Get on up. Juillet 2018 marquera l'entrée du premier film du Marvel Cinematic Universe à mettre en scène directement une héroïne avec Captain Marvel. Alors certes on pourra toujours dire qu'il y a eu Black Widow, mais jusqu'à maintenant la miss n'a toujours pas eu son film attitré. Il mettra en scène Carol Danvers, officier de l'armée de l'air (filliation avec Rhodes aka War Machine?) ayant fusionné avec un alien Kree, lui permettant de voler et d'avoir une grande force. Une manière pour Marvel de répondre à l'annonce d'un film sur Wonder Woman chez DC Comics/Warner. En novembre 2018 sera attendu Inhumans, film déjà annoncé plus d'une fois par Vin Diesel, voix officielle de Groot dans Les Gardiens de la galaxie. Les Krees toujours ont crée les Inhumains, ces êtres mutants laissés pour compte.

Permalien de l'image intégrée

Un premier concept-art pour Black Panther.

Captain Marvel, première super-héroïne du Marvel Cinematic Universe et elle ne fait pas les choses à moitié.

Un d'entre eux, Randac, s'est inséré dans une brume spéciale lui donnant ensuite des dons mentaux. Ce qui créa des frictions entre les humains non-mutés et les mutants suitent à la brume. Une fois la paix arrivée, les Inhumains sont menés par Fléche noire un homme victime de sa voix destructrice. Un univers donc entre science-fiction et fantasy pour le moins particulier. Enfin il y aura le gros mastodonte Avengers: Infinity War toujours réalisé par Josh Whedon et devant mettre en scène nos héros face à Thanos. Mais ce sera en deux parties... une en mai 2018 une en mai 2019... vous vous foutrez pas un peu de nous à Marvel? Surtout que ce n'est pas comme si vous aviez d'immenses scénarios... Enfin bref wait and see...

Inhumans, un projet pour le moins mystérieux et particulier.

La Marvel s'attaque aux séries

Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. : Photo

Suite au succès d'Avengers (2012), la Marvel a cherché à se partager un peu plus sur différents médias et principalement la télévision. La première étape fut Agents of Shield diffusée depuis septembre dernier sur ABC. Il s'agit de la première série Marvel depuis L'incroyable Hulk, mais l'époque n'est plus la même. Le câble est passé par là, les audiences sont moins spectaculaires qu'autrefois sur les networks et surtout on peine à comprendre pourquoi la Marvel a privilégié l'antenne de Disney (ABC en fait partie) qui est une network au câble où elle aurait eu plus de libertés. Proximité indéniablement mais rappelons que Joss Whedon, également aux commandes de cette série, s'était plus d'une fois fait avoir pour les networks que ce soit avec la Fox pour Dollhouse (diffusée à la sauvette durant deux saisons) et Firefly (diffusée n'importe comment et n'importe quand) ou la WB avec Buffy contre les vampires (qui avait fini sur le câble avec UPN) et Angel (supprimée à cause d'un manque cruel de communication). Ensuite, il est ironique de voir que DC Comics s'en sort bien mieux sur ce point que ce soit avec Smallville qui quoi qu'on pense a tout de même durer deux saison ou la série Arrow qui s'est imposé assez rapidement avec de multiples bonnes critiques. Ce qui n'est pas le cas d'Agents of Shield depuis ses débuts. 

Photo Clark Gregg, Jaimie Alexander

Pas aidé par un manque cruel de personnages connus (Clark Gregg ressuscite en agent Coulson), la série n''a cessé d'essayer de mettre en scène des caméos histoire de trouver le public de la Marvel Cinematic Universe. Sauf qu'en général, cela ne concerne jamais les Avengers et ce sont toujours des seconds-rôles. Nick Fury a beau être apparu dès le second épisode, ce n'était qu'un guest de passage. Idem pour Cobie Smulders déjà bien occupé par le tournage de Captain America The Winter Soldier (2014) et surtout le final d'How I met your mother. Quant à Jaime Alexander, on peut vraiment parler de fond de tiroir car le personnage de Thor est vraiment un très lointain second-rôle. Pas de quoi s'enflammer donc. Pareil pour l'apparition de Bill Paxton et Amy Acker (collaboratrice de longue date de Joss Whedon), la révélation au sujet du personnage de J August Richards (idem) qui serait le cyborg Deathlok ou l'engagement récent d'Adrian Pasdar dans le rôle du major Glenn Talbot, ennemi notable de Bruce Banner. Mais le pire vient surtout des audiences de la série qui sont réellement décevantes pour une série de ce type et ne parvient pas réellement à être stable. En deux semaines, la série est ainsi passée de 11,9 millions de téléspectateurs à 8,4. 

Photo Clark Gregg, Cobie Smulders

La semaine suivante c'était 7,79 et la série est restée dans les 7 millions durant plusieurs semaines avant de se relancer à 9,3 pour ensuite faire un vrai bide à 5,93 (les fêtes de noël surement) pour remonter à 6,62 et repartir en dessous des 6 millions et le dernier score est encore pire avec 4,91 millions de téléspectateurs. Des chiffres qui sont pour le moins catastrophiques et qui aurait dû amener à une annulation évidente, d'autant que la série est particulièrement chère. Pourtant ABC a reconduit la série pour une seconde saison, mais dans quel intérêt vu qu'elle n'est pas suivi du tout? Des séries plus ambitieuses ont été suprimé avec des audiences plus élevées. Pendant plusieurs années, Guillermo Del Toro a essayé de mettre en place une série servant de véhicule à Hulk, mais le projet Avengers a plus ou moins tout fait capoté. D'autant que le réalisateur de Pacific rim voulait surtout rendre hommage à la série de Bill Bixby. D'ailleurs à la question de savoir si le projet était annulé, Kevin Feige était plutôt évasif: "Non, pas du tout, nous tentons toujours de mener le projet à terme (...). Mais rien n'est totalement sûr pour l'instant, et aucune date de tournage n'est encore prévue..." 4 Par contre, la Marvel mise beaucoup sur les Defenders, groupe de super-héros qui comprendra Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage et Iron Fist. Pour le premier, cela faisait un moment que la Marvel comptait reprendre les droits à la Fox, incapable de faire un reboot et ce malgré les atouts Joe Carnahan ou David Slade.

Daredevil (affiche)

 

Daredevil (photo)

Premiers visuels pour la série Daredevil.

Il y aura donc quatre séries avant une autre réunissant les quatre héros. Pour Daredevil, ce n'est clairement pas un mal de le revoir que ce soit au cinéma ou en série même si j'ai bien du mal à le voir en héros sur le long terme. Massacré dans le film de Mark Steven Johnson avec un Ben Affleck tout bouffi dans son costume, le héros aveugle a bien besoin de se revenir en forme. Il sera incarné par Charlie Cox, vue dans la série Boardwalk Empire et le film Stardust. A cela rajoutez Rosario Dawson, Elden Henson pour l'accolyte Foggy, Deborah Ann Woll et Vincent D'Onofrio dans le rôle phare de Wilson Fisk dit le Caïd. La série est d'ores et déjà prévue pour mai 2015 et les premiers visuels sont ci-dessus. Jessica Jones est une détective privée ancienne super-héroïne issue du comic-book de Brian Michael Bendis Alias (rien à voir avec la série de JJ Abrams qui a ironiquement commencé sur la même période!) et elle tomba enceinte de Luke Cage qui est génétiquement modifié. Pendant plusieurs années, ce héros a été convoité par la Marvel et le plus vieux projet remonte à celui de John Singleton avec Tyrese Gibson. On ne s'étonnerait pas que les deux séries les mettant en scène s'entrecroisent histoire de donner lieu à une romance. Iron Fist fut convoité pendant longtemps aussi pour le cinéma avec un projet avec Ray Park (Dark Maul dans La menace fantôme et le Crapaud dans X Men) et s'impose comme un adepte des arts-martiaux au coup de poing spécial. 

Jessica Jones et Luke Cage se font attendre en séries...

Pour l'instant ce ne sont que des projets (en dehors de Daredevil seul projet réellement en marche) mais ils seront mis en place par Netflix pour 2015, cette chaîne de partage sur le net qui vous permet de voir toute une saison en une seule fois. Pour vous faire une idée, c'est là que David Fincher a mis en place la série House of cards avec Kevin Spacey. Donc déjà un peu plus de libertés graphiques que sur une network. Plus sûr, la mini-série autour de l'agent Carter (Hailee Atwell) serait prévu pour être diffusé en janvier prochain. Wait and see...

 


 

Article original publié le 14 avril 2014.


** http://www.ecranlarge.com/article-details-27954.php

*** http://www.ecranlarge.com/article-details-27916.php

4 Propos recueillis dans Pop corn numéro 5 (avril-mai 2014).

Autres sources: http://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=11400.html


28 octobre 2014

La jeune fille en fleur, le bellâtre et l'excité

Sam va fêter son seizième anniversaire mais tout le monde semble l'avoir oublier dans sa famille. Le début d'une longue journée...

J'ai souvent évoqué le nom de John Hughes dans ces colonnes. Scénariste et réalisateur de teen-movies dans les 80's avant de produire et scénariser une flopée de bouses (dont les Beethoven et Flubber), Hughes est devenu une sorte d'icône dans la pop-culture mais il reste encore peu connu en France. Sa mort en 2009 a néanmoins suscité un regain d'intérêt pour son oeuvre (on parle bien sûr de ses réalisations), au point que sa première réalisation Seize bougies pour Sam a fini par sortir en BR en France. A cette époque, Hughes a scénarisé quelques films notamment un des premiers films d'Harold Ramis (National Lampoon's Vacation) ainsi qu'un film de pirates avec Tommy Lee Jones (Les naufragés de l'île perdue). Avec Sixteen Candles, Hughes signe son premier projet en solo et trouve dès ce film deux de ses acteurs fétiches: Molly Ringwald interprète-titre (tout du moins dans le titre français) et Anthony Michael Hall, futur méchant d'Edward aux mains d'argent. Premier succès pour Hughes et le début d'un long règne dans le genre du teen-movie. Un peu comme il le fera dans Maman j'ai raté l'avion (il est scénariste et producteur dessus), le début de Seize bougies pour Sam ressemble à un véritable ramdam familial. 

Seize bougies pour Sam (photo)

ça grouille dans la baraque, ça gueule, la grande soeur prend la salle de bains pour elle toute seule, on apprend que son mariage est au centre de tout voire beaucoup trop ("Elle a ses règles, son mari va surement pas se marrer, dit le petit frère. -Où t'as appris cela? , dit le père. -A l'école! -Ah bon. C'est mieux que de mon temps!")... puis une fois que tout se relache, on découvre Sam. L'ambiance est différente comme en contradiction avec l'excitation ambiante derrière la porte. Via un travelling, Hughes nous présente la chambre d'une jeune fille des années 80 qui plus est au téléphone et en train de choisir sa robe du jour. Molly Ringwald irradie le plan dès son introduction et on comprend pourquoi Hughes a voulu jouer sur l'attente avant de la dévoiler. En peu de temps, Hughes présente son personnage et son entourage et nous donne deux informations: Sam a seize ans et sa soeur va se marier le lendemain. Puis on débarque au lycée. Le beau-gosse d'un côté qui fait office de fantasme pour Sam (Michael Schoeffling), de l'autre le geek (d'ailleurs Hughes n'a pas été cherché loin puisque le personnage s'appelle ainsi dans le générique, tout du moins en surnom direct) qui cherche à tout prix à se la faire accompagner de sa bande de potes (dont un certain John Cusack dont la soeur Joan arbore un magnifique appareil dentaire foireux).

A cela rajoutez que c'est le bal de promo et vous aurez une merveilleuse soirée rocambolesque et fun à souer. L'unité de lieu: un jour et demi. Alors Hughes sait qu'il doit faire durer le plaisir à partir de la soirée. Le passage au lycée devait être une introduction, la soirée sera le point d'orgue. Comme la journée de sèche de Ferris Bueller, comme le baraquement contre les voleurs de Kevin dans Maman, j'ai raté l'avion, comme les heures de colle seul des élèves de Breakfast Club. C'est là où Hughes se permet toutes les excentricités, changeant même de lieu pour faire de la ville un vrai terrain de jeu et les répliques ne tardent pas à fuser avec une subtilité parfois jouissive au possible. Le personnage de l'asiatique (incarné par Gedde Watanabe) traînant chez Sam est une vraie machine à gag à lui tout seul. Un gimmick comique qui alcoolisé vous sort des perles comme jamais: "Personne ne m'a attrapé! -Toi rusée!", "Mes mains ne seront plus jamais vides" (amis poètes!) et enfin la meilleure "Ces américaines quelles chiennes! Leur ding dong a faim" (les amateurs de Touch my tralala comprendront)! En sachant qu'il n'hésite pas à sauter sur les gens avec un subtil "Banzaï!". Comme souvent c'est la description bien définie de John Hughes qui fait la différence. Sam est une jeune fille qui cherche le grand amour et voit d'un mauvais oeil le mariage de sa soeur. Chose dont elle aura finalement raison.

Le geek est décrit comme un dragueur invétéré cherchant à chaque fois à tirer sa crampe ("La barbe!, dit Sam -C'est sûr, je viens de me raser!"), par tous les moyens. Finalement cela arrivera probablement avec la personne la plus improbable possible et cela pour un grand moment d'hilarité ("Ce passage, c'est pas pour vous!" grand moment de face caméra entre Anthony Michael Hall et le spectateur, préludant les appartés de Ferris Bueller). Le bellâtre n'est finalement qu'un garçon friqué comme on en connaît tous et bel et bien blasé de son statut. Sa popularité ne vient que par sa richesse, y compris la reine de promo qui lui tourne autour (la géniale Haviland Morris que l'on retrouve quelques années après en rousse volcanique dans Gremlins 2!) qui finalement n'est pas si stupide que ça. C'est d'ailleurs grâce aux deux garçons que l'on a droit une nouvelle fois à un dialogue d'anthologie: "Pour ce qui est des fesses, je ne suis pas en manque, dit le bellâtre. J'ai déjà Caroline qui pionce dans la chambre à côté. Je pourrais la violer dix fois sans qu'elle se réveille! -Qu'est-ce que t'attends?!" Enfin le mariage est également l'occasion d'un pur moment de déconnade sous tranxen auquel je laisserais le mot de la fin: "Nom de dieu!, dit le père. -Elle s'est trouvée mal!, dit la mère. -Mais fout lui des claques qu'elle se réveille! -Veux-tu te calmer?! Tu veux tout de même pas que tout le monde sache qu'elle a ses règles! -Oh!, dit le public dans l'église. -Les mauvaises langues qui disent qu'elle est enceinte, ça va leur clouer le bec!, dit le marié."

Un teen movie jubilatoire, très bien écrit et aux personnages terriblement attachants.

27 octobre 2014

Come-back turtles!

La journaliste April O'Neill découvre des tortues mutantes combattant un gang menaçant New York...

TMNT (affiche) (5)

Les Tortues Ninja, Michael Bay, Jonathan Liebesman. Voilà un a-priori au combien négatif avant la séance. Les animaux les plus funs du cinéma d'action et de la BD; le pire bourrin d'Hollywood; et l'un des pires tâcherons d'Hollywood. Autant dire que le retour tant attendu des TMNT sentait le come-back raté. Si on n'atteint pas ce niveau (et heureusement), il faut bien dire que le retour des Tortues Ninja n'est pas forcément très positif. Pour ceux qui ne le sauraient toujours pas, les Tortues Ninja ou plutôt TMNT (Teenage Mutant Ninja Turtles) est un comic-book autoprorduit par Kevin Eastman et Peter Laird. Puis il y a eu la série d'animation, puis les trois films live, une nouvelle série mais en live, une autre série animée, un nouveau film en images de synthèse, une nouvelle série animée et maintenant un reboot live. Autant dire un beau bordel, mais la plupart des fans des tortues se souviennent majoritairement du premier film ou des deux premières séries animées. A la rigueur, certains citeront les deuxième et quatrième films en joker. Le premier pour ses méchants encore issus des fabriques du regretté Jim Henson et le grand moment nanar avec Vanilla Ice, le second pour son retour aux sources sombre et bien réalisé.

Ninja Turtles : Photo

 

En sachant que les auteurs ont toujours été impliqué dans les travaux, parfois pas pour le meilleur et c'est le cas ici. Alors oui je m'attendais à bien pire et je n'ai pas passé un mauvais moment. Donc on peut dire que TMNT se regarde comme un divertissement sympa. On est d'abord content de retrouver nos tortues sympathiques et toujours aussi enjoués dans l'action (même si ici elles sont réalisées en performance capture même si on devine à 20km que certaines séquences sont réalisées directement en CGI). Ensuite le fim se suit sans trop de déplaisir. Les problèmes viennent dans un premier temps de la technique. Il est incroyable de voir un film avec autant de moyens filmé... de traviole! Si vous voulez les plans sont quasiment tout le temps tournés penchés, donc l'image est sans cesse penché de manière désagréable. C'est vrai qu'il est difficile de prendre sa caméra et de tourner... droit! C'est en soi très logique mais vraisemblablement il ne faut pas en demander trop à Jonathan Liebesman. Ce qui donne un film où le spectateur doit parfois pencher sa tête pour voir le plan correctement. Le coup du lapin parfait. A cela rajoutez des lance-flares, ces fameux faiseaux lumineux qui vous piquez la rétine dans les Star Trek de JJ Abrams. Vous croyez que le coco n'a pas reçu assez de critiques dans la tronche pour en rajouter encore plus, et si possible dans des endroits aussi sombres que les égoûts?

Ninja Turtles : Photo Megan Fox

Sans compter la 3D qui ne sert comme souvent à rien à part à sortir quelques éléments vers le spectateur. Du pur gadget comme très souvent. On peut aussi relever quelques problèmes techniques au niveau du doublage. Alors à moins d'être trop sensible, il semblerait que la Miss Fox n'a pas la même voix au début, variant avec sa voix habituelle (Caroline Anglade) qu'elle a depuis les Transformers et une autre bien plus gamine et donc moins suave. Au niveau du scénario, le film a beau être divertissant et garde le côté foufou et déjanté des Tortues (tout comme pour Splinter qui se fade d'une belle séance de torture à la pizza), il n'en reste pas moins qu'il reprend des éléments venant directement des deux premiers films. Que ce soit la présence évidente de Schredder (passage en soi obligé, vu que c'est l'ennemi phare mais bon on peut voir autre chose en plus vingt-cinq ans), les origines révélées des Tortues et de Splinter (déjà montrées dans le deuxième film) et même le rap est de retour le temps d'une musique d'ascensseur! Un peu de nouveauté n'aurait pas fait de mal, comme l'apparition éventuelle de Bebop le phacochère, Rocksteady le rhinocéros et Krang le cerveau chewing-gum dans le corps d'un colosse dont des concept-arts pour ce film ont filtré. En espérant qu'une suite les mettra en scène, ces personnages restant inexploités au cinéma. 

Ninja Turtles : Photo

On regrette aussi l'absence de Casey Jones, le fameux hockeyeur amigo des Tortues. Un personnage fun qui manque cruellement en second-rôle surtout en comparaison du personnage de Will Arnett qui ne sert pas à grand chose, à part sortir quelques vannes foireuses. Et puis évidemment l'influence de Michael est bel et bien là, Liesbesman restant un tâcheron doublé d'un yes man sans âme (La colère des titans allait chercher des idées visuelles chez son prédescesseur, ce qui relève de l'ironie totale; quand Battle Los Angeles citait ouvertement Independence Day dans le fond comme le found footage dans la forme). Donc il prend en compte ce que le mentor fait. Alors on a droit aux plans gratuits raccords au cul et aux seins de Megan Fox. Le plus savoureux étant ce plan où Will Arnett annonce qu'il va y avoir une couille en pleine montagne et s'arrête net quand il la voit le cul bien en avant et lui dit "Non c'est cool, vas-y continue! Change rien!" tout en regardant bien fixement. Pareil pour faire passer pour une pure potiche le personnage d'April O'Neil, la faisant passer pour une imbécile sans cervelle plus d'une fois, pas aidé par l'expression monolithique de la miss. Dommage de faire passer ce personnage aussi attachant pour une cruche de première (désolé pour les mots crus, mais faut appeler un chat un chat).

Ninja Turtles : Photo

Sans compter que Michelangelo drague la miss souvent de manière vulgaire tout comme Arnett. Pourtant le personnage avait un intérêt un peu plus évolué que "la journaliste en détresse", puisque son père et le personnage de William Fichtner sont au centre de l'évolution des Tortues et Splinter. Un ajout intéressant qui aurait pu prendre de l'ampleur si Liebesman avait pris le temps d'installer correctement cette sous-intrigue sans forcément la tourner en ridicule (la séquence où elle montre les vidéos à Whoopi Goldberg grand moment de solitude). En soi le flashback de Splinter est bien plus intéressant sur le même sujet. Ensuite certains dialogues sont trop gamins voire nanars. Il n'y a qu'à prendre William Fichtner (qui ne sert à rien) et son ""vous êtes tellement mignons je vous ferrait des papouilles" pour s'en rendre compte. Enfin on terminera sur les placements de produits. Alors on sait que l'ami Michael est du genre à avoir de bons coups chez les publicitaires, lui-même en réalisant depuis les 80's (il n'y a qu'à voir la deuxième partie du Cinemasins consacré à Transformers 4). Cela ne permet pas pour autant de voir au moins cinq plans sur Toshiba, faire la promotion de Pizza hut volontairement et de faire un gag avec Victoria's secret (surtout pour un film familial!). Enfin bon...

Ninja Turtles : Photo

Un reboot sympathique avec quelques thématiques intéressantes mais avec de multiples carences. 

26 octobre 2014

Sommaire de T à chiffres

T

Le tableau


Tais-Toi !
Taken,  
Take Shelter
Tamara

Le Tambour
Tango et Cash
Taram et le chaudron magique
Tarantula !
Tarzan

Tarzan Korkusuz Adam
Tatie Danielle
Le Tatoué
Taxi, Taxi 2, Taxi 3, Taxi 4, New York Taxi

Taxidermie
Taxi Driver
TC 2000

Tchao Pantin
Team America

Ted
Tell Tale

Témoin Muet
T'Empêches Tout le Monde de Dormir !
Les temps modernes

Tendre Dracula
Le Terminal
Terminator, Terminator 2:Le jugement dernier, Terminator 3:Le soulèvement des machines, Terminator Renaissance
Terminator 2 Spectres A Venise
Terror Trap

Le Testament d'Orphée
Tetsuo The Iron Man Tetsuo The Bullet Man
Thank you for smoking
The Thaw

There Will Be Blood
The ThingThe Thing (2011)
Thirteen
This is it
Thor, Thor The Dark World
Thriller-A Cruel Picture
Tigerland
Le Tigre Sort Ses Griffes

Tin Toy
Titan AE
Titanic
Titanic 2
Titeuf le film
Toi et Moi... Et Duprée
Tokyo Godfathers
Tokyo Girl Cop
La Tombe
Le tombeau des lucioles
Le Tombeur de ces Demoiselles
Tombstone
Tom et Jerry Les Meilleures Courses Poursuites

Tonnerre de Feu
Tonnerre sous les tropiques
Les Tontons Flingueurs
Toolbox Murders
Tootsie
Top Gun
Les tortues ninjaLes tortues ninja 2Les tortues ninja 3TMNT,  
Torture
The Tortured
The Torturer
Total Recall,  Total Recall(2012)
Touchez pas au Grisbi
La tour infernale
Tout ce qui brille

Tout le monde il est beau Tout le monde est gentil
The town
The Toxic Avenger
Toy Story, Toy Story 2, Toy Story 3

Traffic
Train


Training day
Trainspotting
Traitement de Choc
Trance


Transformers, Transformers 2 la revanche, Transformers 3 la face cachée de la Lune
Le transperceneige (film)
Le transporteur, Le transporteur 2, Le transporteur 3
La Traque des Nazis
La Traversée de Paris

La traversée du temps
The Tree of Life
Tremors 2
Le trésor de la lampe perdue
Triangle
Le Triangle du Diable

Troie
Troll 2

The Troll Hunter
Tron Legacy
True Grit
True Lies
The Truman Show
Tucker


Les Tueurs de L'Espace
Tueurs nes
The Tunnel
Tu Peux Garder Un Secret

Turbo
Turistas
Turkish Bruce Lee
Turkish Jaws
Turkish Rambo
Turkish Rocky
Turkish Star Trek
Turkish Star Wars, Turkish Star Wars 2
Turkish Superman
Twilight chapitre 1 fascination
, Twilight chapitre 2 tentation, Twilight chapitre 3 Hésitation
Twin Peaks Fire walk with me

U

Ultra Vixens
Un Air de Famille
Un amour de coccinelleLe nouvel amour de coccinelle, La coccinelle à Monte Carlo, La Coccinelle Revient
Un Chien Andalou
Undead Or Alive
Un Drôle de Paroissien

Une Balle dans la Tête
Une Epoque Formidable
Une Femme Disparaît
Une histoire vraie
Une Vie Moins Ordinaire
Un fauteuil pour deux

Un Flic
Un Flic A La Maternelle
Un Homme et son Chien
Un Indien Dans La Ville
Universal Soldier


Un jour sans fin
Un Justicier Dans La Ville 2Le Justicier de New York Le Justicier Braque les Dealers
Un long dimanche de fiançailles
Un monde parfait

Un monstre à Paris
Un Nommé Cable Hogue

Un Papillon Sur L'Epaule
Un poisson nommé Wanda

Un Prince A New York
Un prophète
Un Seul Deviendra Invincible 2, Un Seul Deviendra Invincible 3
Un Taxi Pour Tobrouk

The Untold Story
Un Tramway Nommé Désir
The Underdog Knight


L'Univers et ses MystèresA la recherche d'amas cosmiques, L'Etoile de la Mort, Guerres SpatialesPulsars et QuasarsDix moyens de détruire la Terre, Tombés de L'Espace, Une Autre Terre, Stopper L'Armageddon, Sexe Dans L'Espace, Au Bord de l'espace, Phénomènes Cosmiques, Visages Extraterrestres, La Vitesse de la Lumière, La Fin de la Terre, Saturne et ses Anneaux, A la recherche de la vie extra-terrestre, Le Soleil L'Etoile Mystérieuse, Eclipse Totale, Sept Merveilles du Système SolaireEnergie ExtrêmeTempête MagnétiqueUnivers LiquideVivre dans l'espaceLe Jour Où La Lune MourutMars Nouveaux Indices, Science Fiction Fait Scientifique, Matière Noire et Energie Sombre, Le secret des sondes spatiales, Voyage dans le Temps      

Unstoppable
Unthinkable
Urban Legend
Urotsukidoji La Légende du Démon,  ,  

V

V pour vendetta
Vacances à Hawaï
La Vache et le Prisonnier
Vahsi Kan
Valentine's day

Valhalla Rising Le Guerrier Silencieux
La Vallée
La Vallée de Gwagi
Valse avec Bachir
La Valse des Pantins

Les valseuses
Vampires
Vampires (2010)
Vampire vous avez dit vampire?, Vampire vous avez dit vampire 2, Fright night
Van Helsing
Le Veilleur de Nuit
Vendredi 13, Vendredi 13 chapitre 8 L'Ultime Retour, Jason Va En Enfer,  Jason X
La Vengeance de l'Aigle


La verite si je mens, La verite si je mens 2, La vérité si je mens 3
Versus L'Ultime Guerrier
Very Bad TripVery Bad Trip 2


The Victim
Vidocq


La vie de Brian
La Vie des Autres
La Vie Est Belle (1948)La Vie Est Belle
La vie est un long fleuve tranquille

Vie et Légende d'Anne Frank
Viens Chez Moi J'Habite Chez Une Copine
La Vierge de Nuremberg
La Vie Secrète de Jeffrey Dahmer
Le Vieux Fusil

Vijayendra Varma-Power of an Indian
Le Village des Ombres
Vincent
The Vindicator

Violette Nozière
Vipère Au PoingVipère Au Poing (2004)
Virgin Suicides
Les Virtuoses
Virus Cannibale


Les Visiteurs
Visitor Q
Vol 93
Vol au dessus d'un nid de coucou
Volcano

Le Voleur d'Arc En Ciel
Volt
Volteface
Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine
Voyage Au Bout de L'Enfer

Voyage au centre de la Terre
Le voyage de Chihiro
Le Voyage Fantastique
Les Voyages de Gulliver (1939)
Le Voyeur

W

Waking Sleeping Beauty
The Wall (album et film)
Wallace et Gromit Une grande excursion, Wallace et Gromit Un Mauvais Pantalon, Wallace et Gromit Rasé de près, Wallace et Gromit Le mystère du lapin-garou
Wall-e
Wall Street, Wall Street 2: L'argent ne dort jamais

Wanted choisis ton destin
The Ward
WarGames
Warrior
Wasabi
Watchmen

Waterworld
Wayne's World, Wayne's World 2
Welcome to the Jungle
Wendigo
When we were kings
Where The Dead Go To Die 

The White Zombie


Wilderness
Wild Wild West
Willow
W. L'Improbable Président
Wolf Creek
Wolfman
World Trade Center
World War Z
The Wrestler
Wyvern

X

X Men, X Men 2, X Men 3 l'affrontement final, X Men Origins Wolverine, X Men First Class The Wolverine,  
XXXXXX 2 The Next Level

Y

Yamakasi
Y A-T-Il Un Exorciste Pour Sauver Le Monde 
Y a t-il un pilote dans l'avion
Les Yeux de Julia
Les Yeux du Désir
You're next

Z

Z
Zero Dark Thirty
Zidane Un Portrait Du XXIème Siècle
La Zizanie
Zodiac
Zombi 3
Zombie Diaries 2


Zombie Holocaust
Zombie Honeymoon
Zombie Lover
Zombies Anonymous
Zombies Of Mass Destruction
Zookeeper


Zontar La Chose de Vénus

Chiffres

Deux heures moins le quart avant JC
Les Deux Visages de Christie
Two Lovers
3 Enfants Dans Le Désordre
3H10 Pour Yuma


Trois Jours A Vivre 2
3 Mighty Men
3 Zéros
Les 4 FantastiquesLes 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent

Quatre Garçons dans le Vent
Quatre mariages et un enterrement
La quatrième dimension le film
Five Across The Eyes
Le cinquième élément


La 7ème Cible
Les 7 Grands Maîtres de Shaolin
Les 7 Momies
Les sept samouraisLes sept mercenaires
7venty 5ive
8 mm
Le Huitième Jour

Neuf mois ferme
Les 10 Commandements
Les 12 Salopards

Twelve years a slave
Le 13eme guerrier
21 Jump Street 
La 25ème heure
28 jours plus tard, 28 semaines plus tard
30 Jours de Nuit 2
La 36ème Chambre de Shaolin
36 Quai des Orfèvres
40 ans toujours puceau
99 F
100 Feet

100 Tears
Les 101 dalmatiens
127 heures
187 Code Meurtre

300,  
Les Quatre Cents Coups

1001 pattes
1941
1984 (Anderson), 1984 (Radford)
2001 L'Odyssée de L'Espace

2001 Maniacs 2001 Maniacs Field Of Screams
2012
2012 Supernova
2019 Après la Chute de New-York
10000

Posté par borat8 à 20:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire de P à S

P

Le Pacha
Pacific rim
Le pacte des loups
Le Pacte du Sang
Pain and gain
Pale Rider

Panic Room
Panic Sur Florida Beach
La Panthère Rose, Quand l'inspecteur s'emmêle, Le retour de la Panthère Rose, Quand la Panthère Rose s'emmêle, La malédiction de la Panthère Rose, A la recherche de la Panthère Rose
Paperman
Papillon
Paprika
Papy Fait de la Résistance
Paranoiak
Paranormal ActivityParanormal Activity 3

ParaNorman
Pardonnez-Moi
Le Parfum Histoire D'Un Meurtrier
Le Pari
Paris
Paris by Night of the Living Dead

Paris Je T'Aime
Le ParrainLe Parrain-2ème partie, Le Parrain 3
Partly Cloudy
The Party
Partysaurus Rex
Pas de printemps pour Marnie
La Passion de Jeanne d'Arc
La Passion du Christ
Patrick


Paul
Payback
Paycheck
Pearl Harbor
Pearl Jam Twenty
Peggy Sue s'est mariée
Pendez-Les Haut Et Court


People
Les Pépées font la loi
Percy Jackson le voleur de foudre

Perdus dans l'Espace
Le Père Noël Contre Les Martiens
Perfect blue
Le Péril Jeune
Persepolis

Persona
Peter et Elliott le dragon
Peter Pan
La Petite Boutique des Horreurs
La petite sirene
Petit Massacre Entre Amis
Les petits mouchoirs
Le Petit Vampire
Le petit dinosaure et la vallée des merveilles
Le Peuple de l'Enfer
Peur Bleue

Peur sur la Ville
Phantom Of The Paradise
Phantoms
Le Phare du Bout du Monde
Phenomena
Philadelphia
Philosophy of a Knife
Phone game
Pi
Piège à Hong Kong
Piege de cristal, 58 minutes pour vivre, Une journee en enfer, Die Hard 4 retour en enferDie Hard 5 

Piège Mortel à Hawaï, Return to the Savage Beach
Pinocchio
Le Pion
Piranha 2 Les Tueurs Volants, Piranha 3D
Les Pirates bons à rien mauvais en tout
Pirates des CaraÏbes: La malédiction du Black Pearl, Le secret du coffre maudit, Jusqu'au bout du monde, La fontaine de Jouvence
La Piscine
Pitch Black, Les chroniques de Riddick Riddick Dead Man Stalking
The Place beyond the pines
La plage


Plan 9 From Outer Space
La planete au tresor
La planète des singes (1968), Le secret de la Planète des singes, Les évadés de la Planète des singes, La Conquête de la Planète des Singes, La planète des singes(2001), La Planète des Singes Les Origines
La Planète Fantôme
Planète Interdite
Platoon


Le plus beau métier du monde
Pocahontas
Point Break
Pokémon le film
Le Pôle express
Police Academy

Police Fédérale Los Angeles
Polisse
Poltergeist
Pompoko

Le Pont (2008)
Le Pont de la Rivière Kwaï
Pontypool
Ponyo sur la falaise
Porcherie
Porco Rosso
Braddock Portés Disparus 3

Poséidon
Possession
Postal
Postman
The Poughkeepsie Tapes

Pouic-Pouic
Pour 100 Briques T'As Plus Rien !
Pour Qui Sonne Le Glas
Pour une poignee de dollars, Et pour quelques dollars de plus, Le bon la brute et le truand


Predator, Predator 2, Predators
Predictions
Prends Ta Rolls... Et Va Pointer !


Presque celebre
Le prestige

Presto
Présumé Coupable
Prête-Moi Ta Main
Pretty Woman
Primal
Primale
Le prince d'Egypte
Prince des Ténèbres

Prince of Persia les sables du temps
La princesse et la grenouille
Princesse Mononoké
Priscilla folle du désert
Prison (1988)
Prisoners
Prisonniers du temps

Le professeur FoldingueLa famille Foldingue
Le professionnel
P.R.O.F.S
Le Projet Blair Witch
Projet X
Les promesses de l'ombre

Promotion canapé
Le Proviseur
Psychose
Public Enemies
Le Pull-Over Rouge
Pulp Fiction
The Punisher (1989), The PunisherPunisher War Zone

Purana Mandir
Purple Rain
Push
Pusher, Pusher 2Pusher 3
Python

Q

Le Quai des Brumes
Quand l'Embryon Part Braconner
Quand les aigles attaquent
Quand les Dinosaures Dominaient le Monde
Quand les nazis filmaient les ghettos
Queen Kong
Que la Bête Meure
Qui veut la peau de Roger Rabbit?
Quizz Show

R

The Rage
La Rage du Tigre
Raging Bull
The Raid,  
Rain Man
Les Raisins de la Colère

Les Râleurs Font Leur Beurre
Rambo, Rambo II La mission, Rambo III, John Rambo
Rampage
Rango
Rashomon
Raspoutine Le Moine Fou
Ratatouille

Ratman
Razorback
Real Steel
Re-Animator
Rebecca
Rec, Rec 2
Red Red 2
Redline


Red's dream
Red Water
The Reef
Regain
La Règle du Jeu
La reine des neiges
La releve


Rencontres du Troisième Type
Renaissance
Le Repaire du Ver Blanc
Reportages de Guerre Diviser Pour Régner

Reptilicus
Les Reptiliens
Requiem for a dream
Requiem pour un massacre

Les Rescapés de Sobibor
Rescue Dawn
Resident Evil, Resident Evil Apocalypse, Resident Evil ExtinctionResident Evil Afterlife
Resurrection County

Retour à la fac
Le Retour des Morts-Vivants
Retour vers le futur, Retour vers le futur 2, Retour vers le futur 3
Retroactive

La Revanche de la Créature
La Revanche de Pinocchio
La Revanche des Mortes Vivantes
La Révolte des Triffides
Les Révoltés de l'An 2000

Ricky Bobby roi des circuits
Le rideau dechire
Les Ripoux
Risky Business
Le Rite
Les rivieres pourpres, Les rivières pourpres 2
road trip
Robin des Bois
Robin des Bois prince des voleurs
Robin Hood
Robocop, Robocop 2, Robocop 3


Le Robot des Glaces, L'histoire de Trunks
Robot Jox
Robot Monster
Robots 2000 Odyssée Sous-Marine
Robo Vampire
Robowar
Rock (1996)
Rock academy
Rock Aliens

Rock of ages
Rocky,  Rocky 2, Rocky 3 l'oeil du tigreRocky 4, Rocky 5Rocky Balboa
Le Roi des Cons

Le Roi Lion
Les rois du désert

Les Rois Mages
Rollerball (1975), Rollerball(2002)
Roméo et Juliette
Les Rongeurs de l'Apocalypse
Rosemary's Baby
R.O.T.O.R.


La Route
La route d'Eldorado


Rox et Rouky
Le royaume de Ga'Hoole-la legende des gardiens
Rubber
Rue Barbare
La Ruée Vers L'Or
Les Runaways
Running Man
Rush

S

Sacré Graal
Sacré Robin des Bois
Le Sadique à la Tronçonneuse
Sailor et Lula

Le Saint (1997)
Le Saint de Manhattan
Le salaire de la peur
Salo ou les 120 Journées de Sodome
Saludos Amigos, Les trois caballeros
Salvage
Samuraï Cop
Samourais
San Antonio
Sanctum


Santa Sangre
Sarkozy vampire des médias
Sars Wars Bangkok Zombie Crisis
Saute mouton
Sauvez Willy

Savages
Savulun Battal Gazi Geliyor
Saw
Saw 2Saw 3Saw 4Saw 5Saw 6 
Scanners, Scanners 2
Scarface
Scary Movie, Scary Movie 2, Scary Movie 3, Scary Movie 4 Scary Movie 5

 Le Schpountz
Les Schtroumpfs
La Science des Rêves

Scooby doo, Scooby doo 2
Scott Pilgrim vs the world
Scourge
Scrapbook
Scream, Scream 2, Scream 3, Scream 4
The secret

Le Secret de Kelly-Anne
Le secret de la pyramide
Le Secret du Lac Salé
The Secret life of Walter Mitty

La Secte Sans Nom
Sectes Enfants Sous Emprise
Le Seigneur des anneaux, Le Seigneur des anneaux (1978), The Hobbit: Un voyage inattenduLa désolation de Smaug
Le sens de la vie
Le Sens du Devoir
Les sentiers de la perdition
Le Septième Voyage de Sinbad
Serial Noceurs

Série Noire 
Le Serpent

Serpico
Se Souvenir des Belles Choses
Seul au monde


Seven
Sexcrimes, Sexcrimes 2
Shadow
Shakma
Shank
Shaolin Contre Mantis


Shark Attack-Alerte Aux Requins, Shark Attack 3
Shark In Venice
Sharktopus
Shark Zone
Shaun of the dead
She Creature
Sheitan

Shérif Fais-Moi Peur
Sherlock Holmes
Sherlock Holmes Attaque L'Orient-Express
Shine a light
Shining
Shoah

Shocking Asia
Shoot'Em Up
Showgirls
Shrek, Shrek 2, Shrek le troisième, Shrek 4 il était une fin 
Shutter Island
Sidekicks
Signes
Le Silence des Agneaux, Hannibal, Hannibal Lecter Les Origines du Mal
Le Silence Qui Tue
Silent Hill
Silent Running
Les Simpson Le Film
Sin City 


The Skeptic
Slaughtered Vomit Dolls
Sleepy Hollow
Slice
Slugs

Small Fry
Small Soldiers
Snake eyes
Snuff 102
The Social Network
La soif du mal

Soldier
Soleil Rouge
Soleil Vert
Solitaire

Someone's Knocking At The Door
Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama
SOS Fantomes, SOS Fantomes 2
La Soupe Aux Choux
Source Code
La souris
Les Sous-Doués passent le bac
Sous le Signe du Scorpion


Le sous sol de la peur
Southland Tales
South Park le film
Space Cowboys
Space Jam


Spanish Movie
Spartacus
Spartatouille
Spawn
Speed 2 Cap sur le Danger
Speed Racer
Spider Man, Spider Man 2, Spider Man 3, The Amazing Spider man 
Spiders
Spider Web
Spirit l'etalon des plaines
Spirit Trap
Splice

Spring Breakers
St Jacques La Mecques

Stag Night
Stake Land
Stalingrad


Stand By Me
Starcrash Le Choc des Etoiles

Stargate
Starko
Starman
Starship TroopersStarship Troopers 2
Starsky et Hutch
Star Runners Les Convoyeurs de L'Espace
Star Trek le filmStar Trek II La colère de Khan Star Trek III A la recherche de Spock, Star Trek IV Retour sur TerreStar Trek V L'ultime frontièreStar Trek VI Terre InconnueStar Trek Premier contactStar Trek Star Trek Into darkness
Star Wars-episode I la menace fantôme, Star Wars-episode II l'attaque des clones, Star Wars The Clone Wars, Star Wars-episode III la revanche des sith, Star Wars-episode IV la guerre des étoiles, Star Wars-episode V l'empire contre attaque, Star Wars-episode VI le retour du jedi Star Wars Holiday Special

 


Stauffenberg L'Attentat
Story of Ricky
La stratégie Ender

Street Dance 2
Street Fighter
Streetfighter La Rage de Vaincre
Strike Commando, Strike Commando 2
Striptease
Stuck Insitinct de Survie
Sucker Punch
Sueurs froides
Sugarland Express
Sulfures

Summer Wars
Sunshine
Super (2011)
Super 8

Supercroc

Superflic Se Déchaîne
Supergrave
Super Heros Movie
Superman (1978)Superman 2Superman 3, Superman 4, Superman ReturnsMan of steel

,
Super Mario Bros

Super Noël, Hyper Noël
Super Shark
Supervixens
Sur la piste du Marsupilami
Sur la route de Madison
Sur mes levres


Le survivant
Survivant(s)
Les Survivants

Les Survivants de L'Infini
Surviving Evil
Suspiria
Sweeney Todd le diabolique barbier de Fleet Street
Sweet Sixteen
Le Syndicat du Crime, Le Syndicat du Crime 2Le Syndicat du Crime 3

Posté par borat8 à 20:46 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :



Sommaire de K à O

K

Kaboom
Karate Kid (1984), The Karate Kid (2010)
Karate Tiger Le Tigre Rouge,  Karate Tiger 2
Ken Le Survivant (1986), Ken Le Survivant, Hokuto No Ken La Légende de Toki,  Hokuto No Ken L'Ere de RahoShin Hokuto No Ken

Ken Park 
Kick Ass Kick Ass 2 Balls to the wall
Kickboxer
Le Kid
Kiki la petite sorcière
Kill Bill
The Killer
Killer CrocodileKiller Crocodile 2
Killer Joe
Killer Shark
Kill For Love
The Killing Of Satan
The Killing Room

Killing Them Softly
Kinatay
King Cobra
Kingdom of heaven
King Kong(1933), King Kong (1976), King Kong 2, King Kong(2005), King Kong contre Godzilla King Kong Revient
The King Of New York
Kiss Kiss Bang Bang
Klaus Barbie Sur les Traces d'Un Criminel
Knick Knack
Komodo
Kramer contre Kramer
Kronos Le Conquérant de L'Univers


Kung-Fu Kid
Kung Fu Panda 2
Kung Pow Enter The Fist
Kuzco l'empereur megalo

L

Le Labyrinthe de Pan
Lacombe Lucien
LA Confidential
Le Lagon Bleu
La haut

Lake Placid Final Chapter
Landru
Les Langoliers
Lara Croft Tomb Raider, Lara Croft Tomb Raider le berceau de la vie
Les Larmes du Soleil
Last Action Hero

Lastikman
The Last man on Earth
The Last Stand
Le Lauréat
Laurel et Hardy en Croisière
Lawless
Lawrence d'Arabie


La leçon de piano
Lectures Diaboliques
Legend
La legende de Beowulf


Léon
Le Libertin
Life of Pi
La ligne rouge
La ligne verte
Lilo et Stitch

Lincoln
La Liste de Schindler
Little Big Man
Little Miss Sunshine


Le livre de la jungle (1942)Le livre de la jungle (Disney)
Le livre d'Eli
Le Locataire


La loi et l'ordre
Les lois de l'attraction
Lolita

The Lone Ranger
Long Time Dead
Long Weekend
Looper
Lord of war
Lost Highway
Louise Michel
Le loup de Wall Street
Le loup garou de LondresLe loup garou de Paris

Lovely Bones
Lucky Luke Daisy Town, Lucky Luke (1991), Lucky Luke


Les Lumières de la Ville
La Luna
Luxo Jr

M

Mac et Moi
La Machine A Explorer Le Temps

The Machine Girl
Maciste contre les Hommes de Pierre 
Madagascar, Madagascar 2


Madame Irma
Mad Max, Mad Max 2, Mad Max au dela du dome du tonnerre
Mad Monkey Kung-Fu
Mad Mutilator
The Magdalene Sisters
Le magicien d'Oz,  
Magic Kid
Magic Mike

Le magnifique
Magnolia
La main au collet
La Main Rouge du Diable
La Maison de Cire

Mais Où Est Donc Passée La 7ème Compagnie, On A Retrouvé La 7ème Compagnie
Mais qui a tue Harry
Mais qui a tué Pamela Rose

La Maison du Docteur Edwardes
Le Maître d'Ecole
Le maitre de guerre
Les Maîtres de L'Univers
Les Maîtres du Temps

La MalédictionLa Malédiction Finale, 666 La Malédiction
La Malédiction des Hommes-Chats
La Malédiction des Whateley
Maléfiques
Malibu High
Mamà

La Maman et la Putain
Maman J'Ai Raté L'Avion, Maman J'Ai Encore Raté L'Avion
Mamma Mia !
The Man From Earth
The man from nowhere

Maniac (2013)
Maniac Cop
Maniac Trasher
Man on fire
Man on the moon
Manos The Hands Of Fate

The Manson Family


Marathon Man
La Mariée Etait En Noir
La Marque

Marquis de Sade-Justine
Mars Attacks
Mars Un Monde Aquatique

Martyrs

Mary et Max
Mary Poppins
The Mask

Ma sorcière bien aimée
Le masque de Zorro
La Légende de Zorro
Masques

Massacre A La Tronçonneuse (1974), Massacre A La Tronçonneuse 2, Massacre A La Tronçonneuse (2003), Massacre A La Tronçonneuse Le Commencement

The master
Ma Super Ex
Matrix, Matrix Reloaded, Matrix Revolutions
La Mauvaise Education
Mauvaises Fréquentations

Ma Vache et Moi
Ma vie avec Liberace
Ma Vie Est Un Enfer
Max et les Maximonstres

Maximum overdrive
Max Payne


Megan Is Missing
Mega Shark Vs Giant Octopus, Mega Shark Vs Crocosaurus, Mega Python Vs Gatoroid
Megasnake
La Meilleure Façon de Marcher
Mein Kampf

Melancholie Der Engel
Mélodie Cocktail
Mélodie du sud
Memento
La memoire dans la peau, La mort dans la peau, La vengeance dans la peau


Menace 2 Society

Men In Black, Men In Black II, Men In Black 3
Mensonges d'Etat
Menteur menteur
Le Mépris
Merlin l'enchanteur
Mes meilleures amies
Mes meilleurs copains

Le Messie du Mal
Le Météore de la Nuit
Metropolis
Meurtre à Hollywood

Meurtre au Soleil
La meute
Miami Vice
Michel Vaillant
Micmacs a tire larigot
Midnight Express
Midnight Meat Train
Millenium le film

Millennium actress
Miller's Crossing
Million Dollar Baby
Mimic 2
Minority Report


Miracle sur la 8ème rue

Le Miroir A Deux Faces
Les Misérables (1958)
Misery
Miss Daisy et son Chauffeur
Mission Evasion
Mission Impossible, Mission Impossible 2, Mission Impossible 3MI Ghost Protocol

Mission to Mars
Mississippi Burning
The Mist
Moi Christiane F. 13 ans droguée prostituée
Moi moche et mechant

Moi Tintin
La momie, Le retour de la momie, La Momie la tombe de l'empereur dragon
La Momie Aztèque contre le Robot

Mon Beau-Père Et Moi
Le monde de Narnia-Chapitre I le lion la sorcière blanche et l'armoire magique, Le monde de Narnia-Chapitre II Le prince Caspian,
Le monde de Narnia L'odyssée du passeur d'aurore

Le monde de Nemo
Le Monde Perdu (1925)
Les mondes de Ralph


Les Mondes Futurs

Les mondes perdus au cinéma
Mondo CaneMondo Cane 2
Mondwest
Mon Nom Est Tsotsi
The Monolith Monsters
Mon oncle

Monsieur Verdoux
Monsters
Monsterwolf
Le Monstre Vient de la Mer
Les Monstres de L'Espace
Monstres et cieMonstres Academy
La Montagne Sacrée
Mon voisin Totoro
Moon

Moontrap
Moonwalker
Morse, Let me in
Mortal KombatMortal Kombat Destruction Finale
La Mort au Large
La mort aux trousses
La Mort Etait Au Rendez-Vous
La Morte Vivante
Mort Ou Vif
Mort subite

Les Morts-Vivants
Mosquito
The Mother
Mother's Day


La Mouche NoireLe Retour de la Mouche, La Malédiction de la Mouche, La moucheLa Mouche 2
Moulin Rouge
Mr Brooks
Mulan
Mulberry Street

Mulholland Drive
Multiple Maniacs
Munich
The Muppets
Le Mur de l'Atlantique
The Murderer
Murders In The Zoo

Murder Loves Killers Too
Music Box
My Soul To Take
Le Mystère Andromède
Le Mystère de Vénus
Mystic River

N

Naissance d'une nation
Nathalie Dans L'Enfer Nazi
The Necro Files
Ne le dis à personne

Né Un 4 Juillet
Never Foget
Neverland
Never Let Me go
Never Say Never
New York 1997Los Angeles 2013
New York ne répond plus


Night and day
Night of the Demons
Niki Larson
Nikita
Nine
Nine Dead


Ninja Assassin
Le Ninja Blanc
No Country for old men
Les noces funebres
Les noces rebelles
Notorious Big

Notre ami le rat
N'Oublie Pas Ton Père Au Vestiaire
Nous Sommes La Nuit
Le Nouveau Jean-Claude
Le nouveau monde
Les Nouveaux Barbares
Nouvelle Cuisine
La nouvelle voiture de Bob
Nude Nuns With Big Guns
La Nuit de la Mort
La nuit des morts vivants, Zombie, Le jour des morts vivants, Land of the dead, Diary of the dead
La Nuit des Traquées

La Nuit des Vers Géants
La Nuit du Chasseur
Nuit et brouillard
La nuit nous appartient
Les Nuits Avec Mon Ennemi
Numero 9

O

Oblivion
Obsession
Ocean's eleven
Octaman
L'Oeil de Vichy

L'oeil du mal
Les oiseaux
Old boy
Oliver et compagnie
Omar M'A Tuer
On a volé la cuisse de Jupiter

Once Vatan
On L'Appelle Catastrophe
Only God Forgives
Open Range
Open Water En Eaux Profondes, Dérive Mortelle

Opération espadon
Orange mécanique

Orcs
L'ordre et la morale

L'Orphelinat
Oscar (film)
OSS 117 Le Caire nid d'espion, OSS 117 Rio ne répond plus


The Other Guys
Outland Loin de la Terre
Out of Africa

Out of the furnace
Outrage (2010)
Outreau-L'Autre Vérité
Ouvert 247

Posté par borat8 à 20:42 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire de G à J

G

Gacy
Gainsbourg(vie heroique)

Galaxy Quest
The Game

Gandahar
Gandhi
Gangs of New York
Gangster Squad


Garou-Garou Le Passe Muraille
The Gate 2

Gatsby le magnifique (2013)
Gazon maudit
Le géant de fer
Le Gendarme de Saint-Tropez, Le Gendarme Se Marie, Le Gendarme et les ExtraterrestresLe Gendarme A New YorkLe Gendarme En BaladeLe Gendarme et les Gendarmettes

Génération Perdue
George de la jungle
Get Carter
Ghost
Ghost Dog
Ghost in the shellInnocence
Ghost RiderGhost Rider 2
Ghosts of Mars
The Ghost Writer
Ghoulies 2, Ghoulies 3
The Giant Claw
GI Joe
The Gingerdead Man

The Girl Next Door (2007)
The Girl with the dragon tattoo
Gladiator
Glen or Glenda

Goal 2 la consécration
Godspeed
Godzilla (1954)Le Retour de Godzilla, Godzilla Vs Megalon, Godzilla
Goemon The Freedom Fighter
Goldorak contre Great Mazinger
Gomorra


Good Morning England


Les Goonies
Gorgo

Goshu le Violoncelliste
Le Goût des Autres
Grace
Le Grand Bazar
Le Grand Blond Avec Une Chaussure Noire
Le Grand Chemin
La grande course autour du monde

Les Grandes Gueules
Les Grandes Vacances
La Grande Vadrouille
Le Grand Restaurant
Le Grand Sommeil
Le Grand Tournoi
Gran Torino

Gravity
The Green Elephant
Green Lantern
Green Zone
Gremlins, Gremlins 2 la nouvelle generation
The Grey
Greystoke La Légende de Tarzan

Les griffes de la nuit, La Revanche de Freddy, Les Griffes du Cauchemar, Freddy chapitre 5 L'Enfant du Cauchemar, Freddy 6 L'Ultime Cauchemar, Freddy 7 Freddy Sort de la Nuit
Le Grinch
Grindhouse
La Guerre des Boutons (1961), La Guerre des Boutons (2011)
La guerre des mondes(1954), La guerre des mondes(2005)


La guerre des Rose
Les Guerriers de la Nuit
Guinea Pig: Flowers of Flesh and Blood, Devil's Experiment


H

La Haine
Halloween, Halloween 2, Halloween 3, Halloween 4Halloween 5, Halloween 6Halloween 20 Ans Après, Halloween Resurrection, Halloween (2007), Halloween 2 (2008)
Hancock

Hanuman and the Five Kamen Riders

Happiness Therapy
Happy Feet
Hard Rock Zombies
Harpoon

Harry Potter A L'Ecole des Sorciers, Harry Potter et la Chambre des Secrets, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Harry Potter et la coupe de feu; Harry Potter et l'ordre du phénixHarry Potter et le prince de sang mêlé, Harry Potter et les reliques de la mort


Hatchet 2
Haute Sécurité
Haute Tension
Heartless
Heartstopper
Heat
HellboyHellboy 2 les legions d'or maudites

Hell Comes To Frogtown
Hell Driver
Hellraiser 3
The Help


Hercule


Hercule A New York
Hercule et Sherlock
Hereafter
Les Héritiers du Docteur Mengele

Héroïnes
Héros
Hibernatus
Hidden, Hidden 2
Hierro

High Fidelity

Highlander, Highlander Le Retour, Highlander 3, Highlander EndgameHighlander The Source

High School Musical (saga)
Highwaymen La Poursuite Infernale
Histeria

Hitcher, 

Hitman

Hitman le Cobra
Hobo with a Shotgun
The Hole
Hollow man


L'Homme-Araignée, La Riposte de l'Homme-Araignée
L'Homme de l'Ouest

L'homme de Rio
L'homme des hautes plaines
L'Homme des Vallées Perdues
L'homme orchestre
L'Homme Puma
L'Homme Qui Murmurait A L'Oreille Des Chevaux
L'Homme Qui Rétrécit

La Honte de la Jungle
Hook
Hope and Glory
La horde
La Horde Sauvage


Horribilis


Horror Cannibal, Horror Cannibal 2
Hors de controle
Hors la loi
Horton
The host
HostelHostel Chapitre 2 
Hôtel du plaisir pour SS
Hôtel Rwanda
Hot Fuzz
Hot Shots !,  


House of Bones
Howard the duck
Hugo Cabret
HulkL'incroyable Hulk
Humains

Hunger games Hunger games L'embrasement
Hurlements, Hurlements 2
Hush en route vers l'enfer
Hyper Tension 2
Hypnose
Hysterical

I

I comme Icare
Il Etait Une Fois Le Bronx
Il Etait Une Fois Dans L'OuestIl était une fois en Amérique
Il Etait Une Fois En Chine, Il Etait Une Fois En Chine 3
Il Etait Une Fois Le Cosmos
Il Était Une Fois... Louis de Funès
Il faut sauver le soldat Ryan


L'Île de la Terreur
L'Île des Morts-Vivants
L'Île Inconnue
L'Île Mystérieuse

L'Illusionniste
I love you Phillip Morris
Ils
Ilsa la Tigresse du Goulag
Ils sont fous ces sorciers

 L'immortel
Les immortels
L'impasse
Impitoyable
The Impossible

 L'Impossible Monsieur Pipelet
Incassable
Inception
L'inconnu du Nord Express
Les incorruptibles
L'incroyable voyage 2 à San Francisco

Incubus (1966)
Independence Day
L'Indestructible

Les Indestructibles
Indigenes

L'Inévitable Catastrophe
Infection
Les Infidèles
Les infiltres
The Informant
Inglourious Basterds


Innocent Blood
Insane
Insanitarium
Inseminoid
Inside Man
Insidious


L'Inspecteur Harry, Magnum Force, L'Inspecteur ne Renonce Jamais, Le Retour de l'Inspecteur Harry, L'Inspecteur Harry Est La Dernière Cible 
Inspecteur La Bavure

International Guerillas
Intolérance
Into The Wild
Intouchables

L'invasion des profanateurs de sépultures, L'Invasion des Profanateurs, Body Snatchers, Invasion (2007)
Invasion Los Angeles
L'Invasion vient de Mars
Invictus
The Invisible Man

I Robot
Iron Man, Iron Man 2, The Invincible Iron Man Iron Man 3
Irréversible

The Island
I Spit On Your Grave (1978)I Spit On Your Grave 2
It Came From Hollywood
It Waits

J

J'ai Rencontré Le Diable
Jackass 3D
Jack Brooks Tueur de Monstres
The Jacket
Jack FrostJack Frost (1996)
Jackie Brown
Jack le chasseur de géants
Jack L'Eventreur Partie 1, Jack L'Eventreur Partie 2
Jackpot

Jack Reacher
James Bond:  James Bond contre Dr No, Bons baisers de RussieGoldfinger, Opération tonnerre, On ne vit que deux foisCasino Royale (1967), Au service secret de sa Majesté, Les diamants sont éternelsVivre et laisser mourirL'homme au pistolet d'orL'espion qui m'aimait, MoonrakerRien que pour vos yeux, OctopussyJamais plus jamais, Dangereusement Vôtre, Tuer n'est pas jouer, Permis de tuer, GoldenEyeDemain ne meurt jamaisLe monde ne suffit pas, Meurs un autre jour, Casino Royale, Quantum of Solace, Skyfall
James et la pêche géante
Le Jardin du Mal
Jarhead
Jason et les Argonautes
JCVD
Jean de Florette, Manon des Sources
Jean-Philippe
J Edgar
Jennifer's body

Jerry Maguire
Je Suis Moche et J'Emballe

Je suis timide mais je me soigne
Je suis une légende
La Jetée

Le Jeu de la Mort
Jeu D'Enfant
, Chucky 3 

Jeune et jolie
La Jeune Fille et la Mort
La Jeunesse Sous Hitler, La Jeunesse Sous Hitler Episode 3La Jeunesse Sous Hitler Episode 4, La Jeunesse Sous Hitler Episode 5
Jeux Interdits
je Vais Bien Ne T'En Fais Pas

J'irai Cracher Sur Vos Tombes
John Carter
Johnny S'En Va-T-En Guerre
John Wayne et les Cowboys


Le Joli Coeur
Josey Wales hors la loi
Josie et les pussycats
Le joueur d'échec
Le jour d'apres
Le Jour de la Bête

Jour et Nuit
Le Journal d'Anne Frank
Le Jour Où La Terre S'Arrêta
Le Jour Où La Terre S'Arrêta (2008)
Jours de tonnerre
Judge DreddDredd
Le Juge et l'Assassin
Jugement A Nuremberg


Jumeaux
Jurassic Park, Le monde perdu-Jurassic Park, Jurassic Park 3
Jurassic Shark
Jusqu'en enfer

Posté par borat8 à 20:36 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :

Sommaire de D à F

D

D4 Mortal Unit
La dame en noir
Damien La Malédiction 2
Danger Diabolik !

Danny the dog
Dans la brume electrique
Dans la ligne de mire
Dans La Peau De John Malkovich

Dans l'eau... Qui fait des bulles !
Dans les Griffes du Vampire
La Danza de la Realidad
Daredevil
Dark City
Dark Country

The darkest hour
DarkmanDarkman 2Darkman 3
Dark Shadows
Darling
D.A.R.Y.L.

Da Vinci Code
Daylight
Day Of The Animals
De battre mon coeur s'est arrêté
Dead Girl
The Deadly Spawn
Dead Man's Shoes
Dead Meat

Dead or Alive
The Dead Outside
Dead Silence
Dead Zone
Death Bell
Death Note
Death Sentence


Death Warrior
Décapité
La déchirure

Deep Evil Menace Extraterrestre
Deep Impact
Defendor
Déjà vu


De l'autre côté du périph
Délivrance
De L'Ombre A La Lumière
De Mein Kampf A L'Holocauste L'histoire du Nazisme
Dementia 13
Demineurs
Les Demoiselles de Rochefort
Demolition Man

Demons
Le Dentiste
Le Dentiste 2
Les dents de la mer, Les dents de la mer 3, Les dents de la mer 4 La Revanche,  Cruel Jaws (Les dents de la mer 5)
De Nuremberg à Nuremberg
Le dernier des mohicans
La Dernière Femme sur Terre
La Dernière Maison sur la Gauche (1972), La Dernière Maison sur la Gauche (2009)
Le dernier exorcisme
Le Dernier Pour La Route
Le Dernier Roi D'Ecosse

Le dernier samaritain
Le dernier tango de Paris
De rouille et d'os
The descendants
The Descent, The Descent Part 2

Desperate Living
Des Serpents Dans L'Avion
Destination Finale, Destination Finale 2, Destination Finale 5
Des Zombies dans l'avion

Détective Dee
Détour Mortel 3
Détour Mortel 4
Devil
The Devil Inside
Devil Seed
Le Diable S'Habille En Prada

La Dialectique Peut-Elle Casser Des Briques
Le Dictateur
The Dictator
Didier
Digby le plus grand chien du monde

Digimon le film
Digital Man
Le diner de cons
Dingo et Max

Dinocroc
Dinosaure
Dinosaur From The Deep
Dinoshark
Dirty Dancing
Disaster Movie

Disco
Le discours d'un roi
Disjoncte
District 9
Django Unchained
Djinns
Dobermann
Dr Jerry et Mister Love

Doghouse
Dogma
Dog Pound
Domino
Don Camillo MonseigneurDon Camillo En Russie
Donkey Punch
Dolly Dearest


Donnant Donnant
Donnie Darko
Don't Be Afraid of the Dark
Don't Look Up
Doom

Dorothy
Double Détente
Double Team
Dracula (1992)
Dracula mort et heureux de l'être
Dragon Ball The Magic Begins, Dragonball Evolution


Dragon L'Histoire de Bruce Lee
Dragons
Dragons Forever
Dread

Dreamcatcher
Dream Home
Drive
Driven
Le drole de noel de Scrooge
Duel
Dumb et Dumber
Dumbo
Dune
Dupont Lajoie
Dying Breed

E

Eaux Sauvages
Easy rider
Ebola Syndrome
Echec et Mort
L'échelle de Jacob
L'échine du diable
Eden Lake
Edward aux mains d'argent
Ed Wood


Eegah
L'effaceur
L'Effet Papillon

 
Elephant Man
L'elite de Brooklyn
Elle Est Trop Bien
Elmer Le Remue Méninges

El Topo

Elysium
Emmanuelle, La Revanche d'Emmanuelle
L'Emmerdeur (2008)
L'Emmurée Vivante
Empire du soleil
En cloque mode d'emploiThis is 40
L'Enfant Sauvage

Les enfants loups Ame et Yuki
L'Enfer des Zombies
L'enfer du dimanche
Ennemi d'Etat 
Ennemis Rapprochés

En QuarantaineEn Quarantaine 2
Entre les murs
L'epreuve de force
Eragon
Eraserhead
Erin Brockovich seule contre tous
Espace Détente
Esprits Rebelles

L'esquive
Essential Killing
Esther
L'Etalon Italien
L'Eté Meurtrier
Eternal sunshine and the spotless mind
ET l'extraterrestre
L'Etrange Créature du Lac Noir
L'etrange histoire de Benjamin Button
L'étrange noel de monsieur Jack
L'Etrangleur de Boston
L'Eventreur de New York
L'Evadé d'Alcatraz
Les Evades


Evil Bong
Evil Dead, Evil Dead 2, Evil Dead 3-L'armee des tenebres The Evil Dead 


Exam
Excalibur
Excalibur l'épée magique
Exorcismus
L'exorciste, L'Exorciste 2 L'Hérétique, L'Exorciste 3L'Exorciste Au Commencement
L'expansion de l'univers est-elle infinie
Expendables, Expendables 2


The Experiment
Exterminator
L'Extra Terrestre
Extra Terrien
Eyes Wide Shut

F

Le fabuleux destin d'Amelie Poulain
Face A La Mort, Face A La Mort 2, Face A La Mort 3


The Faculty
Fahrenheit 451
La Faille
Faites Sauter La Banque
La Famille AddamsLes Valeurs de la Famille Addams
Fanboys

Fanfan la tulipe (2003)


Fantasia, Fantasia 2000
The Fantastic Four
Fantastic Mr Fox
Le Fantastique Homme Colosse
Fantômas, Fantômas Se Déchaîne, Fantômas contre Scotland Yard

Le Fantôme de l'Opéra (1925)
Le Fantôme du Bengale
Fantomes contre fantomes
Fargo
Fast and Furious,  2 Fast 2 FuriousFast and Furious Tokyo DriftFast and Furious 4,  Fast and Furious 5Fast and Furious 6
Fatale
Faster Pussycat ! Kill ! Kill !
Les Faucheurs
Faust-Une Légende Allemande

FeastFeast 2
Les Feebles
Felon
la Femme Guêpe
La Femme du Boulanger
Les Femmes de ses Rêves
Fenetre sur cour

La Ferme de la Terreur
La ferme se rebelle
Festen
Fido
Fievel et le nouveau monde
Fight Club
Fighter
La Fille du Puisatier
Les fils de l'homme
Le Fils de Rambow
Final Fantasy Les créatures de l'esprit

La fin des temps
The First Men in the Moon
Fitzcarraldo
Flash Gordon

Le Fléau
Le flic de Beverly Hills, Le flic de Beverly Hills 2Le flic de Beverly Hills 3
Le flic de San Francisco

Flic Ou Zombie
Flight
Flight Plan
Flubber
The Flying Saucer

Fog
La Folie des Grandeurs
Folle d'Elle
La folle journée de Ferris Bueller
Forever Young
Forrest Gump
For the birds

Fortunat
Le Fou de Guerre
The Fountain
Fous d'Irene
Les Fous du Stade
Les Français L'Amour et le Sexe Les Préliminaires et les Positio

Frankenhooker

Frankenstein (1931)Frankenstein s'est échappéL'Empreinte de Frankenstein
Frankenweenie, Frankenweenie (2012)
Frayeurs
Freaks La Monstrueuse Parade
Freddy Contre Jason
Le Frelon vert (2010)
French Connection


Frères de Sang
Frissons D'Outre Tombe
Fritz The Cat
From Hell

From Paris with love
Frontière(s)
Fucking Kassovitz

Le fugitif
Les Fugitifs
Full Contact
Full Metal Jacket
The Full Monty
Funérailles D'Enfer
Funny Games, Funny Games U.S.
Funny People
La Fureur de Vaincre, Fist of Legend La Nouvelle Fureur de Vaincre
La Fureur de Vivre
La Fureur du Dragon 
Furyo

Posté par borat8 à 20:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Cuvée living in Amérique

Jupter Ascending le nouveau film des Wachowski vient de subir le dur labeur de la traduction française avec Jupiter: le destin de l'univers (sic). Les semaines avant, The Interview de Seth Rogen et Evan Goldberg devenait L'interview qui tue (re sic). L'occasion pour la Cave de Borat (d'ailleurs vous remarquerez au vue de sa nouvelle photo de profil que le camarade Borat a encore fait la teuf cette semaine et ce avant ses vacances bien méritées) de revenir sur les merveilleuses traductions françaises offertes par les "versions FR" des studios ricains. Car nos amis les ricains utilisent parfois des titres abstraits pour le public français. Le pauvre frenchy est parfois donc obligé de traduire. Souvent il y a eu les sous-titres permettant de garder le titre original, tout en y ajoutant une marque française. Ainsi Alien devient Alien: Le huitième passager et Aliens, Aliens le retour. En soi, ce n'est pas bien méchant mais parfois cela permet à un titre déjà beaucoup trop long de devenir une madeleine de proust, en sachant que quand il va payer sa place, le spectateur n'ira jamais dire: "une place pour The Amazing Spider-man: Le destin d'un héros". Il dira plutôt "Une place pour Spider-man" ou s'il est courageux "Une place pour The Amazing Spider-man". Mais il n'ira quasiment jamais sortir le sous-titre à la con qu'il ne retiendra jamais.

D'autant plus inutile quand cela n'a rien à voir avec le film lui-même (Le destin d'un héros? L'intrigue parle de ça?). Mais encore mieux que le sous-titre c'est bien évidemment la traduction qui compte, quitte parfois à passer directement par l'anglais. En cela nos chers gars du marketing en France en tiennent une couche comme rarement. Ainsi en juin dernier, Cinemateaser menait sa petite enquête qui faisait autant rire que pleurer. En prenant différents exemples de studios (comme ça personne n'est épargné), le magazine restait neutre quant à la bêtise de certaines interventions. Ce sera probablement moins le cas dans la Cave de Borat! Commençons avec Universal et Albert à l'Ouest traduction merveilleusement foireuse de A million ways to die in the west (en gros "Un million de voies pour mourir dans l'Ouest"):

  • "On a beaucoup de critiques sur Albert à l'Ouest. Pourtant c'est un titre volontairement désuet. Le personnage de Seth MacFarlane s'appelle Albert, c'est un mec qui est paumé dans le grand Ouest et qui n'est pas adapté à son époque... "* Stéphane Réthoré, responsable marketing d'Universal France

On atteint quand même des sommets avec des déclarations pareilles. Alors oui le personnage est peut être paumé parce que sa copine s'est barré. Oui le mec est dans le grand Ouest. Mais où est l'intrigue où Albert se retrouve face au dangereux Liam Neeson car il tombe amoureux de sa femme incarnée par Charlize Theron dans le titre? D'où en gros le titre original, bien plus légitime et crédible que cette traduction complètement à la ramasse. Continuons avec Fox France qui a changé The secret life of Walter Mitty en Vie rêvée:

  • "Le mot 'secret' enfermait le personnage. En français le mot a une consonance très perso, voire nombriliste (Borat ne voit pas trop où le mot secret change grand chose mais bon -NDB). Cela suggère que le personnage a une double vie (logique vu que le type se rêve dans une autre vie, plus frivole! -NDB). ça faisait trop Photo Obsession (là encore comprend pas)."* Jane Carter, responsable marketing de Fox France

Le cas de Walter Mitty peut paraître banal mais il confirme une certaine cupidité à faire du chippotage sur un mot dans un titre original et encore mieux quand vous n'avez aucune justification comme c'est le cas ci-dessus. Mais Jane Carter a fait bien plus drôle en évoquant In time d'Andrew Niccol devenu Time out chez nous:

  • "Si vous lisez In time, vous pouvez comprendre 'intime'. Déjà qu'on trouvait pas ça dingue en anglais (et une employé de studio qui dénigre le choix de ses patrons une!-NDB)... On l'a donc appelé Time out, qui restait un peu cool et qui était une expression qui parlait aux gens."* Jane Carter

On en aura entendu des conneries depuis le début de cette cuvée, mais là nous atteignons des sommets! Comment peut-on prendre autant les gens pour des cons en leur disant non seulement qu'ils sont nuls en anglais, mais surtout qu'ils ne sont pas capables de voir un titre en anglais? Quand on voit deux mots on ne fait jamais la liaison! On se dit automatiquement qu'un film avec le temps comme enjeux se dit In Time pas Intime! Dans le même genre, Paramount France s'est fait plaisir dans l'article avec Pain and gain devenu No pain no gain:

  • "Pain et Gain sont deux mots qui ont leurs propres signification en français. On s'est rendu compte que le film s'adressait à un public sans doute assez informé et finalement rester proche du titre américain était une bonne chose. Le 'no' permettait d'indiquer éfinitivement qu'il fallait prononcer en anglais."* Frédéric Moget, directeur général de Paramount France

Dans un premier temps, quand il y a un "and" le Français n'est pas suffisamment débile pour ne pas comprendre que c'est de l'anglais. De deux, on a très bien compris que "pain" dans le titre n'est pas issu d'une boulangerie, on n'est quand même pas assez con. Dans les deux cas, à la Fox et Paramount en France, on doit avoir de sacrées conneries dans la tête pour oser sortir de tels arguments dans un magazine qui en est actuellement à sa troisième année de gestation, donc présent dans les médias. De quoi bien faire rire les lecteurs. Mais outre cela, les titres en anglais pour les traductions françaises sont aussi une belle plaie surtout quand cela devient une mode. Ainsi dès qu'un film marche et qu'un autre du même genre débarque, c'est parti pour la joie des mélanges. Merci donc à Very Bad Trip (pour The Hangover) pour Very Bad Cops (pour The other guys), Very Cold trip et autres exemples foireux plus que discutables. Dans les 90's c'était le sex qui primait alors on a eu Sexcrimes (pour Wild things) ou Sexe intentions (pour Cruel Intentions). Même chose pour d'autres cas comme The Boat that rocked devenant Good morning England parce qu'évoque la transgression par la radio comme Good Morning Vietnam. Parfois on coupe aussi certains mots comme dans The Fast and the Furious devenant Fast and Furious ou encore récemment avec The Equalizer devenant plus sobrement... Equalizer

Des coupes ahurissantes de bêtise et ne paraissant pas vraiment logique. On pourrait citer des tonnes d'autres exemples, mais la bêtise n'aurait plus de limites. Allez à la semaine prochaine!


* Propos recueillis dans Cinémateaser numéro 35 (juin 2014).

Posté par borat8 à 10:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

21 octobre 2014

Mais pourquoi pourquoi bon sang de pourquoi pourquoi il y a des pourquoi dans ce pourquoi?

Un jeune garçon se retrouve dans un lieu clôt où il rencontre diverses personnes ayant formé un camp devant un labyrinthe. Le seul moyen de partir est de trouver la faille du labyrinthe, mais ce dernier se referme chaque jour et change de forme...

The Maze Runner (affiche)

On a eu les super-héros, les films avec Action Jones, les thriller type Seven, les révisions de contes, l'explosion de l'heroic fantasy (alors que les 80's étaient plus inspirées, en dehors du Seigneur des anneaux), les teen movies... maintenant on a droit aux young adult movies soit des films qui s'adressent principalement aux adolescents tout en brassant tout et n'importe quel genre que ce soit la science-fiction, la distopie, le fantastique voire même la comédie-romantique. Tout y passe du temps que le Jeune soit visé et se sent visé. Mais le mieux dans le young adult movie c'est bien évidemment la saga littéraire à rallonge, ce qui rapporte le plus de fric! Alors chaque studio cherche évidemment la perle rare et Lionsgate s'est fait un bel empire là-dedans, d'autant plus avec l'achat de Summit. Ainsi il y a eu Twilight, Hunger Games, La stratégie Ender (bon là cela n'a pas marché) et maintenant Divergente. Les studios essayent de tenir la ligne à l'image de l'après Seigneur des anneaux (où on a eu droit aux Narnia de Disney ou Eragon de la Fox), et voici donc la production young adult sur la longueur de la Fox: The Maze Runner. Pas aidé par une opinion en ayant déjà marre de cette mode de sagas sur le long (en gros: vous loupez un film c'est la merde), le film de Wes Ball agace rapidement. 

 

Le Labyrinthe : Photo Dylan O'Brien, Will Poulter

C'est un premier volet à la limite du teasing (pour ceux qui ne comprènent pas d'un effet d'annonce). Tout semble téléphoné pour amener une histoire sur le long terme, que la moitié des choses vont vous être dévoilé pour ensuite rajouter des trucs dans les volets suivants. En soi heureusement que le film a marché sinon on aurait eu droit à une frustration mémorable. The Maze Runner n'est finalement pas si éloigné de Lost qu'il cite le temps de quelques plans montrant des chiffres (probablement les mêmes que ceux d'Hurley dans la série, mais pas cherché à vérifier). Au fil du film et notamment dans son dernier quart d'heure, les scénaristes alignent les questions en pagaille au point d'atteindre le point de non-retour dans un final qui en donne encore plus sans jamais répondre aux premières. Pour une réponse, vous aurez droit à une dizaine de questions à répondre. Ce qui s'avère d'un agacement incroyable surtout quand les personnages n'ont rien de passionnants et se dévoilent rapidement comme des archétypes. Le héros qui évidemment est courageux, le bad boy à la limite du dictateur qui n'arrête pas de cligner des yeux à la seconde (Will Poulter dont les yeux finissent par devenir un gag), le jeune asiatique pour le quota, le jeune afro-américain voie de la sagesse, le petit gros mélange entre Porcinet de Sa majesté des mouches et de Choco des Goonies et la fille qui est ironiquement la plus intelligente! 

Le Labyrinthe : Photo Dylan O'Brien, Ki Hong Lee

Ainsi, scénaristiquement le film ne changera pas beaucoup d'un Hunger games puisqu'il s'agit à peu près du même modèle: jeunes face aux dangers imminents, morts, complots, fratries différentes, adolescents envoyés au casse-pipe. Pas grand chose ne change au final et comme souvent dans ce genre de films formatés pour le jeune public. Et puis évidemment il faut toujours que le héros débarque pour que cela bouge. Pour vous dire, il a fallu trois ans pour que nos héros découvrent enfin un moyen de sortir! Pendant ce temps ils ont construit un camp et de temps en temps, un d'entre eux meurt. Côté réalisation, on a l'impression que le réalisateur n'a rien compris aux critiques faites au premier Hunger games (et que Francis Lawrence avait compris sur le second volet): la shaky-cam c'est dégueulasse pour tourner des scènes d'action ou de meurtres. On ne comprend rien, on ne voit rien et finalement le spectateur est complètement floué par tant d'irrespect envers son visionnage. Sans compter des plans parfois flous au niveau des visages (c'est le cas lors de l'effondrement du secteur 7). Sans compter certaines improbabilités (comment "clin d'oeil" peut-il s'en sortir alors qu'il était hors du labyrinthe?! Cherchez pas à comprendre!).

Le Labyrinthe : Photo Dylan O'Brien

Un nouveau young adult movie qui ne raconte rien mais veut le faire sur plusieurs films. Du néant qui plus est mal filmé.

20 octobre 2014

Il y a des films pas bons qui vous laissent un goût amer en bouche

Un homme raconte à sa fille comment il a rencontré les trois femmes de sa vie, tout en essayant de lui faire trouver qui est sa mère...

Un jour, peut-être : Affiche

Borat se serait-il mis à How I met your mother? Hé bien non! Il se trouve qu'Un jour, peut être, en plus de n'avoir pas été un chef d'oeuvre, n'a rien de novateur puisque la série de CBS était diffusée depuis au moins 2005 quand le film est sorti en 2008. Alors certes pas de bandes de potes mais il est aussi question d'un père racontant à son/ses enfant (s) comment il a rencontré sa mère tout en laissant planer le suspense jusqu'à la fin de la dernière saison/du film. De plus, Un jour, peut être n'est pas non plus aidé par l'étiquette aussi ingrate que casse-pied "Après Notting Hill, Bridget Jones et Love Actually". Oui le réalisateur Adam Brooks a officié comme scénariste sur Bridget Jones 2 mais c'est tout! Pas de Richard Curtis (scénariste des deux premiers et réalisateur du dernier) à l'horizon! En gros c'est juste pour dire que Working title produit. Une accroche devenant de plus en plus agaçante, car ressemble à une fausse annonce. Ce film n'a donc absolument rien à voir avec les films précités que ce soit dans l'humour (inexistant et certainement pas anglais) ou la tonalité (absolument rien à voir, à part que l'on parle d'amour aussi). J'ai souvent évoqué dans la Cave de Borat que je détestais ce film et notamment par le fait que ce fut une de mes pires séances de cinéma.

Un jour, peut-être : Photo

Un jour, peut être c'est la mauvaise blague qui dure trois plombes (plus exactement 1h52). On espère toujours quelque chose mais il ne s'y passe rien. Je me souviens d'ailleurs qu'au cours de la séance, mon père avait fait des micro-siestes et autant dire que je l'aurais bien rejoint. On a souvent l'impression de voir un somnifère qui n'arrive jamais à faire effet. Ryan Reynolds n'est pas pénible comme il en a l'habitude notamment en causant énormément. Non là il est juste complètement soporifique au point d'avoir vraiment l'air d'un bénêt sortant la tête du bocal (désolé pour la métaphore foireuse). Même la pauvre Abigail Breslin a parfois plus de charisme que lui et a l'air de se demander ce qu'elle vient faire là. On en reviendrait presque à préférer le Ryan cabottin de Blade Trinity (j'ai bien dit presque, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit!). Le film consiste uniquement à voir Reynolds en train de draguer trois femmes. On sait d'office que Rachel Weisz n'est qu'une banale amante car elle ressemble à la bonne bourgeoise amatrice de collection d'oeuvres d'arts. Il ne reste donc plus qu'Elizabeth Banks et Isla Fisher. Si Fisher est la fille sur laquelle il était dans un vrai kiff on ne la voit absolument pas comme une mère.

Un jour, peut-être : Photo Adam Brooks, Isla Fisher, Ryan Reynolds

On la voit davantage en belle-mère de second mariage, donc le choix est pour le moins vite fait quant à savoir l'identité de la mère.Surtout que le réalisateur se donne bien le temps de décortiquer les trois plans-cul évidents. D'abord la sage mais pas trop, ensuite la bonne copine qu'on adore et l'autre la bourgeoise bien heureuse. Comme ça on est tranquille et on gagne du temps très facilement. Le problème c'est que rien n'est passionnant dans les histoires de cul de Reynolds, on ne parvient même pas à s'en amuser une seconde. En plus, le film n'est pas drôle du tout, donc devient encore plus ennuyeux que le sujet ne l'est déjà. Rien ne passionne à l'horizon. Alors on attend comme souvent dans la comédie-romantique, en espérant trouver un élément que nous n'avons pas déjà vu dans ce type de cinéma mais rien n'y fait. Tout est plat. Même le final en deux parties paraît logique. Les actrices n'aident pas non plus, en dehors peut être d'Isla Fisher qui est toujours pétillante dans un mauvais film. Toujours ça de pris même il n'empêche qu'elle n'évite malheureusement pas le naufrage d'un film balisé, déjà vu et affreusement chiant. 

Un jour, peut-être : Photo Adam Brooks, Elizabeth Banks, Ryan Reynolds

Un film d'un ennui incroyable et ne parvenant jamais à donner envie de le continuer. 

19 octobre 2014

Ils étaient partis chasser la baleine, c'est la baleine qui les a bouffés

Il y a des réalisateurs qui reviennent incroyablement dans votre estime au fil des années. Déjà en voyant les trois quarts de sa filmographie, mais surtout en voyant qu'il est aussi capable du meilleur. En essayant d'oublier le pire bien évidemment. Ma première incursion dans le cinéma de Ron Howard fut bien malheureusement Da Vinci Code qui plus est le jour de mon anniversaire. Dans le genre haîne immédiate cela se pose là. Puis j'ai découvert ses autres films dont Les disparues et Frost/Nixon. Eloignés du blockbuster pour la plupart, ils ont permis de réhausser mon opinion sur cet ancien acteur devenu fou de la caméra. Puis vint Rush. Un film en apparence bloqué par son genre (la F1 bien plus complexe à filmer qu'un footballeur tirant vers un but) et surtout sa volonté de revenir sur le duo explosif Niki Lauda/James Hunt. Un défi technique indéniable et qui nécessitait deux acteurs impliqués. Ce fut le cas dans les deux catégories. Biopic qui s'efface afin de livrer un duel fièvreux et vertigineux et permettant à Daniel Brühl et Chris Hemsworth de livrer deux prestations remarquables. D'un coup, Ron Howard fait oublier quelques ratés survenu ces dernières années (dois-je vous reparler des deux adaptations de Dan Brown) et surtout prouver qu'il est capable de très grand cinéma. Avec ces premières images de In the heart of the sea, il est bien parti pour réitérer l'exploit.

In the heart of the sea (affiche)

D'autant qu'encore une fois, Peter Morgan est de la parti au scénario et quand on sait qu'il a permis à Howard de signer ses deux meilleurs films, il y a de quoi se réjouir d'office. Encore une fois, Howard se lance dans un défi extrême: dévoiler l'histoire vraie ayant inspiré le roman Moby Dick, à savoir le naufrage de L'essex. En apparence, on pourrait croire à une nouvelle adaptation. Pourtant le film semble se détourner de cela au vue de sa bande-annonce pour livrer un film catastrophe où la nature peut parfois avoir des conséquences destructrices sans que l'on s'en rend compte. En gros nos baleiniers vont vite comprendre qu'il va falloir survivre face à des assauts de plus en plus violents, mais aussi aux mutineries et à la violence de la mer. L'Enfer sur mer est bel et bien palpable et risque d'être particulièrement intense de par la violence de la baleine. Imaginez vous retrouvez face à une nature aussi impressionnante bousillant tout sur son passage avec un fracas percutant. D'ailleurs, si Howard reprend un petit peu l'intrigue du roman de Mellville et au vue du visage changeant de Chris Hemsworth vers la fin de la bande-annonce, on se doute que la baleine que le capitaine se recontreront une nouvelle fois.

In the heart of the sea (photo)

On voit de tout dans cette bande-annonce. Un naufrage, des rescapés essayant de survivre, un navire en flamme, une possible mutinerie dans des canaux, un navire brisé par une ancre et bien évidemment une baleine dont la queue immense seule réussi à horrifier. La dernière image du trailer montrée ci-dessus est peut être l'image la plus impressionnante de la vidéo, montrant toute le côté prédateur de l'animal. Les Hommes veulent la tuer, elle leur rendra la pareille. Chris Hemsworth va t-il encore une fois qu'il vaut bien mieux que son statut de super-héros? Il y a fort à croire que si d'autant qu'il sera accompagné de Cillian Murphy, Brendan Gleeson, Ben Whishaw, Tom Holland et Benjamin Walker. In the Heart of the sea sortira le 25 mars prochain.

16 octobre 2014

Les apparences sont parfois trompeuses

Nick Dumne découvre que sa femme a disparu le jour même de leur cinquième anniversaire de mariage. Le début d'un bel engrenage...

Gone girl (affiche)

Après avoir lu Les apparences de Gillian Flynn, l'idée de voir son adaptation par David Fincher n'en a été que plus grande. C'est aussi à ce moment-là que l'on voit à quel point le réalisateur de Seven est devenu une référence en terme de marketing. A l'heure où les gros blockbusters balancent jusqu'à leurs derniers plans dans leurs bandes-annonces (derniers cas: The Amazing Spider-man 2 et Expendables 3), le marketing de Gone Girl n'a strictement rien montrer de sa seconde partie, ou alors des plans tellement secondaires qu'il était impossible d'avoir un quelconque spoiler en étant totalement neutre. Seuls ceux qui ont lu le livre comme votre interlocuteur (ou plus banalement ceux qui ont lu la fiche anglaise de Wikipédia du bouquin) pouvaient savoir ce que certains plans dévoilaient. Un marketing parfait, permettant aux spectateurs neutres de pouvoir se laisser duper en cours de séance, sans avoir le sentiment d'avoir vu le film dans la bande-annonce. Le suspense est intacte, ce qui est relativement rare avec Hollywood avouons-le. Alors Gone Girl est-il une bonne adaptation? Oh que oui. Le fait d'avoir l'auteure elle-même en tant que scénariste a permis à Fincher de pouvoir trancher légitimement dans le roman, permettant ainsi parfois plus de dynamisme (on n'adapte pas 690 pages en 2h30 comme si de rien était), mais sans jamais y perdre l'intrigue ni ses rebondissements phares, y compris la fin longtemps évoquée comme modifiée mais n'en étant rien. 

Gone Girl : Photo Rosamund Pike

Il faut dire que Fincher est le roi de la fin vicieuse, le genre qui vous attrape à bras le corps. (attention spoilers) En fait, le final de Gone Girl peut se voir comme aussi vicieux que celui de Seven: le dernier rebondissement alors que le film va bientôt se finir. Le genre qui vous reste dans la rétine encore après visionnage (ou lecture en ce qui me concerne en premier lieu). Depuis Alien 3 avec la mort de Ripley jusqu'à la probable mort de la fille de Benjamin dans L'étrange histoire de Benjamin Button, en passant par le chagrin d'amour de Lisbeth dans The girl with the dragon tattoo, Fincher a toujours su comment finir ses films quitte à prendre le spectateur à bras le corps. C'est ici le cas puisque contrairement à ce qui a été dit durant la promo (encore du grand Fincher), le réalisteur et sa scénariste ont gardé la fin initiale du roman, ayant juste rajouté ou enlever quelques petites choses. Quand on connaît la fin, on sait à quel point elle correspond totalement à Fincher (encore une fois, elle est aussi vicieuse que celle de Seven), mais surtout elle prouve que le réalisateur a désormais les mains libres sur le contenu de ses films, quitte à imposer une fin pessimiste plutôt qu'un vulgaire happy-end. On ne le remerciera jamais assez pour le coup. 

Gone Girl : Photo Ben Affleck, David Clennon, Patrick Fugit

Pour ce qui est de l'adaptation, le réalisateur et la scénariste ont dû faire des coupes, ce qui s'avère légitime puisqu'au contraire de L'étrange histoire de Benjamin Button qui est adapté d'une courte nouvelle, Gone Girl se base sur un roman de 690 pages. Il fallait donc minimiser certaines choses, modifier d'autres, mais jamais on ne perd l'essence ni la plupart des péripéties. Par exemple l'absence de personnages comme Mrs Bolt qui coachait Nick et non Tanner et la mère de Dessy qui prenaît tout son sens dans le final. Ensuite on pourra noter le fait que Nick discutait carrément avec Dessie pour lui tirer les vers du nez et non simplement au pas de la porte; et sa mort était légérement différente (il était endormi avant de se faire trancher la gorge). Des petits éléments qui n'entachent pas le plaisir de voir une adaptation de grande qualité. (fin des spoilers) L'adaptation reprend le principe du livre, à savoir jongler entre les points de vue de Nick et d'Amy, faisant s'entrechoquer des éléments banals avec une violence certaine. Celui qui n'a pas lu le livre risque d'être horrifier au possible quand celui qui l'a lu se mettra à ricanner jaune et froidement devant un mélange d'humour noir et d'horreur.

Gone Girl : Photo Kim Dickens, Patrick Fugit 

Fincher réalise par ailleurs un film soigné, pas forcément dans la fulgurance comme il sait le faire mais au moins il délivre largement de la tension quand il le faut, y compris pour mettre mal à l'aise. Et surtout, son récit reste passionnant au cinéma. On y parle du couple, de l'homme au bord du gouffre, de l'influence impressionnante du "people" devenant du jour au lendemain une star, le violent retournement de veste, l'incompétense de la police locale face à une affaire qui la resserre complètement dans l'étau. Mais bien évidemment rien ne marcherait sans des acteurs de qualité. Or, il est incroyable de voir à quel point quand je lisais le roman, on pouvait tout de suite voir pourquoi Fincher avait choisi ces acteurs-là et aucun autre. Comme une prédestination. Ils ont des rôles en or et le confirme notamment son duo principal. Ben Affleck trouve certainement le meilleur rôle de sa carrière en incarnant ce mari beauf ne se rendant pas compte (ou pas assez) de la merde qui l'attend. De plus, il a tout de suite l'air sympathique et même quand on apprend ses secrets, il ne paraît jamais comme un salaud. Rosamund Pike livre une prestation tout aussi impressionnante, parfaite dans un rôle au combien complexe et sulfureux. Quant à la musique, elle est très souvent hypnotique et ambiancé peut être plus que sur les deux précédentes compositions de Trent Reznor et Atticus Ross. Certains passages font même penser à Vangelis, tellement c'est planant.

Gone Girl : Photo Ben Affleck, David Clennon, Lisa Banes

Une adaptation grandiose avec des acteurs incroyables et toujours aussi violent dans son fond.

14 octobre 2014

Cuvée concept

Désolé chers lecteurs pour cette cuvée tardive et peinant à débarquer, votre cher Borat ayant fait la teuf jeudi soir et ayant eu un beau mal de crâne le vendredi après-midi (pas faute de ne pas avoir bu et fumé), je me suis mis à dormir toute la soirée, pas eu le temps samedi, d'autant que le soir, le Borat a enflammé le dance-floor, chantant comme un dieu (je n'ai plus de voix, mais vous vous en foutez bien puisque je vous écris donc vous ne m'entendez pas pardi!), dansant bien mieux que les stars et revenant seulement le dimanche après s'être bien fendu la gueule (mais pas bourrer la gueule). Voici donc l'excuse un brin trop longue mais terriblement réaliste pour m'excuser de ce léger contre-temps. Cette semaine, la Cave de Borat va faire dans la production industrielle pure et dure. Le cinéma et notamment français nous bourre la gueule de films concepts jusqu'aux titres, au point de faire rire aussi bien que grincer des dents. Borat, pas un spectateur plus bête qu'un autre, a décidé de se triturer les méninges pour vous trouver les films de demain et notamment français. Car le Borat a beau sortir de belles conneries chez ses conneries chez ses amis Jamesluctor et Tinalakiller, il n'en reste pas moins qu'il ne vous avait jamais montré ses talents de conteur émérite ou faiseur de bandes-annonces potentiellement débiles ou hilarantes en devenir! 

Mais après tout qu'est-ce que le film-concept? Le film-concept représente un film qui dit son titre vous impose un sujet, si possible en un mot pour le caser plus facilement ou alors un prénom comme ça on est totalement évasif. Exemples typiques: faites comme Tonton Besson avec Lucy, Nikita ou Léon; ou alors comme Fabien Onteniente avec Jet Set, Disco ou Camping. Allez lançons nous dans du lourd: 


 1. Antoine: l'histoire d'un coin coin pas comme les autres

Cette idée monumentale m'est arrivé chez la miss Tina le 12 septembre dernier. Le concept est totalement ahurissant de conneries: imaginez un canard en CGI (on éviterait donc le bug Howard the duck) qui a la voix d'Antoine de Caunes, qui fornique beaucoup, tabasse des yamakasis et fume le cigare, le tout écrit et réalisé par Luc Besson, comme une sorte d'Austin Powers coin coin? Cela ne se fera probablement jamais mais il est toujours amusant de penser que ce qui sort de la tête de Tonton Besson est parfois énorme (je renvoie à la bande-annonce de Taken 3 où Liam Neeson dégomme une roue de jet en Porsche!). Tiens imaginons un petit concept-art pour donner une idée du truc:

IMG

 

Alala à peine dans la Cave de Borat et déjà un tombeur! Imaginons un peu la bande-annonce:

  • Voix de Bernard Alane (voix phare de Morgan Freeman) faisant office de voix-off: Il est le plus grand des karatékas. (plan sur une ombre donnant un coup et un grognement s'en suit) Il emballe comme une bête (plan sur un lit rempli de filles l’attendant et le regardant). Et ça tombe bien car Antoine… (toujours le même plan sans jamais montré Antoine)
  •  Antoine: Alors je vous ai manqué mes petites canettes?!
  • Voix off: ...est un canard!
  • Antoine (face caméra): Alors ça vous en bouche un coin coin?!
  • Voix off: Antoine, l’histoire d’un coin coin pas comme les autres!
  • (Plan sur Antoine défonçant des yamakasi et regardant la caméra) Antoine: Avec moi, les yamakasi trépassent et les filles m’enlacent! Nom d’un coin coin!
  • Voix off: Produit, écrit, monté, photographié et réalisé par Luc Besson! Avec la voix d’Antoine de Caunes pour un personnage entièrement en CGI!
  • Antoine (toujours face caméra): T’as vu Avatar et les mecs bleus tout nus et avec une grosse queue? Bah moi je te montre mon bec, mes pieds palmés et mon costume Gucci que je viens de craquer!
  • Voix off: Antoine, l’histoire d’un canard qui a du coin coin un film de Luc Besson, sortie été 2015. 

Evidemment, une fois que ce film marchera, Tonton Besson voudra faire une suite ou une séquelle, parce que les producteurs l'y oblige (le pauvre, on irait presque le plaindre!). Voici le teaser:

  • Voix off (toujours Bernard Allane): Un trafic de drogue sème la panique dans Paris. Son chef ? Un dangereux yakuza karateka. (plan sur un acteur type Choi Min Sik qui fout un coup de tatanne à un associé ayant mal fait son travail tout en beuglant) Il n’a qu’un seul ennemi et il a un but.
  • Yakuza (dans un chinois petit nègre typiquement VF tout en beuglant): Je veux la tête d’Antoine le coin coin!
  • Voix off: Antoine 2: Le coin coin contre-attaque! La suite du film aux 15 millions d’entrées!
  • Antoine (costard-cravate noir lunettes noires assis dans un fauteuil avec une jolie pépée sur les genoux et un cigare dans la main): Bah quoi? Tu t’attendais à un retournement de situation type Sixième sens? Allez attends moi à l’été 2016 pour….
  • Voix off: Antoine 2: le coin coin contre attaque!
  • Antoine (plan rapproché): Bon chérie, tu viens je vais te passer de la crème.
  • Fille (surprise): Mais tu m’as déjà fait ça il y a une heure.
  • Antoine: T’inquiète je vais te faire goûter une crème 100% coin coin! (canard qui cligne de l’oeil droit et sourire carnassier comme De Caunes le faisait avec le personnage du Toub)
  • Fille: Hmm j’ai hâte!
  • Antoine: Quant à nous c’est pour l’été 2016 pour...
  • Voix off: Pour la troisième fois, Antoine 2: le coin coin contre-attaque! Putain c’est un teaser ou une rallonge! Je suis vraiment payé pour dire n’importe quoi! (pause) Ecrit et réalisé par Luc Besson. Eté 2016.

Et enfin, à un moment, Tonton Besson aura besoin de se payer une nouvelle retraite alors il fera un dernier film:

  • Voix off (Bernard Allane): Il a tabassé (plan d’une ombre qui donne des coups et cri Wilhem), il a mitraillé (plan sur le canon d’une mitraillette qui tire), il a forniqué.
  •  Fille (plan sur elle plutôt satisfaite et souriante): J’adore sa frimousse.
  • Voix off: Vous connaissez son nom! 
  • Antoine (Plan sur lui qui rentre dans une pièce blanche, lunettes de soleil et costume Armani) : Bah quoi? Vous n’avez jamais vu un canard bien sapé?!
  • Voix off: Antoine le retour du coin coin!
  • Antoine: Zut moi qui voulais me faire un coup vite fait.
  • Voix off: Ecrit et réalisé par Luc Besson. Sortie été 2017.

2. Tina La killeuse

Et si notre cher lectrice Tina devenait une héroïne de film avec un pseudo aussi expéditif? Tonton Besson aurait vraisemblablement tenu à être présent pour ce baptème du feu de notre miss au cinéma. Une héroïne rock'n rollesque qui va casser la baraque, en espérant que cela tiendra plus de Nikita que de Lucy (même si je ne suis pas copain avec Anne Parillaud depuis ma méchante critique du film de Tonton). Bande-annonce:

  • Voix d'Alain Dorval (voix phare de Stallone) en voix off: Le jour elle est étudiante (plan de l’héroïne de dos avec les étudiants autour la regardant entre intérêt et dégoût), le soir elle est une femme d’action (plan sur les poings levés vers la tête). Son nom?
  • Tina (plan en contre-plongée sur l’héroïne): Ici c’est moi qui fait la loi ok? Fils de pute! (savatage du bonhomme à terre) Et autant dire que les mecs ont intérêt à pas toucher à mon féminisme!
  • Voix off: Tina la killeuse!
  • Tina (visant le public): Et c’est pareil pour toi dans le public, petit macho déjà prêt à se mettre la main dans le pantalon!
  • Voix off: Et en 3D! (pause) Avec du romantisme ... (plan avec un mec essayant de toucher la jupe de l’héroïne… avant de se prendre un pain dans la gueule)
  • Tina: Celui là tu ne l’as pas volé Ducon!
  • Victime: C’est Brandon!
  • Tina: Et tu répond en plus?! (savatage en règle)
  • Voix off: De l’action...
  • Tina (elle coupe en quatre un gangster selon des points particuliers avec un sabre) : Fallait pas violer la loi andouille!
  • Voix off: Et de l’amour (Tina et un sidekick tout prêts devant la lune sur le Love theme de Blade Runner composé par Vangelis).
  • Tina: Je ne savais que tu avais... un si gros sabre.
  • Sidekick: Moi non plus.
  • Tina: Tu veux que je te le prête.
  • Sidekick: Volontiers.
  • Tina: Pour couper des steaks
  • Sidekick: Tout à fait.
  • Voix off: Tina la killeuse, écrit et réalisé par Luc Besson. Un film où le féminisme vous la met bien profond!
  • Tina: Et tu le sentira passer pauvre con!
  • Voix off: Interdit aux moins de 16 ans avec avertissement. Eté 2015

3. Projet Bis 

Voilà un petit truc que j'avais écrit chez l'ami Jamesluctor en avril 2013. On évoquait alors les found-footages et on était ainsi revenu sur l'une des grosses purges de l'an dernier, à savoir Projet X. J'ai moi-même filmé quelques soirées depuis, à la différence que le rendu est bien moins dégueulasse avec aucun budget. Comme quoi, il n'est pas dur de faire du found-footage ou vue subjective de manière lisible quand on n'a pas de fric. Voici donc une bande-annonce possible:

  • Voix de Richard Darbois (voix d'Harrison Ford) en voix-off: Il était venu pour faire un petit film...
  • Mario (tenant la caméra): Bon, avec des copains cinéphiles, on va filmer la fête façon Projet X mais sans le vulgaire et les problèmes. Ce serait mieux pour mon compte.
  • Benjamin: Et puis au moins tu pourras enfin dire 'j'ai fait une soirée'.
  • Voix-off: Il croyait passer une bonne soirée...
  • Benjamin (qui se retrouve avec la caméra): Mario arrête de picoller tu vas finir dans la piscine!
  • Voix-off: Il croyait draguer un max de meufs avec sa caméra...
  • Mario: C'est la nouvelle caméra de Canon, le top des camescopes.
  • Une fille: Moi j'ai mon smartphone, tu crois que ton engin est plus puissant?
  • Mario (complètement torché): Faut savoir duquel tu parles!
  • Une fille: Salaud! (elle lui donne une baffe)
  • Voix-off: Il croyait revenir en grande forme...
  • Mario (avec deux mecs lui tenant les bras et une bouteille dans chacune): Allez viens boire un tout petit coup à la maison!
  • Voix-off: Mais finalement tout a dérapé!
  • Mario (du haut du toit): C'est moi le roi du monde!
  • Benjamin (apeuré filmant en contre-plongée): Mario putain, ne saute pas de ce toit pour aller dans la piscine!
  • Mario: Hein?
  • Benjamin: Ne saute pas du toit!
  • Mario: Mais on n'est pas sur le toit, on est sur le Titanic!
  • Benjamin (se mettant une claque sur le front) Oh le con!"
  • (autre séquence où Mario drague une autre fille en se filmant face caméra) Mario: Tu aimes les films avec des gladiateurs chérie?
  • Une fille: Déjà, je ne suis pas ta chérie et ensuite je n'aime pas les films de gladiateurs!
  • Voix-off: Projet Bis.
  • Mario (le lendemain la tête dans le cul d'une fille et Benjamin tenant la caméra): Au vue de ce que je vois, on dirait que cela s'est bien passé! (il sourit la bouche pleine de dents en sang)
  • Voilà ce qui arrive quand on regarde trop de films pourris et qu'on croit faire pire! Prochainement dans vos bars, heu les salles!"

4. Very Bad Trique

Encore un projet débile sortant de mon imagination et inspiré par le camarade Luctor, au même moment. Là encore nous évoquions les soirées désastreuses et je me suis mis à penser à une version française et totalement assumé du film de Todd Phillips. Jusqu'au titre pouvant évoquer un film porno (je ne m'étonnerais même pas que ce soit le cas). Extrait:

  • Voix-off: Il pensait passer une bonne soirée pour l'enterrement de vie de garçons de son cousin...
  • Les quatre personnages en choeur: On va picoler! On va picoler! On va, on va, on va picoler!
  • Voix-off: A Pigalle...
  • Les quatre personnages en choeur: Des culs! Des culs! Des culs!
  • Roger (rôle principal, le fameux "il" de départ, visiblement ammoché): Des seins! Des seins! Des seins!
  • Brian (étonné): Et bien tu te lache mon Roger!
  • Roger :Ah que oui!
  • Brian (au cousin que l'on nommera Kevin): Dis moi il yoyote pas un peu ton cousin?
  • Kevin (à Brian): Je crois qu'il se prend pour le gros de Very Bad Trip...
  • Brian: Oh merde! ça va être rude!"
  • Voix-off: Mais tout a dérapé...
  • (Plan sur Roger sur le sol en plein coma étylique, il se lève doucement face caméra, va au toilettes et il voit l'un des camarades non-présentés dans la douche avec une hâche sur la tête et revenant dans la pièce initialeRogerAhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh! Les gars il y a Ash avec une hâche sur la tête!
  • Brian: Crie pas Roger, j'ai un de ces maux de tête carabinnés!
  • Roger: Mais attends il est où le cousin?
  • Brian: Pas dans les toilettes?
  • Roger: Non je t'ai dit que c'était Ash bordel!
  • Brian (excité): Ne crie pas merde! Bon le mini-bar t'as regardé? Sait-on jamais il a peut être des dons de contortioniste!
  • Roger: Non mais il n'y a plus de bouteille. Attends ça me gratte! (il voit un énorme suçon sur son entrejambe) Dis moi j'ai eu une relation sexuelle avec une probable stripteaseuse? (ton sérieux au possible)
  • Brian: Attends... Oui je crois même qu'il y en avait deux. Tu as passé une soirée chaude dans mon souvenir (il regarde les draps), on peut même dire que les draps s'en souviennent.
  • Ash: Coucou!
  • Brian et Roger (à l'unisson): AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh! 
  • Voix-off: Cette année... (Plan sur Pigalle illuminé avec Brian, Roger et Ash vraisemblablement toujours vivant cherchant le cousin, puis un autre sur un bar échangiste)
  • Un barman: Dis moi tu aimes les films de gladiateurs? 
  • Brian: Désolé, j'ai vu le film!
  • Un barman: Mais j'étais sérieux!"
  • (plan sur un abribus avec les trois cocos assis) Brian: Roger, la prochaine fois que tu prends le volant, prends plutôt un camion, au moins quand tu feras un accident, on ne volera pas dans le pare-brise!
  • Voix-off: Ils voulaient retrouver le cousin...
  • Roger: Kevin! Où es-tu?!"
  • Voix-off: Ils n'ont eu que des emmerdes...
  • Brian: Boom, crash, bam! Et ben on peut dire que c'était un sacré enterrement!
  • Roger (excédé): Brian quand tu arrêteras de nous souler sans boire tu nous le diras?"
  • Voix-off: Very Bad TriqueOpen bar été 2015"

Je terminerais cette chronique farfelue par:

5. Inglourious Dreyfus

Alors que Roman Polanski prépare son biopic depuis un bout de temps et vu que le cinéma américain fait tout et n'importe quoi avec Abraham Lincoln (ils ont quand même été jusqu'à en faire un chasseur de zombies ou de vampires!), alors pourquoi pas Alfred Dreyfus? Surtout avec Liam Neeson en pleine mode "pépère actionner". Ou quand Taken rencontre l'Histoire... Une idée qui me germe depuis 2012 donc quand j'étais au lycée. Je vous offre donc les deux bandes-annonces probables que j'avais écrit il y a deux ans.

  • Voix-off d'Alain Dorval: Ils l'ont condamné.
  • Protestants dans la rue: Le juif en taule! Yes!
  • Voix-off: Ils l'ont conspué.
  • Porte-parole: Nous avons là un pur traître combattant aux côtés des schleus, chers français! Les tomates pour lui foutrent sur la gueule c'est ici!
  • Voix-off: Ils l'ont enfermé pendant trois ans.
  • Dreyfus (Neeson face caméra): Trois ans! Dès que je sors, je me fais l'Elysée!
  • Voix-off: Une fois sorti, le voilà prêt à assouvir sa vengeance.
  • Dreyfus (plan montrant Dreyfus avec une mitrailleuse lourde mis en avant): Général!
  • Le général: Oui? Dreyfus! Mais que faites-vous avec cette mitraillette?!
  • Dreyfus: Te tuer enculé d'antisémite! (plan de profil sur Dreyfus tirant comme une bête!)"
  • Voix-off: Et ça ne se fera pas sans cadavre.
  • Dreyfus (sur le toit de l'Elysée avec le président de la république en l'air): Président! Je vous ai compris et je n'aime pas!
  • Président: Non! (Président sur les piques de la porte) Argh!
  • Emile Zola: Arrête Dreyfus, il y a eu déjà trop de morts.
  • Dreyfus (pointant son mini-gun sur Zola): Un problème Zola?
  • Zola: Non, non, je me joins au massacre! A l'abordage!
  • Dreyfus (très sérieux): On est sur terre Emile.
  • Zola: Et alors? On s'en fout!"
  • Voix off: Inglourious Dreyfus: Ils l'ont niqué, c'est maintenant lui qui les encule! Eté 2016."

 

  • Voix-off: Il a été torturé.
  • Tortionnaire: Parle Gros nez ou je te le fais raccourcir!
  • Voix-off: Il a été traîné dans la boue.
  • Un autre tortionnaire: Tiens bouffe sac à merde, la boue ça fera du bien à ta gueule!
  • Voix-off: Il a été dégradé.
  • Général (en conférence de presse): A compter de ce jour, Albert Dreyfus, dit Gros Nez... Oh les mecs arrêtez vos conneries, on est en place publique! Albert Dreyfus est démis de ses fonctions pour avoir collaboré avec l'ennemi allemand.
  • Voix-off: Il a été libéré et ne croyez surtout... (plan sur une mitraillette en train de se faire charger), surtout pas... (mini-gun paré) qu'il ne va pas se venger!
  • Général: Une déclaration Dreyfus pour votre libération?
  • Dreyfus: Oui mon général. Je préviens ceux qui m'ont descendu, ceux qui m'ont critiqué. J'ai des compétences particulières que j'ai acquise au cours d'une longue carrière militaire. Des compétences qui font de moi un vrai cauchemar pour vous. Je vous chercherais, je vous trouverais, je vous tuerais!
  • Voix-off: Liam Neeson est...
  • Dreyfus (face caméra): ça va chier pour les militaires de mes couilles!
  • Voix-off: Dreyfus dans...
  • Dreyfus (en train de mitrailler l'Elysée): Ah! Prenez ça bande d'enculés d'antisémites!
  • Voix-off: Inglourious Dreyfus!
  • Président: Tu crois que tu peux t'en sortir en séquestrant le président de la République Dreyfus, le grand Emile Loubet?!
  • Dreyfus (sourire carnassier): Je vais faire mieux.
  • Président (plan sur le haut de l'Elysée avec Dreyfus portant le président devant une barrière à piques): Non Dreyfus!
  • Dreyfus: Oh si!
  • Président: Noooooooooooooooooooon! Aaaaaaaaaaaaargh!
  • Voix-off: Inglourious Dreyfus: Ils l'ont niqué, c'est maintenant lui qui les encule! Sortie été 2016."

Allez à la semaine prochaine!

Posté par borat8 à 10:00 - - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags : ,

11 octobre 2014

Putain 5 ans!

Happy birthday Ciné Borat! 

Il est incroyable de voir à quel point ces cinq années sont passées à une vitesse folle. On ne se rend pas forcément compte, mais Ciné Borat a désormais cinq ans et autant de casseroles sur le grill. D'autant que votre cher Borat a bien changé, il est plus réfléchi dans ses commentaires (ou pas) mais surtout fait toujours autant de mauvaises vannes! Commençons donc par les chiffres car il faut bien faire un bilan mathématique. Ciné Borat totalise désormais 3390 articles, plus de 32 000 commentaires et plus de 731 655 visiteurs. Cela ne se serait jamais fait sans vous chers lecteurs comme je le dis chaque année. Ainsi je remercie le sacro-saint Olivier (qui m'a accompagné encore cette année dans notre croisade pour parler cinéma varié), l'innénarable Vince (il me tuera encore de dire que c'est le Bruno Mars français mais je le fais quand même), la séduisante Tina (qui va encore dire que non), l'incorruptible 2flics (vous croyez qu'il cherche les trafiquants de drogue en Gucci pour quoi?), le houleux Titi (on s'engueule tout le temps mais on s'adore!), la menace Max (je l'imagine en train de se mettre une baffe après cette mauvaise vanne), le nanarophile et senteur de teen movies avariés Jamesluctor, le fana de BD italiennes et de cinéma d'antan Gerard (après JC vu qu'il adore les peplums), l'expéditif Selenie (les gens le remercie!), Prince qui craint le noir (bon ok ne me tape pas c'est l'anniversaire de ce blog de malheur), Nicos l'ami des années 80, les adorables Yvonne et Tango, Laurent le réanimateur de films (j'ai refait la vanne),  l'ami Rico (ré, ok je sors...), Kapalsky, Ronnie qui passe de temps en temps, Dinoa, Avel Yuffyn, HDEF et tout ceux que j'oublie.

En sachant que depuis, Ciné Borat a son compte Twitter. L'occasion pour votre cher Borat de converser avec d'autres internautes et surtout d'informer les abonnés sur l'actualité du cinéma et des séries notamment. On peut dire qu'il y a deux espaces dorénavant. Celui de Canalblog avec les chroniques et Twitter où l'actu est au centre de tout. Pour les réactions à chaud sur les films que je vois, pour les conversations, pour des lives. En tous cas, Ciné Borat évolue au bout de cinq ans. Un petit pas pour le lecteur, un grand pas pour le Borat. Pour le reste, certains l'auront remarquer: Ciné Borat est moins régulier. Certains comprendront rapidement pourquoi. Avec mon rythme universitaire (donc cours et soirées), je ne suis plus forcément devant mon ordinateur tous les soirs ou les jours et donc je ne me force plus à faire un article pour le lendemain. Déjà parce que la fatigue ne me le permet parfois pas mais surtout je ne tiens pas à faire du travail baclé, surtout pour vos beaux yeux lecteurs. Je ne vous dirais pas le nombre d'articles qu'il y aura chaque semaine mais il n'y en aura pas forcément tous les jours. Néanmoins, pour être honnête il y aura au moins un article par semaine avec la Cave de Borat.

En février prochain, la rubrique hebdomadaire de ce blog atteindra sa deuxième année et il y a toujours autant d'idées. Comme vous l'aurez surement remarquer, la Cave de Borat est un havre de créativité, me permettant d'aborder divers sujets confirmant que ce blog est réellement multi-culturel malgré son nom tapageur. Mais surtout la rubrique a radicalement changé, passant définitivement de son statut initial à rubrique à sujet, avec des articles pouvant se focaliser sur un sujet bien précis. Durant les mois d'août et septembre, vous avez eu droit à mes souvenirs estivaux et cinéphiliques avec "Retour vers l'été passé". Les séries Friends, Glee et Lost ont eu leur chronique individuelle quand David Fincher, Michael Jackson et Spike Jonze ont eu droit à leur cuvée clipesques. En sachant qu'en parlant de clips, j'espère me lancer dans des chroniques sur Anton Corbijn et Chris Cunningham. Des portraits ont également été réalisé pour Nicolas Cage, Tom Cruise, Schwarzy, JCVD ou même le polémique Michael Bay. D'autres thèmes plus triviaux ont été abordé avec panache comme les casseroles des footbaleurs, la musique encore et toujours, les vidéos de Mozinor, Kad et O et les Nuls et même des tops animation (un nouveau sera probablement réalisé pour noël). J'ai même osé la spéciale St Valentin, certainement un des moments les plus fun que j'ai eu à rédiger cette année.

La Cave de Borat a encore de beaux jours je pense car le Borat a toujours une bonne idée qui lui arrive et ce même en fin de semaine (la rubrique n'ayant depuis plus de jours de publication particulier même si j'aime bien le dimanche). Je pense parler aussi de certaines sagas d'ici là, je pense à Matrix notamment. Et même mieux, des cuvées avec des films qui ne verront pas le jour mais qu'il est toujours bon de s'imaginer. Notamment ces films-concept français avec seulement un mot dans le titre. Pour le reste, comme d'habitude, je n'ai fait que la moitié des films que j'avais mis dans ma liste et j'ai décidé de faire une liste plus simple, comportant quasiment uniquement que des films de cette années. Voici un avant-goût:

  • The Homesman de Tommy Lee Jones
  • Entretien avec un vampire de Neil Jordan
  • Byzantium de ""
  • Sils Maria d'Olivier Assayas
  • Stoker de Park Chan Wook
  • Situation amoureuse c'est compliqué de Manu Payet et Rodolphe Lauga
  • Dragons 2 de Dean DeBlois
  • The World's end d'Edgar Wright
  • This is the end de Seth Rogen et Evan Goldberg
  • Le crocodile du Bodswanga de Fabrice Eboué et Lionel Steketee
  • Gibraltar de Julien Leclercq
  • Un jour peut être d'Adam Brooks
  • Mea Culpa de Fred Cavayé
  • Photo Obsession de Mark Romanek
  • The Immigrant de James Gray
  • A la poursuite d'Octobre rouge de John McTiernan
  • Medicine Man de ""
  • Thomas Crown de ""
  • Gemma Bovery d'Anne Fontaine
  • Seize bougies pour Sam de John Hugues
  • Docteur Jivago de David Lean
  • El Topo d'Alejandro Jodorowsky
  • Saving Mr Banks de John Lee Hancock
  • Joe de David Gordon Green
  • 96 heures de Frédéric Schoendoerffer
  • Coup de foudre à Notting Hill de Roger Michell
  • Rush Hour de Brett Ratner

Mais Ciné Borat fera aussi la part belle aussi aux séries puisque vous savez que l'ami Borat en consomme pas mal. Les saisons 3 à 5 d'Angel sont toujours sur le grill, pareil pour les saisons 4 et 5 de Sons of anarchy, les saisons 2 et 3 de Game of thrones et la première saison de Masters of sex. Dès que j'aurais fini les saisons respectives, je m'attaquerais à la saison 1 de Blacklist et à 24: Live another day (et si je suis assez fou à la première). Donc de quoi faire, en sachant que d'ici l'an prochain il y aura de quoi faire. En tous cas, j'espère encore atteindre la sixième année, l'année de la rédemption peut être. Viens Luc on va se remater Lucy ensemble en 3D...

Posté par borat8 à 10:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,

09 octobre 2014

Les cornes parlent pour vous

Iggy vient de perdre sa petite-amie de toujours et se voit accuser du meurtre. Blasphémant, il se retrouve dès le lendemain avec des cornes sur le front et découvre qu'elles peuvent faire parler les gens sur leurs secrets enfouis. L'occasion de retrouver le vrai meurtrier...

Horns (affiche)

Dire que Horns aurait dû sortir depuis bien longtemps relève de l'euphémisme. Diffusé en septembre 2013 au Festival de Toronto, le quatrième film américain d'Alexandre Aja a attendu plus d'un an pour sortir. La raison? L'acquisition du film par les frères Weinstein qui lui ont tant fait de mal par le passé (on pense à la fois à La colline a des yeux qui a été retardé à cause d'eux ou la post-production catastrophique de Piranha 3D). Donc le film a été retardé et pour preuve il est sorti en France avant sa sortie ricaine prévue pour Halloween. Décidemment quand ça veut pas... Heureusement pour lui, Aja est déjà prêt pour un nouveau film pendant qu'il peine à financer son adaptation de Space Adventure Cobra. Horns est adapté d'un roman de Joe Hill, fils de Stephen King et signe le retour de Daniel Radcliffe au fantastique à tendance horrifique après La dame en noir, entouré de Juno Temple, Max Minghella, Joe Anderson, Heather Graham, James Remar, David Morse, Kathleen Quinlan et Kelli Garner. Allons-en au fait: Horns n'est en rien parfait. Il a beau être purement sympathique, il n'en reste pas moins d'une prévisibilité ahurissante. Je ne sais pas si c'est la même chose pour la nouvelle, mais bons nombres d'éléments de son adaptation paraissent tellement prévisibles. On sent tout venir à 20 km.

Horns : Photo Juno Temple

Que ce soit l'identité du tueur (franchement on peut vraiment dire que cela saute à la figure très rapidement), la raison du départ de la fille du bar ou même certains dialogues (je me suis mis à en réciter un tel quel avant même que Juno Temple n'ouvre la bouche!), on n'est pas ou jamais surpris. C'est tout de même dommage qu'Aja se viande ainsi, car le film est tellement prévisible dans son contenu qu'il en devient pénible de continuer à le suivre sans avoir un air de déjà vu. Sinistre car le film en lui-même est très sympa et cette prévisibilité le rabaisse à un vulgaire film du samedi ou dimanche soir, du type "on l'a déjà vu mais ça se regarde". Ce qui n'a rien de méchant, mais c'est malheureux pour la direction artistique du film. L'air de rien, le film semble aussi proche de Stand by me (pour ses flashbacks de départ et n'oublions que l'auteur est le fils du King) que de Hellboy (son personnage principal est clairement bien parti pour aller aussi bien vers le bien que le mal). D'autant qu'Aja n'hésite jamais entre humour noir et moments plus dramatiques subtils, certains étant même inattendus. Comme un flashback tragique dans un drive-in ou une scène de baise à coeur ouvert (faut se faire plaisir!) alors que le personnage principal vient juste de se réveiller! Un sens de la transition qui prend notamment tout son sens dans des moments de révélations tragi-comiques.

Horns : Photo Daniel Radcliffe

De plus, le film peut compter sur un bon casting et notamment Daniel Radcliffe que je n'avais pas vu aussi convaincant jusqu'à maintenant (à part dans certains Harry Potter où il ne faisait pas la grimace). L'acteur se révèle particulièrement convaincant en homme tourmenté par la mort de sa copine et passant à différents stades. C'est certainement une des meilleures surprises du film: il est parfait dans son rôle et joue beaucoup mieux dorénavant avec l'expérience post-HP. Mais surtout Aja s'amuse de la dualité entre le bien et le mal jusqu'à ce qu'ils ne fassent plus qu'un à travers un personnage insaisissable. Pour cela, le réalisateur a encore fait appel aux services des géniaux cocos de KNB et l'on se retrouve avec énormément de beaux maquillages notamment sur les transformations. Sans compter certaines séquences particulières comme le trip de Joe Anderson complètement fantastique (dans le genre "le décor devient tout autre") ou le final partant souvent dans des directions improbables. Même si le film patie d'un script balisé, il parvient largement à se sauver par sa mise en scène intéressante et déjà bien plus inventive que bons nombres de films d'horreur ou épouvantes produits par Hollywood. A mon humble avis, allez plutôt voir Horns qu'Annabelle.

Horns : Photo Daniel Radcliffe

Vraiment sympathique par sa direction artistique et son acteur principal irréprochable, mais bloqué par des actions prévisibles.

06 octobre 2014

Que t'aime! Que t'aime! Que t'aime! (désolé...)

Un handicapé mental bat une fille qu'il aime après avoir vu sa soeur pratiquer des positions SM. Le psychologue de la fille a alors une idée de génie: confronter et faire tomber amoureux l'handicapé mental et sa victime...

T'aime : affiche

Attention rareté absolue dans le navet! Quasiment invisible des écrans! Quasiment jamais passé à la télé! Même pas disponible en DVD (tout du moins en dehors d'un coffret de dix films!)! Et français! De l'inédit pour ce blog déjà bien complet dans la bouse cinématographique. Je l'avais vu programmé une fois sur France 2 en deuxième voire troisième partie de soirée, mais c'est surtout Nanarland qui avait éclairé ma lanterne. Un camarade m'a alors dit qu'il l'avait trouvé (pour les courageux sur Youwatch) et quand je suis allé chez lui, il me l'a montré alors qu'on avait du temps libre entre les cours. On devait regarder dix minutes, on a tout regarder. Ce film c'est T'aime seul et unique film du génial amateur de fiesta Patrick Sébastien, flop monumental et uniquement disponible en VHS en dehors du streaming (pour ceux qui osent le diffuser!). Une merveille de navet que l'on pourrait qualifier par une phrase: "Patrick Sébastien parle de viol et maladie mentale!" Alors je tiens à préciser je n'ai absolument rien contre Patrick Sébastien, j'ai même une certaine tendresse pour le coco (même si je ne regarde pas ses émissions) étant quand même réputé pour mon côté beauf (et assumé à mes risques et périls) et je connais (malheureusement ou non) la plupart des refrains de ses chansons. Mais là désolé Patrick t'as vraiment sniffé de la colle! 

T'aime : photo

Déjà ton look ferait rire le premier de tes détracteurs, mais en plus ton film est quand même involontairement drôle et ce malgré la naïveté totalement assumée du film (je n'aime pas tirer sur l'ambulance, ou tout du moins pas sur ce genre de film). On se doute que le présentateur du Plus grand cabaret du monde et des Années bonheur est sincère dans sa démarche, mais franchement les bonnes intentions ne font pas toujours les bons films. En l'occurrence sur T'aime, cela en devient même une overdose mais pour cela revenons sur les éléments de départ. On a donc un handicapé mental qui adore les oiseaux (et le premier plan nous le montre en épouvantail comme le dévoile l'affiche, car les épouvantails ne font pas peur aux oiseaux mais les attirent) qui voit une fille à une fête. C'est alors qu'après la fête de quartier, il découvre sa soeur en train de coucher avec son compagnon avec la particularité d'adorer se faire taper dessus! Une séquence qui relève quand même de l'hilarité la plus totale, les coups étant surdimensionnés par rapport à la réalité (en gros ce ne sont plus des frappes avec la paume de la main, mais carrément du poing américain!) et on aurait préféré que cela dure moins longtemps surtout en comparaison de la scène du "viol". Bah oui c'est logique pour une jeune fille de se retrouver sur un chemin absolument noir, sans éclairage et surtout de ne pas se poser de question sur le fait qu'un handicapé mental la suit, lui-même n'ayant rien à foutre dehors à cette heure-là!

Mais bon, le mal est fait: comme il a vu sa soeur se faire défoncer la gueule pour le plaisir (de prendre le temps de temps en temps...), alors il se dit que sa femme d'un soir aimera cela. En gros il lui défonce la gueule! Avant cela, il faut aussi voir les répliques de fou concoctées par ce bon vieux Patrick. L'handicapé se fait insulté de tous les noms et certainement pas de la manière la plus sobre. Il demande une poupée, il se fait tout de suite remballé par le vendeur "Au moins celle-là elle ne te dira pas non!". Et paf! C'est vrai que le bonhomme a vraiment de besoin de cela, merci! Quand il danse avec la poupée, un autre gars encore plus sobre lui balance le subtil "Hé mec, quand tu vas la baiser, fais attention de ne pas l'étouffer!" Et paf combo dix-mille! Le meilleur vient certainement de ce moment où Myriam Boyer est raccompagnée dans un silence de mort avant que même pas à mi-chemin de la sortie, la fanfare redémarre alors que les bonhommes ne jouent même pas de leurs instruments! Une transition d'une subtilité jubilatoire et à se tordre de rire. Si la première partie est déjà savoureuse, vous n'imaginez même pas ce qu'il va vous arriver sur le coin de la figure. Jean-François Balmer incarne la pourriture capitaliste qui sert de père à la fille, Boyer la mère alcoolo et divorcée de la fille, Michel Duchaussoy le pote psychologue de Patrick, Annie Girardot en patiente ayant balancé son gosse par la fenêtre (pauvre Annie, décidemment ils t'auront tous laissé faire n'importe quoi...), Jean François Dérec (mais si le mec qui galérait avec des gosses pour garder ses petits Lu!) en surveillant salaud et évidemment voici débarquer ce bon vieux Patrick en psychologue ayant de très gros problèmes de couple, parlant tout seul sur sa moto (un cas clinique certains diront) et dont le crédo est "l'avenir de l'humanité c'est pas le valium c'est l'amour" (notez-la!).

J'ai déjà décrypté son look dégueulasse mais alors pour le rôle, c'est jubilatoire au possible. Déjà qu'on le sent parfois très/trop proche de sa patiente (faut voir ce plan où il est allongé à ses côtés alors qu'elle a un décolleté bien visible ou celui où il est en ombre chinoise et lui balance des fleurs!), mais alors la confronter à son "violeur" (que l'on qualifiera davantage de "batteur") là on atteint des sommets de conneries jubilatoires! Imaginez un peu ce bon vieux Patrick qui joue les entre-metteurs, faisant tomber amoureux l'handicapé et la femme battue par ses soins! Totalement improbable d'autant que monter de cette manière, on se retrouve avec une romance express en hôpital psychiatrique. Ne cherchez pas à comprendre, vous êtes dans l'univers de T'aime d'autant que les séquences entre Balmer furax et Sébastien génial sont à se rouler par terre. Balmer se met à menacer Sébastien et là ça part en cacahuète: "Et toi je te crève! -Je vous crève! -Tu me menace?! -Je vous menace pas, je rectifie. On se vouvoie non? Je vous crève!" Mais encore plus sobre, l'ami Balmer dézingue Sébastien en deux secondes: "Vous vous prenez pour le Christ, vous êtes trop gras!" Et paf combo triple! Mais surtout on part très souvent dans le nawak comme avec ce passage où Boyer recouche avec Balmer (comme quoi même les divorcés se réconcilient par le sexe!), le passage délirant des tartines ou ce voyage au XIXème totalement ahurissant! A cela rajoutez une réalisation fade au possible, des acteurs qui se sont donnés le mot pour être ridicules ou cabottins, une chanson de Patrick Fiory (tout est dit) et un final où une balle à l'arcane sourciliaire vous tue! Parfois il ne faut pas chercher à comprendre!

Un baptème du feu délirant et terriblement nanar de Patrick Sébastien! Certains y verront un navet complètement repoussant, d'autres un subtil nanar où les situations et répliques fusent dans le rire. Je suis un peu des deux. 


T'AIME par teneox

05 octobre 2014

Cuvée Fincher

La Cave de Borat a déjà ouvert ses portes aux clips et notamment pour une cuvée spéciale  Spike Jonze. A l'heure où Gone Girl est attendu pour mercredi, il était temps de revenir sur les talents de clippeur de l'ami David Fincher. Pas sur tout mais le principal sera là. Car oui, on l'oublie souvent mais Fincher fut un clippeur phare, le genre qui a réussi à trouver des propositions de longs grâce aux clips (à l'image d'Anton Corbijn même s'il s'est mis au long plus tard). Je vous avais d'ailleurs montré son clip Who is it pour Michael Jackson en juin dernier, voici donc un beau petit panel des clips de l'un des meilleurs réalisateurs de la fin du XXème siècle. Fincher a commencé tout d'abord comme petit génie des effets-spéciaux chez ILM pour le bonheur de George Lucas (les effets de la scène du pont d'Indiana Jones et le temple maudit c'est lui!), mais dès 1984 il se lance dans le clip-vidéo alors en tout début d'expansion (voire en pleine découverte artistique comme le confirme le clip de Money for nothing) avant l'explosion MTV. Avec notamment Dominic Sena (futur tâcheron d'Opération espadon ou Le dernier des templiers), il formait la dream-team de Propaganda Films, une boîte de production misant sur le fameux clip.  La première fois que j'ai vu les talents de Fincher en tant que clippeur ce fut avec Freedom '90 de George Michael. Invisible du clip (c'était une des volontés de Michael, il ne voulait qu'on ne le voit jamais sur aucun des clips ), le chanteur laisse la place aux plus beaux mannequins féminins du début des années 90. 

Imaginez un peu: Naomi Campbell (encore peu sauvage), Cindy Crawford (et sa verrue), Linda Evangelista (et son regard foudroyant), Tatjana Palitz (et son chemisier panthère) et Christy Turlington (et ses yeux ravissants) dans un clip mettant en scène une chanson d'un des sex-symbols de la musique des 80's. De quoi se ravir totalement les yeux et les oreilles, Freedom '90 étant un bonheur de coolitude et probablement une des rares chansons de Michael que j'aime (je ne suis pas un grand fan). Un déluge d'images sexy avec Naomi en mini jupe très courte et haut transparant, Linda allant sous son pull ou Cindy se séchant les cheveux de manière surnaturelle (la forme est trouble et on a du mal à voir Crawford en dessous). A cela rajoutez les mannequins masculins dont un ayant un look très similaire à Michael (banane notamment) et des éléments liés à Michael qui explosent (que ce soit le blouson, le jukebox ou la guitare présents tout trois dans le clip Faith). Il n'est donc pas étonnant quee ce clip reste le plus célèbre de Fincher comme celui qui suit, car il y a un vrai statut culte et une complexité pour la direction d'acteurs. Car filmer des mannequins n'a rien de très facile, car beaucoup moins patients et surtout les filmer aussi bien. Réunir les cinq gros mannequins féminins de l'époque (il ne manque que Claudia Schiffer) dans une même vidéo relevait du fantasme, Fincher l'a fait. S'il y a une collaboration qui a duré chez Fincher, c'est bien celle avec Madonna. La même année que Freedom '90, il lui signait un des plus grands clips de la Ciccone avec Vogue, ôde au magazine de mode et filmé en noir et blanc.

Par ailleurs, le clip aura du mal à passer sur MTV à cause des plans montrant la miss en blouse transparante (à partir de 1'09). Tant pis pour MTV, la chanteuse leur cloua le bec. Le clip commence comme un défilé de mode ou limite montre des possibles photos de mode en plein mouvement pendant que Madonna est dans un costume digne de Marilyn Monroe. Puis pareil ensuite avec des danseurs prenant la pose de différentes façons. Tout tient sur la pose et le cadre (d'ailleurs dans la chorégraphie de Madonna, elle mime sans cesse le cadre avec ses doigts pour évoquer l'appareil photo). Par ailleurs le temps d'un plan, le soutien-gorge aux pics ravageurs de Gauthier refait son apparition.  Mais avant cela, il avait signé pour elle le clip Express yourself en 1989. Troisième clip le plus cher de tous les temps, Express yourself s'inspire largement de Metropolis de Fritz Lang avec Madonna paraissant comme le fameux robot doré du film allemand, à savoir un élément perturbateur avec les riches (habillés chiquement et aux physiques ingrats) et les ouvriers (taillés comme des gravures de mode et torse nu). De plus, le clip s'avère assez sexy (Madonna se retrouve à un moment à danser en nuisette et porte-jaretelle avant le final où elle s'offre nue sous une couverture à un ouvrier!) et Fincher s'amuse aux ombres chinoises quand il n'éclaire pas la Ciccone assez fort pour que l'on ne puisse plus distinguer les traits de son visage en dehors des yeux et de la bouche. L'influence de Lang va jusqu'au monocle de Madonna ou du riche chauve, objet que portait le réalisateur. Le décor principal est évidemment l'usine avec ses rouages quand les plans larges ne dévoilent pas une ville remplie de tours. Fincher s'est fait plaisir ici en rendant hommage au plus grand cinéaste allemand.

Puis vient Oh Father toujours en 1989. Une petite fille joue dans la neige, un prêtre la suit des yeux sa mère est en train de mourir. Pour la chanteuse, c'est un moyen d'évoquer la mort de sa mère, le noir et blanc jouant sur le côté dramatique de la situation. Le clip est plutôt bien réalisé, le noir et blanc comme dit précédemment donnant une atmosphère terriblement froide et évoquant indubitablement la mort. On regrette néanmoins le passage des perles en CGI plutôt dégueulasses. Leur dernière collaboration se fait plus ou moins dans la douleur, puisque le réalisateur ne succombera pas aux caprices de Madonna. Après Bad Girl, elle ne voudra plus travailler avec Fincher, travaillant avec Chris Cunningham ou Luc Besson pour ne citer qu'eux. Ambiance de polar malgré la musique, Christopher Walken haut perché et dansant dans un rôle d'ange gardien, Madonna au lit et femme fatale (elle n'est pas sans rappeler Lauren Baccall avec son bonnet) et c'était fois-ci de la couleur! Une ambiance dépressive qui n'est pas sans rappeler que Fincher vient de réaliser Alien 3 en catastrophe, retrouvant ainsi des moyens plus convenables pour lui et en passe d'enchaîner avec Seven deux ans plus tard. La transition vers New York est toute tracée. 

En 1989, Fincher signait le clip de Janie's got a gun d'Aerosmith qui commence comme un polar avec la banderole de police, puis paf shootage facile du groupe sur scène quasiment dans le noir complet. Puis paf fille en bikini sur une pelouse! On voit une femme, son mari et probablement sa fille; puis paf de nouveau la police avec un enquêteur cherchant une jeune fille. Puis tout se tasse avant les tonnes de coups de feu sur le solo du guitariste. En dehors de la scène de la pelouse, la plupart des scènes sont toutes ancrées dans le noir, donnant un ton terriblement noir à l'ensemble. A cela rajoutez l'inceste, le meurtre ou alors ce plan ressortant de l'éclat de balle présent dans le bide du père. Puis vint l'épisode Billy Idol, tout d'abord avec Cradle of love. Un mec clone parfait du regretté Harold Ramis, sa voisine très jeune et très sexy qui se déhanche devant un écran géant avec Billy Idol qui chante (mais pas montré au dessus de la taille car Billy Idol ressortait d'un accident). C'est terriblement sexy et Fincher joue même avec les CGI avec Billy Idol s'incrustant dans le pop art de Marilyn! N'ayant pas vu le film en question mais seulement certaines images, on pourrait même voir un hommage à Body Double dans la scène où le mec observe la fille depuis des volets. Le final est par ailleurs grandiose en son genre!

LA Woman continue le voyage entre David Fincher et Billy Idol. Début fracassant avec une sorte de sosie de Marilyn (décidemment quelque chose qui revient souvent dans les clips de Fincher!) crucifié à un poteau électrique! Puis Los Angeles au crépuscule, boîte de nuit, Billy en flamme puis viens la fameuse LA Woman en blanc et soutien-gorge apparent. Survient alors une série de rencontres avant de revoir cette fameuse LA Woman en belle lingerie. On s'étonne encore que l'ami Fincher n'a pas fait de pub pour Victoria's secret alors que son pote Michael Bay à l'époque ne faisait que ça! Très célèbre chanson, Englishman in New York de Sting est aussi un clip de David Fincher. Retour au noir et blanc et à la ville qui pourrait être celle de Seven (même s'il n'évoque jamais la ville dans laquelle se situe l'action), un saxophoniste dans un immeuble, Sting avec un parapluie marchant dans la rue, une vieille dame que l'on retrouve partout, la neige. Ce n'est pas le plus grand des clips de Fincher, mais c'est la classe. Autre rencontre rock'n rollesque avec les Rolling Stones sur le clip Love is strong. Une chanson qui ne dira peut être pas grand chose, mais le clip on s'en souvient plutôt bien. 

Et pour cause, la plupart des protagonistes sont augmentés dans des lieux publics. Par exemple Keith Richards qui fait de la guitare de manière géante contre le pont de Brooklyn. Des jeux de perspectives foudroyants et fonctionnant à merveille sur plusieurs plans notamment les contre-plongées, augmentant le décalage. On remarque également beaucoup de travellings pour filmer les rues de New York envahies par les pierres qui roulent et les figurants. Plutôt que de vous montrez le clip de Justin vu par des millions d'internautes (alors oui c'est classe mais pas de quoi sauter au plafond), je préfère vous emmener dans le monde de Nine Inch Nail avec le clip d'Only. Une moindre chose quand on sait que le générique de Seven aussi morbide et grandiose soit-il ne serait rien sans l'apport musical du titre Closer; et début d'une collaboration qui s'étendra sur trois films dont The Social Network qui value à Reznor et Atticus Ross l'Oscar de la meilleure musique. Un clip massivement mis en scène à travers des particules rassemblant le visage de Trent Reznor. Un résultat plutôt pas mal et visuellement crédible. Enfin je terminerais les prouesses de clippeur de l'ami David par une improbabilité absolument unique. 

Ainsi, en 1987 Fincher réalisait le clip de Bamboleo la chanson phare des Gipsy Kings! Peut être un besoin de pognon allez savoir, mais en tous cas voici l'ami Fincher qui filme les champs de blé avec nos accolytes gitans qui jouent et une histoire d'amour. Allez à la semaine prochaine!


Gipsy Kings - Bamboleo par chilavert

04 octobre 2014

Un raid en sous-marin

Juste après l'opération de l'immeuble, Rama va devoir s'infiltrer dans le milieu des gangsters corrompant la police. Un long chemin de croix...

The raid 2 (affiche)

Deux ans après l'uppercut, on en redemande. De par sa violence et ses chorégraphies fulgurantes, The Raid a fait un bien fou au cinéma d'action, coincé par des productions hollywoodiennes de seconde zone, bourrées de CGI et omniprésente sur le marché. Preuve en est, le seul moyen pour Hollywood de dégaîner est de mettre en production un remake du film de Gareth Evans. Autant dire que pour les combats impressionnants, on peut aller se brosser. Le projet Berandal devait au départ être un film "stand alone" devant être réalisé avant The Raid, mais suite au succès du film Evans l'a transformé en une suite directe. Le film a cassé la baraque à Sundance puis est sorti aux USA début avril en sortie limitée. Mais en France, il est sorti en juillet et s'est pris un beau vent. La raison selon son distributeur Le Pacte: le sacro-sataniste téléchargement illégal qu'il est toujours bon de dénigrer quand on a quelque chose à se reprocher. Et pour cause, le film devait au départ sortir dans le sillon des USA, puis par un curieux hasard, a été déplacé au 23 juillet entre Transformers 4 et La Planète des singes. Soit presque quatre mois après sa sortie US et encore plus avec sa présentation à Sundance! Et après ça vient se plaindre que le téléchargement explose en quatre mois de distribution en attente!

The Raid 2 : Photo

Mais mieux le film a été très mal distribué. Je vais prendre mon cas. Je suis parti en vacances la semaine du 23 et revenu la semaine du 30. En une semaine, le film avait vu toutes ses premières séances virées pour laisser place à la seule 22h30 à mon Kinépolis, quand les autres cinémas ne le diffusaient plus. Même Sexy Dance 5 avait plus de séances! Faut pas s'étonner non plus du téléchargeement ou du streaming. Comment voulez vous voir un film sans se focaliser sur la première semaine pour le voir, si au bout de sept jours, il est déjà invisible des écrans? Deux raisons que ferait mieux de corriger Le Pacte avant de pleurer sur Allociné ou dans les colonnes de Cinémateaser. En fait le principal défaut de The Raid 2 est sa fonction initiale. Comme dit plus haut, le film était inititalement un stand alone. En le changeant en une sequelle de son succès, Evans en revient à un film de 2h20, ce qui accumule certaines longueurs au bout d'un moment. Par exemple, le personnage Prakoso est juste un véhicule pour faire revenir l'acteur Yayan Ruhian. Sauf que ses moments sont totalement inutiles même s'ils auront un petit impact sur le fils du parrain du crime. Il n'en reste pas moins que cela apparaît plus comme un rajout inutile. Il y a aussi quelques moments de silence un peu trop long notamment la réunion chez le tueur du frère de Rama où le temps devient long au bout d'un moment.

The Raid 2 : Photo

Ensuite, on a aussi l'impression que Rama est parfois trop laissé de côté pour laisser plus de place au jeune parrain en herbe. Un mal pour un bien car The Raid 2 essaye au moins de créer un univers, de travailler ses personnages et d'essayer d'instaurer une trame sur la longueur. Au moins Gareth Evans fait au moins quelque chose quitte à ce que ce soit un peu déjà vu. Notamment le fils cherchant à devenir aussi puissant que son père ou Rama s'infiltrant dans un milieu criminel pour sous-tirer des informations pour foutre en l'air les grandes instances corrompues dans la police. Pour le reste, The Raid 2 est d'une éclate assurée. Voire encore plus sauvage que le premier. Il n'y a qu'à voir un personnage comme Hammer Girl (Julie Estelle) qui défonce la gueule de gangsters dans un train avec un marteau. Un véritable massacre ambulant comme on les adore. Mais personnellement je retiendrais vraiment le climax dans le couloir entre Rama et Hammer Girl et l'Homme à la batte qui finit dans une violence incroyable. Evans confirme qu'il sait filmer des scènes d'action et surtout qu'il ne fait pas de montage cut toutes les deux secondes à l'américaine. Dans ce domaine les deux The Raid risquent de devenir des références pour encore longtemps. Iko Uwais est toujours aussi impressionnant et savate toujours avec une virtuosité folle. Ce défonceur de tronche risque d'aller très loin!

The Raid 2 : Photo Julie Estelle

Coup de poing dans la tronche, amusement indéniable, un peu de créativité, malgré quelques longueurs.

30 septembre 2014

Les Papyables feraient mieux de prendre leur retraite

Barney Ross laisse ses potes de côté pour engager des jeunes, afin de liquider un de ses anciens associés...

Expendables 3 : Affiche

Il est tout de même impressionnant de se dire ça: Borat a vu Expendables 3 avant The Raid 2 (cela a été rattrapé ce week-end et j'en suis bien content!). C'est dramatique mais pourtant c'est bel et bien le cas. Par contre, je l'ai vu en streaming ce qui n'a pas arangé les finances d'un Expendables 3 qui en avait bien besoin. Promotion indéniable, passage surmédiatisé à Cannes avec notamment un tank en guest, mais public peu convaincu et le film démarre à moins de 20 millions de $ de recettes lors de son premier week end. Déjà que le second avait moins marché que le premier, là c'est le coup dur pour la bande à Stallone. Les recettes aux USA sont franchement mauvaises pour être gentil quand le film est sauvé par les recettes internationales. La raison évidente: une fuite mémorable du film en qualité DVD (donc très bonne qualité pour du téléchargement) un mois avant sa sortie et alors qu'aucune projection n'a eu lieu avant. De quoi faire péter une durite aux dirigeants de Lionsgate, d'autant que les téléchargements ont été fracassant. On n'avait pas vu une telle affaire depuis la copie sans CGi de X Men Origins: Wolverine une semaine avant sa sortie. La raison indéniable: beaucoup d'amateurs d'action à mon image trouvent que ces films d'action n'ont pas grand chose de fun et au final, on préfère encore regarder ou revoir un Commando ou un film de la Cannon qu'un Expendables.

Expendables 3 : Photo Mel Gibson "Non je ne suis pas trop vieux pour ces conneries!"

Pour tout vous dire même mes fidèles camarades étaient peu convaincus à l'idée de le voir en salles. Pour le coup, je leur donne pas tord (mais ce n'était pas une raison pour me faire voir Lucy et Hercule!). Je me suis par ailleurs plus éclaté en me faisant des soirées action bourrine avec Mel Gibson, McT ou Rambo qu'en regardant une seule minute de ce Expendables 3. Pour simplifier: Papy Stallone trouve que ses potes sont trop vieux pour ces conneries, alors il engage des jeunes cons bien bourrins pour affronter Melou Gibson, son ancien pote fondateur des Papyables. Mais les Youngables se font chopper et Papy Stallone doit reprendre ses Papyables pour niquer la gueule à Melou Gibson. Ceci n'est pas une situation initiale: c'est 1h10 de film! Alors je veux bien que l'on ne regarde pas ce genre de film pour le scénario, mais au moins un pitch. Là on se tape une demi-heure avec les vieux avant que Stallone ne les renvois! Ensuite on a au moins dix-quinze minutes avec le recrutement des jeunes et après dézingage. Franchement, Sylvester tu as eu l'effet page blanche? Il faut croire car là c'est vraiment à la limite du foutage de poire. Surtout qu'il ne se passe pas grand chose sous le soleil. Une fusillade qui vire au cauchemar, puis quelques actions introductives pour les jeunes et seulement dans la deuxième fois du bourrinage.... mais avec quinze tonnes de CGI à deux francs dont une explosion de bâtiment pour le moins dégueulasse ou encore une balade en hélico pas belle du tout. Il ne se passe quasiment rien de fun dans ce film.

 "Punaise tu crois que j'avais besoin de jouer dans un mauvais film de plus Sylvester? Tu crois qu'Indiana Jones 4 ne m'a pas suffit? -C'est pas ma guerre merde!"

Même s'ils ne brillaient pas non plus par leur scénario mémorable, les deux premiers avaient la décence d'avoir un pitch qui avait une situation initiale mis en place durant la première demi-heure. Mais le pire d'Expendables 3 c'est son casting. On est plus face à un casting de guests que d'acteurs. Jet Li a beau revenir il ne vient pas avant la fin (dans le 2 c'était au début, normal quoi surtout pour le troisième crédité sur l'affiche...) et ne fait que mitrailler. Pas un seul coup de tatanne! La prochaine ne te déplace pas Jet merci. Schwarzy dégaine deux répliques par ci, par là en sirotant un cigare (oui Schwarzy en est capable, il se fait bien une armée mexicaine à lui tout seul!). Harrison dit deux conneries en hélico devant un fond vert (!). Les vieux apparaissent au début et à la fin et cabotinnent un max (même Jason Statham et Dolph Lundgren ne servent à rien). Wesley Snipes et Mel Gibson semblent bien s'amuser (toujours cela de pris), même si pour ce dernier son combat avec Stallone est d'une nullité affligeante. Les jeunes n'ont aucun charisme (et dire que Rhonda Rousey ose dire qu'elle ferrait une meilleure Wonder Woman que Gal Gabot, elle n'arrive déjà pas à jouer...). Antonio Banderas soule à force de raconter des conneries et jouant à mort sur le cliché latin qu'il véhicule depuis qu'il est aux USA. Cela en devient sinistre. Quant à Stallone, alors je ne sais pas si c'est le botox qui lui bourre la tronche, mais il n'a quasiment aucune expression et surtout il reprend quasiment toutes les répliques de ses camarades. Au hasard: "Tu sais de quoi je parle. -Je sais de quoi tu parle." ou "T'écoutais? -Ouais j'écoutais." Va peut être falloir consulter... On prendra aussi deux belles répliques foireuses et vulgaires: "C'était quoi? -Un gros black dans un bateau!" et "Elle est bonne. -Faut la voir sans ses hauts talons!" On doit aussi se contenter d'un PG-13 lamentable malgré beaucoup de morts pour rien et tout ça pour quoi? Pour sortir une Uncut en DVD et BR. Au vue des chiffres, il valait mieux ne pas prendre les gens pour des buses hein Sly?!

Un nouveau volet pachydermique où le fun n'arrive jamais, la situation initiale dure 1h10 (!), où les acteurs apparaissent et réapparaissent dans le désespoir... Bon on va plutôt chroniquer The Raid 2 plutôt que de continuer à parler de cette croûte.



Fin »